Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Mondial U17
  2. //

« On ne peut pas prévoir le futur »

Depuis l'arrivée de Mano Menezes à la tête de la seleçao, une nouvelle philosophie irrigue les sélections brésiliennes. Champion d'Amérique du sud avec ses moins de 17, le sélectionneur Emerson Avila nous explique en quoi consiste cette collaboration avec la A, et nous parle de deux de ses pépites actuellement exhibées au Mexique.

Modififié
Mano Menezes a imposé un travail en commun entre la sélection A et les juvéniles. Pratiquement, comment se passe cette collaboration ?


On a un coordinateur chargé des divisions inférieures qui se maintient en contact avec le sélectionneur, Mano Menezes. On partage une méthodologie, une philosophie, afin d'amener nos jeunes jusque la sélection A. Notre cahier des charges nous impose notamment de chercher des joueurs en développement, pas encore mûrs. Ceux qui sont déjà physiquement mûrs ne nous intéressent pas. Notre intention est qu'un joueur traverse toutes les catégories juvéniles pour accéder finalement à la seleçao, même si l'on ne peut pas prévoir le futur.

Mano Menezes impose t-il également une organisation tactique commune aux sélections ?


Non, sa seule exigence est que l'on n'utilise pas d'organisation à trois derrière, que l'on joue avec une ligne arrière de quatre. Mais à partir du milieu jusqu'aux avant-postes, nous avons carte blanche. Je peux jouer à un, deux, ou trois attaquants ... Personnellement, je suis un adepte du 4-3-3, avec un armateur au milieu et trois attaquants : un buteur, aussi capable de jouer en pivot, et sur les côtés deux joueurs avec davantage de vitesse, de capacité d'élimination. Mano Menezes nous demande aussi de faire jouer nos équipes vers l'avant, que le Brésil soit le protagoniste du match.

Vous réunissez-vous souvent avec le sélectionneur A ?



Grâce au coordinateur, Ney Franco, on réalise un réel travail d'équipe pour former les joueurs du Brésil. Mais nos différents engagements, notamment en cette année de championnats du monde moins de 17, moins de 20, et de Copa America, nous empêchent de nous réunir. Personnellement, je ne suis à la tête de la sélection que depuis décembre. Auparavant, j'ai travaillé avec toutes les catégories juvéniles du Cruzeiro, des moins de 15 aux moins de 21, avant de prendre en charge des effectifs pros.

Avec Mano Menezes, le Brésil veut travailler sur le long terme, mais pouvez-vous échapper à l'exigence de résultats ?


Non, car le Brésil est toujours perçu comme le favori, et la pression du peuple comme de la presse est constante. On doit l'accepter. Si l'on est là pour former, on doit aussi toujours avoir pour but la victoire, car les résultats conditionnent la continuité d'une génération, d'un entraîneur. Le seul moyen de pouvoir travailler sur le long terme c'est de gagner.

Depuis sa signature à Chelsea qu'il rejoindra en 2011, Lucas Piazon est attendu, mais son début de Mondial a déçu. Pourriez-vous nous présenter votre sélectionné ?


C'est un joueur très intelligent. Même quand il a le ballon dans les pieds, il est toujours conscient de ce qui passe autour de lui. Il est technique, rapide, ce qui est aussi capital, mais il doit encore s'étoffer physiquement. Une fois en Angleterre, il devra se montrer plus batailleur. Son adaptation ne sera pas facile dans un football fait de duels, mais lui est enthousiasmé par l'idée de jouer à Chelsea, ce qui devrait l'aider dans son intégration. 



Plutôt que Piazon, c'est un autre milieu offensif, Adryan, du Flamengo, qui a impressionné. Le pensez-vous déjà mûr pour le professionnalisme ?



Non, je crois qu'il faut encore qu'il développe son potentiel pendant un ou deux ans, comme tous nos joueurs. Adryan est toutefois plus constant que Piazon sur 90 minutes. Il n'est pas si rapide, mais son aisance technique l'aide à aller très vite avec le ballon. Sur un côté, il fait vraiment de grosses différences, et devant le but, il est vraiment efficace.


Le but d'Adryan contre l'Australie




Propos recueillis par Thomas Goubin, à Guadalajara

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17