En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Metz (3-0)

Paris a fini par concrétiser

Largement dominateurs, les Parisiens ont patienté jusqu’en seconde période pour faire la différence (3-0) face à des Messins qui ont laissé passer leurs chances.

Modififié

Paris Saint-Germain 3-0 FC Metz

Buts : Lucas (52e), Layvin Kurzawa (67e) et Jonathan Rivierez CSC (90e+3) pour Paris

Trois ans qu’il patiente. Trois ans qu’Edinson Cavani, la recrue la plus chère de l’histoire du PSG (recruté 64 millions d’euros à Naples en 2013) convoite ce rôle d’artilleur en chef de l’attaque parisienne. Plus qu’un rôle d'avant-centre retrouvé, avec le départ de Zlatan, Edi’ quitte l’ombre dans laquelle il était confiné. Mais à force de vendanger comme ce soir, il pourrait bien décider les dirigeants de la capitale à lui refourguer un concurrent dans les pattes. Face à Metz, ses coéquipiers se sont chargés de boucler le travail à sa place. Heureusement.


Ça ne rentre pas


Pour sa première au Parc des Princes, Unai Emery réserve plusieurs surprises. Annoncé titulaire (ce qui n’est plus arrivé depuis le mois de février !), Verratti est sur le banc, aux côtés de Ben Arfa et Matuidi. Au milieu de terrain, Rabiot et Pastore épaulent Thiago Motta, derrière le duo Di María / Lucas, chargé de servir Cavani. Des ballons, l’Uruguayen ne va pas en manquer. El Matador multiplie les situations dangereuses sans parvenir à faire trembler les filets. La faute à un gros manque de réalisme (19e, 27e, 32e, 41e) quand ce n’est pas un partenaire qui traîne sur sa trajectoire (15e). Acculé dans les cordes, Metz s’en remet à Thomas Didillon, la main ferme sur une tentative de Lucas (45e) juste avant la pause. Alors quand, dans la foulée, la tête piquée de David Luiz passe juste à côté, on se dit que rien ne peut arriver aux Lorrains. Ou que ce n’est plus qu’une question de temps.

Trapp à la parade


À peine dangereux une fois dans le premier acte, les hommes de Philippe Hinschberger se procurent le premier frisson de la seconde période. Un 2 contre 2 bien négocié par Trapp. Punition sur le contre : Di María trouve Aurier, qui lance Lucas. En deux touches, le Brésilien libère les siens d’un coup de fusil croisé (1-0, 52e). Propre. Paris a fait le plus dur ? Les Messins ne l’entendent pas ainsi. Falette, Cohade et Erding multiplient les situations chaudes sur la cage du champion de France, mais Trapp sort à chaque fois les arrêts nécessaires (56e, 60e, 62e). Il faut un corner téléguidé de Di María sur la tête de Kurzawa pour faire le break. Hop, deux buts en deux journées pour l'ancien Monégasque. Pour finir, Cavani a encore bouffé la feuille une paire de fois (78e, 88e). Ça n’était définitivement pas sa soirée. Ça n'était pas non plus celle de Jonathan Rivierez, qui marque contre son camp dans les derniers instants sur une frappe de Verratti. 3-0. Circulez.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Florian Lefèvre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 35 minutes Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 8
    Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 50
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7