1. //
  2. //
  3. // Rennes-Metz

Où en est la relation entre Metz et River Plate ?

Juan Kaprof en 2015, Federico Andrada un an plus tôt. Deux cracks annoncés, débarqués à Metz dans le cadre d’un partenariat entre les Grenats et River Plate. Résultat, deux échecs cuisants. Aujourd'hui, où en est cette relation entre les deux clubs ?

Modififié
934 1
Marcelo Bielsa est un homme avare en compliments. Alors, quand il s’approche de Federico Andrada, jeune attaquant de Metz qui vient de connaître sa première titularisation contre l’OM, l’ancien de River tend attentivement l’oreille. « Tu dois continuer comme ça, tu es jeune et tu peux faire de belles choses en Ligue 1 » . Tels sont les mots d’El Loco pour Andrada. Alors qu’on croit à l’éclosion d’un talent sous les yeux du public français, l'attaquant retourne en Argentine à la fin de son prêt avec un triste bilan. Quatorze matchs avec l’équipe professionnelle et aucun but. Le meilleur buteur de l’histoire de la réserve de River Plate, avec plus de cent cinquante pions, en marque un seul lors de son séjour français, avec la CFA des Grenats, contre Mulhouse. Un an plus tard, les dirigeants messins accueillent cette fois-ci Juan Kaprof, autre attaquant et grand espoir du club à la bande rouge. Un nouveau prêt qui montre que le partenariat entre Metz et l’institution du quartier de Nuñez de Buenos Aires s’inscrit dans la durée. Kaprof va connaître les mêmes difficultés que celui qui l’a précédé. Depuis, les deux joueurs sont prêtés par River, à Defensa y Justicia pour Kaprof et à Quilmes pour Andrada, et aucun joueur n'a traversé l’Atlantique cet été pour enfiler le maillot grenat. Alors, où en est cette filiation entre le club mythique argentin et le FC Metz ? Bilan avec Mario Mendoza, à l’origine de ce partenariat.

Partenaire particulier cherche partenaire particulier


Ancien meneur de jeu argentin devenu agent, Mario Mendoza collabore avec Metz dès 2010. Avec un projet très clair : former un partenariat avec River Plate. L’ancien joueur, passé par plusieurs clubs belges, se souvient : « J’ai effectué un premier voyage avec Dominique D’Onofrio quand il était directeur sportif de Metz en 2014 (Dominique D’Onofrio est décédé en février 2016 d’une crise cardiaque, alors qu’il était en mission en Argentine, ndlr). Comme j’ai été formé à River Plate, j’avais parlé du club aux dirigeants messins. J’ai des amis au sein de la direction de River et cela a facilité les premiers contacts. » Suivent une visite des installations de River et le voyage à Metz d’une délégation du club argentin. L’accord va vite être ratifié : « Énormément de clubs viennent taper à la porte de grandes institutions comme River. Mais ils ont choisi de nous faire confiance. C’est dur pour les clubs argentins, parce que leur survie dépend des gros transferts vers l’Europe. Mais les dirigeants de River ont privilégié un accord avec Metz pour faire grandir quelques jeunes joueurs. Ça montre que le projet messin est très sérieux » , souligne Mendoza dans un excellent français. Et d’ajouter : « C’était clair, net et précis de notre côté. On leur a montré ce qu’on pouvait apporter aux jeunes joueurs de River qui n’avaient pas de temps de jeu. L’argent n’a jamais été un argument dans cet accord. Il n’y a même pas eu de contrat signé. » Au mercato d’été 2014, les deux clubs s’accordent pour un premier prêt : celui de Federico Andrada, serial buteur formé à River.

Ramiro Funes Mori et Mammana ont été proposés


Malheureusement, le prêt d’Andrada ne sera pas concluant. Tout comme celui de Juan Kaprof l’année d’après. Mario Mendoza revient sur ce premier échec : « Au moment où on a commencé cette relation, l’entraîneur de River était Ramón Díaz. Ensuite, Marcelo Gallardo a pris sa place et a donné son accord pour envoyer des joueurs à Metz. Et les dirigeants ont décidé de nous prêter Andrada pour commencer. Malgré la difficile expérience d’Andrada, Gallardo a insisté auprès de Kaprof pour qu’il vienne l’année d’après. » Pour lui, la première expérience en Europe de ses deux jeunes joueurs argentins n’est pas forcément ratée : « Andrada a bien débuté, avant que Cartier ne lui accorde plus de temps de jeu. Il n’y a pas eu d’explications. C’est aussi une question de confiance. C’est la même chose pour Kaprof, qui a la grinta comme un joueur de chez nous. Lors d’un de ses premiers matchs, il prend un carton rouge. Et il est entré dans une spirale négative. »

Aujourd'hui, où en est vraiment ce partenariat ? Mendoza s’épanche : « Je vais partir en novembre pour faire un tour à River. Il y a des joueurs qui peuvent intéresser Metz. Je ne vais pas me renseigner uniquement sur les jeunes cette fois-ci. C’est en cela que le partenariat a évolué. J’en ai discuté la semaine passée avec le président du club, Bernard Serin. On s’est demandé pourquoi cela n’avait pas marché pour les deux premiers joueurs. On a pourtant tout mis en place. Il y a des paramètres dans le football qu’on ne maîtrise pas. » La preuve, Metz est passé à côté de quelques pépites, et ce, malgré cet accord. Mario Mendoza s’en mord encore les doigts : « Il y a forcément une marge d’erreur. La première fois que je suis allé à River, un dirigeant me parle d’un joueur que l’on peut prendre en prêt. On ne l’a pas fait et on a regretté. C’était Ramiro Funes Mori, aujourd'hui titulaire avec l’Argentine et joueur d’Everton. » Sur cette liste figurait aussi Mammana, depuis à Lyon, Driussi, en forme incroyable avec River Plate et Giovanni Simeone qui a signé au Genoa. « On est passés à côté de tous ces joueurs-là, qui ont explosé aujourd'hui. On pensait que le meilleur choix était Andrada. On ne regrette pas du tout, mais peut-être que si on avait signé Simeone, ce serait différent » , reprend-il. Cet été, Metz n’a pas profité de cet accord pour se faire prêter un nouveau joueur. Mais cette relation n'est pas encore au point mort. Mario Mendoza conclut : « Au début, le but était d’offrir à certains joueurs formés à River Plate du temps de jeu. Maintenant, cela a un peu évolué. Par exemple, un joueur comme Nicolás Domingo, qui a trente et un ans, pourrait entrer dans les plans de Metz aujourd'hui. » On espère juste que le milieu de River s’est remis de ce que Ganso lui a infligé il y a quelque temps.



Par Ruben Curiel Propos de Mario Mendoza recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

supernabot Niveau : DHR
J'ai jamais trop compris pourquoi ces deux joueurs avaient perdu la confiance de l'entraineur.
Andrada avait fait un match incroyable au Velodrome et pourtant Cartier ne l'avait quasiment plus aligne apres. Possible que les blessures a repetitions l'aient fait sortir du groupe...
Quand a Kaprof, il avait demarre titulaire et pareil il disparait par la suite. Peut-etre le syndrome hivernal des sud-americains lors de leur premiere saison en Europe ?
En tout cas sur le peu qu'on a pu voir les deux joueurs avaient l'air prometteurs. C'est dommage...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
934 1