Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // MLS
  3. // New York City

On n’attendait pas Patrick

Fortement courtisé par Saint-Étienne qu’il a refusé, Patrick Vieira semble plaire et se plaire aux États-Unis. Où il progresse rapidement sur le banc de New York City, dont le projet est aussi grand que l’entraîneur.

Modififié
Saint-Étienne n’a rien lâché. Alors qu’ils venaient de prendre une veste, les Verts sont repartis au charbon pour faire venir celui qu’ils pensaient être le bon choix pour succéder à Christophe Galtier. Cet homme, c’était Patrick Vieira. Mais même si Bernard Caïazzo a affirmé que New York City avait bloqué son entraîneur, l’ultime réponse officielle du Français est la même que la première, assumée dans le New York Post : « Bien sûr que je vais rester ici. Je suis embarqué dans un projet à long terme avec New York City. La seule chose que tu ne peux pas contrôler, c'est ce que racontent les journalistes. À New York, j'ai un projet intéressant et j'y suis très impliqué. J'adore chaque jour que je passe ici. Les spéculations font partie de notre monde, je m'y suis habitué. »


Car voilà : Vieira dirige une équipe qui fait partie d’un projet auquel il croit vraiment, pour lequel il bosse à fond, et pour lequel on lui laisse du temps. « Ça ne m’intéresse pas d’aller dans un club pour vivre une expérience qui s’arrête après trois ou quatre mois sous prétexte que tu n’as pas gagné de matchs, parce que tu travailles avec des gens qui sont impatients et qui ne connaissent pas le foot. Si c’est pour aller entraîner à Bastia et vivre ce que Makelele a vécu, je dis non merci » , affirme-t-il ainsi dans le numéro 146 de So Foot. Parce que malgré ce que l’on peut supposer en France, NY City offre un beau challenge. « Il faut se rendre compte du projet qu’est New York City, confirme Maxime Chanot, défenseur au club depuis l’été dernier. La qualité du club, les infrastructures, l’attente des fans... Les gens ne se rendent pas forcément compte en France, mais c’est du très costaud. C’est digne des plus grosses cylindrées françaises. »

Une progression lointaine, mais certaine


Des propositions, Patrick en reçoit régulièrement. Pour quelle(s) raison(s) ? Les prétendants ne seraient-ils qu’attirés par le nom du champion du monde 1998 et d’Europe 2000 ? Après tout, on parle d’un jeune homme de 41 ans qui pose ses fesses sur un banc professionnel depuis un an et demi seulement. Qui a mangé un 7-0 à domicile contre les rivaux de Red Bulls dans le derby la saison dernière. Qui a subi un 7-0 sur deux matchs face à Toronto en playoffs peu après. Dans un pays qui n’est pas (encore) féru de soccer, qui plus est. « Patrick est quelqu’un qui a les qualités pour devenir un grand coach. Il n’y a aucun doute là-dessus, rétorque Chanot, qui avait été charmé par le discours de Vieira avant son transfert. J’ai eu la chance de travailler avec plusieurs entraîneurs, et je peux te dire qu’il possède ce petit plus qui va lui permettre de s’installer sur la durée dans le football de plus haut niveau. Je crois que toutes les sollicitations qu’il a actuellement le prouvent. C’est un juste retour des choses. »


Les deux raclées évoquées cachent en effet des résultats plutôt corrects (deuxième de la conférence Est en 2016, demi-finales de conférence ; troisième à mi-parcours aujourd'hui) avec une équipe qui progresse et qui s’évertue à donner un spectacle de qualité. C’est que l’ancien Tricolore, d’abord formé sur la touche des U21 de Manchester City (de 2013 à 2015), ne veut pas jouer n’importe comment. C’est pourquoi la tête ronde, au lieu de partir en vacances en fin de saison dernière, a décidé de passer une semaine avec Pep Guardiola. Histoire de parler « de foot, de tactique, de groupe. Je l’ai beaucoup observé, c’était vachement important pour moi. En tant que spectateur, j’aime beaucoup la façon dont ses équipes jouent. À partir de là, tu essaies de comprendre et d’analyser comment elles évoluent » . Puis avec Jorge Sampaoli : « J’aime le rythme, le tempo et le pressing de ses équipes. »

La communication, comprendre celui qui écoute


L’ennemi de Roy Keane, plutôt réputé pour ses excès de colère et son impulsivité que pour son calme pourtant entrevu en dehors des terrains, en a tiré des conclusions enrichissantes sur le mode de management qu’il souhaite installer. «  En tant que jeune entraîneur, je me suis régalé à discuter avec eux, continue-t-il au sujet de Sampaoli et Guardiola. Quand on les entend expliquer ce qu’est le foot, on a l’impression que c’est facile. Moi, je pense que ça l’est, mais qu’on a tendance à le rendre difficile. Je suis sûr qu’avec du travail et beaucoup de simplicité, on arrive à obtenir ce qu’on veut des joueurs. Quand on a une idée assez claire et qu’on arrive à simplifier le message aux joueurs, ils comprennent. C’est ce qui m’a vachement marqué avec Guardiola. Sa philosophie est restée la même partout où il est passé, alors qu’il n’avait pas les mêmes joueurs. Ça prouve bien que le plus important, c’est la manière dont tu envoies ton message aux joueurs. »


La communication. Voici donc la priorité de coach Vieira. S’il assure que son entraîneur est «  très, très solide » sur le plan tactique, Maxime Chanot insiste d’ailleurs beaucoup sur ses qualités d’orateur : «  Il a la gagne imprégnée en lui, et il arrive à nous transmettre ça. Il arrive à nous surmotiver sans nous apporter de stress négatif. Sa communication est idéale. Elle est là, la clé : Patrick parvient à nous transmettre ce qu’il a connu en tant que joueur, et vu sa carrière, c’est hyper important pour nous. » Et dire qu’en 2010, Vieira affirmait ne pas sentir l’âme d’un coach en lui...

Par Florian Cadu Propos de MC recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 3 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom