Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Angers (5-1)

Paris carbure au pastis

Devant des Angevins accrocheurs mais impuissants, Paris a explosé le compteur et offert un beau spectacle à son public (5-1). Auteur d'un sublime doublé, Di María a été immense.

Modififié

Paris Saint-Germain 5-1 SCO Angers

Buts : Ibrahimović (32e), Lucas (40e), Van der Wiel (54e) et Di María (63e et 66e) pour Paris // Capelle (59e) pour Angers

Les matchs passent et se ressemblent. Inlassablement. Les mêmes gens frappent dans les mêmes mains pour applaudir les mêmes joueurs. Continuellement. Les mêmes supporters crient leur même plaisir dans le même virage. Qu'ils s'appellent Lyon, Toulouse, Angers, qu'ils s'imaginent lions, qu'ils soient violets ou qu'ils aient la dalle, tous ont goûté à l'atmosphère du Parc et sont repartis avec une défaite dans la tronche, avec ce sale sentiment d'impuissance. En cette fin d'après-midi à Paris, le SCO a donc pris le tarif.

Un seul changement à noter dans ce stade : le retour du son de Phil Collins à l'entrée des joueurs. Sinon, la rencontre a débouché sur le même résultat qu'on peut observer depuis des mois dans le 16e arrondissement de la capitale. Les hommes de Blanc, sans trop forcer (!), ont dégommé Angers, le 4e de Ligue 1, qui n'a pourtant pas démérité. Le score ? 5-1. Le joueur ? Di María. Le geste ? La volée de l'Argentin. Le PSG est (bien entendu) plus que jamais leader, Angers toujours au pied du podium en attendant les autres rencontres.

Angers a la dalle ? Paris a les crocs


Pour ce duel de haut de tableau, pas de Silva, pas de Marquinhos, pas de Pastore ni de Verratti. Et pas de Cavani non plus dans le onze de départ. L’Uruguayen, désormais clairement remplaçant, semble payer la réunion exigée par Ibra il y a quelques semaines. Du coup, c’est Lucas qui est positionné sur l’aile gauche. Rabiot est là aussi, et Aurier dépanne en charnière centrale. Les 700 Angevins qui se sont déplacés au Parc ne voient quant à eux aucune surprise dans la formation alignée par Stéphane Moulin. Dès le départ, les Parisiens se cognent au bloc angevin maintenant bien connu des amateurs de Ligue 1. Le PSG garde le cuir, oui, mais n’en fait pas grand-chose. Aussi froid que son équipe, Auteuil se réchauffe un peu en portant la voix pour répondre à Boulogne. Lucas touche beaucoup de ballons et tente d’accélérer le jeu, mais l’adversaire, compact, joue bien le coup, notamment grâce à un alignement défensif irréprochable.


Le milieu du SCO parvient à bien court-circuiter les transmissions, tout en essayant d’aller de l’avant quand il a la balle. Sans complexe. C’est clair : Angers a faim. Les replis défensifs sont nikel. Et quand l’équipe est prise en défaut, par un caviar de Di María par exemple, c’est Letellier qui fait le taff devant Van der Wiel ou Matuidi. Sauf que quand Ibra s’y met, c’est autre chose. Actuellement, quoi qu’il fasse, le Z a le mojo : sur un bon décalage dans la surface, le Suédois envoie une frappe contrée qui passe entre les jambes du portier. 17e pion en 17 journées pour lui. Propre. Le Parc ne l’oublie pas et gueule son admiration. Sur son banc, Cavani rumine. Moins de dix minutes plus tard, la défense angevine oublie sa rigueur et laisse Paris jouer. Sanction immédiate : Di María régale Lucas et en profite pour doubler le score. Sévère. Sur son banc, Cavani chiale.

Di María, un ange dans le ciel parisien


Au retour des vestiaires, le SCO ne touche plus la quille. Au vrai, Paris se balade et s'amuse tranquillement. À la 54e, la bande d'Ibra accélère et inscrit un somptueux but collectif, signé Van der Wiel, qui récompense au passage sa bonne performance. David Luiz, blasé, ne célèbre même pas. Sur son banc, Cavani gobe un Lexomil. Comme il n'est pas encore tout à fait parfait, le club de la capitale se relâche un peu en laissant marquer Capelle. À la suite d'un coup de pied arrêté, évidemment. Les quelques fans angevins sont aux anges. Car il faut bien l'avouer : face à cette team, c'est déjà un petit exploit de tromper Trapp devant son public.

Le problème, c'est que les supporters parisiens, en plus d'être exigeants, sont jaloux. Ça tombe bien : Di María adore faire plaisir. L'Argentin sort donc ses petites sucreries bien à lui. Il envoie d'abord une volée acrobatique magnifique dans les filets, avant de réaliser un superbe lob. Le public, bien conscient du talent énorme de son protégé, perd ses cordes vocales. Sur le bord du terrain, Cavani essaye de s'échauffer. Pas trop con, Blanc décide justement de faire tourner avec un triple changement et les entrées de Stambouli, Kimpembe, et Cav'. Malgré Ibra et quelques actions de classe, le score ne bougera pas. L'arbitre siffle le coup de sifflet final sous les acclamations et les « Merci Paris ! » du Parc, qui ne demande qu'à s'enflammer à nouveau. À qui le tour ?

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 17
    il y a 4 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 8
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
    Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 163