1. //
  2. // Finale
  3. // San Lorenzo/Nacional

Ortigoza, le gros tireur de pénos de San Lorenzo

Ce soir, devant ses fans, San Lorenzo aura une occasion en or de remporter sa première Copa Libertadores. Au milieu, El Ciclón pourra compter sur l'expérience et la précision de ce drôle de Néstor Ortigoza. Gros, spécialiste des penalties depuis qu'il misait son fric là-dessus dans les bidonvilles de Buenos Aires, mondialiste avec le Paraguay de Tata Martino et revenu de l'enfer avec San Lorenzo, El Gordo est un joueur à part. Mais précieux.

Modififié
47 12
Sur la photo d'avant-match, ils ne sont pas onze, mais dix plus un. Difficile à croire, en effet, que le gros avec le numéro 20 qui pose avec le reste des titulaires de San Lorenzo d'Almagro soit un joueur de foot professionnel. Un bide imposant, un visage joufflu. Peut-être un Rémy Gaillard argentin, ou un supporter du Ciclón qui a gagné le concours de sa vie : passer cinq minutes sur le terrain avec ses idoles. Mais non, El Gordo prend bel et bien place au milieu de terrain, sans que personne ne s'en étonne. Il s'agit pourtant de la finale aller de la Copa Libertadores, entre Nacional, du Paraguay, et San Lorenzo, d'Argentine (et du pape François 1er). Et ce n'est pas tout : Ortigoza, comme indique son maillot, est le seul joueur de l'équipe du quartier de Boedo à être applaudi par les 36 000 spectateurs présents au stade Defensores del Chaco d'Asunción. Pendant 90 minutes, Ortigoza fera avec Mercier, son compère chauve, la loi au milieu : récupération, distribution, jeu court, jeu long. El Negro a certes la vitesse de pointe de William Servat, mais il joue juste. Il est précis. Il remporte ses duels. Il ne se trompe jamais. Il est le patron.

Concours de pénos


L'histoire de Néstor Ezequiel Ortigoza commence sur un malentendu. Le bonhomme devait s'appeler Jonathan. Problème, il naît en 1984. La guerre des Malouines est trop proche et son prénom, « trop anglais » , est refusé à ses parents par l'état civil argentin. Tant pis, à la maison, on l'appelle Jonathan quand même. Né dans une famille pauvre aux origines paraguayennes, dans la banlieue ouest de Buenos Aires, Ortigoza passe son temps dans les potreros de Merlo, de Moreno ou de Paso del Rey, à jouer des matchs où tous les coups sont permis sur des terrains caillouteux, et à disputer des concours de pénos. Le principe est connu : chaque participant met un billet, et celui qui remporte la séance, qui dure généralement des heures, rentre chez lui avec le pactole. De l'argent qui, occasionnellement, donne de quoi manger à la famille. Doué avec le ballon dans les pieds, El Negro entre au centre de formation d'Argentinos Juniors, dont sont sorties deux grandes référénces à son poste, Sergio Batista et Fernando Redondo. « Mon père se cassait le cul pour m'aider, pour m'acheter une paire de chaussures de foot, pour que je prenne le bus pour aller m'entraîner. Je regarde toujours dans le rétro pour ne pas oublier à quel point j'ai galéré pour en arriver là. C'est pour ça que je défends ma place comme si c'était une mine d'or » , pose-t-il. Avec son physique particulier, Ortigoza franchit les étapes, s'impose au Bicho en première division (avec, déjà, Mercier à ses côtés), remporte le championnat en 2010 et gagne sa place pour l'Afrique du Sud. Avec le Paraguay.

Une Coupe du monde et un barrage pour le maintien


Son style plaisait à Tata Martino. Alors, Ortigoza s'est nationalisé en 2009, a disputé les deux derniers matchs de qualification pour la Coupe du monde, et a atteint les quarts de finale en Afrique du Sud et la finale de la Copa América un an plus tard. Chez lui, en Argentine. Un des cinq grands du pays, San Lorenzo, vient alors le chercher à Argentinos pour 2,5 millions de dollars. Mais les temps sont durs pour El Ciclón et l'équipe de Boedo se retrouve au bord du gouffre, à jouer un barrage contre Instituto de Córdoba pour ne pas descendre en deuxième division. Une victoire 2-0 à l'extérieur avait donné un peu d'air aux Cuervos, mais lors de la définition à domicile, Instituto ouvre le score à 20 minutes du terme et tend considérablement l'atmosphère. Quand l'arbitre siffle penalty pour San Lorenzo, personne n'ose aller chercher le ballon. Personne, sauf le spécialiste, Néstor Ortigoza. El Gordo envoie ça au fond, en force, comme d'habitude, et libère les 40 000 supporters présents au Nuevo Gasometro. À la fin du match, le héros s'attrape les parties génitales : « J'avais dit que j'avais une grosse paire de couilles, parce que certains disaient que je ne voulais pas jouer ce match. C'était un sale moment. On avait un vestiaire compliqué, on n'était pas payés depuis des mois, tous les jours c'était le bordel. Alors maintenant, il faut profiter et entrer dans l'histoire. »

Buteur à l'aller


L'histoire, c'est cette Copa Libertadores, dont Ortigoza et les siens disputeront la finale retour ce soir, seulement deux ans après ce barrage épique face à Instituto. San Lorenzo est le seul des cinq grands clubs d'Argentine à ne jamais l'avoir gagnée, ce qui fait tache, et rire ses détracteurs (d'autres comme Argentinos Juniors, Vélez Sársfield et Estudiantes La Plata ont au contraire la coupe dans leur salle des trophées). Après avoir tapé les poids lourds de la compétition, les Brésiliens de Grêmio et de Cruzeiro, et atomisé les Boliviens de Bolivar en demi-finale, San Lorenzo est le grand favori pour le titre face à Nacional. L'équipe, façonnée par Pizzi (parti entraîner le FC Valence depuis) et améliorée par El Paton Bauza, a fière allure. La paire de récupération, Ortigoza-Mercier, est son poumon. Mais El Gordo revient de loin. Des Émirats arabes unis, précisémment, où il est allé se remplir les poches le temps d'une saison. De retour l'année dernière dans une équipe autrement plus saine et compétitive, avec laquelle il a décroché son deuxième titre national, Ortigoza s'est refait une place à coups de bonnes performances. À l'aller, il est à l'origine du but des siens, qui ont toutefois dû concéder le nul à la dernière minute malgré une nette supériorité. Et si dans un Nuevo Gasometro en ébullition, l'histoire se joue encore une fois depuis les 11 mètres, El Gordo sera le premier à demander le ballon.

Par Léo Ruiz, en Argentine
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci à léo ruiz, je découvre un joueur hors norme.Sinon So foot à quand un papier digne de ce nom sur cette finale? Faut attendre la prochaine édition avec un club brésilien et des 'stars' tout moisis en semi-retraite?
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 4
Super cet article, merci, on en redemande, et comme dit plus haut, on aurait aimé en avoir plus sur la Libertadores..
Grand respect au club de San lorenzo, pour les hispanophones:

http://www.marcadegol.com/2014/07/discr … zerbaiyan/

Pour les autres, San lorenzo a refusé un partenariat avec l'azerbaidjan (sponsor de l'Atletico et de Lens...) car ces derniers ont demandés comme condition de licencier et de n'embaucher aucune personne d'origine Arménienne au seins du club.

Au nom des droits de l'homme, le club à refusé.
Il serait drôle de connaitre les avis de l'Atlético et de Lens sur la question,

L'europe devrait en prendre de la graine au lieu de s'acharner sur les Russes.
Nostalgic Duparc Niveau : District
Ca devait être épique ces concours de pénos! J'ose même pas imaginer le bordel si il y a litige sur le franchissement de la ligne...
Super article en tout cas "very Sofoot"
"Son style plaisait à Tata Martino. Alors, Ortigoza s'est nationalisé en 2009" :

"nationalisé", c'est pour une entreprise.
On préférera le terme "naturalisé" pour une personne
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Un chouette article.
Deux réflexions quand même "El Negro" en amérique latine n'a pas de connotation raciste - tout comme le gros, le fou... Si ça peut ouvrir les yeux au gens. (comme c'est la semaine Suarez, Patrice si tu veux/sais lire)
Sinon un gros qui tire des péno, j'ai pensé à ce bon Gronaldo de Darcheville
ballondeplomb Niveau : CFA
y'avait un plus gros porc à river y'a de ça genre 5 ans, fabiano je crois, il peut pas test le mec de san lorenzo là
Richard_Gotainer Niveau : DHR
vamos ciclon...la température monte j'aurais bien aimé être à boedo en ce moment.
Richard_Gotainer Niveau : DHR
Léo Ruiz, le prophète.
La malediction SF n'a pas frappé et il a mm marqué sur péno, comme quoi tout arrive
Y.Tsigalko Niveau : DHR
Message posté par ballondeplomb
y'avait un plus gros porc à river y'a de ça genre 5 ans, fabiano je crois, il peut pas test le mec de san lorenzo là


Cristian Fabbiani
JuanSchiaffino Niveau : National
très bel article
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
47 12