En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Groupe D
  4. // Cameroun/Mali (1-1)

Oyongo sauve le Cameroun

Comme lors du match nul entre la Côte d'Ivoire et la Guinée (1-1) quelques heures auparavant, le Mali a bousculé un très timide Cameroun (1-1). Les coéquipiers de Seydou Keita, qui ont ouvert le score, peuvent regretter de ne pas avoir su tuer le match. Le Cameroun, lui, semble encore un peu au Brésil.

Modififié

Cameroun - Mali
(1-1)

A. Oyongo (83') pour Cameroun , S. Yatabaré (71') pour Mali.


Il paraît que c'est à la fin du bal que l'on paye les musiciens. Les Camerounais ont bien failli payer très cher leur triste timidité, entrevue pendant une heure et demie beaucoup trop longue. Mal à l'aise dans le 4-3-3 habituel proposé par Volker Finke, les coéquipiers de Nicolas Nkoulou ont frôlé la punition à un coup de sifflet près. Une douce musique jouée par l'homme en jaune, Gerson Emiliano, qui a refusé aux vaillants Maliens un but de Yatabaré, à l'affût sur l'ultime coup franc de la rencontre. S'ils sont passés à côté de la punition, les Lions indomptables n'en demeurent pas moins dans l'obligation de se réveiller dès le prochain match, tant dans le fond que dans la forme.

Le Cameroun à la peine, Seydou au top


Sans doute crispés par l'envie de laver l'humiliation de leur Coupe du monde au Brésil, les joueurs du Cameroun ont toutes les peines du monde à poser leur jeu. Les transmissions offensives sont à peu près aussi spontanées que tes réponses à ton dernier DS de maths, et face à un bloc malien compact, les Lions indomptables semblent totalement désemparés. Et la sortie sur blessure d'Enoh au quart d'heure de jeu, remplacé par Franck Kom, rajoute une couche d'inconsistance à un collectif déjà bien en peine. Choupo-Moting signe même la pire frappe depuis le début de la compétition (22'), prouvant bien que le Cameroun n'y est pas.

En face, les Maliens jouent avec l'insouciance de l'outsider. Les Aigles arrivent facilement à se projeter vers l'avant, jouant parfois en passes courtes, parfois en passes longues, mais jouant toujours avec un homme, Seydou Keita. Tout passe par le joueur de la Roma, qui fête ce soir sa centième sélection en véritable chef d'orchestre au sein de son équipe. Seydou organise, Seydou distribue, Seydou replace… Bref, Seydou, c'est dur de faire mieux. Seulement, Bakary Sako, virevoltant sur son côté gauche, et le plus Breton des Maliens, Mustapha Yatabaré, butent sur le nouveau phénomène camerounais, Fabrice Ondoa (10' 26'). Un premier acte bien terne, donc.

Oyongo répond à Yatabaré


Avant la compétition, Volker Finke déclarait qu'il y avait dans « l'équipe du Cameroun une autre mentalité, un autre état d'esprit » . Une autre mentalité peut-être, mais dans le jeu, rien ne bouge. Un statu quo relativement gênant pour une équipe qui possède quand même un effectif de qualité. Vincent Aboubakar est complètement éteint par la charnière Wague - Coulibaly qu'il ne parvient à prendre de vitesse qu'une seule fois (62') avant de trop croiser sa frappe. Moukandjo, lui, ne pèse pas bien lourd face à Tamboura. Du coup, son pote Loe vole à son secours et tente de briser la jambe du latéral droit (65').

Les Aigles du Mali semblent quant à eux payer leur belle première mi-temps et se rabattent rapidement sur la bonne technique du « hacher le jeu pour repartir avec un point » . Les Camerounais se prennent eux aussi au jeu et, du coup, on se dirige petit à petit vers la première véritable purge de cette CAN. Fort heureusement, qui dit faute dit coup de pied arrêté. Et qui dit coup de pied arrêté dit ouverture du score du Mali. À la retombée d'un coup franc de Seydou Keita, encore lui, Sambou Yatabaré a tout le temps de contrôler de la poitrine et de fusiller Ondoa (71'). Un coup derrière la tête des Lions indomptables qui se mettent à jouer au football à vingt minutes du terme. Et quand le Cameroun joue, le Cameroun joue bien. Oyongo contrôle une merveille de passe Loe et sauve le Cameroun d'une grosse déconvenue (84'). Enfin lui, et monsieur l'arbitre.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3