Ouf, ça VA mieux

Après un début de saison catastrophique, les joueurs du VAFC se sont offert un bon bol d’air en fin d’année, grâce à une belle victoire face à Lyon. L’idée est désormais d’assurer le maintien. Et vite.

0 1
Le bon moment de 2011

Ah ça, elles ont dû être belles, les fêtes de fin d’année du côté de Valenciennes. Dans une merde noire au soir de la dix-septième journée, au détour d’une défaite désagréable sur la pelouse d’Evian TG, les Nordistes ont fait leur marché de Noël lors des trois dernières journées. Malgré une défaite sur la pelouse de Nice, les deux succès de prestige obtenus face à Montpellier et surtout Lyon s’avèrent on ne peut plus cruciaux dans la course au maintien, qui plus est quand le bas de tableau est aussi serré. Résultat, un bon de la dix-neuvième à la treizième place, essentiel pour que le Père Noël ne soit pas une ordure. Maintenant, il va falloir se remettre à courir. Et fissa.

Le pire moment de 2011

L’été dans le Nord, ce n’est pas le pied. Alors quand le VAFC commence l’année de la pire des façons, la visite chez le psychologue n’est pas loin. Hormis une petite victoire à Angers (1-2), en match amical, lors d’une douce soirée de juillet, pas une seule victoire à se mettre sous la dent jusqu’au 17 septembre et une belle revanche face à Dijon (4-0). Revanche il y a eu car, en plus d’avoir touché le fond de l’élite après une humiliante défaite à Ajaccio (3-1), les hommes de Daniel Sanchez ont profité du mois d’août pour se faire éliminer de la Coupe de la Ligue. Soit cinq défaites en six matches officiels, auxquelles on peut rajouter trois échecs de rang en matches amicaux. Vivement l’automne.

Ce qui est bon à conserver pour 2012

30 octobre, réception de Lille dans un stade flambant neuf en ébullition. Fini l’été pourri, les Valenciennois ont renoué avec le succès et comptent bien jouer un mauvais tour au voisin lillois lors du derby. A la fois la plus frustrante et la plus aboutie de la saison, la belle partition récitée par les coéquipiers d’un Foued Kadir étincelant est la synthèse parfaite de ce début de saison du VAFC. Capables de produire un beau jeu indigne d’une équipe qui lutte pour le maintien, les ouailles de Daniel Sanchez ont, sur la quasi-totalité de la phase aller, montré qu’elles étaient capables de se sublimer lors des grands soirs. L’effet est immédiat puisqu’à part la défaite concédée au Parc des Princes lors de la troisième journée (2-1), les Nordistes ont concédé le match nul face à Marseille (1-1), Lille (0-0), Rennes (1-1), avant de battre Montpellier (1-0) et Lyon (1-0). Costaud.

Ce qu’il faut mieux oublier pour 2012

Dix-huit petits buts, et une flopée de barres transversales et de poteaux. A Valenciennes, 2011 n’était pas l’année de la réussite. Dix-neuvième attaque de Ligue 1, l’escouade offensive du VAFC n’a fait qu’un tout petit peu mieux que celle de Nancy. C’est dire. Symbole de cette stérilité, Gaël Danic, meilleur buteur du club, n’a que trois buts. Derrière, ils sont cinq à avoir inscrit deux buts : Aboubakar, Cohade, Gomis, Kadir et Pujol qui, blessé, n’a disputé que sept matches. A Valenciennes, 2011 n’était pas non plus l’année de la mode. Si Daniel Sanchez pouvait mettre cet assortiment cravate noire sur chemise rouge dans la cheminée, ce serait bien urbain.

Il doit continuer comme ça

Le KO de la saison après un choc avec Rod Fanni, et une pléiade de prestations abouties. L’Algérien Foued Kadir a scintillé au sein du milieu de terrain valenciennois, permettant aux siens de débloquer la situation à de nombreuses reprises. Une bonne résolution sur l’efficacité dans le dernier geste pour 2012, et le joueur de 28 ans sera au top. Mention spéciale à José Saez, un type on ne peut plus sympathique qui, au détour d’une égalisation de dernière minute face à l’OM, et d’une discussion devant son Renault Kangoo avec le Canal Football Club, a fait vibrer de nombreux supporters.

Il est l’homme de 2012

Il a impressionné lors de chacune de ses sorties. A 19 ans, Vincent Aboubakar sent bon le vrai joueur de foot. Puissant, agile, et relativement technique, le jeune Camerounais a convaincu les observateurs, ainsi que ses coéquipiers. Jamais avare d’efforts, il pourrait être la star de 2012. Il faut dire qu’avec Mamadou Samassa, il est à bonne école.

L’objectif de fin de saison

Le maintien. Et vite. Après leur début de saison calamiteux, les Valenciennois ne peuvent pas espérer grand chose d’autre. De toute façon, quand on est à 12 points de la cinquième place et à 5 de la dernière, le calcul est rapidement fait.

Le pronostic de fin d’année

Malgré les quatre bourdes de Nicolas Penneteau qui coûtent quelques points au club, le VAFC, trop fort pour Nancy, Ajaccio et Caen, se maintient tranquillement. Mamadou Samassa est meilleur buteur de Ligue 1, après une deuxième partie de saison de folie. Daniel Sanchez a inversé. Maintenant c’est chemise noire et cravate rouge.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aboubakar a du faire 2-3 matchs vraiment costauds (dont un où il plante un doublé dont un premier but de furieux enchainement contrôle aérien-poitrine-volée du gauche dans le plafond), pour le reste, il a eu du mal à se situer, surtout quand il a joué à gauche.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Caen cale
0 1