Mercato

Le 8 août 2012, le PSG décide de débourser 43 millions d’euros pour s’offrir les services de «  l’autre  » prodige brésilien de l’ère Neymar. Lucas Rodrigues Moura da Silva, aka «  Lucas  » . Un prénom tout court, sans nom de famille, à la brésilienne. Pour un joueur petit, rapide, dribbleur, adroit, plus ou moins à la brésilienne. Cinq mois plus tard, il va enfin jouer au Parc. À quelle position ? Et pour faire quoi ?

Modififié
13 36
Un nouveau crack serait en ville. Une pépite. Un prodige. Do Brasil, Lucas est venu dévoiler son talent brut dans la capitale française, qui s’improvise depuis maintenant un an et demi pôle européen de spectacle footballistique. Pour s’y faire une place, le Brésilien a certains atouts. D’abord, «  ce qui est nouveau est toujours mieux  » . En cet hiver parisien, le Parc préférera voir Lucas que Lavezzi, Pastore ou Ménez. Par curiosité, il voudra regarder, ressentir, savoir, être le témoin d’une création, et pourquoi pas de quelques histoires. Mais qu’est-ce que peut apporter Lucas au PSG ? Où et à quel niveau ?

Un milieu offensif gauche droitier

Un niveau difficile à déterminer, tout comme il était difficile de connaître le niveau de Ronaldo débarquant à Eindhoven, ou celui de Pato posant ses valises à Milanello. C’est compliqué, le Brésil. Là-bas, tout fait plus authentique, plus talentueux, plus football. Du coup, cela vaut 42 millions d’euros. Soit un peu plus que ce qu’ont coûté Motta, Matuidi, Sirigu et Ménez réunis. Beaucoup d’argent, des attentes et certaines incertitudes. Car au poste de milieu offensif déséquilibrant, Ancelotti peut déjà compter sur Lavezzi, Ménez et Pastore, auteurs d’un superbe mois de décembre.

Logiquement, on peut s’attendre à voir Lucas évoluer dans le rôle d’ailier gauche : c’est non seulement sa position naturelle, mais c’est aussi le poste le plus facile à assimiler tactiquement. De la liberté, des un contre un, le ballon toujours dans les pieds, et les montées de Maxwell pour créer des décalages. Donc, Lucas prendrait la place de (ou décalerait à droite) Lavezzi ou Pastore dans le 4-4-2 de Carlo. De l’explosivité, la faculté d’éliminer son vis-à-vis pour ensuite centrer et surtout cette facilité à repiquer sur son pied droit et déstabiliser tout un bloc. On nous parle d’une bonne qualité de passe, d’où de nouveaux intervalles pour Zlatan, voire d’une vision du jeu, d’où d’importants espaces pour Ménez, Lavezzi ou Jallet à droite. En clair, un nouveau milieu offensif gauche droitier, dont le style peut varier entre celui d’un Zidane, un Ribéry ou un Ronaldinho.

Numéro 10 ? Milieu de terrain ? Attaquant ?

Il existe trois autres options. La première est la position classique de numéro 10. Dans les gros matchs, en cas de doute, Carlo aura forcément peur pour son équilibre défensif, et l’Italien pourrait choisir de rajouter un milieu au tandem Motta-Matuidi. Une option serait alors de confier l’animation offensive à la créativité de Lucas derrière deux attaquants, façon 4-3-1-2. S’il s’avère un brillant esprit de contre-attaque, le Brésilien pourrait devenir un atout génial, notamment en C1, avec pourquoi pas un retour au 4-2-3-1. La seconde possibilité serait de voir Lucas en troisième pilier d’un milieu à trois, devant Motta-Matuidi. Mais son éloignement du but rend l’option improbable. Enfin, il est possible de voir le Brésilien occuper le poste d’attaquant de soutien, autour de Ibra. Déjà buteur et décisif, il reste à voir si Lucas arrivera à assimiler les déplacements que le poste requiert en Europe.

L’héritier de Rai ?

Au moment de sa signature, Lucas n’avait pas de place au PSG. Des milieux offensifs, le club en avait plein. Et comptait sur le meilleur joueur de ces trois dernières saisons, lui aussi brésilien : Nene. Chaque supporter parisien gardera ses propres souvenirs du passage de Nene à Paris, c'est-à-dire des bons et des moins bons. Mais Nene a écrit l’histoire du club, celle de 2010-2012 (98 matchs, 47 buts, 30 passes décisives). D’abord dans l’équilibre symbolique du club, qui a retrouvé un «  10  » brésilien. Et puis sur le terrain : avant Ibra, Nene était le patron. Le type qui osait porter l’équipe sur ses épaules quand il fallait décider du sort d’un match. Parfois trop (ce contre mal négocié à Auxerre..), parfois justement (ces frappes du gauche, ces feintes dans la surface, ces caviars..). Aujourd’hui, en supposant le départ de Nene, il n’y a plus que Lavezzi, Ménez, Pastore et donc Lucas. Quatre hommes pour trois places autour de Zlatan. Le compte est bon. Avant de tenter de devenir un Rai ou un Ronaldinho, Lucas doit déjà remplacer Nene.

Quel impact, et pour quand ?

En trois saisons, Lucas a fortement progressé. 4 buts et 4 assists en 2010, 13 et 8 en 2011, et enfin 16 et 15 en 2012. Il est aussi passé de 66 à 72 kilos, pour 1m72. Une vraie préparation à l’Europe. D’où un statut important, des anciens qui témoignent tous en sa faveur et 22 sélections avec la Seleção : Lucas semble être un produit prêt. Prêt pour arriver, sans aucun doute. Mais prêt pour jouer ? Trouver une place et créer sa place sont deux choses différentes. Lucas ne connaît ni ses coéquipiers, ni son championnat, ni sa nouvelle maison. Pour le moment, il va chercher sa place dans la rotation des ailiers du 4-4-2 : le mois de février aura besoin de plus de certitudes que de paris, et cela ira crescendo avec l’arrivée du printemps. Avant peut-être de forcer la création d’un nouveau système. Et de devenir lui-même une certitude.

Par Markus Kaufmann

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com


Modifié

Note : -3

"Message posté par zitka le 31/08/2012 à 12:15

Lol Dey Valdes le dieu de la tactique on balance sur Ibra comme contre bordeaux ou il a systématiquement 3 mecs sur le dos....
Ca c'est du plan de jeu gars.. même Ancelotti doit pouvoir faire mieux.

Amoks les résultats son venus en fin d'année dernière oui mais pas le jeu ils ont même appelés ca l'ancelotti time... Les mecs en face les trouvaient tellement prenable qu'ils se découvraient plutôt que tenir leur nul!

Gagner à l'arrache 5 6 fois après la 85ème c'est pas vraiment de la sérénité!

Franchement ce qui tournerait bien c'est un truc genre:
Maxwell Silva (Lugano/Sakho) Jallet
Motta - Verrati - Matuidi
Pastore
Ibrahimovitch - Nene"

héhé tu mets Menez pour Nene et peut être Mourra pour Pastore!
J'ai eu le nez fin!
Mister Wayne Niveau : District
Note : 2
Dans un futur proche, j'espère que Lucasera des reins... je sors.
Euh mouais. Rien n'est fait, pour l'instant ça joue en 4-4-2, attendons de voir ce que va faire Carlo car jusqu'ici le 4-3-1-2 ne lui a pas apporté satisfaction. Peut-être que Moura changera la donne mais dans un premier temps je l'imagine plutôt cantonné à un rôle d'ailier pour ses débuts en Europe
Note : 2
Zitka

Lugano..Le nez fin..
Note : -6
zitka

l'ancelot"time" a concerné les premiers matchs d'ancelotti entre janvier et mars ( OL, Dijon, locminé, montpellier...)

Les matchs du mois d'avril à mai ont tous été de supers matchs totalement maitrisés et avec un super jeu entre nene, pastore et menez... ( même celui de lille perdu après l'expulsion de sakho )...

Faut arrêter d'écouter les pisse-vinaigre qui disent que paris joue mal depuis un an... paris a d'ailleurs très bien joué en 4-3-3 cette année contre le LOSC, kiev, toulouse, bastia, sochaux... le coup de moins bien est arrivé fin ou mi octobre avec les résultats qu'on connait sur novembre

à mon sens, essentiellement dus à des faits de jeu ( expulsion ibra, sakho, buts gags csc, réussite de malade adverse ) mais ce n'est que mon opinion...
Godfather Niveau : CFA
Note : 4
Je comprend pas le début de l'article. Pourquoi aller inventer un poste de milieu gauche alors que Lucas est un pur ailier droit, formé à l'aile droite et qui a fait la majeure partie de sa courte carrière à droite. Connaissant parfaitement ce joueur depuis 2 ans, je jure que l'auteur de cet article ne connait strictement rien de ce joueur pour oser nous affirmer que Lucas serait parfaitement bien à Gauche avec Maxwelll en doublette...
Le début de l'article est juste délirant de conneries !!!
FourFourTwo Niveau : Loisir
@Zitka
Le nez fin ? Motta - Verrati - Matuidi n'as quasiment jamais été aligné, et maintenant on est passé a 2 milieu def... Tu ne parles même pas d'Alex (Lugano quoi), et, peut être une simple erreur, tu inverse maxwell et jallet...
Note : 1
Vous êtes durs avec Zitka, il avait quand même deviné la présence de Z dans l'équipe.
Godfather Niveau : CFA
Note : 1
Je suis encore sur le cul de cet article. L'auteur nous expliquant en toute tranquillité que "la position naturelle de Lucas est à gauche"... Mais mec, regardez ses matchs (merci PFCtv) ou au minimum les vidéos youtube sont là pour au moins voir de quel côté ses actions sont enclenchées. Je vous fait le pari que vous ne verrez aucune, je dis bien aucune action de Lucas venant de la gauche. Tout vient de la droite ou parfois de l'axe puisqu'il joue 2e attaquant parfois...
C'est invraisemblable de lire de telles conneries* sur le site foot en France pour lequel j'ai une grande estime !!! Pfiou...
Note : -6
zitka

autant pour moi...

Par contre, le jeunot brésilien faut l'appeler Lucas et pas Moura...

Je pense que le 4-4-2 est pas mal... ça tournerait entre pastore, lucas, lavezzi et menez derrière sa majesté... mais faudrait voir l'implication défensive de lucas parce que dans ce système ça pardonne pas...

Je ne l'ai jamais vu jouer avec sao paulo dans un match entier mais qques fois avec le brésil donc j'ai vu du super niveau mais j'attends confirmation en france... mais à mon avis, faudra attendre l'année prochaine pour qu'il soit totalement acclimaté au foot européen ( et français qui fait mal aux chevilles des artistes du ballon lol )
Note : 1
je vois déjà les jeux de mot pétés du genre Lucas a fait l'aMoura à la défense
Note : 1
On aime tous voir Matuidi se projeter vers l'avant,mais je crois qu'avant toi personne n'avait pensé qu'il pourrait jouer milieu offensif.C'est peut-être que t'es un génie,hein! ;)
pourquoi vous parlez d un bresilien qui arrive a paris? ce mec il doit jouer sur le banc


completement surestimé
Note : 1
Autant j’apprécie beaucoup les analyses tactiques signées Markus Kaufmann, autant cette fois-ci je dois avouer que je suis déçu de cette article. Pour suivre Lucas depuis près de trois ans, je ne comprends pas que l’on cherche systématiquement à nous en faire un numéro 10. Certes il a été formé à ce poste, mais depuis qu’il est professionnel, il joue ailier (ou à de rares occasions attaquant). Et à droite, pas à gauche. Aujourd’hui dans un 4-2-1-3, mais auparavant dans un 4-4-2 similaire à celui dans lequel Paris évolue aujourd’hui (avec pendant l’espace d’une saison Rivaldo à gauche et Lucas à droite, yummy).

Alors que ce même Markus Kaufmann "regrettait" dans l’un de ses récents articles la disparition des ailiers de débordement au profit des latéraux ultra-offensifs, j’ai le sentiment Lucas peut très bien être un ailier de débordement, avec en plus des qualités physiques et techniques au-dessus de la moyenne. Pourquoi forcément céder à la mode des faux-ailiers alors que sa faculté à provoquer fait déjà des étincelles à droite ? Alors oui bien sûr il peut jouer à gauche et ainsi repiquer sur son bon pied. Peut-être même que dans le futur il fera l’essentiel de sa carrière sur ce côté.
Mais dans l’immédiat utilisons le à droite ou à côté d’Ibra, surtout quand on sait que Menez et Lavezzi ont une préférence pour l’aile gauche et que Lucas à des repères à droite (bah oui Football Manager a beau être une référence, il y a quelque erreurs dans le jeu, notamment dans les positions préférentielles des joueurs. Les initiés comprendront...) Pourquoi diffuser l’idée qu’il faut absolument en faire notre nouvel ailier gauche ? Tout comme l’idée qu’il peut être le meneur de jeu du PSG ? Cela fait plus de trois ans qu’il n’a pas joué à cette position.

On peut légitimement émettre des doutes sur sa capacité à organiser une équipe, d’autant que sa qualité de passe n’est pas son premier atout (attention ce n’est pas une tanche non plus). Quant à l’idée de le faire jouer dans un milieu à trois… j’en ai presque fait une syncope ! Non avec ses qualités actuelles le poste d’ailier, de préférence à droite, semble être la meilleure solution pour lui permettre d’appréhender le foot européen et de limiter la pression que les médias risquent de lui faire peser sur ses épaules dans les prochains mois.
Sur le banc? comme tous ses compatriotes?
Le lendemain difficile d'Arsenal Schneiderlin : « L'argent rentre quand les bonnes performances suivent »
13 36