En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Match amical
  2. // France/Allemagne 1-2
  3. // Les notes

Özil, c’est le Brésil, Benzema c’est la cata

Un costard taille patron. Mesut Özil, distributeur officiel de galettes et de contrôles orientés ce soir. Côté Bleus, Ribéry a brillé, comme Valbuena. Benzema, lui, a passé une mauvaise soirée.

Modififié
France


Lloris (6) : Le genre de match bien pourri pour un gardien. Rien à se reprocher sur les deux buts, des arrêts importants, notamment celui sur Özil en tout début de match, et de la présence dans sa surface. Seule une petite sortie aérienne loupée pourrait laisser penser qu’il s’est entraîné avec Mandanda cette semaine.

Évra (4) : Encore une fois, le bleu lui réussit moins bien que le rouge. Pourtant, avec le Ribéry qu’il avait devant lui ce soir, il y avait de quoi faire. Pas suffisamment présent aux avant-postes où il aurait pu dédoubler à de nombreuses reprises, Patrice a surtout été d’un laxisme consternant en défense. Le marquage au baggy, c’est son truc. Souleymane Diawara devra se démerder avec la SACEM.

Koscielny (6) : C’est con. Pour une fois qu’il ne score pas contre son camp et qu’il est carrément solide, Laurent quitte les siens à la pause. Une blessure supposée, annoncée à l’antenne à Arsène Wenger, comme si on parlait d’un vulgaire André Santos. En 45 minutes de jeu, l’ancien Lorientais a été très solide et seulement rarement pris en défaut. Il a même tenté un rush à la Ronald Zubar.

Sakho (6,5) : Comme Koscielny avec 45 minutes en plus. Soit deux fois plus que ce que Leonardo aurait dealé avec Didier Deschamps. Les dirigeants du PSG envisageraient de demander le report du match de vendredi face à Bastia.

Sagna (5) : Un retour en bleu moins dégueulasse que sa coupe de cheveux made in CAN. Disponible sur son côté droit, il a foiré pas mal de centres et s’est fait enfumé à quelques reprises par Gündogan et ses potes. Rien de fou, mais rien qui puisse faire dire à DD : « Avec Debuchy, ça aurait été mieux. »

Cabaye (4,5) : Yohan se baladera contre la Géorgie, puis contre Stoke City, puis contre le Lichtenstein. Par contre, quand y a du monde en face, bah il y a plus personne.

Matuidi (6) : En une mi-temps, Blaise a prouvé deux choses. La première, c’est que cette saison, il vaut mieux ne pas l’emmerder. La seconde étant évidemment qu’il est la pièce la plus importante du milieu de terrain de Didier Deschamps. Mais ce soir, en face, il y avait du costaud.

Valbuena (6,5) : Soyons honnête : dans le jeu, ce n’est pas le meilleur match de Mathieu Valbuena en bleu. Cela pour la bonne et simple raison que - n’en déplaise à ses nombreux détracteurs, ceux qui sont soucieux de l’image splendide de l’équipe de France, quoi – Petit Vélo est quasiment toujours bon lorsqu’il a le temps de s’exprimer en équipe nationale. Cela étant, il a bien combiné avec Ribéry, il a beaucoup tenté, raté un peu et surtout, il a planté ce but… de la tête. Et oui, vous aurez le droit de mettre une tarte à votre collègue relou qui, demain, vous dira : « Mais c’était sur un centre à ras de terre ?  »

Sissoko (4,5) : À Bordeaux, on se dit qu’avec Yoan Gouffran, Moussa Sissoko va former une belle doublette de pousseurs de ballon. Ouais, ceux qui mettent la balle un peu loin et qui courent après. Ce soir, Moussa a fait ça. Sauf qu’il n’a pas souvent récupéré le ballon. Bon, sans une motte de terre, il aurait certainement planté. Pas suffisant.

Ribéry (8) : Ce Ribéry-là, vous pouvez lui mettre le meilleur latéral du monde qu’il en fera une chanteuse de R&B bonne à chanter du Michel Berger. Pas toujours heureux dans sa dernière passe ou dans ses frappes, il aurait pu délivrer 10 passes décisives s’il y avait eu un attaquant dans la surface et pas en dehors de la surface. De l’autre bout du terrain, Mario Gómez regardait tout ça avec envie.

Benzema (3) : Non, Benzema ne sera jamais nul. Tout simplement parce que le bonhomme a du talent et que cela est indéniable. Mais entre ce qu’il semble rester de sa condition physique et son allergie à la surface de réparation, cette soirée a été difficile. D’autant plus difficile que son inefficacité chronique en bleu devient inquiétante.

Ménez (non noté) : Une entrée sponsorisée par www.nonchalance.com.

Giroud (10) : Pour avoir patienté dix minutes avant d’entrer. Et pour ne pas avoir eu la chance de voir ce qu’il se passait dans la surface avant.

Capoue (2,5) : Avant Badinter, la perte de balle dans l’axe était passible de la peine capitale.

Rami (5) : Toujours un bon moment de voir Adil. Toujours.

Allemagne


Adler (7) : Sur le site www.adler-sa.fr, on peut voir que « la technique est au service du verre » . Salle de bains, portes, cloisons et donc, cages de foot. Un putain de rempart.

Höwedes (4) : À la base, le mec est défenseur central. Alors quitte à le mettre sur un côté, autant éviter celui de Franck Ribéry. Et tant pis pour Lahm.

Mertesacker (5,5) : Une tête sur la barre et quelques longues minutes passées à chercher Benzema dans la surface. En vain. Ce soir, Per n’a pas été mauvais. Et quelque part, ça en dit long sur la prestation de Matt Hummels. PS : non, on ne dira rien sur le grand pont de Ribéry. Tout simplement parce que mettre un grand pont à Mertesacker c’est comme battre un Schleck en contre-la-montre. Ça ne se fête pas.


Hummels (4) : Au Borussia Dortmund, Matt, sa gueule de lover, son élégance et son torse haut font mouche. En équipe nationale, c’est beaucoup plus dur.

Lahm (3) : Comme quoi, on peut être le meilleur latéral du monde et passer une soirée à vomir la tête dans les chiottes. À voir sa tête, Philipp ne semble jamais vieillir. Quand on voit la caisse qu’il avait ce soir, on douterait presque.

Khedira (6,5) : En voilà un qui doit regretter de ne pas avoir opté pour la sélection tunisienne. Les sales passes d’Özil, c’est autre chose que les galettes de Sélim Benachour.

Gündogan (7,5) : Un gun + Hulk Hogan + de la sauce samouraï = Gündogan. Un monstre.

Müller (6,5) : Ce Müller-là, c’est celui qu’on aime. Celui de 2010. Celui qui est fort partout.

Özil (8,5) : Pour la beauté de ses contrôles orientés, on pardonne à Mesut sa photo torse nu postée sur Twitter. Pour sa passe décisive, on lui pardonne tout jusqu’à la fin de sa vie. Quel joueur…

Podolski (5) : Rien de fou, mais encore une sélection. À ce rythme-là, il va finir à 200.

Gómez (4) : Un retour à la compétition timide pour les yeux revolvers de la Mannschaft. Il aurait bien pris les ballons de Benzema dans la surface, lui.

Kroos (non noté) : Discret. Comme les haricots froids du CROUS.

Bender (10) : Il a permis à Christian Jeanpierre de sortir l’anecdote des frères ennemis au Superbowl 2013 et ça, ça a peut-être sauvé l’emploi du type qui s’occupe des fiches. Solide.

par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Une ex-formatrice défonce la Goal Line Technology (via Brut Sport) il y a 2 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 28
il y a 4 heures Dupraz quitte le TFC 113 il y a 5 heures Robinho en route vers Sivasspor 36 il y a 8 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7