1. //
  2. // 8e journée
  3. // Chelsea/Cardiff City

Où t’es Mata, où t’es ?

Indiscutable avant le retour en grande pompe de José Mourinho à Chelsea, Juan Manuel Mata ne jouit aujourd’hui plus du même statut. Relégué sur le banc, voire dans les tribunes en ce début de saison, le milieu de terrain ronge son frein. Un traitement qui a quelque peu fait jaser outre-Manche, tant l’Espagnol a porté les Blues depuis sa venue. Mais, à y regarder de plus près, cette décision notable du technicien portugais n’a peut-être finalement rien d’une lubie.

Modififié
0 21
Stromae peut s’octroyer le droit de jubiler. En plus d’avoir réussi à faire danser tout son petit monde sur Papaoutai, un titre évoquant l’absence de figure paternelle, l’artiste de vingt-huit ans a sans doute aussi délibérément glissé un subtil jeu de mot. Tout en finesse. Amoureux des lettres, il n’a pas pu passer à côté de la signification du terme « empapaouter » . De l’argot fréquemment utilisé dans le Sud-Ouest de la France, le terme revêt deux sens bien distincts : duper, tromper, escroquer ou… pénétrer analement, pour rester sobre. D’où l’usage courant de la formule « aller se faire empapaouter » . Si Juan Manuel Mata est davantage connu pour être un lecteur de Bukowski qu’un mélomane, force est de constater que la mélodie du fantasque belge coïncide bien avec sa situation à Chelsea.

Seule lueur dans le ciel brumeux des Blues

Talisman d’un Chelsea souvent moribond dès son arrivée à l’été 2011, l’international espagnol est porté disparu depuis le retour en grâce de José Mourinho au club. L’image, quelque peu déconcertante, de lui dans les tribunes lors de la troisième journée de Premier League face à Fulham a fait les choux gras de la presse anglaise. Sur les huit premières journées de Premier League, l’enfant de Burgos n’a disputé que quatre matchs en tant que titulaire et a toujours fini par être remplacé avant la fin de chaque rencontre. Même galère en Champions League où il alterne entre le rectangle vert et la banquette. Bien trop peu. Une misère, presque une hérésie quand on sait l’influence de Mata dans le jeu offensif des Londoniens. Et ce n’est pas son excellente entrée contre Tottenham le 28 septembre dernier (1-1), d’ailleurs décisive dans le point du match nul obtenu, qui lui servira de lot de consolation. Bien au contraire. De quoi avoir la fâcheuse impression de se faire empapaouter par le Happy One.

La gestion de l’international espagnol interpelle d’autant plus que celui-ci apparaît comme l’une des rares satisfactions des Blues ces deux dernières saisons. En dépit de la valse perpétuelle des entraîneurs au sein du club (Villas-Boas, Di Matteo et Benítez), Mata est constamment resté debout. Au point de devenir un titulaire en puissance, voire le principal animateur de l’activité offensive de Chelsea. Car l’évidence a rapidement sauté aux yeux. Dans une formation qui a souvent envoyé au charbon Drogba seul devant, le joueur de vingt-cinq ans dépareillait. Balle au pied, il a su éclairer, orienter et distribuer le jeu. « L’intelligence de jeu est le meilleur de ses atouts. C’est un joueur dévoué, brillant qui sait trouver les espaces grâce à son excellente vision de jeu » , louait à son sujet Rafael Benítez en mai dernier, alors entraîneur en poste. Des qualités qui viennent sublimer et s’ajouter à sa faculté de délivrer caviar sur caviar. En deux années à Londres, il facture 54 assists toutes compétitions confondues. Juste ébouriffant. Mourinho peut-il ainsi décemment – et éternellement – se passer du clutch player de sa formation ?

Victime du système de Mourinho ?

Pour justifier les non-titularisations de son milieu de terrain, The Special One n’a pas usé de circonlocutions et a clairement pointé du doigt son laxisme défensif. « Juan doit apprendre à jouer comme je souhaite jouer. Il doit se montrer plus solide et davantage concerné par la perte du ballon, lâchait-il fin septembre. Ce n’est pas de sa faute, c’est juste une conséquence de sa façon de jouer ces deux dernières années. » Le manque d’implication dans les tâches défensives, c’est donc là que le bât blesse. Une critique que beaucoup remettent en cause au regard de ce qu’il apporte sur le front de l’attaque. Mais le Mou’ a d’abord, et dans chacun des clubs par lesquels il est passé, fait du repli défensif l’un de ses leitmotivs. Samuel Eto’o en sait quelque chose. « Un joueur qui tourne à 50 assists en deux saisons et qui n’est pas titulaire en sélection, il y a anguille sous roche quelque part. Pour Mata, c'est ses difficultés dos au but, le fait qu'il s'échappe et se soucie peu du meneur adverse bas (Carrick, Arteta...). Mourinho veut que les joueurs soient tous concernés par la perte du ballon. C'est froid de logique, mais si un joueur ne fait rien défensivement, son coéquipier derrière devra faire deux fois plus. Luiz ou Ramires ont assez comblé de brèches depuis deux ans, on voit bien que ça ne marche pas. Mourinho ne demande même pas que Mata se transforme en Milner ni en chien fou au pressing, il lui demande simplement de se replier et bloquer des lignes de passes toutes simples » , précise Sébastien Chapuis, nouveau sociétaire de l’émission The Specialists sur Canal + Sport et connaisseur avisé de tactique.

Tout l’inverse d’Oscar qui harcèle le porteur, se replie intelligemment et récupère des ballons à foison. Le profil justement apprécié par l’entraîneur portugais qui a balayé toute éventualité de repositionner le Brésilien, lui qui s’est installé comme meneur de jeu aux dépens de Mata. « Oscar n'est pas moins créatif que Mata. Mata est un pur joueur de rupture, il va chercher à être décisif dès qu'il peut. Oscar est intelligent dans le sens où il alimente des coéquipiers mieux placés que lui qui se chargeront de finir l'action, poursuit Chapuis. Le problème de fond, c'est le nombre de milieux à opposer aux milieux renforcés adverses (4-5-1, etc.). Avec deux milieux et quatre offensifs, ça demande soit une justesse technique irréalisable, qui devient contre-productive si l'équipe ne prend pas de risques, soit un comportement collectif adapté pour récupérer le ballon haut. » Redonner un équilibre entre la défense et l’attaque est la première tâche dévolue à Mourinho pour son retour à Chelsea. Ce que Di Matteo, déchargeant les ailiers de leurs devoirs défensifs, et Benítez, remettant partiellement d’aplomb le bloc équipe, n’ont pas réussi à faire. Si le joyau de la Roja souhaite renouer avec sa lumière d’antan, il devra se plier aux exigences de l’ex-coach de Madrid qui ambitionne à terme de l’aligner sur le côté droit. À moins que l’infatigable Schürrle, capable de jouer sur les côtés et apprécié pour sa générosité dans l’effort, ne vienne lui mettre des bâtons dans les roues. Néanmoins, à force de secouer et de remettre en question l’Espagnol, Mourinho joue à un jeu dangereux. Celui de rendre son discours inaudible auprès de celui-ci et d’éveiller l’intérêt prononcé d’autres cadors (PSG, Arsenal). Aux deux hommes de marcher main dans la main afin de ramener les Blues à un statut digne de ce nom. Sous peine dans les mois à venir d’entendre, à nouveau, ce refrain déjà connu : mais où es-tu Mata ?

Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

article intéressant qui permet de mieux comprendre ce qui semblait être une hérésie... mais alors le premier paragraphe...
J'adore ce joueur et je suis un peu déçu de sa situation. Mais l'entraineur fait ses choix...

Sinon, aucun rapport, mais faut arrêter de considérer Stromae comme un grand artiste, un Jacques Brel en puissance ou même un amoureux des mots. Merci.
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Message posté par Suupa
J'adore ce joueur et je suis un peu déçu de sa situation. Mais l'entraineur fait ses choix...

Sinon, aucun rapport, mais faut arrêter de considérer Stromae comme un grand artiste, un Jacques Brel en puissance ou même un amoureux des mots. Merci.


Les Français ont M Pokora, la Belgique a Stromae. Stout.
WTF le premier paragraphe??
Il est très bien ce 1er paragraphe, après si on aime pas Stromae, chacun ses goûts...

Sinon super article qui permet effectivement de mieux comprendre comment un joueur comme Mata peut se retrouver éjecter d'un 11 suivant les exigences et les philosophies de jeu d'un entraîneur.
Un avion transporteur, un pétrolier, un immeuble de 22 étages, Pierre Ménès et Guy Carlier réunis sont moins lourds que le premier paragraphe.
Du coup j'suis pas objectif sur le reste de l'article.
Diononosse Niveau : DHR
Samuel je t'adorais à l'nter, tout ça tout ça , mais cette année mec, tu fais de la merde, alors au lieu de venir ouvrir ta bouche sur un mec qui est au dessus de toi, tais-toi et va bosser tes placements offensifs et ta finition.
Juju la Terreur Niveau : DHR
Message posté par Diononosse
Samuel je t'adorais à l'nter, tout ça tout ça , mais cette année mec, tu fais de la merde, alors au lieu de venir ouvrir ta bouche sur un mec qui est au dessus de toi, tais-toi et va bosser tes placements offensifs et ta finition.


La longue citation est de Sébastien Chapuis, pas de Eto'o.
CacaMourihno Niveau : Loisir
Oui oui: José veut donc que Mata fasse 50 passes décisives par an, et aussi marque une vingtaine de buts, et qu´il récupère autant de ballons que Makélélé, et qu´il fasse aussi gardien de but y "que tambien le coma el rabo". José: on sait tous que depuis ton échec cuisant au Réal ça te fait chier de faire jouer des espagnols quitte à perdre des macths. Alors chez Sofoot, au lieu de vous faire chier à pondre des articles qui essaient de répondre à la question "pourquoi Mata ne joue pas", rendez vous plutôt directement à l´évidence à savoir: Mou est un rancunier-suicidaire-looser.
Nan, franchement l'article est plutôt bon rhétoriquement. Il dit des choses justes, que les initiés de la tactique avaient sans doute déjà compris.

Schurrle n'est pas arrivé pour rien. Le joueur mourinhesque par excellence, l'ailier qui va faire les efforts et qui va équilibrer le 4231. A partir de là Willian, Mata et Oscar se disputent le poste de 10 (voire celui restant à gauche). Assez logique que Mourinho tranche en faveur d'Oscar qui a une vraie attitude de milieu dans le comportement défensif, tout en étant hors-norme techniquement. Ensuite faire jouer Mata à gauche c'est un peu contre-productif, beaucoup plus évident d'y mettre Hazard.

Reste à Jean-Manuel le partage des matches avec Oscar, ou la possibilité d'approcher Schurrle dans l'apport collectif.
Lire l'article, écouter du Lucio Bukowski et voir une allusion à son inspirateur (CHarles). La journée commence bien.
En tout cas, d'accord ou pas d'accord avec Le Mou, fan ou pas fan de Stromae, l'article permet surtout de comprendre pourquoi Mata n'est pas un titulaire indiscutable. Jusque là, perso, je craignais que l'espagnolite aigu de Mourinho ne soit le principal frein à la présence de l'espagnol dans le 11.
Dat premier paragraphe !
Message posté par RonHarris

Ah, ce fameux groupe de gens "initiés de la tactique". Un groupe dont Benitez, AVB ET Di Matteo ne font pas partie, c'est dire à quel point il est select.

Si, Shürrle est arrivé pour rien. Pas au niveau de l'indemnité de transfert (plus d'une 20aine de M d'euros), plus au niveau de l'effectif. Quand on a un trio Mata-Oscar-Hazard, plus des "faire valoir" comme Moses, Marin ou encore De Bruyne (de retour de prêt), on ne recrute pas deux ailiers de plus pour une cinquantaine de millions d'euro (soit, même si je n'aime pas faire ça, près de 3500 années de smic).

Je croyais qu'un bon entraineur était censé s'adapter. On m'a menti.


Tu m'as mal compris pour les "initiés de la tactique". Je parlais des observateurs, pas des entraîneurs. Quand tu connais le style Mourinho, tu comprends ce qu'il a voulu faire et tu sais pourquoi il ne fait pas nécessairement jouer Mata. Après ce n'est que le "prisme Mourinho", quelqu'un d'autre pourrait faire autrement en suivant ses propres préceptes.

Mais en l’occurrence, je suis plutôt de son côté que du tien. Un joueur comme Schurrle, pour moi, ça s'imposait. Je suis désolé mais le trio Mata-Oscar-Hazard est un peu batârd dans un 4231, ça fait un peu empilement de profils pas suffisamment variés. Un ailier pur-jus à la Scurrle, qui en a la vitesse, qui attaque la profondeur, peut arriver en deuxième attaquant - en plus de ses qualités défensives -, c'était nécessaire pour compléter l'effectif. Après je ne vois pas vraiment les matches, mais il me semble qu'il a un rendement correct.
Je doute que Chelsea le vende à un club de PL rival, mais s'il pouvait venir à MU je serais définitivement fan!
Message posté par DeschampsleBeauf
C'est connu que les Espagnols ont tjrs rendu jaloux les Portugais , Mourinho ne peut pas blairer les Espagnols , donc Mata a interet a vite partir ailleurs.


Ah bon?Où tu vas chercher ça?Les Portugais n’ont jamais rien eu à envier aux Espagnols,dans quoi que ce soit!
Il y a même un dicton en Portugais qui veut dire:’D’Espagne,il ne vient rien de bon’,c’est dire.
Peut-être que les français sont persuadés que les portugais jalousent les espagnols,mais alors c’est pure fiction…
Peut-être que tu peux nous dire ce qu’ils pourraient leur envier…?
Et je ne parle ni d’ironie ni de ‘deuxième degré’...
Si Mourinho a mis Mata sur le banc,c’est qu’il a ses raisons.Le ‘Coach’,c’est lui!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 21