En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée
  3. // Nancy/PSG

Paris et le turn-over palliatif

On vantait la profondeur de banc du PSG avant son début de saison. C'était sans compter sur les blessures, récurrentes, de certains cadres du club. Un problème qui n'en est pas un puisque ceux qui devaient jouer les utilités sont devenus des titulaires indiscutables. Et personne ne fait la gueule. Merci qui ?

Modififié
Douchez - Jallet - Camara - Sakho - Armand - Chantôme - Verratti - Matuidi - Nene - Gameiro - Hoarau. Ça, c'était supposé être l'équipe B du PSG de Carlo Ancelotti. Des mecs amenés à sortir du banc pour les matchs de Coupe ou les rencontres moisies de Ligue 1. C'était sans compter sur les blessures des supposées stars du PSG. Exemple, Thiago Motta devait être le point d'ancrage de Carlo Ancelotti au milieu de terrain. L'international italien soigne son dos en compote. Ezequiel Lavezzi était censé casser les reins de toutes les défenses de Ligue 1. Pour le moment, il a surtout cassé sa carte vitale. Momo Sissoko était promis à un joli rôle dans l'entrejeu. Il galère pour enchaîner les rencontres. Mathieu Bodmer n'est plus le Pirlo à la française des débuts d'Ancelotti. Bref, les postulats n'ont pas une durée de vie très longue au PSG. Et c'est tant mieux, notamment pour le coaching de Carlo Ancelotti.

On promettait à l'Italien un casse-tête permanent pour composer son onze de départ. D'aucuns se demandaient d'ailleurs comment l'ancien de l'AC Milan allait gérer les ego de son vestiaire au gré des différentes compositions. Finalement, c'est l'infirmerie qui gère le calendrier. Et ça arrange tout le monde. Notamment ceux qui ont su en tirer profit comme le trio du milieu Marco Verratti, Blaise Matuidi et Clément Chantôme. On promettait à ces trois-là des bribes de matchs, un rôle de seconds couteau quoi. Chantôme était même proche de filer à l'OL à l'intersaison. A son poste, il devait se coltiner Sissoko, Motta, Bodmer, Matuidi, Verratti et même Pastore si ce dernier était amené à un nouveau poste. Trois mois plus tard, les deux Français se sont invités au dernier rassemblement de l'équipe de France pendant que le petit Italien a conquis son monde à 19 piges. Les blessures conjuguées de Bodmer-Motta-Sissoko ont permis aux trois petits jeunes de gratter du temps de jeu. Mieux, Blaise Matuidi et Marco Verratti dictent aujourd'hui le tempo et font la pluie et le beau temps au milieu de terrain. A tel point que les absents ne manquent pas. Ou très peu. Le constat est le même devant où le retard - considérable - pris par Ezequiel Lavezzi (suspension, blessures) a permis à Ancelotti de donner du temps de jeu à Ménez et surtout à Kevin Gameiro que l'on disait perdu (trois buts, tous décisifs). Par la force des choses, tout le monde est concerné.

Sakho, de tricard à intouchable

Et que dire de Mamadou Sakho ? Courant juillet, le PSG signe Thiago Silva pour près de 50 plaques. A priori, le Brésilien doit faire la paire avec Alex. Ils parlent la même langue et ont une expérience du haut niveau sensiblement supérieure à celle du Français. Le sort de Mamadou Sakho, passé en six mois de capitaine à pestiféré, semble scellé. Surtout après sa sortie médiatique musclée dans les colonnes de L’Équipe au cœur de l'été : « Si un défenseur arrive, je ferai tout pour partir parce que je dois penser à mon avenir. Mon objectif, cette saison, c’est de jouer, d’être titulaire en club. Je serai donc ouvert aux propositions de clubs prêts à me donner du temps de jeu et à me permettre de poursuivre ma progression. Je ne suis pas prêt à revivre la même saison que les six derniers mois. Lors de la seconde partie du championnat, j’ai préféré ne pas m’exprimer sur mon cas personnel et prendre sur moi pour ne pas perturber le groupe (…) Il faut que je joue en club, c’est clair. Cette saison, mon objectif premier, c’est d’être titulaire. C’est pour ça que je suis ouvert aux propositions et que je pense au départ. »


Avec le recul, c'était drôle. Parce qu’aujourd’hui, Sakho a grillé Alex (en délicatesse avec son dos) et s'est installé dans l'axe défensif des Bleus. Il faut dire que l'arrivée tardive de Thiago Silva et les blessures d'Alex ont contraint Ancelotti à aligner Sakho dès l'ouverture du championnat. De quoi permettre au fleuron de la formation parisienne de se refaire une santé et d'instaurer une véritable concurrence en défense centrale. Même logique sur les ailes où Christophe Jallet ne semble pas perturbé par l'arrivée de l'international Van der Wiel. Débarqué début septembre, l'ancien de l'Ajax n'est pas encore dans le rythme. Côté gauche, même Sylvain Armand a le droit de s'inviter aux petites sauteries quand Maxwell tire la langue. Au final, tout le monde a pris du dessert. Contre Zagreb, Papus Camara et Guillaume Hoarau ont eu le droit à leur quart d’heure de gloire. Dans cette histoire, Carlo Ancelotti s'est épargné des insomnies et des explications difficiles avant chaque causerie. Mais il a su rester digne. Il n'a jamais fait appel à Siaka Tiéné et Diego Lugano. Il y a une limite à tout.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 19 il y a 8 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 31 il y a 10 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166