1. //
  2. // Quarts
  3. // Angers-Bordeaux

Pallois, crâne de cristal

Une allure de colosse, le silence d'une armoire, l'assurance d'un repêché, Nicolas Pallois est pourtant devenu en un peu moins de trois saisons l'un des défenseurs les plus utilisés de Ligue 1. Tout simplement car il est avant tout de ceux qui ne lâchent jamais. Et, en France, c'est déjà immense. Voyage sur la face verso d'un mec qui protège sa face recto, entre les chevilles de Giuly et une entreprise de menuiserie.

Modififié
Quand on lui parle de son ascension, Nicolas Pallois découpe froidement : « Je sais que le foot va très vite. Aujourd'hui, je mesure la chance que j'ai eue. Personne ne se dit un jour qu'il va vivre du foot. Je suis passé par la petite porte. » Puis, il se relève et ne change pas de l'homme qui est devenu en moins de trois saisons l'un des meilleurs défenseurs centraux de Ligue 1. Droit. « Au départ, jouer au foot, c'était pour le plaisir, pour m'amuser avec les copains. Mes qualités, on ne les a vues que plus tard. J'apprends encore et j'apprendrai toujours. On grandit chaque année, avec chaque équipe. » Casser la capsule de l'enfant d'Elbeuf n'est pas simple, regarder à son verso encore moins. L'homme semble se protéger et serait progressivement entré dans l'ère de la communication cadrée de plus en plus pilotée par les clubs français.

Son ancien entraîneur à Quevilly, Régis Brouard, éclaire alors la personnalité d'un joueur souvent réduit à un rôle de déménageur de surfaces. À tort. « Le truc, c'est qu'il ne se laisse pas emporter par les choses. Nicolas aime les choses simples. Il ne faut pas en rajouter avec lui, il faut lui parler vrai. Il aime qu'on lui parle simplement, peut-être avec des mots forts parfois, mais simplement. » Première piste : la vie. Ce que Pallois résume ainsi : « Je me suis construit en tant qu'homme et ensuite en tant que footballeur. » C'est ce que raconte aussi la courbe du défenseur des Girondins de Bordeaux, où il a débarqué à l'été 2014. Longtemps, dans sa tête, le foot n'était pas un boulot, mais simplement une passion. Alors, il faut creuser et écouter ceux qui l'ont croisé pour comprendre qui est vraiment Nicolas Pallois. Un mec qui serait avant tout « un hypersensible » derrière le squelette imposant selon Pascal Gastien, son coach pendant deux ans à Niort.

Les grosses cuisses et les casiers


L'histoire de Pallois, c'est avant tout l'histoire d'une « enfance normale » entre le foot et les potes. Un temps, il s'essaye à l'athlé, sur 400 mètres. « Finalement, j'ai toujours préféré le foot à courir sur une piste » , coupe-t-il. Puis, à la fin du collège, il faut choisir une voie. Pour lui, ce sera la menuiserie : « J'aimais beaucoup le bois, la matière, donc j'ai passé un BEP et un bac pro. Le foot, c'était en plus de la menuiserie. » Sur un terrain, Nicolas Pallois se fait remarquer, intègre le centre de formation du Stade Malherbe de Caen, mais n'est pas conservé à l'issue de la saison 2005-2006. Celui qui a alors été replacé en défense en benjamins à cause de sa grande taille a déjà appris le « plaisir de défendre » , mais doit revenir à l'US Quevilly.


« Il a toujours dit qu'il n'avait pas été conservé parce qu'il n'avait pas le niveau, replace Grégory Beaugrard, aujourd'hui au FC Rouen et ancien coéquipier de Pallois à Quevilly. Il ne prenait pas ça pour une injustice. Il ne se morfondait pas là-dessus et je ne suis même pas sûr qu'à vingt ans il pensait jouer au foot toute sa vie. » Non, à vingt ans, le défenseur partage ses journées entre son entreprise de menuiserie et l'entraînement. « Quarante-cinq heures par semaine. Je commençais très tôt, je mangeais en une demi-heure le midi et à dix-sept heures, je commençais ma deuxième journée avec le foot. C'est quelque chose qui m'a fait grandir » , explique-t-il. De ses mains sortent notamment les casiers du vestiaire de l'US Quevilly. Brouard rembobine : « Il avait un côté qui m'attirait. Certaines choses se passent avec certains joueurs, on ne peut pas toujours l'expliquer. » Les deux hommes se rencontrent à l'été 2008.


Bascule. « Au départ, je ne le connaissais pas. Et lors de ma première séance, je me dis : "Mais qu'est-ce qu'il fait là ?" Je décide d'attendre et de découvrir. Rapidement, je tombe sur un jeune rempli de talent. Il est bon défensivement, offensivement, rapide, possède un bon jeu long, un bon jeu de tête, il est agressif, toutes les caractéristiques d'un bon défenseur, dessine Régis Brouard. On a eu une discussion informelle. Là, il m'explique qu'il est bien à Quevilly, qu'il a sa famille et ses copains. Le mec tranquille, sans ambition. Je l'ai écouté, laissé faire et après plusieurs entretiens, j'ai essayé à mon niveau de lui faire comprendre que c'était un réel gâchis. » Dans le groupe, Pallois est alors décrit comme un type « simple, qui arrivait, n'hésitait pas à chambrer, faisait son job et rentrait chez lui. Il débarquait tous les jours en survêtement, se marre aujourd'hui son ancien coéquipier, Hicham Rhoufir. On le taquinait nous aussi. Le truc, c'est que c'était un mec costaud, avec de grosses cuisses, mais qui n'avait aucun cul, on ne comprenait pas ! Après, j'ai rarement vu un arrière gauche comme ça. » Sur le côté gauche de la défense, Nicolas Pallois impressionne déjà en CFA, sur des pelouses défoncées, dans des stades vides. Rhoufir : « La CFA, c'est difficile, mais on savait que ce mec-là était bon. Après, sans la Coupe de France, il serait peut-être encore à ce niveau. »

« Coach, j'ai compris »


Février 2010. Quelques semaines plus tôt, Quevilly a déjà fait parler de lui en dégageant Angers, alors en Ligue 2, dès les seizièmes de finale de la Coupe de France. Cette fois, c'est la tête du Stade rennais qui roule sur la pelouse de Robert-Diochon, à Rouen. Après la rencontre, Nicolas Pallois vient voir Régis Brouard. « Là, il me dit : "Coach, j'ai compris, j'ai pris conscience que je pouvais jouer à ce niveau." Je suis rentré chez moi le soir en me disant : "J'espère qu'il a compris." » Autour de lui, les lignes ont déjà bougé. « Quand on était au restaurant, on parlait souvent, mais à partir du huitième, son téléphone n'arrêtait pas de sonner. Son agent lui disait de ne pas répondre. L'OM l'appelait, tout le monde. Lui, il restait tranquille » , complète Hicham Rhoufir. Mais Nicolas Pallois a compris alors qu'il bosse depuis quelques mois au Leclerc du président.


Le parcours de l'US Quevilly ne s'arrêtera qu'en demi-finale, à Caen, face au PSG. Un match où le latéral gauche normand explose définitivement malgré l'élimination. « Dès le premier impact, il a fait comprendre à Giuly qu'il n'y aurait rien pour lui, note Rhoufir. Si le mec ne sautait pas, il n'avait plus de chevilles. » Changement de monde. Devant sa porte, Bordeaux, l'OM, mais ce sera finalement Valenciennes. Le VA de Philippe Montanier : « C'était bien pour lui de se retrouver dans une structure familiale. Il lui a fallu intégrer les conceptions de l'entraîneur, la charge de travail. Il était alors la doublure de Gaëtan Bong et devait devenir titulaire à moyen terme. Des mecs comme lui, c'est simple. Ils ont bossé avant, le foot est une forme de bonus, donc ils sont plus impliqués et mesurent la chance de faire ce métier. »


Quatorze matchs chez les pros. Régis Brouard continue de le suivre. « Le travail, le professionnalisme, c'est des choses qui lui passaient au-dessus de la tête. Je pense qu'il n'avait pas encore fait le deuil d'une certaine vie. Au départ, ça a été compliqué. » La vie d'amateur est terminée, les soirées à jouer au poker chez Beaugrard et l'insouciance aussi. Pallois est prêté un an à Laval. Nouvelle galère, entre un retard de cinq jours pour la reprise et un entraîneur, Philippe Hinschberger, qui racontait il y a quelques années dans les colonnes de L'Équipe ces « premiers matchs où il tentait des petits ponts dans la surface. On n'était pas rassurés, mais il s'est toujours accroché » . L'intéressé, lui, l'explique ainsi : « Je n'avais peut-être pas encore la tête pour comprendre. » Va alors intervenir une seconde prise de conscience.


En juin 2012, Nicolas Pallois file à Niort, un club qui lui « correspond davantage, plus tranquille, où il n'y a jamais de vent » . Il rencontre Pascal Gastien, à la barre de l'équipe première depuis 2009 : « On cherchait un mec bon dans les duels, costaud dans les un-contre-un vu qu'on avait un jeu à risque. Une fois qu'il est arrivé, il manquait de constance dans ses performances, ça manquait d'exigence. Il pouvait faire de gros matchs, mais aussi avoir de gros oublis. » Alors, en novembre 2013, Gastien va voir Pallois dans le vestiaire. « Je lui ai dit que ça ne pouvait pas continuer comme ça, que c'était un bon joueur, mais qu'il n'allait plus jouer. Il se permettait certaines choses qu'un défenseur central ne pouvait même pas envisager une seconde. Je lui ai expliqué qu'il n'avait aucune chance d'atteindre le haut niveau s'il ne prenait pas conscience qu'il fallait plus d'investissement, tout simplement. »


La suite est connue. À l'issue de la saison, Nicolas Pallois place sa tête dans l'équipe type de la saison et signe à Bordeaux. Comme souvent, il ne part pas titulaire, mais devient rapidement « une bonne surprise » pour Willy Sagnol. Il y aura une première grosse saison, une seconde bousillée par les blessures et voilà la troisième où Pallois est redevenu Pallois. Un mec solide, fidèle, fiable, capable encore de coup de folie comme lorsqu'il a couché sur ippon Bernardo Silva en décembre dernier. Aujourd'hui, Jocelyn Gourvennec en a fait l'un de ses hommes de base et n'hésite plus à parler de la « maturité » du colosse. Un souvenir commun permet de situer la relation entre le coach et son défenseur. En novembre 2015, Bordeaux vient chercher un nul héroïque à Rennes (2-2), mais Nicolas Pallois termine le voyage entre une sale blessure et une grosse suspension après avoir bousculé un arbitre assistant. Puis, en octobre dernier, avant le déplacement des Girondins au Roazhon Park, Gourvennec file se balader avec Pallois. « On a parlé ensemble durant quinze minutes de ce match, expliquait l'entraîneur bordelais à l'époque en conférence de presse. C'est un mauvais souvenir pour lui, mais là, il n'a pas commis d'erreur. Il a été sérieux, efficace. » Au point d'égaliser pour les siens. Comme un symbole. Le foot va vite, mais il a encore une justice. C'est aussi ça, grandir.

Par Maxime Brigand Tous propos recueillis par MB.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

"Un des meilleurs défenseurs de Ligue 1" c'est tres tres tres exagéré.
Marquinhos, TS, Glik, Perrin, Diop, Jemmerson, Gnagnon, Kimpembe me semblent tout de meme assez largement au dessus.
Il a de belles qualités de défenseur comme le souligne l'article: il va vite, il a un vrai gout du duel, il a une palette de relance court/longue en utilisant toutes les surfaces de pied de qualité mais il est encore très très émotif dans son jeu, pas assez réfléchi.
J'aimerais le voir associé à Jovanovic sur le long terme tant leurs profils sont complémentaires (Lewczuk étant un Pallois droitier en moins bon selon moi) même si cela s'annonce compliqué.

Il parait d'ailleurs que Niort est en train de faire éclater un certain Dylan Bronn cette saison au même poste dont on m'a dit le plus grand bien. En éspérant que les bonnes relations des gigis avec les chamois (depart/prêts de Djigla, Sala, Dabasse, Barbet) puissent nous server dans ce cas.
"un des meilleurs", ça dépend combien t'en mets dans le lot. La défense bordelaise manque quand même pas mal de régularité, même si tout ne peut pas être de la faute de Pallois.
zinczinc78 Niveau : CFA
Comme le dit Arigold, notre Raïs à nous, le plus gros point faible de Pallois reste son mental. Le mec a des sautes de concentrations et peut péter les plombs si l'arbitre le vole.

MAIS, ces défauts peuvent être gommés si le gardien derrière lui se comporte comme un leader de défense et lui apporte de la sérénité. Ce que seul Carasso est cabapble de faire à Bordeaux actuellement.
Ce commentaire a été modifié.
Salut Ari
Bronn fait une très bonne saison à Niort cette année en effet. Le petit milieu Salomon Sambia est pas mal non plus, surtout associé à Aliou Dembelé (qui a un profil Lassana Diarra hyper interéssant dans l'entre-jeu disputé des matchs de L2). Je doutais de la capacité du club à s'en sortir au final aussi facilement dans la course au maintient. Aujourd'hui, à 4 points du podium, on se laisserait presque aller à y croire.
touchefresh Niveau : Ligue 1
Jovanovic n'est que prêté sans OA il me semble, ça m'étonnerait qu'il joue plus que ça. C'est dommage, Bordeaux s'était déjà positionné sur lui après la CDM U20 il me semble mais il avait préféré signer au Zenith.


Sinon je suis également étonné et content de voir Bordeaux à cette place. Je trouvais le choix de prendre Gourvennec très judicieux et les premiers mois m'ont donné tord ... mais je suis content de voir que la sauce semble avoir prise. Surtout, Bordeaux est une équipe très jeune! S'ils arrivent à garder la majorité de leurs jeunes (Ounas 20 ans, Laborde 22ans, Kamano 20 ans, Crivelli 22 ans, Malcom 20ans, Vada 21 ans) ça peut faire mal dans un futur proche
Oui pas mal de voyants sont au vert:

- Gourvennec commence à mettre ses principes en place en ayant eu l'intelligence de changer son système preferential en l'adaptant aux qualités des joueurs en place (Toul est une pure sentinelle, Vada un 8 plus qu'un joueur ayant la caisse pour jouer dans le double pivot)
- le recrutement est bien meilleur sur ces deux dernières saisons (quasiment aucun rate à part Menez et Bernardoni)
- le centre sort (et je le répète depuis plusieurs saisons malgré les moqueries de certains énèrgumènes) des joueurs de qualité dépuis 4-5 ans (Laborde, Vada, Crivelli, Ounas ont absolument tout pour être de très bons joueurs de L1 au minimum et Poundje, Pellenard, Touré des bons joueurs de complement)
- Ramé est essentiel dans son role de directeur sportif (meme si le club deteste le qualifier ainsi) et notre effectif ayant une forte valeur marchande, on peut s'attendre à quelques renforts de qualité en cas de vente.

Je me fiche du classement et de l'aspect comptable car les gigis ne peuvent lutter sur le long terme avec les dopés financiers Monegasques et parisiens ni avec Lyon ou Marseille mais je reprends du plaisir à voir mes gigis et c'est bien l'important.
Content que tu cites Gnagnon, c'est déjà notre meilleur joueur après Costil.
6 réponses à ce commentaire.
Palloi set rapide dans la même phrase j'ai du mal quand même... Lncé je dis pas, mais il manque cruellement de vivacité quand même (bon son gabarit n'y ai pas pour rien). Un bon défenseur mais de là à en faire un des meilleurs de L1.
De plus je trouve qu'il plafonne depuis le début de saison, ce même avant la blessure.
Un des meilleurs centraux (français) de ligue 1 oui, surement un oubli de l'auteur ou une passion caché ^^
Mais nos gigis font plaisir a voir cette année, on sent le club et l'équipe sur une nouvelle dynamique qui avait du mal a se lancé depuis l'époque Gillot. Une équipe jeune avec un projet de jeu,des recrutements audacieux (plus qu'avant en tout cas)des soldats fiables (dont pallois) et quelques perles a polir si elles sont bien entourées: vada, malcom, kamano, ounas...(meme si ce dernier a deja montré son envie de se reconvertir dans la culture du melon en andalousie)
Cette saison pour accrocher l'europa league et l'année prochaine trouble-fête pour le top3 avec 2/3 renforts judicieux :)
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29
mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26