1. //
  2. // 14e journée

Palerme rose de bonheur

Des grosses écuries tenues en échec, une Inter qui renait et une Roma qui s'écroule : la 14ème journée de Serie A ne bouleverse pas les positions, mais confirme bien qu'aucune équipe ne domine les débats.

Modififié
0 0
Pour peu, on aurait presque pu appeler ça "une journée pour rien". L'épisode 14 de la Serie A a offert des matches nuls en pagaille, et du coup, le classement ne bouge quasiment pas. En toute logique, au milieu de cette pléthore de signes X, les rares bénéficiaires de la journée sont les équipes qui se sont imposées. En tête : l'Inter Milan. Oui, c'est officiel : on a retrouvé les Nerazzurri. Ils ne sont pas encore brillants, certes, mais ils gagnent, et c'est finalement ce qui compte. Surtout lorsque l'on regarde les joueurs utilisés par Benitez pour cette confrontation face à Parme : les débutants Natalino et Nwankwo associés aux rouillés Materazzi et Cordoba. On est loin de l'équipe qui faisait rêver les tifosi l'an dernier. Et le cauchemar se confirme dès les premières minutes, lorsqu'un ancien de la maison, Hernan Crespo, ouvre le score. Silence sur San Siro. Parme aura même l'occasion d'en mettre deux ou trois autres mais en reste là. Trop généreux, les Parmesans. Ils le regretteront lors des quatre minutes qui changent le match. Stankovic deux fois, Cambiasso une : en quatre tours d'horloge, l'Inter mène 3-1, puis 3-2, car Crespo tient au suspens. En seconde période, des Lombards fébriles pourraient subir le retour de Parme, mais Angelo trouve le poteau. Tant pis, ça aurait offert une fin de match haletante. Thiago Motta, puis Stankovic encore arrondissent le score. 5-2 : flatteur pour l'Inter, qui n'a pas survolé la rencontre comme le laisse penser le score, mais qui revient à sept points du Milan, tenu en échec la veille par la Sampdoria (1-1).

L'autre grand bénéficiaire de la journée, c'est Palerme. Les Siciliens, victorieux 3-1, ont ramené l'AS Roma sur terre, après sa folle victoire face au Bayern Munich en Ligue des Champions. Delio Rossi, ancien coach de la Lazio, a fait parler son expérience anti-Roma, en annihilant le jeu des Giallorossi. Trois perles signées Miccoli, Ilicic et Nocerino, contre un but inutile de Totti : voilà que Palerme revient dans la course au titre, se permettant même de passer devant son adversaire du soir, qui dégringole à la 7ème place.

Une Roma qui pleure, c'est en général une Lazio qui rit. Mais aujourd'hui, elle rit jaune. Le match nul du Milan AC lui ouvrait pourtant la voie pour revenir à une seule longueur du leader. Oui mais en face, il y a le Catane de Giampaolo. Du solide, et surtout, l'équipe reine du match nul cette saison. Après avoir tenu en échec Milan, Naples, la Sampdoria et la Fiorentina, c'est au tour de la Lazio de se prendre le mur sicilien. Malgré une domination stérile, les Romains n'ont pas réussi à prendre l'avantage en seconde période, après avoir égalisé dans les arrêts de jeu de la première par Hernanes. Occasion manquée donc pour les Biancocelesti, qui restent tout de même deuxièmes grâce au faux-pas de Naples sur la pelouse de l'Udinese. Ou plutôt, sur la pelouse de Toto Di Natale. Le buteur frioulan aura tout fait : un pénalty, une frappe en lucarne et même un corner rentrant. Hop, deuxième triplé de la saison. Ses trois buts assomment Naples et font plaisir à la Juventus, qui du coup monte sur le podium grâce à son match nul à domicile face à la Fiorentina (1-1), obtenu la veille. Mihajlovic aura longtemps cru pouvoir revenir de Turin avec les trois points. C'était sans compter sur Simone Pepe, qui s'est entraîné pendant l'été à tirer les coup-francs avec Del Piero. L'apprentissage porte ses fruits : son exécution est parfaite, le gardien de la Fio un peu à la rue, et la Juve s'en tire avec un match nul après le but contre son camp initial de Motta.



Le bal des matches nuls se poursuit avec Brescia-Genoa et Bari-Cesena. 0-0 pour le premier, 1-1 pour le second : des résultats qui finalement n'arrangent personne, et surtout pas le Genoa qui fait du surplace malgré l'arrivée de Ballardini. Bari continue sa série noire, puisque la victoire lui échappe depuis le 26 septembre. Ça sent bon le retour en Serie B. Une Serie B que pourrait également retrouver Lecce si l'entraîneur De Canio ne resserre pas les boulons en défense. Lecce a déjà encaissé 28 buts en 14 journées (la moyenne est simple à calculer) et s'est pris une énième rouste sur la pelouse de Cagliari, qui enchaîne un deuxième succès consécutif. La cure Donadoni fonctionne à merveille. Enfin, le match entre Bologne et Chievo a été reporté pour cause d'impraticabilité du terrain. Mais bon, sachant que les bookmakers donnaient le 0-0 comme score le plus probable, on se demande limite si ce n'est pas mieux comme ça.



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les souris dansent
0 0