1. //
  2. // Ligue 1 – 7e journée – Montpellier/Rennes

Panne de « mojo » pour Jeannot ?

Le nouvel entraîneur de Montpellier l’a admis en conférence de presse le week-end dernier : il n’a pas de baguette magique. Au vrai, Jeannot Fernandez, 58 printemps, semble l’avoir perdue depuis son passage à Nancy. Lui, le passionné, le coach d’un Sochaux ou d’un FC Metz flamboyant, galère depuis son passage à Marcel-Picot comme s’il avait perdu la recette qui faisait son succès. Un succès peu sexy, mais un succès quand même. Alors, quel avenir pour tonton Jeannot ?

Modififié
4 26
Qu’on se le dise : en football, l’habit fait le moine. À ce petit jeu, force est de constater que juste avant son arrivée à Montpellier, Jean Fernandez était sapé comme un sac. À la tête d’un Nancy répugnant, quand il n’était pas frileux ou limité, le technicien souffre de l’image véhiculée par le club lorrain entre août 2011 et janvier 2013. Aujourd’hui, Jean Fernandez rime avec ennui, maintien et incarne une certaine idée de la France du football : l’Hexagone de la lose, le romantique, celui qui fait des matchs nuls, celui qui défend à cinq, celui dont on aime se plaindre et que l’on adore détester. Pourtant, Jeannot, cette année à la tête d’un champion de France 2012 en reconstruction, n’a pas toujours été cet homme-là. Loin de là. Au vrai, il semble que cet amoureux du foot, usé par 30 années de banc de touche et touché par son échec nancéien, ait perdu sa maestria sur la pelouse synthétique de Marcel-Picot. Alors, plus de mojo pour Jeannot ?

Une vie de football, de sexy-Sochaux et de beau Metz

Non, contrairement à ce que veulent nous faire croire les innombrables documentaires qui retracent la carrière de Zinedine Zidane, Jean Fernandez n’est pas que ce petit vieux qui a découvert le génie à Cannes. Ce fait d’arme-là est le versant bling-bling du livre d’histoire de Jeannot, et dire que l’intéressé déteste les paillettes est un pléonasme. C’est d’ailleurs à l’ombre du show business, dans le Doubs, que Fernandez, entraîneur depuis 1984 et ses trente piges, conquiert ses lettres de noblesses. Plus tiers-état que bourgeoisie, c’est avec un titre de champion de Ligue 2 sur le banc d’un FC Sochaux-Montbéliard sexy qu’il se fait connaître auprès des observateurs les plus contemporains. Une génération folle pré-Sedan, mais dans la même veine que les Ardennais, qui a grandi à l’échelon inférieur avant de terminer cinquième au sein de l’élite avec Pedretti, Pagis, Frau, Santos, Isabey, Daf, Raschke, Chedli et compagnie. Une équipe qui jouait, qui allait jouer les gros avec le couteau entre les dents et surtout, une équipe qui puait le football, la patte Fernandez. Car si, le temps faisant son effet, les équipes du natif de Mostaganem perdent en odeur, l’entraîneur de 58 ans est, en France, celui qui connaît le mieux le football hexagonal et européen. La raison est assez simple : Jean Fernandez se nourrit de football. On parle tout de même d’un homme qui sélectionne ses lieux de vacances en fonction des championnats à regarder, qui va voir des rencontres dès qu’il le peut et qui se lève et se couche avec des journaux français, italiens ou espagnols, tant que cela parle de football. Le ballon rond, les vrais bons souvenirs d’une enfance pas toujours facile entre Algérie française et Sud de la France. « Mon moteur, ce n’est pas l’argent, c’est la passion » , raconte t-il souvent, façon Omar Sharif du ballon rond. Le vrai délire du coach ? Prendre une équipe en Ligue 2, la faire monter et la pérenniser au sein de l’élite. Après Sochaux, il file à Metz où il sort Ribéry, voit les débuts d’Adebayor et les cheveux longs de Patricio D’Amico. Une vie de bohème footballistique. L’évangile selon Jeannot.

L’avion Jeannot explose t-il en vol

Difficile cependant de vivre d’air pur et d’eau fraîche dans le football du début des années 2000. Inexorablement, l’essor du drôle de loustic Fernandez intrigue des écuries plus grosses. C’est à Marseille, où il a joué durant cinq saisons entre 1975 et 1980, été adjoint dans les bonnes années, puis a coaché par interim, que le coach prend pour la première fois les commandes d’un gros avion moderne. Puis Jeannot atterrit à Auxerre où il fait des miracles pour choper une troisième place de Ligue 1 et dispute une Ligue des champions en se payant le Zénith avec une attaque Jelen – Le Tallec – Oliech en tour préliminaire. Faite de légers bas et de sacrés hauts, la carrière de Jean prend une autre tournure à Nancy, dans la galère de Marcel-Picot. Homme brave dans un «  métier extraordinaire dans lequel il faut être extrêmement courageux  » selon ses dires, il débarque en Lorraine alors que les spécialistes et son entourage lui promettaient l’enfer. « J’étais prêt à me battre » , rappellera-t-il plus tard, au micro du Canal Football Club. Suite à une overdose de défaite, de synthétique et, surtout, de climat délétère au sein d’un club qui a laissé partir Mollo et André Luiz dans son dos, Fernandez démissionne, dégoûté, mais décidé à rebondir.

Quelques mois plus tard, le voilà à la tête d’un Montpellier en reconstruction après son titre de champion de France en 2012. Après six journées, les Héraultais affichent un bilan décevant de 7 points pour une victoire, quatre nuls et une défaite. Jean Fernandez a sa petite explication : « Il faut laisser du temps à ce jeune groupe, car personne ne détient de baguette magique.  » Au vrai, Jeannot ne semble simplement plus la détenir. Éprouvé psychologiquement après la fin de son histoire avec Nancy, cet entraîneur respectable semble, à 58 printemps, usé par un football dans lequel il baigne depuis 40 ans. Fernandez semble à court de fluide. Jeannot a perdu son « mojo » cher à Austin Powers. Heureux dans la victoire comme il demeure respectueux dans la défaite, celui qui n’a pas manqué une seule conférence de presse d’après-match dans sa carrière semble aujourd’hui moins épanoui que par le passé. Peut-être ce challenge montpelliérain est-il arrivé trop vite. Peut-être aurait-il fallu qu’il s’offre une nouvelle épopée « en avant vers la Ligue 1  » avec une équipe de deuxième division. Peut-être que Jeannot s’en fout, au fond. Il se fout de ce que pensent les autres, comme son modèle Aimé Jacquet. Après tout, même mal habillé, c’est ça, un moine : un homme solitaire qui comprend parfois des choses que les autres ne peuvent saisir.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ce mec a toujours été une pipe, comme correa
Louis Nicolin pèse plus d'une centaine de millions d'euros ET le mec met des mocassins sans chaussette...

Loulou une certaine idée de la classe.
RadamelFalcao Niveau : Loisir
Je me rapelle comme les médias ou autres supporters en général, faisaient de ce mec un magicien, un des meilleurs entraineurs français, voir meme LE meilleur entraineur français après avoir enmener Auxerre en LdC. Il aura fallu peu de temps pour passer de ce statut à celui de représentant des pires entraineurs français, constamment critiqué ou moqué. Ah mon Jeannot, tout va vite dans le football.
Jeannot est reparti en croisade avec Montpellier. Moi, je crois en lui... Força Jeannot !
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Je suis moyennement optimiste, l'équipe n'a pour l'instant qu'une seule individualité (Cabella) et le collectif donne l'impression de s'envoler au premier courant d'air.

Cela dit, le MHSC avait sans doute besoin de tourner la page des coaches dont le tempérament intrépide, agressif, verbeux, expansif, bref du Languedoc, a déteint sur l'équipe en bien comme en mal : Mézy, Nouzaret, Courbis, Girard, ça fait beaucoup.

Est-ce que cela signifie moins d'ambition ? Probable, mais pas définitif.

En tous les cas, la première chose que l'on attend de lui, c'est que les Sanson-Martin-Dabo-Mezague-Tinhan-Stambouli-Cabella deviennent des pros confirmés.
Mecha parti au Qatar et Correa au chômage, Fernandez possède actuellement le titre honorifique de coach le plus déprimant de Ligue 1. Bon courage aux héraultais,
Message posté par sethaltair
Jeannot est reparti en croisade avec Montpellier. Moi, je crois en lui... Força Jeannot !


Força Jeannot ? Hé mec c'est Jean Fernandez, pas Valjean
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Ah cette obsession des étiquettes, alors Deschamps c'est moche, Blanc c'est mou, Antonetti c'est agité, Gillot c'est laborieux, Fernandez c'est défensif, Correa c'est déprimant, Girard c'est vulgaire, ...

Si on écoute le peuple des commentateurs, tous les coachs de Ligue 1 sont moyens, et c'est parfaitement contradictoire de donner de l'importance à leur tempérament tout en se plaignant de leur influence sur l'équipe qu'ils entraînent.

Contrairement à ce qu'on dit, ce ne sont pas Jacquet et la DTN qui ont provoqué la déchéance du football français, ce sont bel et bien les joueurs.

C'est facile et paresseux de dire que les résultats aux examens sont mauvais à cause des profs et des formateurs, c'est ce que font les parents perdus.
Message posté par So4Sheva
Louis Nicolin pèse plus d'une centaine de millions d'euros ET le mec met des mocassins sans chaussette...

Loulou une certaine idée de la classe.



Je porte des mocassins avec des chaussettes, ça compte ou pas?
Sachant que c'est un tout nouveau cycle avec Fernandez, avec la perte de beaucoup de cadres, ça me parait inapproprié de tirer des conclusions après 6 matches (dont le PSG et Monaco).

Pour le moment il n'y a certes rien d'exceptionnel mais rien de scandaleux non plus. Le jeu s'améliore doucement de matches en matches, l'équipe se met tranquillement en place, quand il appelle à la patience il a juste raison.

Et pour faire taire les clichés de mou frileux et défensif, on est la pire défense, une des meilleurs attaques et aussi l'équipe qui prend le plus de carton.
Je n'ai que toujours vu notre cher loulou assis. Un président à l'image de ses joueurs, sans pieds ?
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Message posté par Baptou


Je porte des mocassins avec des chaussettes, ça compte ou pas?


On préférera un beau cuir lisse ou verni, avec une paire de chaussettes fantaisies (rayure, style tartan ou colorée) pour un petit côté casual. Mais le mocassin homme s’associe aussi très bien avec une tenue plus branchée, comme un jean regular ou semi-slim, qui laissera apparaître les chevilles pour mettre en valeur la chaussure. Attention toutefois à ne pas l’associer avec une paire de chaussettes blanches, qui risquerait de faire perdre à la chaussure tout son charme !

Porté en été avec un ourlet soigné et pieds nus, le mocassin sera l’accessoire idéal du citadin souhaitant rester mode tout en privilégiant son confort. En effet, le mocassin est la chaussure idéale des beaux jours, avec son cuir et sa semelle souples, qui laisseront respirer votre pied tandis que vous arpenterez la ville ou les bords de mer, au travail comme pour la détente.


perso c'est jean noir ou blanc, mocassin pied nu ou chaussettes rouges genre cardinal ou mauve
evidemment la tof ne met pas nicollin en situation tres chic(et pantalon noir, chaussure nue, bof)

sinon fernandez disait avant le debut de saison qu'il ne prenait plus le meme plaisir dans le foot car la pression est de plus en plus forte et les medias trop présents. il dit tout sur son envie de retraite en 2 lignes.
Message posté par Baptou


Je porte des mocassins avec des chaussettes, ça compte ou pas?


Si si la famille ! Toi t'es un bôgosse !(à prononcer avec l'accent de Chti Frank).
En fait le vrai point marquant c'est les 40 ans de carriere...

Non mais 40 berges quoi! On connait tous un vieux guichetier de banque ou autre qui a fait 40 an au meme poste, qu'on aime bien car il connait les ficelles, mais qui nous fait halluciner quand il gueule sur cette "faribole" d'Internet et sort son vieux papier carbone.

Bah Jeannot c'est pareil, pour ca qu'il a une reputation de coach "chiant", 40 ans qu'on voit sa tronche, de plus ancien que lui, il y a Giscard et Elizabeth II, Rock&Roll!

Allez Jeannot, collecte tes points retraites et vas a la peche...

PS: je porte des mocassins sans chaussettes, deja c'est agreable et en ete, il y a rien de plus couillon que de porter des chaussettes avec des chaussures pas fait pour ( genre allemand en chaussettes claquettes...)
58 ans.. Répété tris fois dans l'article. C'est parce que tu as du mal à y croire Swann ? En tout cas moi oui. Il a beau être passionné, le foot ne l'a pas bien conservé. A le voir et l'entendre, je lui en aurais donné 10 de plus.

J'espère qu'il prendra sa retraite à 60 ans, je sature un peu de ce mec. Pas autant que de Girard, mais pas loin. Une vague de jeunes entraineurs ne ferait pas de mal à notre LIgue 1.
VIril mais correct Niveau : District
Swann désole mais tu te trompes d analyse.Jeannot il a jamais eu le modjo , il est pas de ces entraîneurs qui joue sur le charisme ou sur des coups fumants de théoricien du foot !

Il est le technicien EMPIRiQUE de référence en France.

C esf un bâtisseur et un laborieux ... Il tâtonne toujours 4 mois en offrant sa chance a quasi tout le groupe pour trouver un 11 type qui ensuite change jamais et devient très performant niveau collectif ...

- metz était genre 9 eme en l2 a la trêve puis série énorme sur 18 mois
- Auxerre et Marseille relégable début de saison ...puis série énorme sur de longs mois.
- première saison nancy idem limite ils finissent 9 eme la première saison

Bon l année dernière il trouvera jamais son 11 type et cata ..

Bref dans l Hérault faut juste attendre 4 mois puis ça va tourner ...
Patience Fernandez aurait du être le titre a mon avis
Mouais mouais mouais... Il est sympathique Jean Fernandez alors j'ai pas envie de l'allumer.
Et si l'ami Jeannot avait tout simplement perdu son "Mojo" le jour ou il a arrêté de porter sa casquette ? Vérifiez bien, ça coïncide pil poil !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 26