En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europe
  2. // GR.F
  3. // Salzbourg/PSG (2-0)

Paris entre en crise

Sans Lugano, Ménez et Pastore, le PSG n'a pas été capable de faire au moins match nul en Autriche pour se qualifier. Apathiques, et en manque d'inspiration(s) face à Salzbourg (2-0), les Parisiens ne sont même plus maîtres de leur destin.

Modififié
Salzbourg - PSG: 2-0
Buts: Jantscher (20e) et Svento (90+4e) pour Salzbourg.

Ce match contre Salzburg était l'occasion pour Kombouaré de prouver à Leonardo que les Bisevac, Chantôme & Co valent autant que les stars annoncées et recrutées par le directeur sportif du Paris Saint-Germain. Au coup d'envoi, seul Momo Sissoko faisait office de représentant "Leo". Le Malien est associé à Chantôme et Bodmer au milieu. La défense est articulée autour de Bisevac et Camara, qui espère foutre Lugano sur le banc de façon durable. En attaque, pas d'espoir pour Erding qui sait bien qu'il est cantonné aux matches de moindre importance. Les supporters parisiens les plus optimistes pensaient certainement qu'avec une équipe proche de celle qui avait développé un football chatoyant la saison dernière, le PSG de ce soir allait disposer sans trop de difficultés d'une équipe de Salzburg tout sauf terrifiante. Sauf que depuis un mois, le Paris Saint-Germain a pris pour habitude de décevoir ceux qui le suivent.

Des boulevards haussmanniens

C'est donc sans réelle surprise que le début de rencontre est on ne peut plus fade. Si les Parisiens ont la possession de balle, ils ne parviennent à aucun moment à se montrer dangereux. Pire, des boulevards sont laissés à leur adversaire dès la moindre perte de balle. La première alerte pour les hommes de Kombouaré intervient à la 11è minute lorsque Leonardo aux 30 mètres allume Douchez qui s'y reprend à deux fois avant de saisir la gonfle. Un avertissement qui aurait pu (dû) réveiller les Parisiens, mais non. Imprécis dans leurs passes et peu agressifs, ils se font logiquement punir à la 20è minute. Leitgbed profite d'une perte de balle parisienne pour filer côté droit. L'Autrichien ridiculise Tiéné avant de centrer tranquillement de l'extérieur du droit pour Jantscher, complètement seul au second poteau qui n'a plus qu'à la pousser au fond. Logiquement, les joueurs de Ricardo Moniz ouvrent le score. S'en suit une domination de plus en plus pressante de Salzburg qui cherche à mettre le PSG la tête sous l'eau. La fessée est proche trois minutes seulement après l'ouverture du score. Jantscher, galvanisé par son but, veut s'offrir un doublé et tente sa chance de 20 mètres. Sa frappe, trop écrasée, se dirige dans les bras de Douchez qui se troue superbement. Mais l'ancien Rennais avait tout prévu, la balle passant juste à côté de son poteau droit. Le corner qui suit ne donne rien. Il faut attendre la fin de la première période pour voir le PSG s'approcher des cages adverses. Nenê se rappelle au bon souvenir de la saison passée. A l'entrée de la surface de réparation, le Brésilien enroule du gauche mais sa frappe est plein centre et Walke dévie sans problème en corner. Quelques secondes avant la pause, Jallet a la balle d'égalisation. Parti en contre côté gauche, l'ancien Lorientais se débarrasse d'Hierländer d'un crochet extérieur, mais oublie d'enrouler son ballon, lequel passe à un bon mètre du but. Le hold up était proche.

Paris puni !

La première mi-temps n'ayant fait que confirmer les doutes que suscite le PSG en ce moment, on n'attendait pas grand-chose du deuxième acte. Le rythme baisse cruellement après la pause mais les Parisiens sont incapables d'en profiter pour mettre sous pression les Autrichiens. La meilleure, et la seule, occasion parisienne de cette seconde période est à mettre à l'actif de Jean-Christophe Bahebeck (entré à la pause à la place de Jallet) à la 68è minute. Après, une fois n'est pas coutume, une belle combinaison, le jeune Parisien, à l'entrée de la surface, frappe du gauche au premier poteau mais Walke avait bien bouché son angle pour sortir la balle en corner. Les entrées de Gameiro (60è) et Matuidi (73è), ainsi que le passage du 4-5-1 au 4-4-2 n'ont rien donné. C'est même le scénario catastrophe qui se produit. En toute fin de rencontre, Svento envoie une praline dans la lucarne de Douchez sur un corner dévié. Paris s'incline 2-0 en Autriche. Un résultat indigne du rang du club de la Capitale qui devra gagner contre Bilbao dans deux semaines en priant pour que Salzburg ne gagne pas contre Bratislava. Un cauchemar pour Kombouaré et peut-être une aubaine pour Leonardo qui pourra se servir de ce match comme prétexte pour pousser AK vers la sortie en évoquant les absences de Lugano, Ménez et Pastore. La crise a mis du temps à arriver mais elle s'est bien installée.

Par Sylvain Michel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 11 il y a 7 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85
À lire ensuite
Suarez, l’autre