1. // Ligue des champions – 8e de finale retour – Dortmund/Zénith

Où est passé le Zénith ?

En 2008, le Zénith Saint-Pétersbourg dézinguait le grand Bayern Munich en C3 pour s’offrir le premier trophée européen de son histoire. Depuis, malgré les énormes promesses d’alors et l’argent de Gazprom, l’équipe russe est retombée dans un certain anonymat, dont elle ne sort qu’en raison de récurrents débordements racistes, donnant l’impression générale d’un club sclérosé qui a manqué son ouverture au monde.

Modififié
14 39
1er mai 2008 : stade Petrovsky de Saint-Pétersbourg. En ce jour de fête du travail, les locaux du Zénith dérouillent une équipe du Bayern de Munich qui préfigure déjà celle qui rafle tout ces jours-ci. Dans le 11 des Allemands, on trouve certes encore de l’ancien, dont Oliver Kahn, qui dispute là le dernier match européen de son immense carrière, mais aussi Lahm, Schweinsteiger et Ribéry qui forment l’ossature du Bayern d’aujourd’hui. Arrivé l’été d’avant, Ti Franck n’est pas encore Kaiser Franck, mais il aide les Bavarois, durant cette saison 2007-2008, à conquérir un joli doublé national Coupe-championnat. Avant ce déplacement en Russie, ce doublé est même déjà acté et la bande à Ottmar Hitzfeld semble en route pour décrocher le triplé avec la Coupe UEFA, une compétition dont elle est grande favorite. Certes, le match aller à l’Allianz Arena s’est soldé par un résultat nul 1-1, mais on imagine mal le Zénith confirmer ce bon résultat à la maison. Contre toute attente, le public de Saint-Pétersbourg aura pourtant droit à une démonstration de ses favoris en ce fameux 1er mai, avec une éclatante victoire 4-0 : Pogrebnyak pour un doublé, Zyryanov et Fayzulin à la conclusion d’un match maîtrisé avec une grande aisance et beaucoup d’enthousiasme. Déjà aux tours précédents, les Russes avaient bien géré leur affaire en éliminant Villarreal, Marseille et le Bayer Leverkusen. En finale à Manchester deux semaines plus tard, ils domineront logiquement les Glasgow Rangers 2-0 pour enlever le premier titre continental de l’histoire du club.

Le premier et probablement pas le dernier, pense-t-on alors. Car cette équipe a tout du brillant newcomer parti pour marcher sur l’Europe. L’effectif en place, qui forme une bonne partie de la prometteuse sélection russe (Arshavin, Pogrebnyak, Zyryanov, Anyukov, Denisov, Malafeev…), paraît disposer d’une énorme marge de progression. Avec quelques éléments en plus, on la croit capable de s’incruster définitivement parmi les grands d’Occident. En plus, le Zénith dispose d’énormes ressources financière depuis qu’il a été pris en main par le géant Gazprom en 2005. Un nouveau stade est sur le point de sortir de terre, dit-on. Des stars vont affluer, annonce-t-on. Il est là, le futur du foot, c’est sûr.

Youtube
Près de six ans après, force est de constater que quelque chose a merdé dans la progression linéaire qu’on pouvait attendre du Zénith (avec un patronyme pareil, en même temps on est en droit de les voir tout en haut). Attention, il n’est pas question de dire que tout s’est écroulé et que c’est devenu tout nul, mais on peut constater au mieux une stagnation dans les résultats, au pire une régression. Si, sur le plan national, ça reste encore pas trop mal (victoires en championnat en 2010 et 2012, deuxième place la saison dernière, deuxième place actuelle derrière le Lokomotiv), sur le plan continental, il n’y a aucune progression notable depuis 2008. Jamais plus les Russes n’ont passé le stade des 8es de finale d’une des deux compétitions et ça ne risque pas d’être le cas encore cette année après la défaite 2-4 concédée à la maison à l’aller face au Borussia Dortmund. Gazprom a pourtant bien mis les moyens pour enrôler des stars : des Portugais d’abord (Meira, Danny, Bruno Alves, Neto), des joueurs en provenance du Portugal surtout (Hulk, Witsel), ainsi qu’une filière italienne (Rosina, Criscito). D’Italie, les dirigeants ont aussi débauché un entraîneur ambitieux et de carrure internationale en la personne de Luciano Spalletti, arrivé fin 2009. Beaucoup de bons internationaux russes sont également restés et tout cet amalgame aurait dû logiquement payer déjà depuis longtemps. Or ça n’est pas le cas et ça semble même être de moins en moins près d'arriver. Spalletti est parti il y a quelques jours et vient d’être remplacé par André Villas-Boas, qui n’a plus tellement un profil de gros winner (si tant est qu’il l’ait eu un jour). Le grand stade de près de 70 000 places promis depuis des années n’a toujours pas été inauguré et ce ne sera pas le cas avant 2015 au mieux. Le jeu proposé cette année est moribond, les résultats sont décevants et le vestiaire paraît plus que jamais divisé.

«  Nous ne sommes pas racistes mais… »

Débarqué sur la scène européenne avec fraîcheur et insouciance il y a quelques années, le Zénith semble avoir perdu son chemin depuis. Sa réussite d’alors et ses moyens financiers auraient dû lui permettre de s’ouvrir au monde, mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Si le groupe pro s’est fortement internationalisé depuis quelques saisons (environ 50 % de l’effectif actuel), cette évolution ne s’est pas faite sans crispation, voire certaines aigreurs malsaines. Quand deux stars du calibre de Hulk et Witsel ont signé à Saint-Pétersbourg fin 2012, le principal groupe de supporters, Landskrona, ne les a pas accueillis à bras ouverts, c’est le moins que l’on puisse dire. Ses membres ont préféré communiquer aux médias un manifeste au registre malheureusement bien connu : « Nous ne sommes pas racistes, mais… » Mais on ne veut que des joueurs slaves, baltes ou scandinaves au Zénith. Mais on tient à notre côté hétéro orthodoxe, ce genre de discours… Idem pour Igor Denisov, l’un des leaders de vestiaire d’alors : « Je ne suis pas contre les joueurs étrangers, mais…  » Mais ça me fait ch… de gagner moins qu’eux. Mais quand même je suis un peu gêné, pour ne pas dire plus. Plutôt que d’être galvanisé par l’arrivée de ces transferts spectaculaires, le vestiaire a éclaté. Pas d’émulation, de communion ni d’harmonie, mais le sentiment d’un club sclérosé, englué dans une détestable vision xénophobe et raciale du football.

C’est triste ? Oui, c’est triste. C’est irrémédiablement foutu ? Non, quand même pas. Mais ce club, autrefois sympathique nouveau venu sur la scène européenne et qui fait aujourd’hui plus parler de lui pour de récurrentes affaires de dérapages racistes que pour ses résultats sportifs et son jeu collectif, aurait quand même intérêt à un moment ou à un autre à relever la tête, à s’ouvrir aux autres et à sourire un peu. Bon courage à toi, André Villas-Boas.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le Zenit fait preuve d'une certaine régularité au 2nd tour de la C1 quand même, ce qui n'est pas rien. Mais c'est vrai que ça donne l'impression d'un club qui n'a pas réussi à digérer les stars qu'il a recruté.

Alors soit ce sont des fausses stars (ni Witsel, ni Hulk, ni Bruno Alves ne sont de très très grands joueurs, d'ailleurs pas mal de joueurs qui ont explosé du championnat portugais se sont mal exportés) un peu à l'image de celles recrutés par Paris en 2012 qui n'avait rien gagné. Soit elles ont été mal choisies : en 2008 il y avait déjà des étrangers dans le club mais pas aux postes clés, l'équipe avait clairement une identité de jeu insufflée par les joueurs russes et cela fonctionnait bien. Peut-être qu'ils auraient dû rester dans cette voie en recrutant russe ou plus généralement slave.
D'ailleurs je me souviens qu'ils avaient un arrière gauche coréen que Valbuena avait violé tout le match au vélodrome.
Plutôt que de se lamenter sans fin sur le fait "qu'ailleurs" on soit raciste et que ce soit triste il faudrait un jour intégrer que nous le sommes beaucoup plus qu'on ne veut bien le dire.
Chez moi, à 40 bornes de St Etienne, en 2014, dans n'importe quel café, réunion, barbecue ou autres j'entends bicots, bougnoules, macaroni, melons, gris, portos. Nègre, boches ou gniakoués par contre c'est plus rare.

Ce ne sont pas les propos des supporters du Zenith qui sont les plus affligeants, c'est plutôt que nous nous permettions si souvent de juger alors qu'un parti ouvertement xénophobe, qui ne cache pas sa filiation fasciste, qui cache à peine ses orientations racistes a fait plus de 16% des voix à la dernière présidentielle et fera encore plus à l'avenir.
Note : -1
Bien dit Trap.
Soulcialist Niveau : Loisir
Mon cher Trap, je t'accorde que chacun doit balayer devant sa porte.

Mais en 2008 (j'étais du dep' de l'OM), les mecs du Zénith dans leur virage ce sont pointés avec des tenues blanches et capuches du Ku Klux Klan. Dans le stade et en ville ça respirait pas la fête de l'huma, loin de là.
A ce niveau on est plus dans le racisme "ordinaire" (même si je déteste cette expression).
La c'est le niveau au-dessus , celui du racisme et l'arrièrisme caractérisé et décomplexé, celui qui passe au niveau institutionnel.

C'est toujours bon de ne pas l'ignorer, car c'est aussi une réalité qui colle a la peau de ce club.
Witsel est un très très bon joueur et c'est dommage qu'il soit allé s'enterrer là-bas, c'est lui que ManUtd aurait du recruter au milieu et pas Fellaini (même nationalité, même coupe de cheveux, presque le même prix)

Par contre pour AVB ça rassemble fort au contrat de la dernière chance, s'il se plante à nouveau il n'aura plus qu'à s'exiler dans les pays du golfe
Message posté par Soulcialist
Mon cher Trap, je t'accorde que chacun doit balayer devant sa porte.

Mais en 2008 (j'étais du dep' de l'OM), les mecs du Zénith dans leur virage ce sont pointés avec des tenues blanches et capuches du Ku Klux Klan. Dans le stade et en ville ça respirait pas la fête de l'huma, loin de là.
A ce niveau on est plus dans le racisme "ordinaire" (même si je déteste cette expression).
La c'est le niveau au-dessus , celui du racisme et l'arrièrisme caractérisé et décomplexé, celui qui passe au niveau institutionnel.

C'est toujours bon de ne pas l'ignorer, car c'est aussi une réalité qui colle a la peau de ce club.





Mais mon également cher Soulcialist,

Je ne suis pas sur que ce soit pire.
Les gens dont je parlais, que je côtoie, absolument gentils, serviables, le cœur sur la main sont absolument décomplexés.
Ils sont dans l'ordinaire effectivement, ils savent parfaitement ce qu'ils disent, ils ont conscience de leurs propos et de la signification de ces propos, c'est bien pour ça qu'ils ne se lâchent qu'en certaine compagnie.
Ces gens là, ces "braves gens" qui vont aller voter à l'extrême droite mais sans le dire, font seulement mine d'oublier les candidats qui se prennent en photo le bras tendu, ou devant une swastika, qui comparent les noirs aux singes, qui veulent mettre les roms dans des "camps d'internement".
Je préfère ceux qui s'affichent vraiment, ceux que tu peux identifier que ceux qui se cachent parce que je crois que ce sont les seconds les plus dangereux, ceux qui amèneront les premiers au pouvoir ou qui les laisseront le prendre.
Ce sont quand même les individus "les moins tolérants" qui représentent le plus grand danger pour la société car ils n'hésiteront pas à passer à la violence s'ils en ont l'occasion et refuseront systématiquement de faire la moindre concession, tandis que ceux qui "ne se lâchent qu'en bonne compagnie" le font plutôt par opportunisme que par conviction
Je suis complêtement d'accord avec toi Trap, mais c'est pas parce qu'on doit lutter ici aussi qu'on ne peut pas condamner de manière universelle la xénophobie, y compris à St Petersbourg. Après je pense malgrès tout qu'on est à un niveau extrême, petit extrait d'un guide de voyage bien connu concernant St Petersbourg :


"Sans en faire une généralité, il faut aussi déplorer que, faute de contacts avec des étrangers et pour des raisons historiques, psychologiques ou religieuses, le Russe moyen manifeste un certain racisme à l'égard des visiteurs à la peau basanée. On croit nécessaire d'avertir nos lecteurs d'origine africaine ou maghrébine qu'ils risquent de rencontrer parfois des regards hostiles à leur présence dans les transports en commun ou dans les magasins."

En mode politiquement correct, mais bon c'est à ma connaissance la seule destination où il mentionne ce genre de risque.
j'ai bien une réponse au titre mais vous avez un trop élevé le niveau.


et pr me mêler à vous, un russe à croix gammée et bras tendu, ça me fait toujours tiqué.
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Les échanges ont porté sur la gravité du racisme du Zénith et les points de vue ont été intéressants.

Y-a-t-il un lien entre le racisme et la qualité du football du Zénith ? Probablement. Les supporters ont l'équipe qu'ils méritent. Gazprom investit de grosses sommes pour acheter des joueurs. Mais, ces joueurs seront aussi portés par leur supporters. Plus ceux-ci aimeront le football dans un bon esprit et plus ils aideront leurs équipes. Dortmund, Naples et United (oublions la mauvaise passe actuelle). L'un des critères est d'encourager son équipe par des chants, même quand cela va mal.
A l'inverse, si ce sont les supporters du Zénith pour lesquels, pour un certain nombre, le football est un prétexte pour des débordements racistes, alors l'équipe sera moins bien supportée et les résultats seront moins bons. Il a une justice!
Message posté par Trap


Mais mon également cher Soulcialist,

Je ne suis pas sur que ce soit pire.
Les gens dont je parlais, que je côtoie, absolument gentils, serviables, le cœur sur la main sont absolument décomplexés.
Ils sont dans l'ordinaire effectivement, ils savent parfaitement ce qu'ils disent, ils ont conscience de leurs propos et de la signification de ces propos, c'est bien pour ça qu'ils ne se lâchent qu'en certaine compagnie.
Ces gens là, ces "braves gens" qui vont aller voter à l'extrême droite mais sans le dire, font seulement mine d'oublier les candidats qui se prennent en photo le bras tendu, ou devant une swastika, qui comparent les noirs aux singes, qui veulent mettre les roms dans des "camps d'internement".
Je préfère ceux qui s'affichent vraiment, ceux que tu peux identifier que ceux qui se cachent parce que je crois que ce sont les seconds les plus dangereux, ceux qui amèneront les premiers au pouvoir ou qui les laisseront le prendre.





Je suis, comme souvent, de l'avis de Soulcialist.
On ne peut pas comparer nos "fafs" avec les leurs.
Concomitamment, je suis comme toi exaspéré par notre côté donneur de leçons mais après c'est surtout une question de degré de racisme.
En France, tu as malgré tout une ouverture aux gens et au monde (et ce depuis un certain temps) qui est sans commune mesure avec ce que ça peut être en Russie, ceci expliquant qu'on n'en soit pas au point où ils en sont.
Alors oui ce n'est génial chez nous mais franchement c'est center parcs à côté de ce que tu peux prendre ailleurs.

Pour le reste, donc sur le zenith, l'histoire de leur stagnation c'est surtout que la mayonnaise ne prend pas, tu peux avoir tous les fafs du monde en tribune et très bien t'en sortir si le groupe de joueurs réunis constitue une vraie équipe.
De loin l'équipe la plus pétée de toutes celles qui ont passé les poules... 1 seule victoire depuis le début de la compétition, un vrai scandale (je repense au Napoli ou à l'Ajax qui ont été éliminés in extremis). J'espère que le BVB va mettre fin à leur "remarquable" épopée européenne avec brio.
Allez un quadruplé de Lewandowski ce soir et on ne reverra pas la cohorte de dégénérés qui leur sert de supporters avant la saison prochaine. Bon débarras.

Et à l'époque (éphémère) du grand Zenit, des mecs comme Arshavin, Bruno Alves, Shirokov, Denisov ou Fayzulin étaient au sommet de leur art.
Message posté par Trap


Mais mon également cher Soulcialist,

Je ne suis pas sur que ce soit pire.
Les gens dont je parlais, que je côtoie, absolument gentils, serviables, le cœur sur la main sont absolument décomplexés.
Ils sont dans l'ordinaire effectivement, ils savent parfaitement ce qu'ils disent, ils ont conscience de leurs propos et de la signification de ces propos, c'est bien pour ça qu'ils ne se lâchent qu'en certaine compagnie.
Ces gens là, ces "braves gens" qui vont aller voter à l'extrême droite mais sans le dire, font seulement mine d'oublier les candidats qui se prennent en photo le bras tendu, ou devant une swastika, qui comparent les noirs aux singes, qui veulent mettre les roms dans des "camps d'internement".
Je préfère ceux qui s'affichent vraiment, ceux que tu peux identifier que ceux qui se cachent parce que je crois que ce sont les seconds les plus dangereux, ceux qui amèneront les premiers au pouvoir ou qui les laisseront le prendre.





Message posté par Trap


Mais mon également cher Soulcialist,

Je ne suis pas sur que ce soit pire.
Les gens dont je parlais, que je côtoie, absolument gentils, serviables, le cœur sur la main sont absolument décomplexés.
Ils sont dans l'ordinaire effectivement, ils savent parfaitement ce qu'ils disent, ils ont conscience de leurs propos et de la signification de ces propos, c'est bien pour ça qu'ils ne se lâchent qu'en certaine compagnie.
Ces gens là, ces "braves gens" qui vont aller voter à l'extrême droite mais sans le dire, font seulement mine d'oublier les candidats qui se prennent en photo le bras tendu, ou devant une swastika, qui comparent les noirs aux singes, qui veulent mettre les roms dans des "camps d'internement".
Je préfère ceux qui s'affichent vraiment, ceux que tu peux identifier que ceux qui se cachent parce que je crois que ce sont les seconds les plus dangereux, ceux qui amèneront les premiers au pouvoir ou qui les laisseront le prendre.


Ou alors ils resteront tels que tu les connais : gentils, serviables, fréquentables, généreux, ne représenteront jamais de danger pour personne, voteront à droite ou occasionnellement à l'extrême droite sans que cela ait la moindre influence sur l'évolution du pays, continueront d'avoir des discours condamnables par la morale pour satisfaire une pulsion, frimer, ou x autre raison.

De la même façon, il doit bien y avoir dans les réunions de famille de musulmans/cathos/juifs pratiquants modérés quelques personne qui te lâchent un "putain, ça serait quand même mieux si tout le pays se conformait aux lois de ma religion" et en effet, le mec ne prendra pas les armes si ça venait à se produire... mais est-ce qu'on s'en inquiète réellement?
@Tripous, One-of, condamner sans s'exonérer soi-même, ça me va très bien. La citation de ton guide aurait pu être la même dans les années 60 ou 70. Il est de notoriété publique à cause des nombreux témoignages sur le sujet, que les étudiants noirs ou asiatiques venus étudier en URSS, subissaient régulièrement de la part de la population une mise à l'écart et des rebuffades constantes. "L'ironie amère d'étudier à l'université Patrice Lumumba et de se faire traiter de singe", citation de mémoire.

@Sissa, tu as probablement raison, la race ou la religion n'ont rien à voir mais c'est à force de répéter certaines choses qu'on en vient à les faire accepter et c'est toujours facile de se dire que c'est la faute de l'autre . En gros c'est ce que disait le pasteur de Sachsenhausen. "Quand ils ont arrêté les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste Quand ils ont arrêté les socialistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas socialiste Quand ils ont arrêté les juifs, je n’ai rien dit, je n’étais pas juif ; Quand ils sont venus m’arrêter, il n’y avait plus personne pour protester"
Dommage de ne pas parler d'un fait important: l'obligation depuis quelques années d'avoir au moins 4 (je crois) joueurs russes sur le terrain...
Ça change pas mal de choses.
Les russes (je généralise) ne veulent pas d'une société multi-ethnique. Le modèle occidental leur fait horreur. Ils refusent la propagande pro-homosexuel, par exemple.

On peut le déplorer, les traiter de fascistes, faire de grands discours sur les droits de l'homme.

Mais la question que je me pose est la suivante : N'en ont-ils pas le droit? Ne sont-ils pas souverains CHEZ EUX?

Les russes donnent l'exemple d'un peuple qui fait un retour à ses valeurs traditionnelles notamment religieuses. Après presque un siècle de dictature communiste et matérialiste, on peut le comprendre, non? C'est aussi de la part de leurs dirigeants, une manière habile de se démarquer du camp américain.

Il y a plein de raisons profondes qui expliquent leur attitude. Les condamner de loin, sans rien connaître à leur culture et à leur histoire, est un peu facile. Toujours cette manie du bon petit français bien pensant de donner des leçons de morale aux autres. Je trouve cette manie plus raciste qu'autre chose.

Ceci dit, je vous aime bien.
Message posté par Trap

@Sissa, tu as probablement raison, la race ou la religion n'ont rien à voir mais c'est à force de répéter certaines choses qu'on en vient à les faire accepter et c'est toujours facile de se dire que c'est la faute de l'autre . En gros c'est ce que disait le pasteur de Sachsenhausen. "Quand ils ont arrêté les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste Quand ils ont arrêté les socialistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas socialiste Quand ils ont arrêté les juifs, je n’ai rien dit, je n’étais pas juif ; Quand ils sont venus m’arrêter, il n’y avait plus personne pour protester"


Oh la race et la religion ont beaucoup à voir sur ce sujet je crois, enfin bref.

Je comprends ton raisonnement mais je n'ai pas la sensation (subjective certes) que la tendance actuelle est à ce que tu décris. Je pense que notre société/population est de moins en moins raciste/xénophobe en pratique.
Clemuntinho Niveau : CFA
Note : -1
Joey Starr joue au Zenith maintenant ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 39