1. //
  2. // 33e journée

Orgie de buts en Italie

C'est un dimanche après-midi prolifique en Serie A. Six matchs avaient lieu aujourd'hui, pour un total de 28 buts (4,6 buts par match). Résultats des courses : le Napoli bat la Lazio (3-2), la Fiorentina tape le Hellas (5-3), l'Inter écrase la Sampdoria (4-0) et le Chievo s'offre un demi-maintien en battant Livourne (4-2).

Modififié
1 8
Ce n'est pas encore mathématique, mais c'est tout comme : le Napoli a une jambe et quatre orteils en tour préliminaire de la Ligue des champions. Cet après-midi, les Napolitains se sont imposés 4-2 face à une Lazio qui s'est littéralement suicidée après une excellente première période. Ce succès permet à l'équipe de Benítez de conserver neuf points d'avance sur la Fiorentina. À cinq journées de la fin, et à moins d'un cataclysme, on peut donc dire que la troisième place est dans la poche. Pourtant, si le score laisse penser à une victoire facile pour le Napoli, il n'en est rien. De fait, pendant pratiquement toute la première période, la Lazio, privée de Klose, Keita, André Dias, Biava et Marchetti, est venue dicter sa loi au San Paolo. Les joueurs d'Edy Reja ont non seulement ouvert le score par Lulić, mais se sont également procuré les plus grosses occasions, par Mauri, Candreva, Felipe Anderson et Onazi. Mais les Laziali n'ont pas tué le match, et le Napoli en a profité, en égalisant juste avant la pause sur un exploit personnel de Mertens : un missile de 25 mètres en pleine lucarne.

Le match se décide alors dès les premiers instants de la seconde période. Edy Reja décide de laisser sur la pelouse un Lorik Cana déjà averti, et qui avait risqué déjà à deux reprises de recevoir un deuxième jaune. Un choix pas forcément judicieux de la part du coach, puisque l'Albanais provoque un pénalty dès la deuxième minute et est exclu. Higuaín transforme, et à partir de là, les Romains disparaissent de la pelouse. Le Napoli contrôle tranquillement, jusqu'à inscrire un troisième but par Higuaín, avec 50% de réussite (contrôle de la tête en pleine course), et 50% de talent. Derrière, le match devient un peu fou : Naples a d'abord l'occasion d'inscrire un quatrième but, mais c'est bien la Lazio qui revient à 3-2 grâce à un but rageur d'Onazi. Les Laziali se donnent quelques instants d'espoir (Postiga égalise, mais est logiquement signalé hors-jeu), mais Higuaín s'offre un triplé dans les arrêts de jeu. Le Napoli s'impose donc 4-2, reste à douze longueurs de la Roma, et aura l'occasion d'assurer mathématiquement sa troisième place dès la semaine prochaine, en cas de victoire à Udine et d'une défaite de la Fiorentina face à la Roma. Un cas de figure qui assurerait également mathématiquement la deuxième place de l'équipe de Rudi Garcia au classement. Chapeau.

Icardi vs Maxi López, le « Wanda Nara-ico »

La défaite de la Lazio, actuellement en course pour la qualification en Europa League, fait les affaires des autres prétendants à la C3 : l'Inter et Parme. L'Inter, d'abord, est allée s'imposer largement sur la pelouse de la Sampdoria, sur le score de 4-0. Un succès signé Mauro Icardi, l'homme en forme du moment, auteur d'un doublé qui fera évidemment plaisir à madame Wanda Nara. À l'inverse, Maxi López, ex de la blonde siliconée, et qui a refusé de serrer la main d'Icardi au début de la rencontre, a vraiment vécu un après-midi de merde, puisqu'il a raté un pénalty alors que le score était de 1-0. Pour l'Inter, donc, tout va bien. Il faut dire que la tâche leur a été facilitée par Eder, l'attaquant de la Sampdoria, qui a eu la bonne idée de se faire exclure après seulement 20 minutes de jeu. Réduite à dix, la Samp a tenté de résister, mais a fini par craquer en l'espace de trois minutes en seconde période, sous les coups de boutoir de Samuel et, encore, d'Icardi, déjà buteur en tout début de rencontre. Palacio, ancien du Genoa, enfonce encore un peu plus les Doriani en fin de rencontre, histoire d'asseoir définitivement le succès des Nerazzurri. 4-0. Fastoche pour le Mazzarre.

De leur côté, les Parmesans sont allés accrocher un point sur la pelouse de Bologne, lors du derby d'Émilie-Romagne, disputé à l'heure du déjeuner. Un point salutaire pour les Parmesans, qui ont subi pendant pratiquement l'intégralité de la rencontre, et qui ne doivent leur salut qu'à un but de Palladino inscrit à dix minutes du terme. Une douche froide pour Bologne, qui menait logiquement au score depuis la 44e minute et un but de Cherubin. Les Bolognais, actuellement à la lutte pour ne pas descendre, ont parfaitement géré leur avantage en seconde période, et auraient même pu doubler la mise avec un peu plus d'audace. Mais Parme n'a eu besoin que d'une occasion pour empocher le gros lot, par Palladino, donc, d'une jolie reprise de volée. Les derniers assauts de Bologne ne donnent rien, et la bande de Donadoni repart du stadio Dall'Ara avec un point précieux dans la course à l'Europa League. Point d'autant plus précieux que les Parmesans recevront la semaine prochaine l'Inter, cinquième, pour un match décisif en vue de cette qualification pour la C3.

Folies à Vérone et Turin

Si l'Inter, Parme et la Lazio lutteront jusqu'au bout pour la qualification en Europa League, c'est semble-t-il déjà fait pour la Fiorentina. Les Florentins, quatrièmes, obtiennent aujourd'hui une incroyable victoire sur le terrain du Hellas Vérone : 5-3, avec notamment quatre buts inscrits dans le dernier quart d'heure. L'homme du match, c'est Alberto Aquilani, auteur d'un doublé et en forme « mondiale » (coucou Cesare). Le scénario du match a été totalement fou. Le Hellas a d'abord mené 1-0, puis la Fiorentina a égalisé, avant de mener 3-1. Mais lors du dernier quart d'heure, tout s'accélère. Le Hellas revient à 3-2 par Luca Toni, l'ancien de la maison, et se met à croire à une impossible remontée. Mais les espoirs sont annihilés par Matri, puis par Aquilani. 5-2, puis 5-3 grâce à un but d'Iturbe dans les derniers instants. Un large succès qui permet à la Fiorentina de maintenir sa quatrième place, et de compter dix points d'avance sur le septième du classement. Comme le Napoli, à moins d'un cataclysme, les Florentins seront européens la saison prochaine. Reste maintenant à assurer la qualification directe, via la quatrième place.

Des émotions, il y en a également eu un bon paquet à Turin, où le Torino recevait le Genoa. Un match complètement fou, où tout s'est décidé à partir de la 85e minute. Alors que l'on se dirige vers un bon vieux 0-0 des familles, Alberto Gilardino ouvre le score pour le Genoa. Le public turinois est glacé et voit se profiler une nouvelle défaite. Mais les joueurs de Ventura vont trouver des ressources ahurissantes. Au début du temps additionnel, Immobile, ancien du Griffone, égalise. Les tifosi explosent, mais ne sont pas au bout de leurs surprises. De fait, à la 94e minute, c'est Alessio Cerci qui offre la victoire au Toro et permet à son club de revenir à hauteur de la Lazio, avec 48 points. Et comme les choses sont bien faites, la semaine prochaine, le Torino ira justement rendre visite à la Lazio, à Rome. Une semaine pour se remettre de leurs émotions.

Le Chievo y est presque

Journée prolofique, la suite. Huit buts à Vérone, cinq à Naples, quatre à Gênes... Mais aussi six à Livourne, où le Chievo est venu s'imposer 4-2 grâce notamment à un triplé d'Alberto Paloschi. Un succès capital pour les joueurs veronesi qui, en cas de défaite, seraient tombés dans la zone de relégation. Là, c'est l'effet inverse : Livourne reste premier relégable, et le Chievo compte désormais cinq points d'avance sur la zone rouge. Le maintien n'est pas encore en poche, mais c'est déjà une énorme bouffée d'oxygène pour les hommes de Corini, qui peuvent remercier leur jeune buteur, qui a aujourd'hui porté son total de buts à 13. La semaine prochaine, nouveau match à haute tension : le Chievo recevra Sassuolo, qui a concédé le nul (1-1) hier face à Cagliari. Cinq points sépareront les deux formations au coup d'envoi. Autant dire qu'une victoire, et le Chievo assurerait quasi mathématiquement son maintien parmi l'élite. Paloschi a déjà noté le rendez-vous, il ne le ratera pour rien au monde.

Les résultats :

Sassuolo - Cagliari 1-1
Zaza 36' / Ibraimi 47'

Roma - Atalanta 3-1
Taddei 13', Ljajić 44', Gervinho 63' / Migliaccio 78'

Bologna - Parma 1-1
Cherubin 44' / Palladino 79'

Livorno - Chievo 2-4
Siligardi 6', Paulinho 34' / Paloschi 9', 45' et 56', Thereau 23'

Hellas Verona - Fiorentina 3-5
Sala 14', Toni 73', Iturbe 90' / Cuadrado 31', Aquilani 44' et 86', Borja Valero 63', Matri 83'

Napoli - Lazio 3-2
Mertens 41', Higuaín 49' et 67' / Lulić 20', Onazi 82'

Sampdoria - Inter 0-4
Icardi 13' et 63', Samuel 60', Palacio 79'

Torino - Genoa 2-1
Immobile 92', Cerci 94' / Gilardino 85'

Milan - Catania, ce soir, 20h45

Udinese - Juventus, lundi, 20h45

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Du coup c'est bien 4-2 pour Naples et non 3-2...
Edy Reja l'ancien coach du Napoli.
Beau but de Mertens sinon, et Pipita a fait le travail.
Benito-Bx Niveau : CFA
Ce but de Mertens...
JOAO MARQUEIRO Niveau : District
ces 2 buts du Torino !
Je croyais que Maggiori était supporter de la Lazio. En fait, il écrit pour Juventus.com, c'est écrit en toutes lettres sur les panneaux, derrière ce but de Pogba qui a scellé le championnat :

http://static.actusports.fr/wp-content/ … -Pogba.gif
Quand Higuain marquait en Liga, on disait que les défenses espagnoles sont en bois, maintenant qu'il continue toujours de planquer j'aimerais qu'on me dise à quoi ressemble les défenses italiennes.
Message posté par bofbof2004
Je croyais que Maggiori était supporter de la Lazio. En fait, il écrit pour Juventus.com, c'est écrit en toutes lettres sur les panneaux, derrière ce but de Pogba qui a scellé le championnat :

http://static.actusports.fr/wp-content/ … -Pogba.gif


C'est bien essayé.. mais..non, stp, non..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 8