Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Malmö–PSG (0-5)

Paris démolit Malmö

Dans un match qu'ils ont dominé de bout en bout, les Parisiens n'ont fait qu'une bouchée de ces Suédois certes courageux, mais d'une naïveté ahurissante en défense. Grâce à ce large succès, le PSG valide son ticket pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Modififié

Malmö FF 0-5 Paris Saint-Germain

Buts : Rabiot (3e), Di María (14e et 68e), Ibrahimović (49e), Lucas (82e) pour le PSG

En quinze minutes, on peut : faire cuire une pizza pas très bonne du supermarché, lire trois romans de Marc Lévy, suivre une accélération de Mathieu Bodmer, relire un Marc Lévy, regarder un court métrage chiant, regarder une petite coupure pub sur une chaîne privée ou bien se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. C'est cette dernière option qu'ont choisie les Parisiens, visiblement très pressés ce soir. Alors que tout le stade voulait voir le Z planter un triplé, c'est Adrien Rabiot qui est venu conclure une superbe action de la tête avant de laisser Ángel Di María marquer le premier de ses deux buts mensuels quelques minutes plus tard. Une victoire écrasante qui n'est certes pas une surprise, mais qui permet aux hommes de Laurent Blanc d'assurer l'essentiel pour une quatrième année de suite. Une victoire sans trop forcer, extrêmement maîtrisée, et qui fait beaucoup de bien au moral.

Ils sont Paris


De retour chez lui, le grand Zlatan Ibrahimović est venu avec tous ses copains pour prendre les trois points qui lui sont promis. Le Suédois avait d'ailleurs averti avant la rencontre qu'il ne ferait aucun cadeau à ses anciens supporters. Rien d'étonnant alors à voir les Parisiens ouvrir le score après trois minutes de jeu seulement. Après un bel enchaînement, Adrien Rabiot vient crucifier Wiland d'une tête croisée imparable. Titularisé ce soir, avec Marquinhos et Van der Wiel, le milieu de terrain chevelu continue donc d'impressionner. Pourtant bien entrés dans cette rencontre, les Blåe s'effondrent et, après une ou deux incursions dans la surface parisienne, encaissent un deuxième but au quart d'heure de jeu. Matuidi, tranquille côté gauche, s'amuse avec Maxwell, puis décide finalement de centrer en retrait vers Ángel Di María qui ouvre son pied et trompe Wiland. Lentement, facilement, et bien aidé par une défense endormie, le PSG s'est mis à l'abri.

Sur le même rythme, les hommes de la capitale continuent d'asseoir leur domination. Ángel Di María pousse pour s'offrir un doublé, mais ses tentatives successives passent assez loin du cadre. Tranquilles, les Parisiens le sont peut-être trop. Les Suédois reprennent leurs esprits et se mettent à construire de belles actions de jeu. Jusqu'à ce que le Viking, ou le hipster, c'est selon, Berget ne se faufile dans la défense adverse et humilie Van der Wiel avant de buter sur Kevin Trapp (22e). Même si le terme n'a jamais été vraiment approprié pour parler d'une équipe de football, les joueurs de Malmö sont « généreux » ce soir. Généreux mais vraiment trop apathiques en défense. À la demi-heure de jeu, le Z lance Cavani dans la profondeur. Seul, puisqu'aucun défenseur n'a décidé de le suivre, l'Uruguayen foire son contrôle et frappe dans le petit filet, ce qui a le don d'exaspérer Matuidi qui venait de faire une course de 60 mètres pour proposer une solution dans l'axe. Le reste de la mi-temps est simple : Matuidi court, défense nulle, centre, frappe, pas but.


Paris sans pitié


Après la pause, le match reprend sur des bases similaires à celles de la première période. Les Parisiens se montrent immédiatement dangereux sur corner, mais les Suédois ne relâchent pas leurs efforts. Le Z s'en moque et, après une énième récupération de Matuidi, part au but et trompe un Wiland à la main plus que molle (49e). Un but à l'image de ce match : les joueurs vont doucement, la frappe va doucement, bref, tout va doucement. Mais qu'importe, le PSG est en train de dévorer son adversaire du soir sans faire preuve de la moindre pitié. À 3-0, on pourrait s'attendre à voir les Suédois se mettre à défendre pour éviter l'humiliation. Que nenni, les joueurs de Malmö continuent d'attaquer sans complexe. De vains efforts, qui vaudront à ces joueurs d'être salués pour leur courage.


Les courageux Suédois, donc, sont récompensés à l'heure de jeu. Maxwell commet une faute dans sa surface sur Djurdji et permet à Rosenberg de tirer un penalty pour l'honneur. Mais l'attaquant de Malmö trouve le poteau droit de Trapp. Comme quoi le courage, ça ne suffit pas toujours. Surtout quand il est couplé à de la naïveté. Comme celle dont fait une nouvelle fois preuve la défense suédoise sur le doublé de Di María, qui trompe le portier adverse de la tête après un une-deux géant dans le camp de Malmö (68e). Paris n'a plus qu'à gérer tranquillement cette fin de rencontre, tout en sachant que la défense adverse lui laissera sans doute de nouvelles possibilités d'en planter un cinquième. L'une d'entre elles arrive à la 82e minute. Entré en jeu, Lucas Moura marque sur coup franc son premier but en C1 et permet aux Parisiens d'infliger une manita aux anciens copains du Z. Le ticket pour les huitièmes est composté.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17