Parfum de revanche

Ce soir (21h), Lille accueille Marseille avec une double idée : prouver qu'ils sont encore les patrons et enfoncer un rival direct pour le titre. Mais gare au réveil du dauphin...

0 0
Les vacances sont bientôt finies et c'est une nouvelle qui réjouit à la fois Lille et Marseille. Parce qu'il faut bien le dire, les deux derniers champions de France ont le chic pour se faire chier au mois d'août. Evidemment, l'histoire récente prouve que les galériens de l'été peuvent prétendre être les conquérants du printemps selon la bonne vieille fable du lièvre et de la tortue. Mais gare à ne pas trop chercher les emmerdes non plus. Car à trop lambiner vient fatalement le jour où la tortue ne rattrape pas le lièvre. Surtout si celui-ci commence de plus en plus à avoir la bobine de l'Olympique Lyonnais. En clair, ce dimanche, le perdant du choc entre Lille et Marseille pourrait bien avoir paraphé une hypothèque sur le titre. Bien sûr, on ne joue jamais que la 4e journée de Ligue 1 et il n'y a aucun enseignement à tirer aussitôt. N'empêche, avec des poules très relevées en Ligue des champions comme une promesse de furieux combats quand viendra l'automne et plus, si affinités, le gaspillage estival peut peser de tout son poids à l'heure du bilan final. Surtout quand celui-ci profite à un rival direct dans la course au titre.


Lille : de la malchance au syndrome ?


Et puis, il y a une atmosphère de revanche qui enveloppe le sommet du soir, il ne faut pas croire les vingt-deux acteurs ainsi que les staffs respectifs quand ils jurent par tous leurs dieux que ce genre de ressort n'entre pas en ligne de compte. Pourtant, les deux escouades vont bel et bien entrer sur la pelouse du Stadium avec cette idée fixe. Marseille parce que son rival l'a dépossédé de sa couronne l'an dernier. Mais de son côté, Lille n'a pas digéré l'invraisemblable échec au Trophée des champions (4-5) alors qu'ils menaient tranquillement (3-1) à sept minutes de la fin. Un accident assez révélateur au fond de l'état actuel du Losc. Les champions de France jouent encore au ballon comme personne en Ligue 1 dans les pas d'un Eden Hazard qui paraît avoir pris encore davantage d'épaisseur dans son emprise sur le jeu. C'est cette permanence dans la qualité collective qui force l'admiration et permet aux Nordistes d'être les candidats principaux à leur propre succession.

Car malgré les couacs face à Montpellier (0-1) ou à Nancy (1-1), Lille continue à être ultra dominateur dans ses matches, et c'est ce que veut retenir Aurélien Chedjou. « Franchement, on est tranquille même si au niveau comptable, il y a eu du gâchis, nous confie le défenseur central camerounais. On serait bien plus inquiet si notre jeu était envolé, qu'on était dominés ou brouillons. Alors que là, on était bien réglés, il nous a juste manqué un poil de réussite car sur les deux premières journées, si on gagne par cinq ou six buts d'écart, personne ne crie au scandale. On ne s'inquiète pas, il n'y aura pas toujours les poteaux ou des arrêts miracle pour nous empêcher de marquer » . Pas faux. Mais ce manque de réussite est aussi le fruit de quelques insuffisances, entre le départ de Gervinho et les approximations de Sow, qu'elles soient physiques (quelques kilos en trop), techniques (c'est lié) ou mentales (pas d'augmentation de salaire, drague parisienne...). En clair, il ne faudrait que ce manque de chance lillois passe d'un truc seulement circonstanciel à un mal symptomatique.


La seule équipe battue par l'OM : le Losc


Mais en face, Marseille navigue lui aussi à vue avec quelques énigmes à résoudre pour réparer sa boussole. Avec trois nuls, les Phocéens peuvent toujours dire qu'ils sont invaincus, eux. Mais nous, on préfèrera constater qu'ils n'ont toujours pas gagné, ce qui est beaucoup plus gênant pour un candidat. Avec une faiblesse abyssale : la défense. Quatre pions encaissés lors du Trophée des champions, quatre autres depuis le début du Championnat. Une gabegie pour une équipe qui, ces deux dernières saisons, s'étaient posées en référence hexagonale avec des mecs balèzes comme les aime Didier Deschamps pour verrouiller le coffre. Au point de rendre jaloux Bernard Lacombe en personne qui expliquait l'an dernier : « J'aimerais voir chez nous l'impact des Marseillais. Eux quand ils taclent, ils emportent tout » .

Mais voilà, depuis la reprise, l'OM est vachement négligent et mal protégé entre un Alou Diarra dont on commence à se demander s'il n'est pas carbo pour de bon, et une défense de plus en plus bricolée avec l'absence de Mbia. Et ça ne risque pas de s'arranger ce soir avec la suspension de Nkoulou remplacé dans l'axe par Fanni. En temps normal, c'est déjà une inquiétude. Mais alors avec les attaquants lillois en face... En revanche, et pour le spectacle c'est une vraie bonne nouvelle, Marseille joue mieux au ballon. Oh, c'est pas le Barça hein mais quatre passes à la suite ressembleraient presque à du toque au regard des deux dernières saisons. Et puis Lucho fait enfin du bon Lucho, Valbuena mouline ses petits bras, Gignac ressemble à un fooballeur et Rémy n'en finit plus de marquer. Suffisant face à l'ogre nordiste ? Pas sûr même si on se souvient que finalement, matches amicaux compris, Marseille n'a vaincu qu'une équipe cette saison : Lille.


Dave Appadoo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0