Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Séville-Liverpool

Parc Saint-Jacques : tout sauf une coquille vide

Ce soir, Séville et Liverpool vont en découdre dans un stade habitué aux soirées de gala. Les grands moments de football, le Parc Saint-Jacques connaît, lui qui a même vécu quelques chaudes séances de hooliganisme suite à des matchs tourmentés.

Modififié
Les supporters du FC Bâle peuvent remercier la Ligue Europa, le suspense va enfin revenir au Parc Saint-Jacques. Car soutenir le Fussball-Club Basel 1983 de nos jours, c'est vivre une vie plutôt tranquille, celle d'un grand bourgeois du football qui a encore observé son club remporter la Super League cette saison. Pour la septième fois d'affilée, et à cinq journées de la fin. Le FC Bâle trouve peu de monde pour oser le regarder dans les yeux en Suisse, et survole les débats en présentant les apparats d'un grand club : un centre de formation performant, des moyens financiers colossaux comparés à ceux de ses adversaires nationaux, et le plus grand stade du pays. 38 512 places flanquées au bord de l'autoroute A3, qui ont déjà accueilli quelques moments de bravoure. Sorti de terre en 2001, le Parc Saint-Jacques - ou St. Jakob-Park en version originale - vient remplacer le vieux stade Saint-Jacques, qui trônait au même endroit depuis 1954. Saint-Jacques est passé du « stade » au « parc » , de plus de 50 000 places à 15 000 de moins, et seul le surnom de l'arène, le « Joggeli » , a survécu. Mais les Suisses sont des gens efficaces, et peu portés sur le pharaonisme inutile. Le stade Saint-Jacques avait évidemment pour mission d'être l'un des lieux phares de la Coupe du monde 1954, organisée en Suisse, et le Parc Saint-Jacques tombait à pic à un an de la désignation de la Suisse comme co-organisatrice de l'Euro 2008 avec l'Autriche.

Liverpool-Séville, finalistes invincibles de C3

Un stade et beaucoup de buts


Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on marque des buts au Saint-Jacques. La Coupe du monde 54 avait donné le tempo, avec ses 44 buts en 6 matchs joués au stade de Bâle, soit une moyenne de 7,33 buts par rencontre (!). Le 8-3 de la grande équipe de Hongrie de Puskás face à l'Allemagne de l'Ouest, l'incroyable 4-4 entre l'Angleterre et la Belgique, la rouste donnée par les Allemands aux Autrichiens en demi-finale (6-1), autant de matchs fleuves ayant eu lieu au St. Jakob. En guise de cerise sur le gâteau, la victoire des Suisses contre le tenant du titre italien prié de rentrer à la maison, qui provoqua des scènes de liesse jamais vues chez les Helvètes. Avant la finale de C3 de ce mercredi, le stade Saint-Jacques avait également eu l'honneur de recevoir quatre finales de la disparue Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Là encore, que du festival, 18 buts en quatre finales, dont la victoire de la Juve emmenée par Platini en 84, un mois avant son sacre à l'Euro. Le « Joggeli » nouvelle version, devenu ce « Parc » flambant neuf pour l'Euro 2008 et dont la capacité est même poussée à 42 500 places pour l'occasion, connaît presque autant de réussite. Il est le stade le plus utilisé de l'Euro suisso-autrichien avec le stade Ernst Happel de Vienne, avec au programme le quart de finale gigantesque entre l'Allemagne et le Portugal, puis la demi-finale irrespirable gagnée par ces mêmes Allemands face aux Turcs. Un stade qui sent donc bon les feux d'artifice, et qui a même dû éteindre quelques vrais départs de feu lors de multiples émeutes.

Vidéo

Le Saint-Jacques à feu et à sang


Car si paisible qu'elle paraît être, la Suisse connaît aussi des problèmes avec ses « hools » , et ceux de Bâle sont particulièrement chauds. Nous sommes le 13 mai 2006, et le Parc Saint-Jacques est prêt à exploser. C'est le scénario dramatique par excellence : après une saison à se tirer la bourre, le FC Bâle reçoit le FC Zürich, son ennemi juré, pour la dernière journée du championnat. Forcément, Bâle n'a que 3 points d'avance sur son adversaire. La poudrière est donc parfaite, et le match tendu, ponctué de fautes atroces, de blessures et de bandages. Mais à la fin du temps réglementaire, Bâle pense tenir son sacre. Le score est de 1 partout, et la fête commence déjà en tribunes, alors que l'arbitre a accordé 3 minutes d'arrêts de jeu. Un délai suffisant pour un drame. Sur la toute dernière action, le défenseur roumain de Zürich Iulian Filipescu récupère un ballon mal dégagé dans la surface de Bâle et le bombarde au fond du but. Coup de sifflet final, terminus, tout le monde descend, le FC Zürich est champion. La scène n'est pas vraiment du goût des ultras du Basel, qui descendent illico sur la pelouse pour en découdre avec tout ce qu'ils trouvent, stadiers, joueurs, supporters adverses. Les affrontements continueront dans les rues de la ville jusque tard dans la nuit, et le club sera condamné à une lourde amende et à des matchs à huis clos.

Vidéo

Pas de quoi faire peur aux ultras bâlois, qui provoqueront régulièrement de nouvelles échauffourées. Le FCB a par exemple dû jouer son quart de finale d'Europa League dans un St. Jakob-Park vide face à Valence en 2014. Et il y a un mois encore, le match entre Bâle et Zürich au Parc Saint-Jacques a donné lieu à de nouveaux heurts, avec neuf policiers blessés et une voiture de police incendiée à la clé. Un stade qui est donc habitué aux soirées rock n'roll, et pas seulement lorsque AC/DC, Bruce Springsteen ou Metallica sont venus y jouer en concert. Décidément, le Parc Saint-Jacques est tout sauf une coquille vide.



Par Alexandre Doskov et Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 159 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi