Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Kosovo-Islande

Où en sont les guerriers islandais ?

C'était la feel good story de l'Euro 2016, celle qui réunissait les médias et les optimistes : un pays de 300 000 habitants qui faisait la nique au gotha du football européen. Presque un an a passé et les espoirs islandais tendent à la confirmation, la sélection de Heimir Hallgrímsson étant actuellement troisième de son groupe de qualification pour la Coupe du monde 2018 derrière la Croatie et l'Ukraine. Les Strákarnir okkar vont-ils frapper dans leurs mains et gueuler « Aouh ! » jusqu'en Russie ? Possible. Encore faut-il savoir où en sont les guerriers islandais.

Modififié

Le tranquille Hannes Þór Halldórsson (32 ans, Randers FC)


Après une carrière pro à temps plein qui a connu quelques calages (passage raté au NEC Nijmegen, puis prêt chez le relégué norvégien Bodø/Glimt), le gardien/metteur en scène est comme un coq en pâte au sein du Randers FC, club confortablement installé dans le ventre mou de l'élite danoise. Une certaine idée du hygge. La sérénité, c'est important pour un gardien.



Brexit pour Ragnar Sigurðsson (30 ans, Fulham), Birkir Bjarnason (28 ans, Aston Villa) et Jón Daði Böðvarsson (24 ans, Wolverhampton)


Destination le Championship pour l'inamovible chêne, le bûcheron Urban Outfitters et l'armoire normande de Kaiserslautern. Le premier a quitté les rugueux hivers de Krasnodar pour profiter des beaux quartiers londoniens à Fulham. Ce qu'il fait pleinement, n'ayant joué que seize matchs sur 38 chez les Cottagers. Tottenham, un temps sur le joueur, a peut-être bien fait de se retirer. Le deuxième a, lui, débarqué à Birmingham cet hiver en provenance du FC Bâle, leader suisse. Sans doute dans l'espoir de dédoubler avec Aly Cissokho. Le troisième participe à l'inefficacité des Wanderers en ayant marqué seulement deux buts cette saison. Détail important : Böðvarsson est attaquant.




Pré-retraite pour Kári Árnason (34 ans, Omonia) ?


Depuis qu'Eidur Guðjohnsen est parti à la retraite, l'ancien défenseur d'Aberdeen fait office de vétéran officiel au sein des Strákarnir okkar, bien qu'il occupait déjà plus ou moins le poste à l'Euro 2016. Parce qu'il faut bien finir ses vieux jours, Árnason est passé au mercato hivernal de Malmö à Omonia, pensionnaire de l'élite chypriote. Mais le joueur est loin d'avoir abdiqué : en quatre matchs de qualification, ce dernier a délivré une passe décisive et marqué un but lors du traquenard finlandais en octobre 2016, offrant une victoire in extremis aux Islandais. Pas mal pour un défenseur.



Le sous-coté Ari Freyr Skúlason (29 ans, Lokeren)


Skúlason avait révélé ses qualités techniques et sa vitesse lors de l'Euro 2016, mais les grosses cylindrées semblent ne pas en avoir pris note, puisque le joueur est passé d'Odense à Lokeren. Pas grave, le latéral de poche continuera à défendre avec brio son côté gauche.



La Premier League pour Jóhann Berg Guðmundsson (26 ans, Burnley)


Meilleur passeur de Championship la saison dernière malgré le délicat exercice de Charlton, Guðmundsson avait obtenu le droit de « monter » en Premier League. Chose faite avec Burnley où le milieu droit galère légèrement. Mais il est l'un des rares Islandais à évoluer dans un grand championnat. Toujours bon à l'idée de se frotter aux sélections européennes.




Gylfi Sigurðsson (27 ans, Swansea City) et Aron Gunnarsson (27 ans, Cardiff City) toujours au top


L'imprenable doublette islando-galloise continue à jouer les box-to-box et à envoyer des grosses chiches aux gardiens adverses, respectivement en Premier League et Championship. En sélection également, les deux bougres sont toujours autant indispensables.



L'inconnu Emil Hallfreðsson (32 ans, Udinese)


Malgré de bonnes performances avec l'Udinese en Serie A, Hallfreðsson était étonnamment absent du groupe islandais depuis ses cinq petites minutes jouées face à l'Ukraine en septembre dernier. Convoqué à nouveau par Heimir Hallgrímsson, on le voit mal concurrencer le poste de Bjarnason, mais un peu d'expérience ne fait jamais de mal.



La romance d'été Kolbeinn Sigþórsson (27 ans, Galatasaray)


Ceux qui ne suivaient pas le FC Nantes ou la Ligue 1 voyaient en Kolbeinn Sigþórsson un incroyable attaquant capable de faire craquer n'importe quelle défense. Finalement, blousé par une romance d'été qui ne répond plus aux textos depuis le 31 août : l'ancien joueur de l'Ajax a mis les bouts pour Galatasaray où il n'a joué aucun match. Avant de disparaître à nouveau puis de revenir la queue entre les jambes sur la côte Atlantique.



La succession Alfreð Finnbogason (28 ans, Augsburg)


Guðjohnsen retraité, Sigþórsson aux abonnés absents et Böðvarsson en difficulté devant le but, Heimir Hallgrímsson avait parfois tenté de placer désespérément Gylfi Sigurðsson en avant-centre. Mais le salut offensif des Strákarnir okkar est venu d'Alfreð Finnbogason. Ancien meilleur buteur d'Eredivisie, le joueur d'Augsburg semblait avoir perdu son efficacité devant le but depuis son passage à la Real Sociedad. Sur les huit derniers matchs, l'Islande a marqué dix buts. Quatre d'entre eux sont signés Finnbogason, qui a également signé une passe décisive face à la Chine en China Cup. Alfreð FinnBONgason, enfin.




Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Le coq Thauvin