Paris contre Paris

Pour une fois, le plus intéressant du match d'hier soir, ce n'était ni Cavani, ni Sarkozy, ni Laurent Blanc. À la fin du match d'hier soir, on a entendu autre chose. On a retrouvé le bruit de Paris.

Modififié
22 35
Et ils gagnèrent presque tout. À cause du PSG et après tant d'années de silence, Paris devenait favori partout où il passait. Il ne pouvait plus se contenter de sortie honorable, de stades aux trois quarts vides, de remporter un ou deux matchs, d'être héroïque devant Reims, Saint-Étienne ou Nantes avant de disparaître pour de longs mois à l'ombre d'un beaucoup plus grand ou d'un beaucoup plus célèbre que lui. Le PSG, parce qu'il était le club de Paris, devait gagner ou perdre mais toujours avec grand bruit, jamais dans la discrétion. L'affaire était entendue. Qui supporterait un Paris moyen, commun ? Qui accepterait que le nom de la ville de toute la France ne fût pas craint partout où il passerait ? Le club de cette ville préfèrerait même les railleries et les indignations à l'indifférence et l'oubli. C'est au sommet qu'il se sentait le mieux. Parce qu'une fois installé sur les cimes, Paris aime jeter à nouveau son condamné dans le vide juste pour le plaisir de le voir tout recommencer. C'était l'été 73, une bande de trentenaires à chemises roses dirigée par Daniel Hechter se planta devant le football français d'avant Saint-Étienne, d'avant l'OM, d'avant les parvenus et jetaient au visage des présidents rances et des odeurs de renfermé leur ambition pour Paris, leur amour du jeu, leur plaisir d'être ensemble. Ensuite ce fut Borelli, en 1978, qui prit la place sous le rocher, puis Canal Plus en 1991 : « Enfin, répétaient-ils, il y aurait un grand club à Paris. » Puis ce fut Colony Capital en 2006 qui s'y risqua. QSI en 2011. PSG, c'est Sisyphe qui monte, qui descend. Qui remonte et qui redescend.

Aux donneurs de leçons


Alors, quand Thiago Motta osa avouer son ignorance de la victoire en Coupe des coupes 1996, quand Bernard Lama en voulut ensuite à son inculture, à celle de ses dirigeants, quand Motta fit le lendemain ses excuses pour avoir effacé de sa mémoire une coupe qui n'existait plus, quand Blanc en voulut aussi « aux donneurs de leçons dans cette salle et ailleurs » , quand, après un match qui semblait plié contre Lyon, PSG se mit à trembler pour rien, à se promener au bord du précipice et vit sa première défaite de la saison lorsque Tolisso arma sa frappe à bout portant (87e), on se dit qu'au fond, les choses n'avaient pas vraiment changé. Paris venait de retrouver le PSG, son enfant sauvage. Vous aurez beau le flatter, le gâter, anticiper le moindre de ses désirs, l'ingrat finira toujours par vous mordre, vous faisant regretter d'avoir été trop patient ou trop généreux. Et vous l'abandonnerez, encore. Ainsi ce nouveau PSG ne perdrait plus jamais. On aura aimé y croire, comme on croit au paradis ou à la Providence. Le nouveau PSG serait enfin à la hauteur de sa ville, on s'y était préparé. Les Parisiens seraient enfin soulagés et, une bonne fois pour toutes, arrêteraient de se plaindre. Mais dimanche soir, Paris n'a pas gagné et quand le coup de sifflet final retentit, des tribunes descendit ce bruit assourdissant qui tournait dans le Parc jusqu'à atteindre chacun des joueurs rouge et bleu à la nuque et aux tympans. À la fin de ce PSG-Lyon sans ivresse, sans révolte, on retrouva le bruit assommant des soirées maudites. Paris était furieux. Il réclamait le retour de son PSG.

Paris-Sans-Gêne


Car le passé ne disparaît pas. Il reste sur place. C'est au détour d'une occasion manquée, d'un résultat décevant ou d'un mot malheureux que Paris se remet à creuser. Ce que l'on pensait pour toujours disparu surgit alors sous nos yeux, comme ces villes romaines réapparaissant sous les coups de pelleteuse des chantiers de modernisation des villes contemporaines. Alors, on est obligé d'interrompre la construction et de se mettre à contempler la permanence des fondations anciennes sous la fragilité des structures contemporaines. Sous le PSG d'aujourd'hui, il y a toujours cette folle ambition d'un club de football prétendant porter partout dans le monde le nom de la ville de tous les Français, la ville de 89, de Quatrevingt-Treize, de Baudelaire, de Sarko. Mais si le Paris Saint-Germain est un club résilient, c'est qu'il a le sans-gêne de l'imposteur de génie, le talent du conteur habile et aguerri. Dans ce club il y a toujours aujourd'hui ce que Christian Montaignac appelait le « Paris Sans Gène » dans L'Équipe en septembre 1973. « Mais pourquoi Paris Sans Gêne ? Parce qu'il s'y passe toujours quelque chose de curieux et d'estimable qui ne court pas d'ordinaire les terrains. Parce que l'argent est là, mais que ceux-là même qui l'avancent savent qu'il ne fait pas le football. Parce qu'on s'y amuse sérieusement, sans se prendre au sérieux, sans cesser d'intriguer un petit monde qui ne va pas tarder à admettre que le PSG est un vaccin prêt à inoculer seulement de l'enthousiasme. » Paris ne se lassera donc jamais d'en vouloir à son PSG. De le regarder monter, puis descendre. Remonter, puis redescendre.

  • À lire : Ici, c'est Paris, de Thibault Leplat, aux éditions Solar

    Par Thibaud Leplat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Note : 9
    Je vais faire une indigestion de Sarkozy là! Depuis ce matin, vous nous le servez à toutes les sauces, beurk!!!

    floyd pink Niveau : CFA
    Quoi ! Sarko est de retour ?
    Merci de me prévenir
    nasser aimkelesfill
    4 articles de foot 3 references a sarkozy j'en peux déjà plus c'est déjà trop
    Mangeclous Niveau : CFA2
    Que des articles sur Sarko et le PSG. Franchement SoFoot.com ça devient décevant, j'aime bien les articles sur les championnats étrangers moins médiatiques, l'Eredivisie ou la Liga Sagres, ou même les résumés à votre sauce des matchs sympa (Leicester ManU par exemple ?). Pourquoi vous faites plus ça ? Tombez pas dans la facilité de l'analyse de votre lectorat à sans doute grande composante pro-PSG, refaites-nous rire et apprenez-nous des vrais trucs !

    Je valide avec l'OL d'ailleurs. Vous savez, le club qui a aussi joué hier et pas trop mal pour une équipe qui se déplace au Parc, non ?
    AirForceOne Niveau : CFA2
    Bon article je vais juste réagir aux internautes qui pensent que l'ADN du PSG est composé de techniciens c'est faux. Beaucoup de légendes sont des guerriers comme Kombouare Sammy Traore Yepes Lama Sakho Le Guen Guerin Ricardo et j'en passe et des meilleurs.

    Pauleta était un guerrier Ronnie était un technique donc ce qu'aime le parc (quand je dis le parc je parle des anciens supporters pas des footix) ce sont des joueurs qui enflamment un peuple par ses gestes techniques mais également par le biais de tacles).

    Hellbuyck Landrin et autres étaient techniques mais ils n'ont pas marqué l'histoire du club. C'est pour ça que Javier est le chouchou que Alex était aime que Heinze même s'il a joue a l'om est apprécié
    PhoenixLite Niveau : Loisir
    Message posté par AirForceOne
    Bon article je vais juste réagir aux internautes qui pensent que l'ADN du PSG est composé de techniciens c'est faux. Beaucoup de légendes sont des guerriers comme Kombouare Sammy Traore Yepes Lama Sakho Le Guen Guerin Ricardo et j'en passe et des meilleurs.

    Pauleta était un guerrier Ronnie était un technique donc ce qu'aime le parc (quand je dis le parc je parle des anciens supporters pas des footix) ce sont des joueurs qui enflamment un peuple par ses gestes techniques mais également par le biais de tacles).

    Hellbuyck Landrin et autres étaient techniques mais ils n'ont pas marqué l'histoire du club. C'est pour ça que Javier est le chouchou que Alex était aime que Heinze même s'il a joue a l'om est apprécié

    Il reste l'énigme Charles-Edouard Corridon, quand même.
    C'est quoi cette diarrhée ?
    VinnieCasseTibia Niveau : CFA
    Note : 3
    Message posté par AirForceOne
    Bon article je vais juste réagir aux internautes qui pensent que l'ADN du PSG est composé de techniciens c'est faux. Beaucoup de légendes sont des guerriers comme Kombouare Sammy Traore Yepes Lama Sakho Le Guen Guerin Ricardo et j'en passe et des meilleurs.

    Pauleta était un guerrier Ronnie était un technique donc ce qu'aime le parc (quand je dis le parc je parle des anciens supporters pas des footix) ce sont des joueurs qui enflamment un peuple par ses gestes techniques mais également par le biais de tacles).

    Hellbuyck Landrin et autres étaient techniques mais ils n'ont pas marqué l'histoire du club. C'est pour ça que Javier est le chouchou que Alex était aime que Heinze même s'il a joue a l'om est apprécié


    Salut je paye mon abonnement je regarde les matches quand je ne peux pas aller au Parc j'achète les maillots et je fais ça depuis bientôt 10 ans. En revanche j'évite d'être un animal de faire du cri de singe et aux conneries de bas du front. Je chante mais pas tout le temps parce que j'ai la voix vite cassée.

    Je suis un footix pour toi? Je demande hein, tu m'as l'air d'être un bon président du tribunal des "vrais"
    PhoenixLite Niveau : Loisir
    Paris ne se lassera donc jamais d'en vouloir à son Paris SG. De le regarder monter, puis descendre. Remonter, puis redescendre.

    Sans déconner, on pourrait croire que le PSG est à la limite de la relégation à 3 journées de la fin après un départ précipité des qataris et la vente des 3/4 de l'effectif au mercato hivernal.
    Note : 1
    Un sacre farceur, ce Paul Bismuth.
    kris prolls Niveau : CFA2
    Donc encore un article sur le psg ... merci sofoot
    Personnellement je n'ai jamais compris comment on pouvait supporter un autre club que Paris. Rejoignez nous, vous verrez ça vous fera un bien fou.
    Mi figue-mi raisin : l'article est très bien écrit, mais par pitié lâchez nous la grappe et allez voir au Danemark si le Z n'y est pas. Ou parlez nous de Monaco et Metz, ça sera plus utile.
    la berlinoise est douce en avril
    Sarkozy est à la politique ce que le PSG est au football et ma foi il est heureux que ces deux entités infâmes aient noué + que des relations cordiales, la Qatarisation de la France ayant été initiée par le nabot de Neuilly, avec + d'entrain que Laval avec les Allemands.

    Le coup de vieux de Sarkozy et le déclin de Zlatan (3 matches sans marquer...inquiétant...) sont deux des grandes nouvelles du week-end avec l'émergence de Gignac comme deuxième solution offensive potentielle pour l'EDF (sous réserve du rendement parfois décevant de Benz).
    Deux retours tonitruants au parc hier: sarko et Jallet!!
    pour une fois, je vote pour Jallet!!!
    Une première
    Ah en fait c'était juste une pub pour son livre. Limite comme procédé. En tout cas c'est raté, je n'achèterais pas ton livre. Si il est aussi plat que cet article, ça donne pas très envie
    VinnieCasseTibia Niveau : CFA
    Note : 1
    Message posté par la berlinoise est douce en avril
    Sarkozy est à la politique ce que le PSG est au football et ma foi il est heureux que ces deux entités infâmes aient noué + que des relations cordiales, la Qatarisation de la France ayant été initiée par le nabot de Neuilly, avec + d'entrain que Laval avec les Allemands.

    Le coup de vieux de Sarkozy et le déclin de Zlatan (3 matches sans marquer...inquiétant...) sont deux des grandes nouvelles du week-end avec l'émergence de Gignac comme deuxième solution offensive potentielle pour l'EDF (sous réserve du rendement parfois décevant de Benz).


    Un bien bel exemple de Realpolitik puante.
    Message posté par AirForceOne
    Bon article je vais juste réagir aux internautes qui pensent que l'ADN du PSG est composé de techniciens c'est faux. Beaucoup de légendes sont des guerriers comme Kombouare Sammy Traore Yepes Lama Sakho Le Guen Guerin Ricardo et j'en passe et des meilleurs.

    Pauleta était un guerrier Ronnie était un technique donc ce qu'aime le parc (quand je dis le parc je parle des anciens supporters pas des footix) ce sont des joueurs qui enflamment un peuple par ses gestes techniques mais également par le biais de tacles).

    Hellbuyck Landrin et autres étaient techniques mais ils n'ont pas marqué l'histoire du club. C'est pour ça que Javier est le chouchou que Alex était aime que Heinze même s'il a joue a l'om est apprécié


    Et Amara Simba????????
    39 euros en +, faut pas déconner. Avec ça, je préfère acheter 10 so foot
    Message posté par la berlinoise est douce en avril
    Le coup de vieux de Sarkozy et le déclin de Zlatan (3 matches sans marquer...inquiétant...) sont deux des grandes nouvelles du week-end avec l'émergence de Gignac comme deuxième solution offensive potentielle pour l'EDF (sous réserve du rendement parfois décevant de Benz).


    Que tu n'aimes pas le Pèz', je peux tout à fait le comprendre : je ne pourrais pas faire semblant face aux Mars ou au Lille de Girard, même en Coupe d'Europe.
    Que tu chies sur l'équipe et ses supporters j'ai un peu plus de mal, mais bon admettons, tu ne seras ni le 1er ni le dernier. "No one likes us, we don't care".

    En revanche, terminer ton propos en parlant de Dédé Gignac comme l'attaquant type du 3ème millénaire, tu passes pour une grosse tête de gland et ça rince un peu le reste.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    22 35