Pardew : « La L1 est la plus supervisée »

En décembre dernier, Alan Pardew marchait sur des œufs, en remplaçant un Chris Hughton très respecté du vestiaire. Aujourd’hui, il dirige un Newcastle invaincu, auteur de son meilleur départ depuis 17 ans, et a de nouveau fait de ce club un repaire à Français. Explications.

Modififié
4 4
Pourquoi votre club a-t-il axé son recrutement sur la Ligue 1 ?

Elle fait jouer des joueurs plus jeunes qu’en Premier League. La jeunesse est donc un gros facteur. Je trouve aussi que techniquement, le football français apporte beaucoup.

Mais physiquement, les joueurs de L1 sont loin de l’intensité du championnat anglais…

C’est vrai. Si vous regardez les matches français, le rythme, les traversées d’un bout du terrain à l’autre sont moins fréquentes qu’en Premier League. Et parfois, on peut s’inquiéter de la faculté qu’ont les joueurs de Ligue 1 à bien s’adapter au rythme anglais et à son endurance. Mais cette année, nous sommes très contents avec Yohann, Sylvain ou Hatem, qui était déjà là la saison dernière. Il semble qu’avec eux, il n’y aura aucun problème à ce niveau-là.

Comment arrivez-vous à mesurer tout ça ?

Je pense qu’il est question ici d’intelligence, avoir l’œil intelligent dans le recrutement, les repérages sur comment le joueur évolue durant une rencontre, de quelle énergie il dispose. Par exemple, Sylvain Marveaux a été blessé. Donc nous n’étions pas sûrs que le recruter était une bonne décision pour nous. Il a souffert d’une longue blessure, donc nous n’avons pas pu aller le voir pendant cinq ou six mois. Mais ne vous trompez pas, nous n’avons pas pris de risques avec lui. Nous sommes quand même allés le superviser pour savoir s’il pouvait résister à la Premier League. Aujourd’hui, tout est ok avec lui. Aucune inquiétude à son sujet.

Pourquoi que des joueurs de Ligue 1, alors que ce n’est pas le meilleur des championnats européens ?

Ce n’est pas exactement le cas puisque nous avions signé l’année dernière Tioté qui jouait aux Pays-Bas ou Santon cette année de l’Inter Milan. Nous ne sommes pas présents que sur la Ligue 1. Nous avons aussi essayé de faire signer Ruiz de Twente, Cissé aussi de Fribourg en Allemagne. Tout n’est pas sorti dans les journaux. Mais je pense que nous comprenons très bien ce championnat. C’est le championnat que nous supervisons le plus. Cette saison, chaque joueur qui est arrivé en Premier League, nous le connaissons très bien. Gervinho, par exemple, nous avions pensé à lui.

Vous cherchez à l’étranger parce que les joueurs de Premier League sont trop chers ?

Oui, c’est une raison importante, même si ce n’est pas la principale. La principale raison d’un recrutement c’est que vous cherchez le meilleur joueur possible avec la valeur la plus élevée possible. La valeur maximum pour nous, c’est la Ligue 1, la Bundesliga, la Liga plus que la Premier League. Tous les joueurs de ces championnats se valent. Il n’y a pas grande différence.

Dix-sept Français sont passés au club. Pourquoi autant ici à Newcastle et pas dans d’autres clubs anglais, Arsenal mis à part pour les raisons qu’on connaît ?

C’est en quelque sorte traditionnel chez nous. Nous avons connu plutôt des bonnes situations avec les joueurs venus de France. Ça aide. Ginola par exemple, Ben Arfa, c’est un joueur que nous apprécions beaucoup. Tout ça, on le prend en considération. Parfois, quand on cherche un joueur, on cherche, on cherche. Mais avec la connaissance et l’expérience que nous avons dans le recrutement en France, nous avons une certaine confiance dans notre regard, la connaissance du championnat français chez nous est forte. Et c’est pour cela qu’on se retrouve avec Cabaye ou Marveaux aujourd’hui.

Newcastle est le club anglais qui connaît mieux le championnat de France ?

Il y a quand même Arsenal, en raison de la présence d’Arsène Wenger. D’ailleurs, à chaque fois que nous essayons de signer un joueur de Ligue 1, que nous nous intéressons à lui, Arsenal n’est jamais bien loin.

Vous voulez copier Arsène Wenger ?

Ce n’est pas notre stratégie. Nous voulons juste les meilleurs joueurs possibles pour Newcastle. S’ils sont français, ils sont français. Et s’ils sont allemands, eh ben ils sont allemands. Il n’y a pas de racisme en disant qu’on n’aime que les Français. Ce n’est pas l’idée.

C’est la même chose au centre de formation de Newcastle, cette propension à aller chercher en France ?

Non, nous ne sommes pas spécialement focus sur la France, même si nous avons de très bons scouts en France, de très bons contacts. Nous connaissons très très bien ce marché. Et le responsable du scouting, Graham Carr, passe énormément de temps en France, il a beaucoup de contacts avec les agents, avec des anciens footballeurs ou entraîneurs. Nous avons de très bons contacts et ça nous a plutôt réussi pour le moment. Pourvu que ça dure.

Vous n’avez pas peur qu’en recrutant de plus en plus d’étrangers, en ayant une équipe de plus en plus cosmopolite, les fans ne se reconnaissent plus dans cette équipe, qui est quand même l’archétype du club anglais ?

Non, je ne pense pas. Arsenal n’a pas ce problème là, alors qu’ils ont onze joueurs français dans leur effectif. Nous n’aurons pas ce problème ici. La principale raison c’est que Newcastle a toujours produit ses propres joueurs. Nous avons toujours eu deux-trois joueurs qui sortaient de l’académie pour intégrer l’effectif professionnel, des joueurs anglais. Ici, à Newcastle, on est reconnus pour avoir toujours sorti des joueurs de l’académie, chez les féminines comme chez les garçons et nous continuerons toujours à le faire.

A vous entendre en tout cas, stopper le recrutement made in Ligue 1 n’est pas à l’ordre du jour…

Les Français qui viennent ici, je pense qu’on les met dans les bonnes conditions, ils apprécient tous la ville. C’est plus simple de vivre ici qu’à Londres, et Londres je connais bien, je suis un Londonien. Ici, tout est plus doux, les gens sont plus chaleureux, plus avenants. Je trouve plus simple de s’intégrer ici. Je pense que pour les joueurs français, c’est l’endroit parfait pour débuter en Premier League. C’est un message important et transmettez-le dans votre papier. Nous voulons encore plus de joueurs français (rires).


Propos recueillis par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


"Vous cherchez à l’étranger parce que les joueurs de Premier League ?"

Heu... comprends pas ... Pouvez-vous vous relire SVP ?
Ouah respect à Pardew pour avoir supporter la répétitivité des questions de Boscher ...
Bunk, je me suis dit la même chose en lisant l'article. Je trouvais cool une interview de Pardew. Mais les questions mono-maniques du journaliste... incroyable. Par contre, pas une trace de Guivarc'h dans l'interview... dommage !
General Delacroix Niveau : District
Mais c'est moi ou ça fait plusieurs fois qu'ils publient sur le site des interviews présentes dans la version papier ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 4