Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Paris, ce n’est jamais fini…

Cela commence à faire trop pour qu’il s’agisse uniquement d’un hasard : depuis quatre matches, le PSG marque toujours à la 90ème minute (ou après, même). Et si la fameuse « chance du champion » commençait là ?

Modififié
Peut-être que Carlo Ancelotti a appris ça en Angleterre, en côtoyant sur les bancs de touche de Premier League un certain Alex Ferguson. Sir Alex, en son temps, avait fait du Money Time sa botte secrète jusqu'à en faire une marque de fabrique, le Fergie Time. Des buts en fin de rencontre, comme pour mieux assassiner son adversaire. Le concept a fait son chemin, a été repris l’an dernier par Walter Mazzarri et son Napoli (le Mazzarri Time), et remonte cette année à Paris. Le Ancelotime, le Ancelotti Time, le Paris Time, le PSG Time. On peut l’appeler comme on le souhaite. Les faits restent les mêmes : le PSG a pris l’habitude de marquer en fin de rencontre, et souvent des buts décisifs. Lors des deux dernières journées de championnat, les Parisiens sont parvenus à gratter trois points dans le temps additionnel. Deux à Dijon (92ème) et un à Caen (90ème), pour ne citer que les deux plus récents. Impossible aussi de ne pas penser à cette égalisation d’Hoarau au bout du bout du suspense sur la pelouse de Lyon (94ème), ou de cette autre réalisation du grand dadet face à Montpellier (87ème). Si l’on élargit à l’intégralité du championnat, Paris pète les stats en fin de rencontre. Dix buts inscrits après la 90ème minute (19,2%), dont cinq depuis l’arrivée du coach italien. Alors, quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Que Paris a désormais des ressources mentales hors du commun ? Peut-être, oui. Mais pas seulement.

Deux mi-temps et 95 minutes

C’est l’équipe que l’on adorerait enterrer. Mais pourtant, personne n’y parvient. Depuis l’arrivée de Carlo Ancelotti, le PSG n’a pas perdu le moindre match. Huit victoires et quatre nuls toutes compétitions confondues. Montpellier y a cru. 2-1. Puis 2-2 à la 87ème. Lyon y a cru. 4-3. Puis 4-4 à la 94ème. Ce week-end, Caen y a cru aussi. 2-1. Et 2-2, grâce à Christophe Jallet, qui en plaisante encore. « Les arrêts de jeu nous réussissent pas mal. Mais il ne faut pas se satisfaire de ça, il faudrait éviter à chaque fois de batailler jusqu’au bout et se rendre les matches plus faciles » tempère-t-il. D’accord. Mais ce PSG immortel sait aussi se rendre ses fins de matches plus faciles, en profitant des largesses et des maladresses de ses adversaires. Les Dijonnais, par exemple, au lieu de se contenter du match nul face au leader du classement, ont voulu faire les beaux en allant chercher la victoire dans les arrêts de jeu. Ils ont pris un contre fatal, à deux contre le gardien. Preuve aussi que Paris y croit jusqu’au bout, même quand la situation semble désespérée.

L’exemple le plus criant, c’est évidemment ce déplacement à Gerland, où les joueurs de la Capitale sont revenus de nulle part, arrachant le point du nul à la dernière seconde. Et ça, on l’avait rarement vu sous Kombouaré. Peut-être lors du match à Toulouse (1-3), où le meilleur Pastore de la saison avait offert à Erding le but de la victoire dans les arrêts de jeu. Mais pas le reste du temps. D'ailleurs, lors de ses trois défaites de la saison en Ligue 1 (Lorient 0-1, Nancy 0-1 et Marseille 3-0), le PSG avait perdu sans parvenir à réagir après l’ouverture du score de son adversaire. De l’histoire ancienne. Avec Ancelotti aux commandes, Paris a appris qu’un match durait parfois plus de 90 minutes. « Un match, ce n’est pas 80 minutes mais 90 et on en a conscience. On a eu cette force de caractère pour revenir  » atteste Blaise Matuidi. Un discours qui rappelle inévitablement celui de Walter Mazzarri l’an passé. « J’ai appris à mes garçons une chose : un match dure 95 minutes, pas 90 » affirmait-il, encore plus radicalement.

C’est le premier qui gagne


Qu’y a-t-il à conclure de ces buts inscrits en fin de rencontre ? Déjà, que le PSG version Ancelotti ne lâche rien. D’accord. Un bon point. Mais ensuite, la part de chance et de réussite est indéniable. La tête d’Hoarau contre Lyon aurait pu heurter le poteau. Gameiro aurait pu être hors-jeu sur la passe de Menez contre Dijon. Et le centre du même Menez, contre Caen, aurait pu être détourné en corner, et non atterrir sur la poitrine de Jallet. Des petits détails, certes, mais qui rapportent finalement gros sur le plan comptable. Souvent, on appelle ça la chance du champion. Ces matches que vous remportez, ou, au pire, que vous ne perdez pas, alors que 99 fois sur 100, vous l’auriez perdu.

Pas sûr que la saison dernière, cela se soit passé de la même manière. D’ailleurs, Bahebeck (énorme occasion à la 90ème lors du 2-2 contre Montpellier) et Nenê (barre transversale à la dernière minute lors de la défaite 1-0 à Bordeaux) peuvent encore témoigner que cette réussite n’a pas toujours accompagné les Parisiens. Néanmoins, si le classement sourit encore grâce à ce Money Time à la parisienne, Ancelotti est loin de s’en satisfaire. « Non il ne s'est pas calmé (après la fin du match à Caen, ndlr), c’était pire dans les vestiaires. Il faut dire que l’on n’a pas bien joué » a assuré hier soir Salvatore Sirigu sur le plateau du CFC. Alors oui, Paris joue peut-être moins bien que Montpellier, Paris accroche des points à l’arrache et Paris court souvent après le score. Vrai. Mais en attendant, Paris est en tête, et, jusqu’à preuve du contraire, c’est celui qui a le plus de points qui gagne. Et peu importe si ces points ont été picorés avant ou après la 90ème minute.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 42 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien
À lire ensuite
La semaine Twitter