1. // En route vers l'Euro
  2. // Top France
  3. // n°3

Papin, la dictature de l'instinct

Un style unique, des buts hors du commun, une efficacité rare, une simplicité dans la manière de jouer. Jean-Pierre Papin est l'un des quatre Français à avoir réussi à obtenir le Ballon d’or, le seul en jouant dans une équipe française. Et tout ça grâce à son instinct.

Modififié
684 63

« Comme elle vient. » Ces trois mots pourraient résumer les innombrables buts inscrits par Jean-Pierre Papin. Une tête, un plat du pied, un ballon piqué, une frappe des 30 mètres, une reprise de volée, un ciseau, un retourné acrobatique, peu importe. Le seul et unique objectif de JPP, c'est de frapper. Le plus vite possible, pour surprendre tout le monde, aussi bien les défenseurs que les gardiens. Et parfois même ses coéquipiers. Des prises de risques inconsidérées pour des joueurs banals, mais qui s'avèrent bien souvent payantes.

Top 10 : Papinades

Grâce à son instinct de buteur pur et dur, Jean-Pierre Papin sait endosser à la fois la casquette de renard des surfaces et celle de joueur ultra-spectaculaire. Un style de jeu unique, qui lui colle parfaitement à la peau. Au point qu'il fait partie des rares joueurs à donner son nom à un geste. Les « papinades » , singulières, mais terriblement représentantes du joueur qu'il est. Un mec simple, qui élimine tous les gestes superflus, un mec à l'écoute de ses sensations.

Pas de formation, pas formaté


Né à Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Papin foule ses premières pelouses dans le Nord de la France, à Jeumont. Mais s'il ambitionne rapidement de devenir footballeur professionnel, JPP ne brûle pas les étapes. Jeumont, Trith-Saint-Léger, puis Vichy, le début de carrière de Papin est tout ce qu'il a de plus linéaire. À 18 ans, il évolue en National. À 21, il franchit un cap en rejoignant la Ligue 2 avec Valenciennes, avant de partir pour la Belgique à Bruges à 22 ans. Il joue donc son premier match de Ligue 1 à 23 ans, avec l'Olympique de Marseille. Papin n'a pas connu de centre de formation. Il s'est fait tout seul. Et comme tous les joueurs qui ont vadrouillé dans les divisions inférieures avant de s'imposer, il n'a pas été formaté. Pour percer, il a dû se fier à sa manière propre de jouer. Il a ainsi gardé ce qui fera de lui l'un des meilleurs joueurs de la planète : son instinct, son style libre, sa spontanéité.


Bien sûr, c'est à Marseille que sa manière de jouer se révèle la plus efficace. Meilleur buteur du championnat de France cinq saisons de suite (de 1987 à 1992), il inscrit 292 buts en 525 matchs avec l'OM. En équipe de France, ses statistiques sont tout aussi impressionnantes, avec 30 buts en 54 matchs, soit 0,55 but par match. Un ratio bien supérieur à celui de Thierry Henry (0,41), meilleur buteur de l'histoire de l'EdF. Rapide, puissant et, quoi qu'on en dise, très intelligent dans le jeu, JPP est, grâce à son efficacité, l'un des meilleurs joueurs du monde pendant de nombreuses années. Première preuve, son Ballon d’or décroché en 1991 à l'unanimité avec 141 points sur 145 possibles. Matthaüs, Pancev et Savićević restent bloqués à 99 points. Deuxième point : son transfert en Italie avant l'arrêt Bosman. L'AC Milan, déjà fourni en joueurs étrangers de classe mondiale (Gullit, Van Basten, Savićević, Boban, Rijkaard), mise tout de même sur lui.

Toujours surprenant


« Mes buts spectaculaires, c'est le résultat d'un long travail avec le gardien remplaçant de Marseille de l'époque, Alain Casanova » , expliquait Jean-Pierre Papin en 2013. À l'OM, pendant des heures et des heures, les deux hommes restaient très longtemps à l'entraînement pour travailler. « Pied gauche, pied droit, frappe du coup de pied ou de l'extérieur, tir dans la surface ou en dehors, nous avons tout fait ! » Casanova joue le punching-ball pendant que Papin répète ses gammes inlassablement.


Le travail de fond lui permet de bosser ses points forts (vitesse, détente, puissance de frappe, volées) jusqu'à s'approcher tout près de la perfection. Mais cela n'enlève rien à sa spontanéité. À chaque fois que la balle lui parvient, surtout dans la zone de vérité, il se passe quelque chose d'inattendu, rien de stéréotypé. Le travail ne transforme pas sa manière de jouer en quelque chose d'automatique. Si bien que même lorsqu'il est dans le dur, au Bayern par exemple, les éclairs de génie finissent par resurgir. Suivre son instinct animal, quoi qu'il arrive.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

didier gomis Niveau : CFA
Note : 1
Article aussi rapide à lire qu'une papinade ! De volée !

Merci JPP, ta simplicité et ta gentillesse nous manquent. Des mecs comme toi, talentueux et simples sont rares, merci d'avoir donné de l'amour (comme dirait Ben Arfa) aux spectateurs.

http://3.bp.blogspot.com/_rM-yBw2PtmI/T … er0007.jpg

http://4.bp.blogspot.com/_rM-yBw2PtmI/T … er0002.jpg
6 saisons à l'OM pour 525 matchs ? Ils jouaient en NBA à l'époque les marseillais ?
Ahlala Papin, à chaque fois qu'il est évoqué j'ai le sourire aux lèvres : que ce soit avec sa marionnette des guignols ou ses papinades de folie t'as forcément une dose de bonne humeur qui t'arrive.

Et je me rappelle toujours sa joie et de son sourire quand il marquait ses buts ; le même qu'un gosse qui marque son premier but sous les yeux de ses parents en poussin.

Du naturel 100% pur porc, instinctif jusqu'au bout des ongles et c'est pour ça qu'on t'aime JPP.

https://www.youtube.com/watch?v=0xX6S3DyNUA
 //  14:24  //  Passionné de l'Ukraine
Message posté par Patatrac
6 saisons à l'OM pour 525 matchs ? Ils jouaient en NBA à l'époque les marseillais ?


Wikipedia parle de 311 Matches pour 204 buts. Du coup il y a un écart de 214 matchs (environ 35/saisons donc trop grands pour les amicaux).

En dehors de ça Papin était quand même un sacré buteur. Etant petit c'est le seul joueur de foot qui de par ses papinades me faisaient penser que les actions de folies d'Olive et Tom étaient possible en réel.
Tigris Mystic Niveau : District
Pourtant supporter parisien, j'ai jamais réussi à haïr ce type. Ça allait bien au delà de la rivalité entre les clubs. Ce type c'est le foot simple, qui claque, sans fioriture, mais avec une sacré dose de talent.

Bon par contre, je l'ai encore plus aimé quand il a signé au Milan, on va pas se mentir.
toujourspareil Niveau : DHR
Malgré ce que j'ai pu lire sur le top 100 français, Papin a largement sa place sur le podium de ce top, loin devant Cantona, Henry ou Trezeguet. Ceux qui prétendent le contraire ne l'ont pas connu en tant que joueur. C'est lui qui a fait aimé l'OM à toute la France, avant Waddle ou Tapie (oui, Tapie etait apprécié et admiré par la plupart des français) par sa fraîcheur et sa sympathie.

Son sourire franc, sa gentillesse, sa bonne humeur, ses buts spectaculaires,sa spontanéité, son punch... bref, l'amour quoi.
Comme d'habitude avec Papin, rien que de lire un article sur lui, j'ai la banane.

Papin c'est un peu l'apothéose du mec qui misait sur ses points forts. Il n'était pas du tout, du tout complet. Mais dans la frappe de balle, il était le meilleur. En construisant son jeu autour de cette qualité, il s'est hissé jusqu'au sommet.

La frappe de balle est un geste extrêmement technique, notamment par la variété infinies de possibilités qu'il existe de positions dans laquelle la déclencher. Je n'ai jamais vu personne d'aussi technique que lui dans ce geste.

Curieux que vous n'ayez pas mis la citation de Tapis sur JPP, qui colle bien à l'article.
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Sacré joueur en effet, mais que je trouve bien trop haut dans ce classement par rapport à ce qu´il a pu faire en EDF, à la difference d´un Henry qui aura toujours brillé en club comme en selection nationale.

Ma foi, Sofoot ne touche pas au ticket gagnant Platini Zidane et ça, c´est quand même une bonne surprise vu les incohérences depuis le début de ce top.

Allez, le double Z en première place et on vous pardonne tout !
Note : 1
Peut-être parce que j'ai toujours eu du mal avec le foot anglais, sans doute aussi parce ses années à l'OM sont celles où j'ai vraiment suivi la D1, mais Papin m'a davantage marqué que Thierry Henry. J'en fait le plus grand attaquant français moderne.
Max_Payne Niveau : CFA2
Tellement content de voir notre JJP si haut que je vous pardonne de n'avoir pondu que 2 articles. :p
Hallucinant le nombre de saisons a plus de 15 buts. Même à 33 balais, il en plante 16 avec Bordeaux et le maillot Waïti !

Papin c'est des buts en pagaille, des sourires, les bras levés...
Comme quand on jouait dans la cour de récré finalement. Je pense que c'est pour ça qu'on est tous heureux de revoir ses buts et de lire des papiers sur lui.
En tout cas, rarement un titre d'article n'aura aussi bien défini un joueur, de manière aussi brève.

Papin ne fait pas partie de mon panorama footballistique, j'étais trop jeune quand il papinait et je ne suis absolument pas supporter de l'OM, ni ne me suis intéressé à lui plus jeune.... mais je voulais vous le dire !
Il est tombé dans la pire période de l'EDF, dommage car c'était à un moment un buteur de classe mondiale.
papin, tellement sous estimé en France. Le type était un avant centre incroyable, un monstre, spectaculaires, sympathique, la figure de proue de l'OM de mon enfance qui était si fort.
Message posté par hmiller
papin, tellement sous estimé en France. Le type était un avant centre incroyable, un monstre, spectaculaires, sympathique, la figure de proue de l'OM de mon enfance qui était si fort.


Spectaculaire sans s c'est mieux.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par aerton
Peut-être parce que j'ai toujours eu du mal avec le foot anglais, sans doute aussi parce ses années à l'OM sont celles où j'ai vraiment suivi la D1, mais Papin m'a davantage marqué que Thierry Henry. J'en fait le plus grand attaquant français moderne.


Difficile de les départager... Ce qui est sûr, c'est que sur les 25-30 dernières années, le trio Papin-Henry-Trézéguet se dégage assez nettement dans la hiérarchie des AC français.
Après, aurais-je placé Papin sur le podium ? Dans le top 10 sans aucun doute (perso, je l'aurais bien mis en n°9, pour le symbole) mais devant Kopa, Deschamps, Fontaine ou Thuram, je sais pas... Ceci dit, comparer des joueurs d'époques et postes différents est un exercice hautement subjectif, pour ne pas dire dénué de sens.
Malgré tout, sa 3e place ne me choque pas non plus tant que ça (y vraiment que Kopa que j'aurais classé indiscutablement devant lui) et puis JPP, pour moi comme pour la plupart d'entre vous, j'imagine, c'est l'un des symboles du foot de nos jeunes années, une sorte de "madeleine de Proust". Même si mon idole de jeunesse était plutôt Waddle (avec Baggio), Papin est l'un de ceux qui m'ont fait tomber amoureux de l'OM, celui que je tentais d'imiter, gamin, en faisant des papinades pendant des heures, sur des centres de mon frangin...
D'ailleurs, l'un de mes grands regrets est qu'il n'ait pas gagné la C1 en 91, avec le meilleur OM de l'histoire (selon moi, plus fort que celui de 93), en tout cas le plus beau à voir jouer (ah ce trio Pelé-Waddle-Papin !). En plus, quitter l'OM après deux magnifiques parcours en Coupe des champions (90 et la main de Vata, 91 et les pénos de Bari) pour signer au Milan, l'autre grand club européen de ces années-là, et finir par perdre en finale face à son ancien club... Niveau chat noir, ça se pose là !
Message posté par hmiller
papin, tellement sous estimé en France. Le type était un avant centre incroyable, un monstre, spectaculaires, sympathique, la figure de proue de l'OM de mon enfance qui était si fort.


Je ne crois pas que Papin était sous-estimé ! Au contraire, comme l'écrit #toujourspareil, il a fait aimer l'OM à tous les fans de foot capables de lever la tête pour regarder autre chose que les chaussettes de leur club de cœur.
Message posté par Alain Proviste
Difficile de les départager... Ce qui est sûr, c'est que sur les 25-30 dernières années, le trio Papin-Henry-Trézéguet se dégage assez nettement dans la hiérarchie des AC français.
Après, aurais-je placé Papin sur le podium ? Dans le top 10 sans aucun doute (perso, je l'aurais bien mis en n°9, pour le symbole) mais devant Kopa, Deschamps, Fontaine ou Thuram, je sais pas... Ceci dit, comparer des joueurs d'époques et postes différents est un exercice hautement subjectif, pour ne pas dire dénué de sens.
Malgré tout, sa 3e place ne me choque pas non plus tant que ça (y vraiment que Kopa que j'aurais classé indiscutablement devant lui) et puis JPP, pour moi comme pour la plupart d'entre vous, j'imagine, c'est l'un des symboles du foot de nos jeunes années, une sorte de "madeleine de Proust". Même si mon idole de jeunesse était plutôt Waddle (avec Baggio), Papin est l'un de ceux qui m'ont fait tomber amoureux de l'OM, celui que je tentais d'imiter, gamin, en faisant des papinades pendant des heures, sur des centres de mon frangin...
D'ailleurs, l'un de mes grands regrets est qu'il n'ait pas gagné la C1 en 91, avec le meilleur OM de l'histoire (selon moi, plus fort que celui de 93), en tout cas le plus beau à voir jouer (ah ce trio Pelé-Waddle-Papin !). En plus, quitter l'OM après deux magnifiques parcours en Coupe des champions (90 et la main de Vata, 91 et les pénos de Bari) pour signer au Milan, l'autre grand club européen de ces années-là, et finir par perdre en finale face à son ancien club... Niveau chat noir, ça se pose là !


Alain, je ne parle pas de sa place sur le podium. Je dis qu'il m'a toujours plus convaincu que Thierry Henry en tout cas dans ses points forts. La carrière de Henry, notamment à Arsenal est grandement dû à une période beaucoup plus favorable pour les bons joueurs français. Sinon l'intermède Juve aurait pu durer 2 saisons galères puis un transfert dans une équipe mineure. Tous les joueurs d'un assez bon niveau en 98 ont fait une bonne carrière à l'étranger. Ce n'est pas dû qu'au talent.
Message posté par mariano
Je ne crois pas que Papin était sous-estimé ! Au contraire, comme l'écrit #toujourspareil, il a fait aimer l'OM à tous les fans de foot capables de lever la tête pour regarder autre chose que les chaussettes de leur club de cœur.


Bon d'accord tu as raison mai sje trouve qu'on en parle peu quand on évoque les meilleurs joueurs de l'histoire de notre pays, c'est un peu injuste. Et puis quel super gars, simple, sain. Mon héro d'enfance comme pas mal de gens ici à ce qu eje vois.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par Tigris Mystic
Pourtant supporter parisien, j'ai jamais réussi à haïr ce type. Ça allait bien au delà de la rivalité entre les clubs. Ce type c'est le foot simple, qui claque, sans fioriture, mais avec une sacré dose de talent.

Bon par contre, je l'ai encore plus aimé quand il a signé au Milan, on va pas se mentir.


Oui y a des joueurs comme ça qui transcendent les rivalités et inspirent le respect, voire l'admiration, même en évoluant dans le club rival !
Idem pour moi, j'ai beau supporter l'OM, j'ai toujours admiré Rai, Valdo et Ronaldinho au PSG, ainsi que Verratti et Pastore aujourd'hui. En Espagne, je suis pro-Barça depuis toujours, pourtant Redondo (joueur symbole du Real) figure sans aucun doute dans mes 5 ou 10 joueurs préférés de tous les temps ! Et même chose en Italie avec Del Piero à la Juve, alors que mes clubs de Serie A favoris sont la Fiorentina et la Roma...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
684 63