1. //
  2. // 18e journée
  3. // Rennes/PSG (1-3)

Paris assure son maintien !

Tranquilles comme jamais face à des Rennais impuissants offensivement, les Parisiens s'imposent 3 à 1 en terre bretonne et atteignent la fameuse barre des 43 points : celle du maintien.

Modififié
37 59

Rennes - PSG
(1-3)
Alessandrini (67') pour Rennes , T. Motta (19'), Ibrahimović (52'), E. Cavani (91') pour PSG.


Au chaud dans ses habits de ville, Sylvain Armand claque une bise à Blaise Matuidi, papote avec Thiago Silva et prend des nouvelles de Jérémy Ménez. Ce samedi en fin d'après-midi, celui qui a passé près d'une décennie au Paris Saint-Germain n'affrontera pas son ancien club. Mais lui, peut-être plus que n'importe qui, sait que ce que vient de réaliser le club de la capitale à Rennes est énorme. Loin des galères, d'Amara Diané, de Sochaux et des désillusions, le PSG vient de choper trois nouveaux points. 40 + 3 qui font 43 et un maintien acquis au soir de la 18e journée, au terme d'un match maîtrisé, où les hommes de Laurent Blanc ont tranquillement récité leur football face à une équipe rennaise solidaire, mais trop faible offensivement.

Quelle philosophie contre Paris ?

En Espagne, Philippe Montanier s'était fait sa petite réputation. Sur le banc de la Real Sociedad, il était « l'homme qui faisait peur aux gros » . Les Basques avaient même coupé la tête du grand Barça. Passés maîtres dans l'art de conserver le ballon, les Parisiens filent des complexes à leurs adversaires. Claire, la stratégie adoptée par les Bretons consiste à former un bloc solide et bas et à limiter les espaces. En somme, accepter de subir, de laisser le ballon aux milieux parisiens et opérer en contre. Pourquoi pas, quand on a à disposition des joueurs comme Alessandrini ou Pitroipa, capable de faire la différence en un contre un ? La réponse tient en un seul mot : repli. Excellents dans ce domaine tout au long de la rencontre, les coéquipiers de Thiago Silva ont parfaitement géré les offensives bretonnes en se replaçant vite et bien. Parfois surpris par les éclairs de génie du Burkinabè, qui s'est offert un joli dribble aérien sur Silva, les leaders de Ligue 1 ont parfaitement muselé Alessandrini et Oliveira. Impossible donc, pour les Rennais, de se procurer des occasions sérieuses autrement que sur corner. C'est là que Jean-Armel Kana Biyik, une fois de la tête et une fois du gauche, a inquiété Sirigu. C'est aussi là que commencent les limites d'une telle stratégie contre Paris. Car laisser le ballon à Paris, c'est la facilité. Tenter de rivaliser est inutile, mais se laisser marcher dessus, c'est du suicide.

Verratti – Motta, sorbet deux saveurs

Si Paris parvient à garder le ballon et à l'utiliser si bien, c'est parce qu'au milieu du terrain, la triplette de Belleville fait le boulot. Toujours, peu importe le temps, l'heure ou l'adversaire, Matuidi, Verratti et Motta régalent. Bien aidés par le boulot défensif de taré d'Edinson Cavani et les courses de ce poulet sans tête de Lavezzi, le trident sollicite et facilite. Après une vingtaine de minutes passées à jouer au milieu, aux côtés du « bureau des méthodes » , Zlatan Ibrahimović retourne en pointe. Mais s'ils mettent tranquillement les pieds sur le ballon face à des Rennais peu menaçants, les Parisiens peinent à se procurer des occasions sérieuses. Finalement, il faut attendre une mésentente entre Costil et un défenseur sur un corner pour que les hommes de Blanc voient la situation se décanter. Au « j'ai ! » de son gardien, le défenseur breton répond par un coup de tête que récupère Alessandrini. Parfaitement placé, Motta récupère le ballon dans les pieds du Rennais, dégaine un crochet pour se mettre face au but et envoie une frappe limpide du pied gauche dans le petit filet opposé. Simple comme bonjour.

Bourde de Sirigu

Simple comme ce une-deux d'école entre Verratti et Matuidi qui envoie le Français en face à face avec Costil. Fauché par Hountondji dans la surface, Blaise gratte un pénalty logique. Zlatan sanctionne les Rennais et fait le break un peu avant l'heure de jeu. 0-2 tranquille, les Bretons pourraient lâcher, mais Alessandrini et Sirigu décident de relancer la partie. Sur un coup franc obtenu juste avant un but non accordé de Konradsen, le gaucher envoie une mine côté ouvert que le portier sarde ne parvient pas à capter. L'une des rares bourdes de l'ancien Palermitain à une demi-heure du terme qui aurait pu relancer la rencontre. C'était sans compter sur la maîtrise parisienne et l'incapacité des Rennais à créer des différences. Pitroipa sorti, Alessandrini muselé, Oliveira transparent, impossible pour Montanier d'emballer la rencontre. Comme les Bretons n'en veulent pas, Cavani profite d'un énième caviar de Verratti dans la profondeur pour faire parler la poudre d'un enchaînement crochet du droite, patate du gauche. Sylvain Armand aura aussi droit à son maintien. Mais il faudra attendre un peu.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

laurentlp Niveau : CFA
Mais BORDEL le match n'est même pas terminé ! Mais comment vous faites ???
didier gomis Niveau : CFA
Zlatan, range ce bouc dégueulasse !
didier gomis Niveau : CFA
Note : -1
Zlatan, range ce bouc dégueulasse !
didier gomis Niveau : CFA
Note : -1
Zlatan, range ce bouc dégueulasse !
Le match n'est même pas terminé et Cavani n'avait pas encore marqué que le résumé est deja en place ?
Swann dis moi comment tu fais?
Lamine Turgut Niveau : CFA
SOU-LA-GÉ .... de voir que Paris a bien négocié le célèbre temps fort Rennais ...

En 2006-2007, entre la 16ieme et la 22ieme journée, Rennes était 5ieme au classement des matchs à domicile entre la 37ieme et la 52ieme minute ....

Ça me faisait vachement peur et j'avais la boule au ventre depuis mercredi (2 jours d'arrêt de travail quand-même !)


(Source : http://www.poteau-rentrant.com/index.ph … ue1_france)
Alors autant un milieu Motta-Matuidi-Verratti tu vois pas souvent la balle, autant tu rajoutes Rabiot pour un milieu à 4 et là tu la vois plus du tout.
Marco giocha e non si ferma più
e la partita delle 8:30 senza lui
è cuore di metallo senza l'anima
nel freddo del mattino grigio del camp des loges
a coverciano il banco è vuoto, marco è dentro me
è dolce il suo passaggio fra i pensieri miei
cartellini enormi sembrano dividerci
ma il cuore batte forte dentro me

chissà se tu giocherai
se con la nazionale partirai
se tiffi come me
sfuggi gli sguardi e te ne stai
rinchiuso in campo e non vuoi uscire
stringi forte e te la palla e non lo sai quanto altro bene ti farà la nazionale


marco nel mio diario ho una fotografia
Zlatan e i suoi consigli che monotonia
Motta con il suo talento ti ha portato via
di certo il tuo parere non l'ha chiesto mai
ha detto"un giorno tù segnerai"

chissà se tu farai gol
se con l'arbitro parlerai
non è facile lo sai
in Nazionale non ne posso più
e i pomeriggi senza te
In panchina sei inutile tutte le squadre si affollano su te
non è possibile dividere la partita senza te
ti prego vieni in brasile ...ma illuderti non sol
la nazionale fra noi
questo silenzio dentro me
è l'inquietudine di vedere la nazionale senza te
ti prego Prandelli perché
non è possibile dividere la storia di noi due
la storia di noi due
la nazionale

Prandelli portati Marco in Brasile..
RadamelFalcao Niveau : Loisir
D'après les supporters parisiens, Sirigu est un grand gardien. Hihi, ça va être drôle en LdC
Edinson "Jambes de feu" Cavani.
Il te gratte un ballon à la 91ème et traverse le terrain en sprint pour aller marquer son but, en ayant couru 7295683 kms avant.
PhoenixLite Niveau : Loisir
D'après beaucoup de monde, Casillas et Buffon sont les 2 plus grands gardiens des 15 dernières années.
Mais ils ont jamais fait de bourde, eux, c'est bien connu.
volontaire82 Niveau : Loisir
Message posté par laurentlp
Mais BORDEL le match n'est même pas terminé ! Mais comment vous faites ???


En même temps il se passait tellement rien par moments qu'ils avaient le temps pour le préparer
Message posté par PhoenixLite
D'après beaucoup de monde, Casillas et Buffon sont les 2 plus grands gardiens des 15 dernières années.
Mais ils ont jamais fait de bourde, eux, c'est bien connu.


Sur les 15 dernieres annees je dirais plus Van der Sar et Buffon.
Lamine Turgut Niveau : CFA

"Bonjour Jim …


Un dangereux activiste anarchiste sévit actuellement sur les forums de SoFoot.

Connu sous le pseudonyme de "RadamelFalcao", personne n'a jamais vu sa tête.
(NDLR : manquerait plus qu'ça, tiens !)

Visiblement perturbé mentalement, il caresse toutefois le rêve mégalo de convertir le monde à sa pensée bipolaire : - son club tire sa colossale fortune de spoliations de champs pétrolifères nationaux, à la chute du régime soviétique en 1991, mais lui, "tape" systématiquement sur les pétrodollars investis par le Qatar aux PSG ... Le tout sans aucun scrupule apparent et en croyant que son club moisi s'en sortira mieux "une fois l'argent parti" ....


Votre mission, Jim, si vous l'acceptez, est de ramener ce jeune gredin à la raison.

Comme d'habitude, si vous ou l'un de vos co-forumeurs étiez surpris à lui mettre un +1, le Département d'Etat niera avoir eu "la conne aisance de vous agiter sciemment".


Ce message s'auto-détruira da....

Allo ... ? ALLO !!

Jim, vous êtes là ... ? Jim, REPONDEZ BORDEL* !!!


Putain* l'con : y s'est barré !!!


BERNAAAARD ! Passe-moi le numéro de Jango Edwards .... Y'a plus que lui pour cette mission de déglinguo.

Hein ? ... Oui je sais : "y font chier là-haut-ils nous mettent des objectifs PAS-PO-SSIBLE-et nous ici, on n'a aucun moyen pour bosser" ... Tu me l'as déjà dit lors du dossier Le Magicien et le fric de Tapis.


Bref : Vraiment une sale affaire ..."



(To be continuède ...)
Non mais Rennes ça va finir par devenir insupportable...Konradsen qui n'a rien dans le crâne, Danzé qui s'affole comme une pucelle dès qu'il y a adversaire devant lui ou un dégagement un faire, Oliveira plein de suffisance qui tire la tronche etc.
Les saisons précédentes, on sentait que Rennes pouvait faire tomber les gros, cette année, c'est sans saveur, à aucun moment les Parisiens n'ont été pris à la gorge, ils mettent un 3-1 tranquilos
Et puis ces panneaux dégueulasses Pizzeria Del Arte "goût de l'Italie" qui clignotent à tout va...
le but de cavani c'est crochet du droit patate du droit et pas du gauche...

c'est ça de rendre sa copie 30 minutes en avant lors des exams; faut se relire ^^
Magic Marco & Motta
volontaire82 Niveau : Loisir
Matuidi, pourvoyeur officiel en une-deux classes du PSG
Message posté par juda


Sur les 15 dernieres annees je dirais plus Van der Sar et Buffon.



C'est oublier Oliver Kahn qui entre 98 et 2003 était monstrueux
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
37 59