Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Paris FC-Orléans (0-1)

Orléans défend sa place en L2

Dans un match rarement endiablé, mais plaisant dans l'ensemble, Orléans a fait l'essentiel en s'imposant sur la pelouse du Paris FC (1-0) mardi soir. Même si l'USO a également eu un but refusé plus tôt dans le match, les Parisiens ont montré suffisamment pour croire encore à la montée dimanche prochain à la Source.

Modififié

Paris FC 0-1 US Orléans

But : Sami (50e) pour l'USO

Plutôt qu'évoquer le retour d'un barrage entre le dix-huitième de Ligue 2 et le troisième de National, la question de la dynamique pour chacun des clubs, le partage entre espoir et crainte, le suspense en deux rencontres et cette belle manière de conclure avec éclat une saison de football, ce Paris FC-US Orléans dans un stade Charléty clairsemé aura lancé, une fois de plus, un débat sans fin. Faut-il de la vidéo pour aider les arbitres ? Mise en place spécialement pour ce match, l'assistance vidéo a eu son moment de gloire avant l'entracte. À la demi-heure de jeu, l'USO a bien cru faire un hold-up impeccable et ouvrir le score par Nabab. Pendant une minute, les Orléanais ont alors fêté le but et se sont même replacés dans leur moitié de terrain. Puis M. Turpin met la main à l'oreille. Son car-régie lui parle et lui dit de revenir sur sa décision. Orléans vient de voir son but disparaître pour une image qui laisse encore la place au doute.

Orléans crispé puis frustré


Dans le jeu, Orléans n'a cependant pas de quoi rouspéter en rentrant aux vestiaires avec un 0-0. Dès l'entame du match, le club de L2 n'est pas le plus fringuant et se laisse mener par le bout du nez en jouant très bas. Le Paris FC est en pleine bourre et sort les muscles. Plus hauts, plus mobiles, plus volontaires et plus envieux, les Parisiens se sentent bien dans la position du chasseur. Au lieu d'avoir la crainte de la descente, ils profitent de l'espoir de la montée pour tenter crânement leur chance. Seul Thomas Renault contrarie les plans du PFC en s'imposant devant Bongongui (5e), quand Alami Bazza tombe vingt minutes plus tard tout seul dans la surface en ayant voulu jouer au dur à l'épaule. Paris domine sans faire la différence et sent bien dans son dos quelques frissons qui passent. Souvent disponible, Romain Armand fait peur à l'occasion. Si son contrôle-frappe est trop dans la frappe et pas assez dans le contrôle, son appel en profondeur à la demi-heure de jeu est impeccable. Ziani le voit et lui donne. Paris arrête de jouer. Nabab reçoit le ballon devant le but vide et marque... jusqu'à l'intervention de l'arbitre-vidéo, donc, qui a vu Armand avoir un dixième de seconde d'avance sur la ligne de hors-jeu. But annulé. Paris s'en sort bien et le match s'enlise dans les discussions arbitrales.

Sami, sans résoudre le mystère


Malgré la pause, l'USO ne repart toujours pas en étant au mieux. Il faut une expérience bien sentie pour faire la différence d'un rien. Sur un simple corner, le twittos Pierre Bouby adresse un ballon parfait devant le but. Sami s'élève plus haut que les autres et ouvre le score (0-1, 50e). Si les Parisiens tentent de répondre, la maîtrise semble enfin être en face, malgré des attaques rarement poussées jusqu'au bout. Pour le PFC, seul Alami Bazza poursuit son œuvre en solitaire, puissant à défaut d'être altruiste ou instinctif aux moments-clés (58e et 67e). Alors qu'on peut craindre une fin de match d'équipes qui ne veulent pas se découvrir avant le match retour, le jeu s'ouvre et s'emballe soudainement. Orléans s'expose même à une contre-attaque où Missi Mezu ne fait pas la bonne passe. Pire : l'USO se retrouve à dix à cause d'un Sami maladroit et dangereux sur Bongongui (72e). Les cartes sont rebattues. Paris y croit à nouveau et a de l'audace. L'esprit porté exclusivement à l'attaque, les Parisiens se heurtent malheureusement à un Thomas Renault en grande forme, à qui les nombreuses frappes lointaines ne font pas peur. Paris ne parvient pas à revenir au score. C'est trop tard pour ce soir. Pour autant, sur le jeu proposé, le match retour laisse la place pour aller chercher sa part de pizza pour la saison prochaine plutôt qu'en rester aux soirées télé, la vidéo dans un coin de la tête.




Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures La réaction de Jimmy Durmaz aux attaques racistes 16 Podcast Football Recall Épisode 34 : La Russie accusée de dopage, l'Angleterre déroule et la révolution chez les Bleus
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais
À lire ensuite
Blind, l’incarnation Ajax