Paris, as-tu du cœur ?

Dégueulasse treizième du dernier exercice, le Paris-SG est entré dans une période de « reconstruction » l'année de ses quarante ans. L'âge de raison surement. A cinq jours de l'ouverture du championnat, le PSG a-t-il vraiment changé ?

Modififié
0 1
« Heureux et fier » . Voilà comment Antoine Kombouaré a salué ses joueurs après le match nul contre la Roma (1-1) hier en clôture du tournoi de Paris. « On veut se racheter » clamait d'ailleurs le buteur dominical Guillaume Hoarau. Du côté de l'actionnaire principal, Colony Capital, on balançait à qui voulait l'entendre que « le club visait les cinq premières places » . Comme quoi, le Paris-SG n'a pas vraiment changé. Toujours conquérant le mois de juillet terminé. Systématiquement mal en point septembre arrivant. Dirigeants, joueurs, staff, tous sont unanimes : 2010-2011 sera ou ne sera pas l'année du PSG. Il faut bien l'avouer, le dernier exercice avait laissé comme un goût de chiottes dans la bouche des amoureux du club. Sur et en dehors du terrain. Le côté sportif mal en point, l'extra-sportif encore plus (un mort et une guerre de tranchées entre les deux virages Auteuil et Boulogne). Fini tout ça. Depuis, Brice Hortefeux et sa machine judiciaire ont vidé le Parc des Princes de ses Ultras. Robin Leproux a vidé le stade de ses abonnés et son plan de sécurité a pour consigne de ramener les familles au stade. Soit. Mais le tournoi de Paris a confirmé une chose. En tribunes, on va sacrément s'emmerder cette année. Comble du ridicule : une tour Eiffel température mesurant l'ambiance, appelée aussi “le vous vous z'êtes là ?”. LOL.

Le terrain comme arbitre


On l'aura compris. L'ambiance de feu est pour plus tard. Il faudra surtout se sortir les doigts sur le pré. Pour ce faire, les dirigeants ont mis en place un recrutement cohérent. Mathieu Bodmer et Nenê. Les deux nouveaux ont d'ailleurs semblé en forme lors des dernières sorties franciliennes. De bon augure pour la suite. Reste le chantier épineux de la défense. Sakho ne pourra jamais s'émanciper aux côtés d'un Camara ou d'un Traoré (copieusement sifflé ce week-end Porte de Saint-Cloud au passage). Il faut donc un défenseur central d'expérience capable de guider la jeune pousse du PSG. A l'heure actuelle, le dossier est au point mort. Les pistes sont là. Crédible (Gallas, Zébina) ou pas (Bisevac, Basa), le futur défenseur du club se fait attendre. Mais le postulat est éternel : pour acheter, il faut vendre. Et sur ce dossier, le Paris-SG a toutes les peines du monde à se délester des gros salaires. Pourtant, ces derniers ont très vite levé la main : Rothen, Kezman, Giuly pour ne citer qu'eux. Le hic, personne, mais personne n'est intéressé. Idem pour le jeune Younousse Sankharé placardisé par AK dès la reprise. A l'heure actuelle, les lofteurs sont toujours là, et leurs émoluments de ministres aussi. Forcément, pour recruter un cador défensif, ça n'aide pas. Alors le club avance masqué.

Mais tout n'est pas noir au royaume de Lutèce. L'attaque devrait bien tourner (Erding, Hoarau, Luyindula et le chouchou Maurice). Le milieu semble consistant (Maké, Bodmer, Nenê et Sessegnon dans les onze ; Clément, Chantôme en réserve de la République). Même les latéraux répondent à l'appel (Céara/Jallet, Armand/Makonda). Reste le défenseur central tant attendu. Tiens, comme chaque année à pareille époque, on se dit que sur le papier, l'effectif parisien n'est pas si mal. Que la mayonnaise pourrait prendre, etc. On connaît la suite... Sauf que cette année, les excuses seront moins faciles à trouver. Les supporters/voyous ne sont plus là. Kombouaré n'est plus un novice. Et le recrutement est voulu. Ça fait moins de paratonnerres à brandir si la maison brûle. Si ça foire, il faudra trouver une excuse, et une bonne hein.

A défaut d'avoir vidé son effectif, le PSG a vidé son stade. Pour fêter dignement ses quarante ans, il a pour mission de le remplir à nouveau. Il n'y a pas de solution miracle. Il faut gagner des matches. Et là dessus, le règlement de la LFP est formel, Germain le lynx ne sera d'aucun utilité...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Moi je préfère ne pas critiquer ce qui est entrepris par Leproux. On ne peut pas stigmatiser la violence des ultras en permanence et reprocher à un responsable d'essayer de s'en débarrasser. Est-ce la bonne méthode ? On verra. Est-ce qu'il y a aussi des raisons commerciales ? Bien sûr... et heureusement. Une grande équipe nécessite des grands moyens, donc il faut continuer à faire rentrer de l'argent dans les caisses. Je ne suis pas sûr que des ultras, avec leur abonnement à l'année, soit plus rentable que des places vendues même seulement 2 fois sur 3, sans même compter la casse, les amendes et le déficit d'image encore bien plus pénalisant au niveau des sponsors. La capitale française n'a même pas 1 club de foot crédible quand quasiment toutes les capitales européennes ont 1 ou plusieurs clubs qui jouent le titre tous les ans. L'ambiance reviendra avec des résultats. En+, si l'ambiance c'est insulter l'équipe et la direction quand ça perd et se taper sur la gueule dès que possible, je préfères amener mes futurs enfants voir le stade français que "profiter" de l'ambiance.

Au niveau sportif, je sais pas si l'auteur utilise le terme "crédible" pour dire vraisemblable ou comme jugement de valeur des joueurs. Dans le deuxième cas, je serais en total désaccord avec lui. Basa et Bisevac sont des très bons centraux, qui demanderont 3 fois moins de salaires que des vieilles gloires finies, avec un égo à vous faire péter un vestiaire comme Gallas et dans une moindre mesure Zebina. Sportivement, dans la durée et au niveau financier, une des deux premières solutions serait bien meilleure.

PS: Sofoot, il est impossible de laisser un commentaire 2 jours sur 3
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : Scandales sexuels
0 1