Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Bastia/PSG (0-4)

Paris en beauté

Bastia leur promettait l'enfer, les Parisiens ont gagné à Furiani 4-0. Pour ceux qui en doutaient, Zlatan Ibrahimović marche plus que jamais sur la Ligue 1.

Modififié
Bastia - PSG : 0-4
Buts : Ménez, Ibrahimović (x2) et Matuidi


Un calvaire. C’est un peu ce qu’ont vécu les Bastiais dans ce match. Toute la semaine, ils ont attendu ce match, se sont préparés à contrer la machine de la capitale articulée autour de Zlatan Ibrahimović. Au final, le match n’aura duré que cinq minutes. Le temps pour Paris, et Jérémy Ménez, d’ouvrir le score. Derrière, malgré des bombes agricoles, des coups en traitre, des longs moments passés au sol et des corners qui ont fait la fierté du président du Sporting, ce n’était ni plus ni moins que de la gestion pour un PSG qui était bien trop fort pour son hôte du jour.

Verratti sert Zlatan

Avant la partie, Fred Hantz a pourtant envie de justifier son statut de coach novateur. Pour remédier aux récents problèmes défensifs de son équipe, l’ancien coach de Rodez opte pour une défense à cinq où figurent notamment aux côtés de Marchal, Choplin et Sans, deux des principaux acteurs des montées de 2011 et 2012. Sauf que le foot, c’est salaud, ça ne fait pas de sentiment. Dès la cinquième minute, Mathieu Sans se troue totalement sur un coup franc joué au second poteau. Ibrahimović, étonné d’une telle offrande, remet dans l’axe, Ménez n’a plus qu’à pousser dans le but. 0-1. Les intimidations du public à l’encontre de Zlatan ? L’entame de match les semelles en avant des Corses avec le coup de Khazri sur Sirigu ? Aux chiottes. Paris a fait le plus dur, comme on dit. Pas un vain mot quand on voit comment les Parisiens sont capables de faire tourner le ballon au milieu. Du jeu mouvement, une solution simple toujours proposée au porteur du ballon, la formule d’Ancelotti est enfin imprimée pleinement. Ménez plonge, attire l’attention, et Zlatan peut décrocher autant qu’il le souhaite. Le Suédois est heureux, il provoque les joueurs bastiais lors des attroupements autour de l’arbitre. Surtout, il double la marque suite à un super une-deux avec Verratti où il honore un piqué en profondeur parfait de l’Italien en passant en force sur Harek avant d’ajuster Novaes. 0-2, la messe est dite.

Le 7e but de Zlatan en L1

Parce que Bastia a un public, les Bleus n’ont pas lâché le match pour autant. Ils ont même donné l’occasion aux insulaires de rugir sur Van der Wiel, qui frappe Rothen lâchement, ou sur Nene qui râle dès que possible. Maoulida, qui remplace Modeste à ce poste piège d’attaquant sans ballon potable à exploiter en fin de match, offre même un frisson avec un centre repris à bout portant, obligeant Sirigu à sortir une énorme parade. Mais Paris, un cran au-dessus, continue à peaufiner ses automatismes devant. Après quelques essais, ça finit par rentrer de nouveau : Nene lance ainsi Matuidi en face à face. Hop, 0-3. Puis le Brésilien sert Zlatan à la limite du hors-jeu pour un score qui tape, 0-4. Si le beau temps est loin d'être revenu à Bastia, il s'installe tranquillement au-dessus du PSG...

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)