En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mon Week-end

Papy Djilobodji : « Personne ne m’a encore trop fatigué ! »

Papy Djilobodji a 25 ans et est l’une des révélations de la saison en Ligue 1. Il faut dire que le défenseur nantais est passé, en trois ans, de la CFA, à un statut d’international sénégalais, surveillé, entre autres, par le Chelsea de José Mourinho. Détendu après la victoire face à Lorient (1-0, 20e journée de Ligue 1), Papy nous raconte son weekend.

Modififié
Vous avez renoué avec la victoire, après deux défaites en championnat. Vous avez fait quoi, après le coup de sifflet final ?
Ça nous a fait plaisir, vu qu’on avait livré un très bon match. En plus, c’est Bangoura qui a marqué, il revient de loin donc on était contents pour lui. On a fait un cri de joie tous ensemble.

Avec Riou, vous avez été déterminants dans le succès de votre équipe, ils vous ont dit quoi vos coéquipiers après le match ?
Rien de spécial. On a fait le boulot tous ensemble. Le groupe a un super état d’esprit.

Un coup de stress, sur le coup franc de Jouffre à la 92e (coup franc dévié sur la barre, ndlr) ?
(Rires) On a eu un peu peur ! Mais on sait que Rémy arrête tout ! Sur ce match, il était chaud, donc on n’a pas eu trop peur non plus.

C’est plus difficile, de jouer le dimanche à 14h ?
Moi, je préfère. Il ne fait pas encore trop froid ! Il faut juste réussir à se lever un plus tôt.

Tu te motives comment, en général, avant un match ?
Je me concentre avec de la musique, je discute avec des coéquipiers. Cela dépend des matchs. Personnellement, je ne suis jamais stressé.

Une référence musicale ?
J’écoute surtout de la musique sénégalaise.

Et après, tu fais quoi le samedi soir ?
Le plus souvent, je rentre chez moi. Parfois, quand je n’arrive pas à dormir après un match, je vais manger au restaurant avec des potes, et on discute jusqu’à ce que le sommeil vienne.

Tu manges quoi, après un match ?
Je vis avec mon oncle, donc le plus souvent, il me prépare des plats sénégalais. Il cuisine bien !

Tu regardes du foot le weekend ?
À la télé, je ne regarde que du foot ! Premier League, Liga, Bundesliga, je regarde tous les championnats.

Canal + ou beIN ?
Match nul, je suis abonné aux deux.

Ton dimanche-type ?
Je me réveille vers midi, treize heures, je prends un très bon petit déjeuner, et je suis le championnat anglais.

Mis à part au PSG et à Monaco, c’est qui le meilleur attaquant de Ligue 1 ?
Il y a des bons joueurs, mais il n’y a personne qui m’a trop fatigué !

Et le meilleur joueur contre lequel tu as joué ? Zlatan ? Falcao ?
Zlatan n'était pas encore en forme quand j’ai joué contre lui. Quand je venais d’arriver à Nantes, nous avions joué contre Brest, et Nolan Roux m’avait fatigué, lui, pour le coup !

À Nantes, qui t’impressionne le plus ?
On va dire Issa Cissokho!

Le week-end prochain, c’est le déplacement au Parc, prêt à écœurer Zlatan et Cavani ?
Ça va être difficile, mais je vais tout faire pour.

Il va vous dire quoi Michel Der Zakarian, pendant la causerie d’avant-match ?
Il va nous dire : « C’est un beau match à jouer, donc faites-vous plaisir, mais surtout, ne soyez pas ridicules. »

Cette saison, c’est le retour du jeu à la nantaise ?
On essaie de faire de notre mieux, on va déjà essayer de continuer comme cela.

La Ligue des champions à la Beaujoire, c’est pour la saison prochaine ?
(Rires) C’est un peu tôt ! On n’a pas encore les points qu’il faut pour se maintenir. Mais après l’objectif maintien, il faut avoir de l’ambition.

Tes meilleurs potes, dans le monde du foot ?

Birama Touré, qui joue avec moi à Nantes, c’est mon gars ! Il n’y a que lui. Birama, c’est comme mon petit frère.

Tu as honoré ta première sélection avec le Sénégal en août dernier (face à la Zambie), c’est comment la première fois ?
Ça s’est très bien passé. Je me suis donné à fond pendant tous les entraînements. J'espère continuer sur cette lancée.

Ton prochain objectif, avec les Lions ?
Se qualifier pour la Coupe d'Afrique des nations, et me faire une place solide dans l’équipe.

Malheureusement, le Sénégal n’est pas qualifié pour le Mondial. Zlatan avait dit qu’il ne regarderait même pas la Coupe du monde, puisqu’il n’y jouerait pas. Tu feras comme lui?
(Rires) Je fais comme Zlatan, moi ! C’est mon joueur préféré, je suis avec lui ! Non, je rigole, je vais regarder quand même. Mais c’est dommage que Zlatan n’y soit pas.

Tu supporteras qui du coup ?
Personne, même si mon cœur sera tourné vers les pays africains.

Un pronostic pour le Mondial ?
Je dirai le Brésil ou l’Allemagne.

Hormis la Ligue 1, tu aimerais évoluer dans quel championnat ?
En Premier League, j’aime bien le jeu rapide et la ferveur des supporters.

Un club en particulier ?
N’importe quel club du Big Five !

Ton modèle, au poste de défenseur ?
C’est Papy Djilobodji qui m’inspire !

Ton joueur préféré, de tous les temps ?
J’en mettrai quatre : Roberto Carlos, Ronaldinho, Zidane et Zlatan Ibrahimović.


Propos recueillis par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9