1. //
  2. // Équipe du Chili
  3. // Interview

Pablo Contreras : « Bielsa nous intimidait »

Au cours de sa longue carrière, Pablo Contreras a connu de nombreux coachs. De Claude Puel à Leonardo Jardim, en passant par Michel ou László Bölöni. Mais celui qui l’a le plus marqué c’est indubitablement Marcelo Bielsa, qui l’a dirigé trois ans durant à la tête de la sélection Chilienne.

Modififié
Tu as eu une longue carrière et de nombreux coachs, lesquels t’ont le plus marqué ?
Gustavo Benítez m’a lancé et m’a donné la chance de débuter à 17 ans à Colo-Colo. Nelson Acosta qui me convoque en sélection à même pas 20 ans.
« Au niveau tactique, Marcelo m’a appris tellement de choses. Je suis éternellement reconnaissant d’avoir pu travailler avec lui. »
En France, avec Claude Puel on travaillait très bien, Claude m’a installé en tant que latéral droit, alors que j’avais l’habitude de jouer stoppeur. Et évidemment Marcelo Bielsa que j’ai eu la chance de connaître quand j’avais 32, 33 ans. J’étais déjà un joueur expérimenté. Je ne pensais pas avoir la chance d’être entraîné par Marcelo, mais mes coéquipiers qui l’avaient eu en sélection argentine m’en parlaient beaucoup. Marcelo Gallardo que j’ai connu à Monaco disait que c’était un type intense, ensuite Berizzo, Gustavo Lopez, Caballero au Celta de Vigo me parlaient tous toujours de lui. Je me suis dit que si c’était aussi bien qu'ils le disaient, il fallait que je m’imprègne de ses conseils. Et effectivement, au niveau tactique, Marcelo m’a appris tellement de choses. Je suis éternellement reconnaissant d’avoir pu travailler avec lui.


Qu’a changé Marcelo Bielsa quand il est arrivé ?
Quand Marcelo arrive, théoriquement il doit continuer à faire confiance aux types de ma génération, mais il change tout, il convoque des joueurs qui n’ont jamais joué en première division comme Mauricio Isla. Généralement, au Chili, les joueurs non européens appelés en sélection viennent uniquement de la U de Chile, Colo-Colo et la Catolica, lui il appelle des mecs de la U de Concepcion, de Santiago Wanderers, de O’Higgins. Et surtout, il lance la meilleure génération de l’histoire du Chili.


Et Bielsa avait conscience d’avoir affaire à une génération d’exception ?
Je crois, oui. Il était dur avec Alexis, Arturo, les plus doués. Il aimait énormément Matías Fernández, c’était son chouchou. On dit que les parents exigent toujours plus de leur fils préféré, c’était pareil pour Marcelo avec Matias. C’est avec lui qu’il était le plus critique, le plus exigeant.

C’est comment de travailler avec Marcelo Bielsa ?
« Tout ce qu’il faisait était réfléchi, il y avait des idées derrière, on faisait des exercices de détente avec un élastique à 2m10 du sol ; mais c’était pour faire travailler le centreur qui devait mettre le ballon au niveau exact de l’élastique. »
Marcelo est complet, le travail était très schématique, mécanisé, des exercices de passes entre les lignes tel jour, un 6 contre 2 pour faire travailler les défenseurs centraux et les attaquants un autre. Tout ce qu’il faisait était réfléchi, il y avait des idées derrière, on faisait des exercices de détente avec un élastique à 2m10 du sol ; mais c’était pour faire travailler le centreur qui devait mettre le ballon au niveau exact de l’élastique. Il alliait toujours le travail technique, tactique et physique. Marcelo disait toujours qu’il n’avait rien inventé, qu’il n’y avait rien à inventer dans le football, que tout ce qu’il nous faisait faire il l’avait vu en match. Et il donnait des noms aux mouvements. La « Jarita/Orellana » par exemple, c'était quand Jara envoyait un ballon aérien pour Fabian qui démarrait à ce moment-là dans le dos du défenseur. On répliquait des choses vues en match et analysées à la vidéo et on les connaissait pas cœur. Par exemple, s'il nous disait : on va faire la « Arruabarrena/Riquelme » , on savait ce que c’était.

L’analyse vidéo était très poussée, non ?
Les sessions vidéo étaient folles, on analysait nos matchs précédents. Les 90 minutes par tranche de 15 minutes chaque jour. Les 15 minutes duraient une heure, une heure et demie. Il interagissait, posait des questions : « Qui n’est pas arrivé à temps au second poteau ? » , « Vous estimez que vous avez bien fait ? » Et il était toujours très pointilleux. Un jour, on fait une session vidéo, et il nous dit : « Très bien messieurs, belle élaboration, super enchaînements » , et puis il s’arrête sur un centre qui file au second poteau et personne pour le reprendre. Il dit : « Ici, il manque quelque chose. » Nous, on se dit : « Merde, il nous manque quoi ? » et là, il dit : « Mais bordel, où est Rodrigo Tello, il n’apparaît pas sur l’écran ? » Et on ne pouvait pas rire, le type était sérieux. Si tu riais, il arrêtait la vidéo et mettait fin à la séance, il l’avait déjà fait. Extrêmement rigoureux.


Rigoureux à quel point ?
Marcelo était toujours assis devant face à l’écran et nous derrière lui. Je ne sais pas s'il avait des yeux bioniques, mais un jour, un de nous, Pedro Morales, étend ses jambes sur la chaise devant lui et se met à l’aise. Marcelo se retourne et lui dit : « Vous vous asseyez comme ça à la maison, quand vous dînez avec votre femme ? Alors pourquoi le faites-vous ici ? » Il nous vouvoyait en permanence. Dans le domaine sportif, ultra-rigoureux aussi. On s’entraînait avec le profe Bonini en déconnant, et Marcelo arrivait ensuite. Bonini nous disait : « Marcelo vient d’arriver, j’espère que vous êtes prêts. » Marcelo demandait à Bonini : « Profe, ils sont prêts ? » , Bonini répondait : « Oui Marcelo. » Et si le travail n’était pas bien fait, Marcelo s’énervait avec le second entraîneur : « Mais vous m’aviez dit que l’exercice était déjà compris, on fait comment ? » Il s’en allait et il revenait dix minutes plus tard.

Il y a aussi cette anecdote avec Gary Medel...
Oui ! C’était l’époque où Gary était exubérant dans sa manière d’être. Marcelo lui dit : « Gary, j’ai l’impression que vous avez pris 3 kilos. » Gary répond : « Non coach, je suis nickel. » Marcelo lui dit : « Montez sur la balance, Gary. » Et Gary avait pris 3 kilos exactement. Incroyable.


Marcelo Bielsa vous impressionnait ?
Marcelo nous intimidait, avec ses mots, ses gestes. Vraiment. Je te jure qu’il nous faisait peur, qu’il nous impressionnait, même moi qui étais déjà « vieux » . Souvent on disait au profe Bonini : « Profe, on est fatigués » , parce que c’était si intense qu'on avait les adducteurs en feu, les ischios qui tiraient. Et Bonini nous dit : « Ok, je le dis à Marcelo. » Marcelo vient nous voir : « Le profe m’a signalé que vous étiez fatigués. » Il se tourne vers Gonzalo Jara et lui demande : «  Gonzalo, vous êtes fatigué ? » Jara lui répond que ça va. Il me demande : « Pablo vous êtes fatigué ? » J’étais le plus vieux, j’étais cramé, et je réponds : « Non Marcelo, je suis impeccable. » Plus personne n’était fatigué ! Bonini vient nous voir et nous dit : « Vous êtes vraiment des poules mouillées, bande de salopards, quand le type est en face de vous, vous flippez. »

Tu as eu l’occasion de faire une séance vidéo individuelle avec lui ?
En 2008, on joue en Équateur, mon compagnon de chambre Ismael Fuentes est expulsé, j'entre à sa place, on perd 1-0, mais je fais un super match. Le match suivant était contre l’Argentine à domicile. On jouait à 21h, on s’entraîne le matin très dur. On s’entraînait toujours le jour du match avec Marcelo ; et il m’avait dit que j'allais être titulaire et qu'il allait m'appeler pour qu'on fasse une session vidéo ensemble. On s’entraîne le matin, on déjeune et on va faire une sieste l’après-midi. De 14 heures à 19 heures, on n'avait rien de prévu.
« Il me dit : "J’aimerais que nous voyions des vidéos de vos matchs." Il me met un laser dans les mains, met la vidéo et me dit : "Dites-moi où vous êtes Pablo." Je pensais qu'il me faisait une blague. »
À 16 heures, on toque à ma porte, j’étais en pleine sieste, hyper nerveux de jouer contre l’Argentine, qu’on n'avait jamais battue en match officiel. C’était un assistant de Bielsa, il me dit : « Marcelo veut te voir. » Je me dis : « Putain, qu’est-ce que j’ai fait, je ne vais pas jouer ?  » Je vais dans la chambre de Marcelo, j’avais la trouille, les yeux encore gonflés par le sommeil. Il me dit : «  J’aimerais que nous voyions des vidéos de vos matchs. » Il me met un laser dans les mains, met la vidéo et me dit : « Dites-moi où vous êtes Pablo. » Je pensais qu'il me faisait une blague, on voit un match du PAOK où je jouais à l’époque et je suis mon image avec le laser comme un idiot, je lui dis : « Je suis là Marcelo. » Il me montre une image et me dit : « Sur cette action, il vous semble que vous avez pris la bonne décision Pablo ? » Je ne savais pas quoi dire, je lui dis : « Marcelo, je crois que je me suis trompé, je suis intervenu trop tôt » , et il me dit : « Non, c’était parfait. » Il me montre une autre action, où je tacle et je gagne mon duel. Il me demande : « Et là Pablo ? » Je lui réponds que j'ai bien défendu, que j'ai taclé au bon moment. Il me dit : « Oui, mais vous n’avez pas pris la bonne décision, il se passe quoi si vous ratez votre tacle ? L’adversaire sera seul face au but.  » Il disait toujours le contraire de la réponse que j’attendais.


Et du coup, le match contre l'Argentine ?
Le match le plus grandiose de l’histoire du football chilien. Alfio Basile a dit après le match qu'il avait l’impression qu’il y avait 14 Chiliens contre 11 Argentins. Parce qu’on n'a pas dominé par phases, ça a été 93 minutes de football parfait et de domination totale.

Et concernant les relations avec les joueurs en dehors du football, comment était Marcelo Bielsa ?
Marcelo avait très peu de relations avec nous, juste l’entraînement et le jour du match. Et le jour du match, il n’y avait aucune discussion tactique, on avait déjà tout vu auparavant, juste un petit discours de motivation. Mais en dehors du football non, cela nous arrivait de faire des asados, mais Marcelo ne parlait pas, il mangeait et il lisait ; il ne disait rien. Il lisait des livres, des journaux ou des magazines, sur le foot, mais pas uniquement. On était tous là, et lui mangeait en lisant seul.


Il se détendait de temps en temps ?
Marcelo faisait des blagues très occasionnellement. Mais comme il était toujours sérieux, on ne savait pas s'il fallait rire. Un jour en Slovaquie, Marcelo commence à parler, fait une blague et il se met à rire comme un dément, comme s'il y avait 20 clowns face à nous ! Il rit, et nous, on se regarde et on se demande si on doit rire. Au bout d’un moment, il dit : « Carajo, pour une fois que je fais une blague, personne ne rit, on va s’entraîner. »

Quelles sont les limites de Marcelo Bielsa ?
« C’est un entraîneur de sélection plus que de clubs. Parce qu’au quotidien, cette intensité est quasi impossible à tenir sur plusieurs années. »
Marcelo est un type très intense, les entraînements ne sont pas très longs, 45, 50 minutes, rarement plus, mais c’est d’une exigence folle. Je pense que c’est un entraîneur de sélection plus que de clubs. Parce qu’au quotidien, cette intensité est quasi impossible à tenir sur plusieurs années, c’est le cas de Sampaoli aussi. Leur méthode de travail exige un renouveau constant, soit ils changent de clubs, soit les joueurs changent, mais ils ne peuvent pas entraîner sur des cycles longs.

Propos recueillis par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

cedoukeita Niveau : DHR
c'est la seconde partie de l'entretien de l'autre fois (genialisime d'ailleur) ?
Je suis un très grand fan de Marcelo Bielsa, et cette interview renforce à nouveau mon admiration pour l’entraîneur et la personne.

Néanmoins, à l'aune de ce que je lis sur l'intensité de son jeu, je pense que son gros point faible est son incapacité à gagner avec plus de 11 joueurs. Il a ses idées, il sait les mettre en place en y faisant adhérer ses joueurs mais il ne prévoit jamais de turn-over. Résultat : son équipe-type est cramée au bout de six mois.

Une influence de sa formation dans le championnat d'Argentine qui ne durait historiquement que 6 mois ?
Ce commentaire a été modifié.
 //  16:10  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 1
assez logique, d'abord Bielsa utilise le meme noyau car son jeu est basé, avant tout, sur les automatismes, les enchainements, les combinaisons qui sont travaillés et repétés à chaque entrainements et à chaques matches. Un jeu construit et reproduit qui est finalement assez "automatique", Bielsa ne laisse pas beaucoup de place à l'improvisation, à l'aléeatoire. Et pour arriver au plus vite à cette efficacité : la préparation physique intense d'avant-saison et l'utilisation des mêmes joueurs. De plus l'implication et l'intensité voulu par Bielsa à chaques entrainements et matches, on en arrive à ce résultat "classique" chez les équipes de Bielsa lors de la 2ème partie de saison. Je ne pense pas qu'El loco a "importé" une quelquonque vision à court-terme du fait de l'organisation du championnat argentin en demi-saison.
1 réponse à ce commentaire.
« Carajo, pour une fois que je fais une blague, personne ne rit, on va s’entraîner. » Celle-là m'a tué, j'ai imaginé la scène du gars vexé par sa blague ratée.
Si j'étais le CM de Lille, après le premier match de championnat, je tenterais une photo de Marcelo avec le président, légendée "Se queda"
1 réponse à ce commentaire.
Ce gars, Bielsa, est fascinant!
Jean-Sol Partre Niveau : Loisir
16:25



Toi aussi tu peux fasciner les gens. Prends un air sévère, sois un peu autiste, ombrageux avec un regard profond et intense. Pour que ça marche, tu dois aussi être compétent dans ton domaine
1 réponse à ce commentaire.
prtcl2x89 Niveau : CFA2
c'est le premire témoignage d'un joueur ayant évolué sous Bielsa qui m'impressione autant ! on sent la folie du coach à la glacière transpirer à travers les propos de Pablo c'est incroyable.

ce genre d'entraineur reste quand même, je pense, un incompris dans le football actuel, il a l'air hors du temps et pourtant son football peut être très efficace malgré la demande d'énergie hallucinante.

ce qui me choque le plus je crois, c'est que tous soient intimidés devant lui, je sais bien qu'il faut respecter son supérieur mais de là à devenir des "suceurs" c'est dingue !

bref, heureusement qu'on l'a en championnat de France, une curiosité comme ça, ça ne peut qu'être bénéfique
Le témoignage d'Alessandrini m'avait aussi impressionné .
1 réponse à ce commentaire.
Jean-Sol Partre Niveau : Loisir
Toi aussi tu peux fasciner les gens. Prends un air sévère, sois un peu autiste, ombrageux avec un regard profond et intense.

Pour que ça marche, tu dois aussi être compétent dans ton domaine.
Note : 1
Cette interview est vraiment intéressante, merci !
pendant ce temps là T. Maia a signé!
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
Très intéressant ! Merci SoFoot !
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 3 heures La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 il y a 4 heures Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 36 il y a 5 heures Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 5 il y a 5 heures Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 6 il y a 6 heures La demi-volée de Gignac 7 il y a 7 heures Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 19:18 Le bonbon de Malcom 11 Hier à 18:18 Le lob fou de Fekir 29 Hier à 13:53 Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 Hier à 11:59 Les ultras allemands répondent à la DFB 13
Hier à 10:07 Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103