1. //
  2. //
  3. // Hellas–Napoli (0-2)

On n’arrête plus le Napoli

Mais qui peut les stopper ? Même face à une équipe comme le Hellas qui décide de blinder sa défense, l’équipe de Sarri trouve la solution. Belle victoire 2–0 grâce notamment aux incontournables Insigne et Higuaín.

Modififié
252 10

Hellas Vérone 0–2 Napoli

Buts : Insigne (67e), Higuaín (73e) pour le Napoli

Entêté, généreux et esthétique. Le Napoli de Maurizio Sarri est sans aucun doute l’équipe du moment. C’est simple : ses hommes, ou plutôt ses guerriers, ne passent pas une seule minute sans s’agiter, se battre et essayer. Ils remuent ciel et terre pour trouver le chemin des filets. Et même face à une défense véronaise difficilement remuable, ils ne désespèrent jamais. Aujourd’hui, leur travail a duré plus d’une heure, ils ont tout mis en œuvre pour faire tomber leurs adversaires, quitte à laisser des trous dans leur défense, mais ça a fini par payer. Le football sait aussi remercier ceux qui prennent des risques. Le premier éclair est venu d’Insigne, le second d’Higuaín. Deux actions simples et efficaces. En attendant la Fiorentina et l’Inter, le Napoli est sur la première marche de la Serie A. Pas étonnant pour une équipe qui ne perd plus depuis trois mois…

La dictature napolitaine


Avec le soleil dans les yeux, mais surtout face au quatuor Hamšík, Higuaín, Allan et Insigne, le Hellas est au supplice. Des appels de balle dans tous les sens, des frappes à répétition et des dribbles secs et incessants, c’est peu dire que les reins véronais sont en surchauffe en première période. L’Argentin est le premier à vraiment inquiéter Rafael à la conclusion d’une superbe combinaison, passe en profondeur - remise de la tête - reprise de demi-volée, mais il privilégie la puissance à la précision. Le Slovaque prend le relais quelques minutes plus tard, d’une frappe lointaine, pour un même résultat. Et finalement, Pipita arrive à faire trembler les filets, mais il est signalé hors jeu, à juste titre.

Bref, si le Napoli a clairement le contrôle du ballon, plus de 70% de possession de balle, le Hellas se manifeste surtout en contre et tient bon derrière grâce à la plus simple des organisations défensives. Une densité maximum autour de la surface de réparation, du courage, beaucoup de courage, et des coups d’épaule à ceux qui pénétreraient leur forteresse. Pipita en fait l’amère expérience un peu avant la fin de la première période et se retrouve sur les fesses après avoir rebondi sur Pisano. Les hommes de Sarri sont clairement au-dessus, au niveau du contrôle et de l’animation, mais ils perdent également pas mal d’énergie à vouloir faire tomber le mur jaune et bleu. Il est temps de sortir l’artillerie lourde.

Il suffisait d’Insigne…


L’incursion de l’omniprésent Higuaín dès le retour des vestiaires en est la preuve. Désormais, le Napoli ne veut et ne peut plus se contenter d’un match nul à l’extérieur. Non, leur appétit est immense, et quel que soit l’adversaire, ils veulent les trois points. Seul problème : plus les minutes passent et plus ils laissent d’espace dans leur dos. Janković aurait pu en profiter à l’heure de jeu, si seulement Reina n’était pas là. Et puis ressurgit Insigne. Au terme d’une action comme on en a vu des dizaines aujourd’hui, le petit Italien reçoit un ballon en retrait, croise sa frape et crée enfin la brèche. 1-0. Il est suivi de très près par Higuaín au bon endroit, au bon moment, mais qui réussit tout de même à se faire un croche-patte au moment de pousser la balle dans les cages. 2-0.



Comme quoi, les buts, c’est vraiment comme le ketchup. Quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps. D’ailleurs, le Napoli fait tout pour aggraver la marque. Pas question de se contenter non plus d’un 2-0. Les Partenopei poursuivent leur harcèlement sur Luca Toni de retour et les Gialloblù jusqu’à la fin du match. Higuaín aurait pu mettre un doublé. Hamšík aurait pu se joindre à la fête. Mais finalement, non. Le Napoli gagne encore et poursuit son incroyable série. Pas encore de quoi décrocher un rictus à Maurizio Sarri, mais de très, très bon augure pour la suite du championnat.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Personne ne les arrêtera, on dirait le Dortmund de Klopp avec Lewa, Gotze et Reus.
Sarri surf sur le boulot de Benitez, c'est une évidence.
Lol pour dire ca faut vraiment ne pas avoir regardé le Naples de Benitez l'an dernier. Dis moi ce qu'il a apporté ? Excepté une rigueur tactique que Sarri a quasiment délaissé vu comment le jeu offensif de Naples est débridé. Bref Benitez était un énorme tacticien dans le football d'il y a 5/6 ans. Depuis que dalle.
lalbatros Niveau : DHR
je me demande quand même genma était pas un peu ironique...
mais ça amène réflexion, tu dis qu'il (sarri) a abandonné l'assise défensive du napoli, mais c'est pas entièrement vrai, c'est pa parce qu'ils attaquent à foison que ça reste pas solide derrière, mais bénéficier du travail de bénitez (qui clairement ne suffisait pas, vu les résultats la saison dernière et ce début de saison au real) ne veut pas dire que sarri ne le transcende pas, car ça semble assez évident vu le jeu déployé et les résultats obtenus, avec la manière !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Je le dis depuis de longues semaines, le vrai favori pour le Scudetto, c'est le Napoli !
Et grand coup de chapeau à Sarri pour son taf depuis son arrivée !!!
Le Napoli va-t-il tenir le coup sur la distance ? Benitez était-il une grosse burne ?
Ce suspense est insoutenable !
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Y a pas de doute Gemna était ironique...

Benitez n'a rien apporté à Naples, le Naples de Mazzari était bien plus agréable à voir jouer et prenait moins de buts...
Quant au Naples de Sarri, il est juste deux niveaux au dessus de celui de Benitez. Physiquement, collectivement et techniquement c'est une folie de tous les instants! Et le pire c'est que c'est pareil quand ils alignent les remplaçants... 4 branlées en 4 matches de C3 cette année, sans jamais aligner les titulaires...
Benitez est une tanche, il était temps que tout le monde s'en aperçoive... Merci au Real et à Naples d'avoir mis ses carences en pleine lumière.

Je suis Juventino, mais si Naples remporte le championnat une petite partie de moi sera contente. C'est une ville et un club qui le méritent.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Le futur champion....mais la fio inter juve roma l'ont également
Message posté par lalbatros
je me demande quand même si genma était pas un peu ironique...(...)

Effectivement j'etais pas un peu ironique :-) (mais beaucoup)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
252 10