Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Montpellier
  4. // So Foot Lab

Oui, Montpellier est bien la meilleure défense de Ligue 1

La parole aux chiffres : après 22 journées de championnat, la défense héraultaise n’a encaissé que 15 buts, ce qui la place naturellement au milieu des meilleures murailles d’Europe depuis le début de saison. Si cela est déjà une ligne de présentation notable, ce statut s’explique surtout par un maillage collectif réalisé en un temps express par Michel Der Zakarian. Autopsie.

Modififié
Une scène de vie devenue habitude lors du banquet hebdomadaire organisé par la grande famille de la Ligue 1, celle du multiplex, de l’ombre et des projecteurs tournés : à chaque fin de soirée du Montpellier HSC, Michel Der Zakarian ne tremble pas, le discours ferme et le visage serré. Autour de la table, chacun le regarderait presque avec admiration, comme s’ils essayaient de comprendre ce bout de révolution né depuis l’été dernier. Lui s’enfonce dans son siège, parle « d’état d’esprit » , de « distances à serrer » et de « défense collective » . Der Zakarian est dans son cœur de métier : tenir le choc, serrer le système et voir ensuite ce qu’il est possible de faire. Interrogé fin novembre par Le Figaro, Ruben Aguilar, arrivé libre d’Auxerre en juin et devenu membre indispensable du 3-5-2 installé progressivement par MDZ, ne disait pas autre chose : « On commence chaque match avec dans la tête l’objectif de ne pas prendre de but. Ce qu’il se passe en plus... c’est du bonus. »


Retour à l’objectif de base : après 22 journées de Ligue 1, Montpellier est aujourd’hui la meilleure défense du championnat (15 buts encaissés, contre 39 la saison dernière au même stade) devant le PSG (17), et ce, alors que les Héraultais ont rendez-vous samedi au Parc. Mieux : la bande de Der Zakarian est la seule équipe toutes compétitions confondues à avoir bouclé, cette saison, un match sans encaisser le moindre but des Parisiens. C’était le 23 septembre dernier (0-0), à l’issue d’une journée où le coach franco-arménien avait une nouvelle fois parlé dans son langage, soulevant l’importance de « la fermeture des espaces » . Alors, pourquoi changer ? En conférence de presse vendredi, Michel Der Zakarian a replongé : « Ils vont nous faire courir, mais pour courir le moins possible, il faut qu’on soit compacts, qu’on leur morde les mollets, qu’on soit plus agressifs. Savoir bien défendre collectivement, c’est aussi être intelligent. »

Der Zakarian taille une bavette entre Mourinho et Allegri


C’est ici, aussi, une forme d’adaptation réussie : depuis son retour à Montpellier l’été dernier, Der Zakarian a solidifié un effectif qui avait bouclé la saison dernière à une quinzième place insignifiante, mais surtout avec la 18e défense de Ligue 1. En 2017-2018, l’histoire a changé et on connaît la suite. Les Montpelliérains ont tenu le PSG en échec, ont fait un nul à Monaco à l’aller (1-1) et ont cravaché au retour (0-0), ont fermé le Groupama Stadium de Lyon (0-0) avant de s’imposer en Coupe de la Ligue (4-1) et ont également accroché l’OM (1-1) à la Mosson. Seules taches : le seizième de finale de la Coupe de France face à Lorient (4-3) cette semaine et une défaite bordélique face à Metz en décembre (1-3). Aujourd’hui, Montpellier pionce sur une septième place qui lui permet de vivre sans pression, mais qui passerait presque inaperçue au milieu du petit peuple de la Ligue 1. Difficile à croire tant la performance réalisée par Michel Der Zakarian et ses hommes, dans un laps de temps réduit, est à souligner. Il suffit pour ça de situer le MHSC entre les meilleures défenses d’Europe.


Oui, Montpellier est bien la sixième meilleure défense d’Europe si l’on s’en tient à la moyenne de buts encaissés par match (0,68, soit juste devant la Juventus ou le Bayern). Drôle de cas d’étude et belle performance que de voir Der Zakarian tailler une bavette entre José Mourinho, Antonio Conte et Massimiliano Allegri. Une anomalie : depuis le début de saison, parler de défense en Ligue 1 revenait surtout à discuter du FC Nantes, où Claudio Ranieri effectue un travail formidable même s'il faut remonter à la dix-septième place de ce classement pour trouver une plume des Canaris (0,95 but encaissé/match). Ainsi, la performance ne s’arrête pas là, car si un excellent gardien type David de Gea permet parfois de masquer une défense loin d’être imperméable, il n’est pas simple de passer à travers l’analyse avancée que proposent les expected goals.

Ce nouvel outil permet de juger les attaques ou les défenses, non pas sur le nombre de buts marqués ou concédés, mais plutôt sur les positions des tirs concédés, jugées plus ou moins dangereuses en fonction de milliers de tirs tentés ces dernières saisons dans de multiples championnats. Bingo : revoilà Montpellier en bonne position, même s’il ne faut pas retirer à Benjamin Lecomte son excellente saison dans les cages héraultaises.


Dans le graphique ci-dessus, on retrouve ainsi Montpellier juste derrière le PSG, mais surtout dans le haut du panier européen avec Naples, qui possède actuellement la meilleure défense de Serie A (13 buts encaissés en 21 journées), et le Barça pas très loin, lui aussi meilleure défense de son championnat et d’Europe (9 buts encaissés en 20 journées). Que retenir de tout ça ? Que Montpellier est une équipe qui concède peu de tirs, et que ces derniers sont généralement effectués dans des situations compliquées, d’où l’attaquant adverse ressort souvent avec un taux de réussite assez faible. On retrouve ici l’importance des distances réduites et de la fermeture des espaces, notions chères à Michel Der Zakarian. Avec 10,1 tirs concédés par match, Montpellier est alors la douzième équipe qui subit le moins de tentatives en Europe, tout en étant la septième du continent si l’on se base sur la qualité moyenne des tirs concédés (xG/tir, où le MHSC affiche un 0,082 parlant).

Des kilomètres et un torse bombé


Une combinaison volume/quantité qui permet d’expliquer pourquoi les Héraultais tiennent aussi bien face aux meilleures équipes du championnat cette saison. À l’aller face au PSG, Montpellier avait même réussi l’exploit de maintenir l’attaque parisienne en dessous de ses standards habituels, même si l’absence de Neymar était à prendre en compte. Autre donnée : l’importance du jeune Nordi Mukiele, 20 ans, cheville de l’organisation défensive du MHSC. Explication de rôles, toujours dans Le Figaro, toujours par Ruben Aguilar : « Avec Jérôme Roussillon, on joue les pistes. On nous demande aussi de faire le boulot offensif. Cela représente des courses de dix à douze kilomètres par match. (...) Derrière moi, Nordi me dépanne énormément, car il prend souvent mon ailier, de sorte que je peux monter plus sereinement sur le latéral adverse. » Face à Lorient cette semaine, Der Zakarian avait décidé de laisser reposer Lecomte, Hilton, Aguilar et Roussillon : Montpellier a pris trois buts. Il n’y a pas de secret, surtout lorsqu'on marque moins d’un but par match (20 cette saison, soit autant qu’Amiens, Toulouse et Saint-Étienne). Samedi, au Parc, tout le monde sera là. Avec la ferme intention de le fermer et de repartir avec les clés.


À visiter :
Le site Les Chroniques tactiques.
Article en partenariat avec Opta.


Par Maxime Brigand et Florent Toniutti, avec Opta
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall