Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lazio-Milan

Pancaro : « Qui n’est pas en bons termes avec Ancelotti ? »

Aujourd’hui reconverti entraîneur, Giuseppe Pancaro était un excellent porteur d’eau de la Lazio d’Eriksson et du Milan d’Ancelotti. Un bon vieux joueur à l’ancienne qui revient sur sa jolie carrière.

Modififié
Vous avez beaucoup gagné, dix trophées en huit années entre la Lazio et le Milan, si vous deviez en retenir un ?
Arf, c’est très compliqué, mais je dirais le Scudetto remporté avec la Lazio, parce que c’était le premier et le couronnement d’un de mes rêves de gamin. J’aurais pu citer aussi celui gagné avec le Milan en 2004, mais le premier offre toujours des émotions plus intenses.

Vous avez gagné énormément, mais vous avez aussi beaucoup perdu...
Je suis très content de ce que j’ai fait et je ne rumine pas, de toute façon, je pense que c’est naturel car, pour gagner beaucoup, il faut forcément perdre énormément. Disons que l’unique regret que je pourrais avoir est la finale de Ligue des champions 2005, le fameux Milan-Liverpool. En fait, c’est le seul trophée de club qui manque à mon palmarès.

Vous étiez en tribunes ce soir-là, comment l’aviez-vous vécu ?
Une énorme déception après le score de 3-0 à la mi-temps, on jouait en plus nettement mieux que notre adversaire et je pensais que c’était dans la poche. Mais quand Liverpool est revenu au score, honnêtement, je me suis dit qu’on ne gagnerait plus ce match, la peur nous avait envahis, ça se ressentait.


Vous avez toujours eu un rôle de porteur d’eau au sein d’équipes fantasmagoriques, comment faut-il l’interpréter ?
Oui, je reconnais ce rôle que j’avais, mais que l’on soit un gregario ou un grand champion, j’estime que l’approche du métier, d’un match doit être absolument identique. Il n’y a pas de différence.

C’est Eriksson qui vous a voulu à la Lazio en 1997.
Et c’était vraiment un précurseur, il avait vingt ans d’avance dans sa façon d’appréhender le foot, de vouloir dominer la rencontre, mais aussi les instruments qu’il utilisait, les exercices. C’était un bon mix, une personne intelligente, équilibrée qui savait gérer le vestiaire et très au point tactiquement. Un coach à 360 degrés, un des meilleurs qui soient passés en Italie.

« J’aurais aimé participer au moins à une grande compétition, mais j’ai loupé le Mondial 2002 et l’Euro 2004 sur blessures, tandis que Zoff a préféré d’autres gars en 2000. »

Et vos deux années au Milan avec Ancelotti ?
J’avais un super rapport avec lui, mais, sincèrement, qui n’est pas en bons termes avec lui ? C’est impossible de ne pas être sur la même longueur d’onde que Carlo. C’est une personne naturelle, sincère, bien élevée, qui vous met à l’aise et vous fait confiance.

Qui gagnerait dans un match virtuel entre la Lazio d’Eriksson et le Milan d’Ancelotti ?
Oula ! Sincèrement je ne sais pas, et je ne veux même pas choisir, car j’ai été très bien à la Lazio et au Milan, ça aurait été assurément un beau match entre deux grandes équipes.

D’aucuns disent que la Lazio d’Eriksson était la meilleure équipe du monde en son temps ?
Ce n’est pas impossible, il y avait vraiment des grands joueurs à tous les postes.

Peut-être trop ?
Non, je ne pense pas que c’était un problème, il y avait le bon effectif, on n’était pas non plus 35. Tous les postes étaient doublés, avec des gars excellents qui devaient se contenter de peu de temps de jeu, mais ça c’est normal quand vos objectifs sont très élevés.


Et le niveau durant les entraînements dans ces deux équipes, les oppositions en semaine étaient plus relevés que les matchs du dimanche ?
Ce n’est pas faux. Cela servait à hausser le niveau de tout le monde. Quotidiennement, et dans n’importe quel exercice, vous vous confrontiez à de grands champions. Il fallait avoir une attention maximale, car sinon, vous risquiez de faire pâle figure.

Vous comptez également 19 apparitions avec l’équipe d’Italie, la plupart en entrant en jeu, seriez-vous titulaire en sélection aujourd’hui ?
Je ne crois pas en ce genre de discours, on ne peut pas faire ce type de comparaisons, chaque joueur doit être jugé par rapport à ce qu’il a réalisé à son époque. Disons que j’aurais aimé participer au moins à une grande compétition, mais j’ai loupé le Mondial 2002 et l’Euro 2004 sur blessures, tandis que Zoff a préféré d’autres gars en 2000.

Quand on pense à vous, on a du mal à vous dissocier de votre pendant sur l’autre flanc de la défense.

Giuseppe Favalli ! C’est vrai qu’on nous confondait souvent. Un joueur qui a fait l’histoire de la Lazio (le plus capé de l’histoire du club, ndlr), mais aussi dans les autres équipes où il est passé. Un « gregario-fuoriclasse » .

« Vincenzo est un coach affirmé depuis des années, tandis que Simone en est à sa première expérience à la tête d'une équipe une et il est en train de montrer ses qualités. »

En parlant d’arrières latéraux, est-ce un poste qui a énormément évolué depuis votre époque ?
Je ne crois pas. Avant que je joue, oui, car ce qu’on appelle « l’arrière latéral fluidifiant » était rare, ou alors il y en avait un, tandis que l’autre se concentrait sur le marquage individuel. Ensuite, dans les années 90, les latéraux ont appris à maîtriser les phases défensive et offensive en même temps. Après, il y a « l’arrière playmaker » , comme le voulait Guardiola avec Dani Alves, mais disons que c’est une requête précise d’un coach, il s’agit d’un cas à part.

La Lazio et le Milan sont aujourd’hui coachés par Inzaghi et Montella que tu as fréquentés en club et en sélection, vous attendiez-vous à un tel succès ?
C’est toujours difficile de déceler ce genre de choses, ce qui est certain, c’est qu’ils font du très bon boulot. Vincenzo est un coach affirmé depuis des années, tandis que Simone en est à sa première expérience à la tête d'une équipe une et il est en train de montrer ses qualités. Puis je suis content pour mes deux potes, deux gars bien et intelligents.


Vous vous êtes également reconverti entraîneur, où en êtes-vous ?
Travaux en cours ! J’ai commencé en étant adjoint et ensuite entraîneur principal à la Juve Stabia et Catania. Je prends autant de plaisir à entraîner qu’à jouer. Je n’ai pas trouvé d’équipe, donc j’en profite pour étudier et me mettre à jour, et j’espère reprendre mon taf le plus vite possible.

Pourquoi « Pippo Pancaro  » , alors que votre prénom est Giuseppe et non Filippo ?
(Rires) C’est une longue histoire, c’est né à Cagliari où Lulu Oliveira m’appelait comme ça. Puis, quand je suis arrivé à la Lazio, il y avait Beppe Favalli, Beppe Signori, et le premier jour, Eriksson a dit : « Il y a trop de Beppe ici ! » , je lui ai répondu qu’il pouvait m’appeler Pippo s’il le voulait et c’est resté.

Et le chant des ultras du Milan ? « Eran quasi le tre, era in giro con me ! Pippo Pancaro alé... » (Il était presque 3 heures du mat, il rôdait avec moi, Pippo Pancaro allez... ndlr)
J’ai toujours été quelqu’un qui a respecté les règles, mais j’étais aussi jeune, donc je n’hésitais à m’amuser, à « vivre » . C’était super ce chant, vraiment sympathique. Je ne suis resté que deux ans au Milan, mais les tifosi m’ont vraiment fait sentir important, je m’y suis senti apprécié.

Propos recueillis par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 55
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 30 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 33 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 91
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 58 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 68 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35 mercredi 23 mai Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 10
À lire ensuite
Défense d’entrer