1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Finale
  4. // Ghana/Côte d'Ivoire
  5. // Reportage

Ondes positives à Accra

Plongée au cœur du plus gros talk show sport de la radio ghanéenne Happy FM, quelques heures avant la finale de ses Black Stars. Entre juju, flèche et baby jet.

5 0
C'est la radio heureuse pour les supporters des Black stars. La radio des bonnes nouvelles depuis quatre semaines pour les supporters des Black Stars. Leur site web s'appelle d'ailleurs Happy Ghana. D'habitude, ce n'est que Happy FM, parce qu'on n'y parle que de sports, à longueur de talk show de plusieurs heures, calé sur le temps perdu dans les interminables embouteillages de la capitale ghanéenne. C'est le RMC sports d'Accra qui, comme le voudrait la tradition, « n'a pas bousculé ses programmes » avec la qualification de la sélection pour la finale de cette CAN 2015. Parce qu'on y parle de football tous les jours, toute la journée sur la « plate-forme numéro un du sport sur la bande FM » . Le Gilbert Bribois ghanéen s'appelle Sintim. La vingtaine, il ressemble plutôt à un animateur de Skyrock. Son show commence vers 10h le samedi matin, et en cette veille de finale, il commence par balancer le programme de la journée de tous les championnats européens avec, comme il se doit, la primauté à la Premier League dans un pays qui doit détenir le plus grand nombre de supporters de Chelsea en dehors de l'Ouest londonien. Et puis la Ligue 1, la Liga, la Serie A et les championnats bulgares, roumains. Et une fois passé le football, les résultats du tournoi de tennis de Montpellier puisqu'il a l'air de prononcer les noms de Gasquet et Monfils en langue twi, l'une des 70 langues vernaculaires du pays. Comment les résultats du tournoi de Montpellier sont arrivés jusqu'a la rédaction de Happy FM relève de la sorcellerie… Sintim prononce chaque nom de club comme une divinité. Son programme de « L'Équipe du dimanche » est un prêche évangélique.

« Les Ghanéens exploitent beaucoup le Juju »


L'invité du jour s'appelle Sammy Arrow sounds. Il précise ne pas être journaliste sportif, ni même journaliste, mais « DJ » . Sintim l'appelle par son nom d'artiste, Arrow, la flèche. Sammy annonce le profil de la finale sur le mode d'une bataille tactique entre « deux grands entraîneurs » , Hervé Renard et Avram Grant, qu'il juge supérieur au Français, sûrement parce qu'il a entraîné Chelsea. Les Ghanéens n'espéraient rien ou peu de cette Coupe d'Afrique des nations. Un peu à la manière de leurs « archrivals » et voisins ivoiriens, ils sont, ces dernières années, toujours passés à côté d'un exploit. Et comme les Ivoiriens, ils ont assisté, depuis deux ans, à la mise en retrait d'une génération qui n'a jamais été qualifiée de « dorée » , mais qui leur donnait pourtant matière à espérer un cinquième titre continental attendu depuis des décennies. En 2008 à la maison, tout le Ghana s'était mis à rêver d'une finale contre la Côte d'Ivoire. Les deux sélections s'étaient finalement pris les pieds dans le tapis en demi-finale et avaient laissé le Cameroun et l'Égypte s'expliquer entre cadors. Habitués à souffrir, les supporters ghanéens ne se sont pas jetés dans la rue après la qualification face à la Guinée équatoriale. Les incidents de la fin de la demi-finale et la manière dont ont été traités les supporters ghanéens en Guinée n'ont pas provoqué de sentiment d'outrage national dans l'opinion publique ni la presse. Sammy la flèche envisage même que les fans ghanéens aient pu « jouer la provocation après le troisième but pour chauffer les Guinéens » . Il convoque aussi la puissance des forces obscures : « Les Guinéens étaient chez eux, ils devaient être confiants, et cette défaite leur a peut-être rappelé que, comme l'a dit le coach sud-africain, les Ghanéens exploitent beaucoup le juju et qu'ils n'ont pas trouvé ça très fair-play » . Sintim récite les slogans et l'argumentaire des spots publicitaires qu'il a écrit sur des feuilles volantes. Il a l'air de faire la retape pour un vin dont il faut « apprécier toute la complexité » dans un mélange de twi et d'anglais.

Sur fond de Castro


La discussion se poursuit autour du retour du capitaine et meilleur buteur de la sélection, Asamoah Gyan, blessé pendant cette CAN. Un capitaine embarqué, depuis l'été dernier, dans une drôle d'histoire qui a fait la une de tous les journaux au Ghana et occupé les débats sur les radios du pays : il est accusé d'avoir utilisé le juju pour éliminer le rappeur Castro, l'un de ses proches, à l'occasion d'une virée entre potes dans la station balnéaire d'Ada, à 150 kilomètres à l'est d'Accra. Parti faire un tour de jet ski avec une jeune fille, le rappeur avait été porté disparu dans les eaux dangereuses de l'estuaire de la Volta. Et malgré les recherches, les deux corps n'ont jamais été retrouvés. Une disparition qui a laissé la porte ouverte à toutes les spéculations. Pour certains Ghanéens, Gyan souffrait de devoir partager son statut d'icône nationale avec un rappeur de plus en plus populaire. Malgré leur amitié. D'où la piste fétichiste. Un journaliste du Daily Graphic, le quotidien national, avait eu l'audace de poser la question à Gyan en conférence de presse d'avant-match. « Certaines personnes pensent que vous avez utilisé le juju pour éliminer Castro. » L'attaquant avait serré les dents, mais son frère, Balfour, ex-international, avait monté une expédition punitive contre le journaliste. Qui a depuis été viré. « Pour moi, Castro est parti, il ne reviendra pas, estime Sammy Arrow Sounds. Mais comme les corps n'ont jamais été retrouvés, les gens imaginent tout un tas de scénarios plus ou moins sérieux. Il a juste eu le malheur d'avoir voulu sauver cette fille qui était tombé du jet ski, elle l'a attirée vers le fond dans des eaux très dangereuses où personne ne se baigne. » Si jamais ce soir Asamoah « Baby Jet » Gyan entre, marque et ramène la Coupe d'Afrique des nations à la maison, les Ghanéens sceptiques oublieront le corps disparu de Castro. En attendant, Sintim, sans l'aide du Juju, est sûr de lui : « Le Ghana va gagner 2-1 » .



Par Joachim Barbier, à Accra
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 0