1. //
  2. // 27e journée

Palacio fait chavirer l'Inter

Menée 2-0 à la pause sur la pelouse de Catane, l'Inter s'est finalement imposée 3-2 grâce à un doublé et une passe décisive de Palacio, entré à la pause. Victoire importante également de la Fiorentina face au Chievo (2-1), de l'Udinese à Pescara (1-0), et de la Sampdoria contre Parme (1-0).

Modififié
3 8
Le football est fait de détails. Demandez donc à Gonzalo Bergessio et Andrea Stramaccioni ce qu'ils en pensent. Cet après-midi, à Catane, l'Inter aurait pu sombrer. Une septième défaite lors des huit derniers matchs à l'extérieur se profilait et, au vu de la première période, cela n'aurait rien eu de scandaleux. Et puis, une histoire de détails. Un changement, d'abord. Une erreur, ensuite. Le premier est réalisé par Andrea Stramaccioni. Dépité par la prestation de ses joueurs en première période, le coach fait sortir le retraité Tommaso Rocchi pour faire entrer Palacio, tenu au repos en vue du match d'Europa League contre Tottenham. L'erreur, en revanche, est de Bergessio. À la 5e minute de la seconde période, celui qui avait ouvert le score en tout début de rencontre se retrouve seul face à Handanović. Sa frappe est trop centrale et le portier slovène repousse. Cela aurait fait 3-0, et le match aurait été plié. Ouais, mais...

Une minute plus tard, Palacio, le nouvel entrant, dépose un centre parfait sur la tête de Ricky Alvarez, qui relance totalement l'Inter. D'un potentiel 3-0 à 2-1 : le fameux « but raté, but encaissé » . Et ce n'est pas tout. Un peu plus tard dans cette seconde période, Catane a l'occasion, à nouveau, d'inscrire un troisième but. Mais les Siciliens ne se montrent pas assez réalistes. Résultat : une minute plus tard, l'intenable Palacio égalise d'un joli coup de casque. 2-2. Un nul inespéré pour l'Inter, qui pousse et passe tout proche du troisième but, d'abord sur une double tentative de Schelotto, puis sur une reprise de Cambiasso qui vient mourir à quelques millimètres du poteau. Catane plie, plie encore, et cède dans les arrêts de jeu. Cambiasso fait le boulot et sert Palacio, qui trompe Andujar d'un plat du pied puissant. 3-2. Cruel, très cruel pour cette équipe de Catane qui avait réalisé une première mi-temps de rêve, avec les deux buts inscrits par Bergessio et Marchese (quelle passe de Lodi !) et un jeu plein d'allant et de fraîcheur, qui a largement justifié sa position au classement. Sauf que l'Inter avait Palacio. Exceptionnelle prestation.

La Fiorentina ne lâche rien

La lutte pour la Ligue des champions est de plus en plus passionnante. Quatre équipes se tiennent en effet en trois points. À 48 points, on retrouve donc le Milan AC, vainqueur hier soir de la Lazio (3-0). Derrière, la Lazio et l'Inter sont à égalité à 47 unités, et juste derrière, la Fiorentina suit avec 45. Oui, car aujourd'hui, les Florentins se sont difficilement imposés face à un valeureux Chievo. Un succès 2-1, et un score qui ne reflète pas franchement la physionnomie de la rencontre, tant il y a eu d'occasions franches de part et d'autre. Le match n'a pas tardé à se lancer : au bout de cinq minutes de jeu, la Fiorentina mène déjà 1-0 grâce à un superbe coup franc de son capitaine, Pasqual. Mais le Chievo est loin de se laisser abattre. Les joueurs de Vérone pressent haut, et procèdent très vite en contre. La Fiorentina a toutefois deux énormes occasions pour doubler la mise, par Borja Valero et Jovetić.

Que disait-on plus haut ? Ah oui, but raté, but encaissé. Juste après ces deux opportunités, c'est le Chievo qui égalise, par le Ghanéen Cofie. En seconde période, le spectacle est toujours aussi alléchant. Paloschi a le ballon du 2-1 au bout des crampons, mais frappe au-dessus. Puis c'est Larrondo qui manque l'inratable, devant le but vide, après un poteau frappé par Luca Toni. La Fiorentina se dit qu'elle est maudite et qu'elle ne va pas réussir à se sortir du bourbier. Pourtant, à dix minutes du terme, Larrondo délivre le stadio Franchi, inscrivant là son premier but sous les couleurs viola. Un succès arraché, qui permet à la Fiorentina de rester au contact de la zone Ligue des champions. Et la semaine prochaine, place à la confrontation directe sur la pelouse de la Lazio. Encore un choc en prévision.

Di Natale puissance 150

Deux autres équipes rêvent encore d'Europe. Il s'agit de l'Udinese et de la Sampdoria. Les Frioulans ont aujourd'hui mis fin à une sacrée série noire : ils n'avaient plus gagné à l'extérieur depuis trois mois. Une statistique qui appartient au passé. L'Udinese minimaliste n'a eu besoin que d'un but de son capitaine, Di Natale, pour s'imposer 1-0 sur le terrain de Pescara. Un but inscrit en tout début de rencontre, par un Toto qui n'avait plus scoré depuis le 13 janvier dernier, et qui claque là son 150e pion sous le maillot de l'Udinese. Respect. Il faut aussi dire que lors de cette rencontre, l'équipe de Guidolin n'a jamais vraiment été mise en difficulté. Pescara est actuellement au fond du gouffre (un point pris sur les sept dernières journées) et n'a tenté sa chance que sur des frappes lointaines. L'Udinese, en revanche, aurait pu doubler la mise dès la demi-heure de jeu, lorsque la frappe de Muriel a été repoussée par le montant. Grâce à ce succès, les Bianconeri reviennent à hauteur de la Roma (qui joue ce soir contre le Genoa) et peuvent encore rêver d'une qualification pour l'Europa League. Pescara, en revanche, va vraisemblablement rêver de Serie B très rapidement.

L'autre équipe qui espère encore l'Europe, c'est la Sampdoria. L'équipe de Delio Rossi est en train de réaliser une année 2013 magnifique, avec une folle escalade au classement. Relégable à l'automne, la Samp est aujourd'hui dixième, à dix points de la sixième place qualificative pour le tour préliminaire de la C3. Dix points, c'est beaucoup, certes, mais vu le rythme des Blucerchiati, rien n'est impossible. Aujourd'hui, la Samp a obtenu une courte victoire face à Parme, 1-0, grâce au huitème but en 2013 de Mauro Icardi. Hormis Cristiano Ronaldo et Messi, personne n'a marqué plus de buts que lui en 2013 dans les cinq grands championnats européen (égalité avec Luis Suárez et Bale, qui vient à l'instant d'inscrire son huitième pion). La Sampdoria a pris 14 points sur les 18 derniers possibles, et est invaincue depuis un revers 1-0 sur la pelouse de Sienne, le 20 janvier dernier. Bref, la dynamique est là. Il va falloir la conserver pour aller chercher quelque chose de grand à la fin de la saison.

Trois équipes à la dernière place

Cela se bagarre toujours dans le bas de tableau, même si le verdict de la relégation se dessine de plus en plus. En cette fin d'après-midi, trois équipes sont effectivement à égalité à la dernière place : Sienne, Palerme et Pescara, chacune à 21 points, soit cinq de moins que le premier relégable, le Genoa, qui joue ce soir à Rome. En cas de succès génois dans quelques heures, les trois bonnets d'âne de la Serie A compteront huit points de retard, ce qui semble décisif dans la course au maintien. Pescara a donc été battu par l'Udinese, et Sienne a connu le même sort face à l'Atalanta. Les Bergamaschi s'imposent 2-0 en terre toscane, grâce à un doublé de Bonaventura. Un succès très important pour l'Atalanta, qui s'éloigne sensiblement de la zone rouge. Pour sa part, Palerme est allé chercher un quatrième match nul consécutif, cette fois-ci sur le terrain du Torino, le roi du 0-0. On n'ose encore imaginer l'ambiance au stadio Barbera, la semaine prochaine, lors du match de la peur entre Palerme et Sienne. Malheur au vaincu.

Enfin, lors du dernier match de la journée, Bologne a mis un terme à la belle série de Cagliari, qui restait sur huit matchs sans défaite. Un succès 3-0 qui ne fait pas un pli, et qui était déjà acté au bout de 18 minutes, lorsque Diamanti inscrit le deuxième but bolognais d'une sublime frappe du pied gauche. Avant cela, c'est l'ancien Grenoblois Taider qui avait ouvert le score, après un joli une-deux avec Gilardino. Les Sardes ne se remettront jamais vraiment de ce 2-0 arrivé trop tôt, malgré quelques tentatives en seconde période. En fin de rencontre, après l'expulsion de Pisano, Bologne inscrit même un troisième but par Pasquato. Les Rossoblù prennent largement leurs distances avec la zone de relégation (+11) tandis que Cagliari redescend sur terre. Mais depuis sa prison, Massimo Cellino peut en être convaincu : malgré ce revers, son équipe sera à nouveau sur la ligne de départ de la Serie A la saison prochaine. Par contre, lui...

Les résultats :

Napoli - Juventus 1-1
Inler 43' / Chiellini 10'
Milan - Lazio 3-0
Pazzini 40' et 60', Boateng 44'
Torino - Palerme 0-0
Sienne - Atalanta 0-2
Bonaventura 3' et 68'
Bologna - Cagliari 3-0
Taider 5', Diamanti 18', Pasquato 90'
Fiorentina - Chievo 2-1
Pasqual 5', Larrondo 78' / Cofie 38'
Catania - Inter 2-3
Bergessio 7', Marchese 19' / Alvarez 51', Palacio 70' et 91'
Sampdoria - Parma 1-0
Icardi 58'
Pescara - Udinese 0-1
Di Natale 8'
Roma - Genoa, ce soir, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Non, la 6ème place ne permet pas de se qualifier pour le tour préliminaire de l'Europa League. Elle le deviendra si les 2 finalistes de la Coppa Italia terminent dans les 5 premiers. Ce qui devrait être le cas de la Lazio et de l'Inter, mais probablement pas de la Roma, qui a un ticket à valider contre les Milanais. Du coup, en attendant la 1/2 retour, les Catane, Udine et Samp' ne peuvent qu'espérer que l'Inter réalise l'exploit à l'Olimpico. Mais déjà, la 6ème place, ça paraît très loin pour la Samp', malgré son rythme infernal actuel...

Pour revenir sur Di Natale, il rejoint donc Kurt Hamrin au 8ème rang des buteurs en Serie A avec une équipe. Prochaines cibles, Gaby Batistuta, 152 avec la Fio, et Gigi Riva, 156 avec Cagliari et son alter ego des années 60-70. L'an prochain, les juventini Boniperti et Del Piero seront dans le viseur. Pour Meazza, Nordahl et Totti, c'est une autre histoire...
Le match retour de la demie est à San Siro, allez c'est cadeau ^^
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Au temps, pour moi...

Faut dire que la Coppa Italia soulève tellement l'enthousiasme populaire (et médiatique) que dès que ton club est éliminé, en général, tu ne suis pas du tout le reste de la compèt'.

Oui, ça marche aussi pour l'Europa League !
Godfather Niveau : CFA
Quand tu vois le billard de Catane et que tu vois la pelouse de Reims, Brest ou même Bastia ou Ajaccio plus proche géographiquement: ça fait vraiment mal cul*
Note : -2
Les filets troués de Catane, enviable en effet !
Bergessio , Alvarez , Palacio , Schelotto , Andujar , des noms qui sente bon les pelouses du Torneo Argentino ..

Super boulot de de la Joya , ca fait toujours plaisir quand un ancien réussit !
Aguante Rodrigol :)
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Diamanti est le punk à chien qui a la patte gauche la plus bandante au monde ! À quand un article sur ce type dans la version papier ?
Legrottaglie a vraiment manqué pour le coup.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 8