En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 17e journée
  3. // Inter/Milan AC (1-0)

Palacio offre le derby à l'Inter

Au terme d'un derby milanais très équilibré, Rodrigo Palacio a offert la victoire à l'Inter, avec une magnifique Madjer inscrite à la 85e minute. L'Inter revient ainsi à la 5e position, et passera donc les fêtes avec 12 points d'avance sur un Milan AC trop maladroit ce soir.

Modififié
Inter - Milan 1-0
But : Palacio 85'


Qu'elle est belle, la victoire, quand elle se dessine de cette manière. Et qu'elle est cruelle, la défaite, quand elle se dessine de cette manière. Le dernier match de l'année 2013, en Italie, nous a offert un derby tout en intensité et en émotion. Une émotion qui a touché son point culminant à la 85e minute, lorsque Rodrigo Palacio a sorti de sa manche un coup de génie : une somptueuse Madjer sur un centre de Guarín, qui a délivré les tifosi de l'Inter. Un but décisif, qui permet à l'Inter de remporter le premier derby du nouveau président interista, Erick Thohir, qui a pu goûter aux joies de la victoire dans les tribunes. Victoire méritée, pour les joueurs de Mazzarri ? On va dire que oui. Enfin, au nombre d'occasions, non. Car Milan aurait pu et aurait dû ouvrir le score bien avant. Les Rossoneri ont outrageusement dominé la première période, se créant une énorme occasion par Poli. En début de deuxième acte, c'est Balotelli qui, par deux fois, a eu l'occasion d'ouvrir la marque.

L'Inter a fait le dos rond, puis s'est dit que Milan avait laissé passer sa chance. Petit à petit, les Nerazzurri sont montés en puissance, notamment avec les entrées de Kovačic et Kuzmanović. Palacio, terminal d'attaque capable d'être un secteur offensif à lui seul, a d'abord eu une première balle de match. Puis une deuxième. La troisième a été la bonne, avec, donc, cette délicieuse Madjer. Un succès 1-0 qui permet à l'Inter de prendre douze points d'avance sur le Milan à la trêve, et de revenir à la cinquième position, à deux points de la Fiorentina. Les objectifs de la première partie de saison sont atteints pour Mazzarri. En revanche, pour Allegri, c'est un Noël encore plus compliqué que celui de la saison dernière qui se profile. Dès janvier, il va falloir tout changer, avec notamment les arrivées de Honda et Rami. Car Milan est ce soir treizième de Serie A, à cinq points du premier relégable. Inacceptable.

Pioli rate la plus belle

La surprise du chef, en début de rencontre, est signée Max Allegri. Le coach, à la surprise générale, décide de titulariser le jeune Saponara, 24 minutes de Serie A dans les pattes. Un choix osé, mais assumé. En défense, Constant prend la place d'Emanuelson, touché au bras lors du match face à la Roma. Côté Mazzarri, quasiment que du classique, avec Palacio seul en pointe. Seule surprise : Ranocchia est sur le banc. Le début de match est à mettre à l'avantage des Rossoneri, qui mettent immédiatement plus de rythme que leurs adversaires. L'Inter n'a que peu d'idées, et laisse l'initiative du jeu aux cousins rouge et noir, malgré ses neuf points d'avance au classement. Le premier frisson est justement offert par Saponara, qui claque un petit pont à Campagnaro avant de servir idéalement Balotelli, dont la frappe est déviée en corner par un défenseur.

Au fur et à mesure que les minutes s'écoulent, on comprend que cette première période va être un monologue du Milan AC. Les occasions sont toutes pour les joueurs d'Allegri, avec notamment des tentatives de Kaká (Handanović repousse) et Balotelli (au-dessus). Mais la plus grosse est à mettre à l'actif de Poli. Après une sortie complètement foireuse du portier nerazzurro, le milieu de terrain milanais se retrouve en position idéale, sans gardien dans les cages (mais avec trois défenseurs positionnés sur la ligne), mais tire au-dessus. Une réponse de l'Inter ? Pas vraiment. Ah si, une très belle frappe de Guarín qu'Abbiati détourne en corner. Une frappe qui, de toute façon, comptait pour du beurre, puisque l'arbitre avait sifflé au préalable. En revanche, l'arbitre ne siffle rien du tout sur un contact très litigieux dans la surface entre Palacio et Zapata. Les Nerazzurri réclament le péno. Certainement à juste titre. Bref, 0-0 à la pause. Milan domine, mais Milan ne marque pas. C'est ballot (telli).

Palacio, la natte et la Madjer

En début de seconde période, Emanuelson, pourtant diminué, doit remplacer Constant, blessé. Mais c'est l'Inter qui semble partir avec de meilleures intentions. Palacio apparaît moins isolé sur le front de l'attaque, et Milan, de son côté, paye légèrement ses efforts de la première mi-temps. Pourtant, après dix bonnes minutes à tenter de se replonger dans son derby, les joueurs d'Allegri se créent deux nouvelles opportunités. Balotelli est toujours dans le coup : d'abord, l'attaquant tente de tromper Handanović avec une frappe enveloppée du droit, puis il essaie un extérieur du pied en coupant au premier poteau. Sans succès, même si, à chaque fois, les tifosi interisti perdent quelques kilos. Mazzarri voit bien que son équipe n'inquiète pas son adversaire, et décide de faire entrer Kovačic et Kuzmanović. La rencontre s'équilibre à l'approche du dernier quart d'heure, car les deux formations savent qu'un faux pas à ce moment-là du match serait très vraisemblablement décisif. Allegri tente de donner un coup de boost en faisant entrer Matri à la place de Saponara (qui a fait son match).

Ce changement marque un tournant dans la fin de match, mais certainement pas dans le sens qu'Allegri aurait espéré. En effet, à partir de la 75e minute, l'Inter devient une véritable tornade. Nagatomo, sur son aile gauche, monte en puissance, à l'inverse d'un Milan AC qui tire la langue sur ces dernières minutes. À dix minutes du terme, Palacio a la première balle de match au bout des pieds, mais l'Argentin bute sur Abbiati, avant de voir sa seconde tentative contrée in extremis par Zapata. Mazzarri fait entrer Icardi. Ça pousse, les tifosi interisti veulent un but au finish, un but pour passer Noël à +12. 85e minute. Une nouvelle offensive interista : Guarín centre en retrait pour Palacio. Là, c'est le génie qui parle. L'homme à la natte invente une sublime Madjer, qui vient tromper Abbiati. San Siro explose. On le sentait venir, le but de l'Inter est arrivé. Il reste cinq minutes, Mazzarri, sur le banc, n'en peut déjà plus. Dans les tribunes, Erick Thohir, pour son premier derby, n'est pas serein non plus. Milan pousse, mais laisse des boulevards aux Interisti, qui se créent une nouvelle occasion par Palacio. Mais les émotions ne s'arrêtent pas là : Muntari se fait exclure pour un geste de réaction débile, tandis que Handanović dévie en corner un coup franc de Balo. Trois coups de sifflet. L'Inter remporte le premier derby de l'ère Thohir. Les fêtes seront heureuses. Celles du Milan AC, beaucoup moins.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 14
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7