1. //
  2. // 20e journée
  3. // Sampdoria/AC Milan

Palombo, de retour chez lui

Angelo Palombo est l’âme de la Sampdoria. À 31 ans, le milieu a pourtant connu une année 2012 des plus mouvementées avec le club de son cœur : liste des transferts, mise à l’écart, rien ne lui a été épargné. Aujourd’hui, seulement aujourd’hui, il peut savourer un retour au premier plan. La preuve que les histoires d’amour durent toujours.

6 3
15 mai 2011. Au Stadio Luigi Ferraris de Gênes, la Sampdoria est défaite par Palerme sur le score de 2 buts à 1. Cette rencontre, comptant pour la 35e journée de Serie A, scelle définitivement le sort de la Samp’, condamnée à descendre en Serie B. Le coup de sifflet final a déjà retenti depuis quelques minutes, lorsqu’Angelo Palombo, capitaine blucerchiato et dernier homme sur la pelouse, se dirige vers les tribunes. En larmes, il implore le pardon des tifosi. Scène rare, qui n’étonne pas forcément venant du bonhomme : Palombo achève alors une dixième campagne avec la Sampdoria. La plus terrible de toutes, durant laquelle les Génois ont dégringolé de dix places en quelques mois. Malgré la descente, l’idole déclare qu’il veut rester : « Je terminerai ma carrière à la Sampdoria. Après une saison comme celle-ci, recevoir des offres importantes est un motif de fierté et je remercie ceux qui se sont manifestés, mais je n’ai jamais pensé ne serait-ce qu’une seconde à quitter la Sampdoria. » Pourtant, Palombo partira. Et reviendra. Mais ne rejouera plus avant un match face à la Juventus, disputé dimanche dernier. Que s’est-il passé entre-temps ? Pourquoi un tel revirement de situation ? La décision de certains dirigeants, dirons-nous. Des décisions qui au final n’ont absolument pas entamé un amour inconditionnel.


Palombo et la Samp’, une histoire récente faite de « non »


Juin 2011, la Sampdoria se prépare donc pour une année de purgatoire. La famille Garrone, à la tête du club, décide d’un remaniement, avec en premier lieu, la nomination d’un nouveau directeur sportif, Pasquale Sensibile. Un mec qui ne porte pas bien son nom. Loin d’être sensible à la démarche pleine d’amour du capitaine Palombo, le néo-dirigeant constate que le salaire de ce dernier est bien trop élevé pour une équipe de Serie B. Il faut dire que 1,6 million par an, vrai que c’est beaucoup. Sans tenir compte de l’avis de l’intéressé, Sensibile multiplie les annonces promotionnelles à son sujet, sans trop en faire pour éviter de vexer les tifosi. Les offres sont nombreuses, la Fiorentina propose notamment 7 millions d’euros. Mais Palombo refuse tout en bloc, pour continuer son parcours avec la Samp’. Un parcours qui va pourtant s’interrompre au bout de quelques mois. En janvier 2012, le voilà prêté à l’Inter. Du côté des tifosi, qui ont multiplié les tentatives pour dissuader le club de vendre leur chouchou, subsiste l’incompréhension. Palombo, lors de sa présentation, déclare qu’on lui a un peu forcé la main : « Je suis un peu déçu parce qu’on m’a dit que je ne faisais plus partie du projet de la Sampdoria. Nos chemins se sont séparés. » Pas tant que ça, au final.

Au terme de la saison, Palombo, qui n’a disputé que trois petits matchs avec l’Inter, retourne en effet à Gênes. Pas convaincus par les performances de l’international italien (qui a d'ailleurs perdu sa place dans l'effectif de Prandelli), les dirigeants nerazzurri ont décidé de ne pas lever l’option d’achat fixée à 3,5 millions d’euros. En attendant, du côté de la Sampdoria, et notamment de Pasquale Sensibile, on est de nouveau emmerdé. Sans plus de patience, le directeur sportif se fait plus tranchant : « Palombo appartient au passé  » , « Palombo est transférable » . Des déclarations qui ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds. Parme, Palerme, Udinese, Torino, Bologne. Tous tentent leur chance. À chaque fois, la même réponse du capitano : non. Y compris pour le Rubin Kazan, club qui propose pourtant un juteux salaire annuel de 3,2 millions d’euros sur deux saisons. L’ultime « non » intervient après le terme du mercato estival 2012, lorsque les dirigeants, agacés par les refus du joueur, lui proposent carrément une rupture du contrat à l’amiable. Palombo suggère autre chose : une prolongation de contrat de deux saisons jusqu’en 2017, et un salaire annuel divisé de moitié. Une démarche honorable, le geste d’amour du mec prêt à faire des concessions pour rester chez lui. La Samp’ et Sensibile s’y plieront. Pas pour autant que la situation ira en s’améliorant.


Delio Rossi et un nouveau départ


Palombo espérait sûrement être réintégré à l’effectif pro, après la signature de ce nouveau contrat courant septembre. Mais coach Ciro Ferrara, peut-être convaincu par le discours de son directeur sportif, ne le voit de cet œil : « Angelo a écrit des pages importantes dans l’histoire du club, mais nous avons une ligne directive différente désormais, basée sur la valorisation des jeunes. C’est un choix réalisé en accord avec la société. Palombo s’entraîne avec nous tous les jours, il a décidé de rester malgré mes choix et priorités. » Pendant la quasi-totalité de la première partie de saison, le capitaine ronge son frein, disputant même deux rencontres avec la Primavera. Un comble. Jusqu’à ce beau jour du 17 décembre. Ferrara est alors remercié, Sensibile démissionne. En lieu(x) et poste(s) sont intronisés Delio Rossi et Carlo Osti. Deux hommes qui, à l'opposé de leurs prédécesseurs, démontrent directement une envie de réhabiliter le capitaine abandonné : « Palombo est un joueur de la Sampdoria. Le club a mis à ma disposition un groupe de 28 éléments, et parmi eux, il y a Angelo. Avec un nouvel entraîneur, tout repart de zéro  » synthétise Rossi à son arrivée.

Et Palombo de savourer. Le voilà convoqué, et ce, pour la première fois de la saison, pour un match de championnat face à la Lazio, le 22 décembre. Le mythique numéro 17 ne pénètre pas sur la pelouse du Ferraris, mais sa seule présence sur le banc suffit au bonheur de la Granata Sud, cœur du tifo blucerchiato, qui l’ovationne. « Je veux faire une croix sur cette année 2012, je repartirai avec plus d’envie, de détermination, pour me mettre à disposition de l’équipe et l’aider à se maintenir. Je démontrerai ma valeur sur le terrain, j’ai une grande envie de revanche. L’accueil que m’ont réservé les tifosi face à la Lazio m’a ému, et transmis des sensations qui resteront à jamais dans mon cœur » déclarera l’intéressé après coup. « Palombo est allé au-devant de ses tifosi, faisant preuve d’une grande humilité. Il est de ceux qui consacrent leur vie à une équipe, il a la Sampdoria dans le sang. Un entraîneur ne peut demander plus » déclare pour sa part Delio Rossi. Convaincu de sa motivation, il lui laisse enfin sa chance, ce dimanche 6 janvier, face à la Juve. Aligné dans la défense à trois mise en place par le technicien doriano, Palombo, ce milieu de métier, fait le taf. Et aide les siens à récolter un succès improbable sur le terrain du leader de Serie A (1-2). Définitivement le point de départ d’une nouvelle histoire, dans l’histoire. Largué au bout de dix ans de relation passionnelle, Angelo a fait les efforts pour récupérer sa dulcinée. C'est beau, l'amour.

Et les voilà, les fameuses larmes de la relégation :

Youtube


Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Palombo, c'est Gattuso avec un apport offensif. Mais sans Pirlo à côté et sans les pubs de skips
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
J'aurais adoré qu'il vienne à Udine, mais bon, on peut juste admirer sa volonté de rester fidèle à la Samp...

Bon courage aux blucerchiati contre le Milan ce soir, et dans l'opération maintien en général !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 3