1. //
  2. //
  3. // Juventus-Genoa

« On n’a pas trouvé d’EPO à la Juve, mais une pharmacie bien fournie »

D’un côté, Raffaele Guariniello, magistrat de Turin à la retraite, qui, à la fin des années 1990, avait fait trembler la Vieille Dame en instruisant le procès sur les produits dopants. De l’autre, Lamberto Gherpelli, ancien joueur de la Reggiana, auteur d’un livre enquête sur le dopage, Qualcuno corre troppo. On a réuni les deux pour parler dopage dans le foot, et revenir sur ce procès terminé en 2007 avec un arrêt de la Cour de cassation soulignant la véracité des faits, à savoir l’abus de médicaments sur les joueurs de la Juventus, tout en lui appliquant la prescription. Entretien croisé.

Modififié
Monsieur Guariniello, votre procès contre la Juve s’est terminé comment ? Car tout le monde prétend avoir gagné.
RG : L’avocat de la défense, je me le rappelle très bien, venait de Naples, il avait les cheveux longs... À la fin, il est venu me dire : « Alors, c’est égalité ? » « Quelle égalité ? On a gagné !!! » , ai-je répliqué indigné.

D’accord, mais à la fin, la prescription a balayé votre énorme travail d’enquête.
RG : Oui, mais ça, c’est un autre problème. C’est une chose d’être innocenté à la fin d’un procès, c’en est une autre de l’être grâce aux effets de la prescription. D’ailleurs, si vous lisez l’arrêt de la Cour de cassation, le juge qui l’a écrit a bien pris le temps d’entrer dans les détails. Ce collègue avait été juge aussi à l’époque du cas de dopage du gardien de la Roma, Peruzzi, et de son coéquipier Carnevale, donc il s’était déjà intéressé à ce sujet. Je crois qu’il n’aimait pas trop la Juve (rires)... Bref, il est très clair que notre travail n’a pas été remis en cause.

Et alors M. Guariniello, à la Juventus de Deschamps, Zidane, Del Piero et Conte, il y avait de l’EPO ou pas ?
RG : Le professeur d’Onofrio, qui était le consultant du juge Casalbore lui-même en charge du procès Juventus, était convaincu que vu les oscillations dans les valeurs sanguines, de l’EPO était utilisée à la Juve. Moi, je crois plutôt aux faits démontrés. On n’a pas trouvé d’EPO à la Juve. Ce qui est vrai, c’est qu’on a trouvé une pharmacie bien fournie (plus de 280 types de médicaments, ndlr) ; les footballeurs étaient soumis à beaucoup de traitements sanitaires dont ils n’avaient pas besoin (pas moins de 45 prélèvements sanguins en cinq saisons furent effectués sur certains joueurs, ndlr). La conséquence, c’est que dans certains cas, ils ont été hospitalisés à la suite de ces traitements (Tacchinardi a eu par exemple un ulcère saignant et a dû se faire soigner à l’hôpital pendant une semaine. Structure où il s’était rendu, officiellement, à cause d’un fort état de fatigue, ndlr). Dans de nombreux cas, les valeurs sanguines étaient complètement faussées. L’angle de notre enquête, comme dans beaucoup d’autres enquêtes menées par notre Parquet, était la protection de la santé des footballeurs.
Lamberto Gherpelli : M. Guariniello, avez-vous déjà reçu des menaces ou des intimidations à cause de votre travail ?
RG : Non, non... Oui bon, au tout début de ma carrière pendant les procès contre Fiat, cette dernière avait été innocentée dans une procédure. Prima linea (Groupe armé italien d’extrême gauche, fondé en 1976, dérivant d’une branche du journal maoïste-communiste Lotta Continua, ndlr) m’avait mis dans sa cible. J’ai eu une escorte pendant deux ans.


Et au stade, vous êtes encore le bienvenu ?
RG : (rires) Non, au stade, je n’y vais plus. L’unique pression que j’ai reçue à l’époque était celle du Processo del lunedi’ (talk-show potache, diffusé tous les lundis soir, depuis 1980, ndlr). Le mardi, j’allais rendre visite à ma mère. Et elle m’a dit, sur un ton mi-préoccupé et mi-interrogatif : « Je crois qu’ils ont une dent contre toi ces messieurs. » (rires) Et moi, je lui répondais : « Mais non maman ! Ne t’inquiète pas, c’est du théâtre à la télé ! » Bref, en tout cas la Juventus, c’est resté l’équipe de mon cœur.

Difficile à croire pour les Juventini qui vous croyaient l’ennemi numéro 1 de leur équipe...
RG : Mais non ! C’est sûr que quand je vais à Rome, les chauffeurs de taxi me disent : « C’est bien, il faut faire perdre la Juve ! Vous devriez faire maire de Rome ! » (rires) Figurez-vous que mon père m’amenait « al Comunale » avec lui ; et moi, par la suite, j’ai amené mes enfants voir la Juventus. Il existe deux types de Juventini : ceux qui veulent gagner à tout prix et ceux qui veulent gagner dans le respect des règles. Moi, j’appartiens à cette deuxième catégorie. Une fois, juste après le procès Juventus, je regardais une émission sportive à la télé. Il y avait Luciano Moggi, qui à l’époque était à la Juve. On lui avait dit que j’étais un supporter de la Vecchia Signora, lui il a levé les bras avec un grand geste comme pour dire : « Ne me racontez pas de salades ! » On ne peut pas apprendre à être un bon supporter à qui l’était avant toi. Moi, supporter de la Juve, je le suis depuis toujours et je n’ai jamais changé ma foi footballistique !

Pourquoi une telle enquête sur le dopage et l’abus de médicaments dans le foot n’a-t-elle pas été conduite dans d’autres villes en Italie, vu qu’à l’époque, on parlait aussi des équipes de Parme et de la Roma ?
RG : Dans mon métier, il y a une compétence territoriale. Le Parquet de Turin est compétent sur tout le Piémont, pas au-delà. On a d’ailleurs trouvé des irrégularités aussi dans l’autre équipe de Turin, le Torino. J’aurais bien continué à enquêter sur les autres équipes italiennes, mais je n’ai pas pu. Au Parquet de Turin, on a mis en place une organisation propre et véritable qui nous permet d’ouvrir une enquête sans attendre une plainte. Le procès Juventus a commencé à la suite des déclarations de l’entraîneur Zeman. Un autre grand procès que j’ai fait a débuté grâce à un papier que j’avais lu sur le Corriere della Sera. Tout le monde n’a pas une organisation pareille en Italie.


À l’étranger, on dit que l’Italie est à la pointe dans le dopage... Mais on ne sait pas si c’est pour sa loi de 2000 dont vous êtes le nègre (qui prévoit que le dopage tombe dans la sphère du droit pénal et met l’abus de médicaments sur le même plan que le dopage,) ou si c’est parce qu’il y a encore beaucoup de pratiques illicites dans la Botte ?
RG : Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à Madrid pour un séminaire organisé par le journal AS. Ils me présentaient comme le pionnier de la lutte anti-dopage dans le sport, et franchement, cela m’a gêné, car je ne le suis pas. Notre loi est une très bonne loi, sûrement elle a eu des effets sur les pratiques dopantes, mais le problème reste toujours l’application. Pour avoir de l’efficacité, il faut créer une organisation qui puisse appliquer la loi. Je vais élargir le concept à l’Europe et au monde. Si on veut lutter activement contre le dopage, il faut que la Communauté européenne s’en occupe avec une directive, et que cette directive soit intégrée dans chaque État souverain. Ainsi, il faut créer une organisation qui puisse mener des enquêtes sans frontières. Une fois, j’ai eu besoin d’infos sur un cas en Espagne, j’ai envoyé une commission rogatoire et on ne m’a même pas répondu. Une autre fois, après le contrôle positif d’une athlète russe en Italie, j’avais envoyé une communication au tribunal de Moscou, vu que l’athlète était rentrée très vite dans son pays et on m’a alors répondu que dans ce pays, le fait ne constituait pas un délit... Vous voyez que c’est compliqué. De toute façon, si on veut combattre efficacement le dopage, il faut donner des pouvoirs de police judiciaire à une organisation transnationale qui puisse faire son propre travail d’enquête. À ce jour, en Italie, il n’existe pas d’agence anti-dopage, a fortiori dotée de ces pouvoirs, et dans le monde, l’AMA non plus n’a pas ces pouvoirs de police judiciaire.


Et la justice sportive ? En Italie, il y a cette institution qui est compétente en la matière.
RG : Elle ne marche pas, car son pouvoir est de convoquer les athlètes positifs à un contrôle et de leur demander : « Est-ce que vous vous êtes dopé ? » La réponse est évidemment : « Jamais, Monsieur le juge !  » Si on ne fait pas d’écoutes téléphoniques, de perquisitions, on n’arrivera jamais à rien. Vous savez, quand on a commencé l’enquête sur la Juventus et sur le football en général, Mario Pescante, président du Comité olympique national italien, est venu tout de suite à Turin pour me dire que dans le foot, il n’y avait aucun problème de dopage ! J’ai par la suite envoyé un très bon inspecteur avec lequel je travaillais souvent jeter un coup d’œil au laboratoire de l’Acqua Acetosa à Rome. Eh bien, effectivement, ils ne trouvaient pas de cas positifs car ils ne cherchaient pas ! (rires)
LG : Le contrôle croisé sang-urine devrait être la norme dans le foot, mais bon... Maintenant, on apprend qu’en 2012, 600 joueurs, parmi lesquels beaucoup avaient joué la Ligue des champions, avaient des valeurs hormonales hors norme. Mais on laisse tomber, on n’approfondit pas. C’est carrément honteux et pas sérieux de la part des institutions qui gèrent le football international. La différence des règles sur le dopage entre chaque pays amène au chaos. Quand Mourinho était à Chelsea, ils pratiquaient la centrifugation du sang. Ce qui n’est pas permis dans d’autres pays...
RG : Il faut laisser de côté le passé et penser au futur... (soupir) Il faut détecter les problèmes et les affronter avec des moyens de notre temps, modernes. Discuter du passé n’amène pas à une amélioration de la situation actuelle ni future.

Parlons d’une thématique qui est à la fois passée, présente et sera malheureusement future : la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot, qui a déjà provoqué beaucoup de décès dans le foot italien, avec un taux de mortalité 24 fois supérieur à celui de la population « normale » .
LG : Récemment, la liste déjà conséquente des footballeurs italiens atteints de cette maladie s’est rallongée. Paolo List, qui a joué à Bologne et à Foggia, en est décédé. Quand j’ai fait mon enquête personnelle, j’ai constaté un sentiment de honte dans les familles d’anciens pros du foot italien. Je ne sais pas pourquoi elles préfèrent s’enfermer dans leur douleur et ne pas dénoncer l’abus de médicaments de leurs proches. Il y a aussi ceux qui ne font pas le rapprochement entre le foot et la maladie et qui échappent donc aux statistiques. Peu de veuves ou d’anciens copains d’équipe m’ont dit les types de médicaments qui circulaient dans les vestiaires à partir des années 1950 jusqu’à nos jours. On sait qu’il y avait des cardiotoniques, stéroïdes, corticoïdes, et même les acides aminés ramifiés, pris comme complément alimentaire. Figurez-vous que le docteur Arcelli, célèbre préparateur sportif dans plusieurs disciplines, vantait les bienfaits de ces acides qui sont considérés comme des médicaments par d’autres médecins. Il y a des études qui commencent à établir un lien entre l’abus de médicaments par un sujet sain et la manifestation de la maladie.


Le professeur Jean-Pierre de Mondenard s’était intéressé à la SLA dans le foot italien. Il nous a déclaré qu’il n’y a pas de lien de cause à effet avéré entre l’abus de médicaments – anti-inflammatoires surtout – et l’apparition de la maladie. Il ajoute que le phénomène SLA est une particularité du foot italien, car on ne le retrouve pas dans les autres pays européens.
RG : Sur la SLA, on a mené une grosse enquête épidémiologique. J’ai personnellement autorisé les scientifiques qui l’ont conduite à la publier sur d’importantes revues scientifiques, car je voulais que le débat entre spécialistes s’enrichisse. Mais encore une fois, grosse déception. C’est sûr qu’il n’y a à ce jour pas de lien de cause à effet avéré, mais à l’aide des albums Panini, on a contacté 24 000 personnes : ex-joueurs, veuves ou familles. Il faut être systématique dans ce type de travaux et un jour, si quelqu’un daigne continuer ce travail, on pourrait être surpris par les résultats.
LG : Il faut savoir que même Stefano Borgonovo, l’attaquant de Milan et Fiorentina, sûrement le malade de SLA le plus médiatisé, décédé en 2013, avait déclaré : « Ne cherchez pas dans le foot la cause de ma maladie. » Il y a un gros mur d’omerta et beaucoup de peur parmi les footballeurs à la retraite, car les temps de latence de la SLA sont parfois longs, jusqu’à 5-6 ans.


Quel épisode vous a donné le plus de difficulté, M. Guariniello ?
RG : Vu qu’on parle de sport et de dopage, l’affaire Pantani. C’est sûrement l’un des plus douloureux. Il nous avait fait rêver et puis patatra... On avait entamé un procès ici à Turin qui après, par compétence, est parti à Forli’. Quand Pantani avait eu son accident à la Milan-Turin en 1995 (contre un véhicule pendant la course, ce qui lui avait provoqué un polytraumatisme très grave, ndlr), on avait demandé son dossier médical où il y avait aussi les données d’un prélèvement sanguin... Je crois me rappeler que son hématocrite était à plus de 60...
LG : L’histoire de Pantani est très triste aussi parce qu’il a carrément été abandonné à lui-même quand il a sombré dans la coke, une fois le vélo raccroché. Les faux amis des années d’or l’ont laissé tomber. Les parents essayent d’exploiter encore aujourd’hui son image au maximum. Récemment, ils ont attaqué en justice un auteur-comédien italien qui a écrit un spectacle sur lui. Ils prétendaient que celui-ci ne pouvait pas utiliser son nom... Ils ont perdu.

Propos recueillis par Luca Endrizzi // Photos : Giorgio Perottino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 2
Excellente idée que cette interview croisée qui souligne bien les difficultés de la lutte anti dopage.
Je me rappelle d'une lettre ouverte de Sandro Donati, un expert qui avait témoigné contre la Juventus lors du procès dopage. Il l'avait écrite suite à un documentaire de la télé publique hollandaise où il était interviewé et où avait été coupée la partie où il parlait du dopage dans les clubs aux Pays-Bas en faisant le parallèle avec les décès dans le cyclisme.
Toujours les autres les malhonnêtes et chez nous, que des blanches colombes, ça marche dans tous les pays.
L'emergence des Pays-Bas dans les 70s est liée au dopage, ce n'est pas nouveau
Ce commentaire a été modifié.
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 4
L'Espagne sera je l'espère bientôt reconnue comme un pays de tricheur.

Tous les mois la justice découvre une affaire. En mars dernier la guardia civil a démantelé un groupe et saisi près de 3 millions de doses d'hormones de croissance.

Ps: je cite l'Espagne car elle produit des bons joueurs comme depuis toujours mais ils se sont tous mis à être des machines en même temps. Pas mieux dans beaucoup d'autres sports.

Méritent d'être cités : la Russie.
Absolument, le sport espagnol des années 2000 pose question.

Article du Monde

Les clients mystères du docteur Fuentes

Ces dernières années, les éléments accréditant l’utilisation de produits dopants dans le football sont venus d’enquêtes ayant pour point de départ un cycliste.

Dans les prochaines semaines, la justice espagnole doit se prononcer sur le sort des poches de sang saisies il y a dix ans au cabinet du docteur Eufemiano Fuentes, au centre de l’affaire Puerto. Il y a trois ans, à l’issue d’un procès bâclé, l’Agence mondiale antidopage a réclamé ces poches de sang, toujours conservées à Barcelone, afin de tenter d’identifier d’autres clients que les cyclistes déjà condamnés. Le docteur Fuentes revendiquait en effet s’être également occupé de footballeurs, de joueurs de tennis ou d’athlètes.

La justice espagnole n’a jamais cherché à vérifier ses dires, pas plus que ceux d’un ancien président de la Real Sociedad, qui accusait son prédécesseur d’avoir utilisé les services et produits du médecin entre 2001 et 2005. Les enquêteurs n’avaient pas non plus perquisitionné l’appartement utilisé par Fuentes aux Canaries, dans lequel étaient consignés des documents liant, comme l’avait révélé Le Monde, le FC Barcelone et le Real Madrid au praticien.

Dans le fond, qu'il soit licite ou non au moment où on l'apprécie, le dopage doit être mis à jour pour comprendre les performances.

Les exemples de Sharapova ou Sakho, dopés ou non en fonction de la date ou de l'instance définissant la liste des produits sont hallucinants.

Légal ou pas, le dopage reste du dopage. Le basket, le foot, le tennis et le cyclisme espagnol des années 2000 ont eu des succès qui laissent perplexes.

De la même façon, tout le monde sait que dans le tennis, pour éviter les scandales, certains joueurs ont de longues périodes d'absence pour blessure.
J'ai pas précisé, article d'avril 2016
5 réponses à ce commentaire.
CharlesEchalotte Niveau : National
En ce qui concerne la SLA il n'y aucun lien de causalité avérée à ce moment mais du coup je pense qu'il faidrait peut-être chercher ailleurs, certains spécialistes et experts en médecine mettent en cause les pesticides chimiques et les engrais utilisés sur les pelouses...
J'avais lu ça mais alors pourquoi plus en Italie ? Ce serait étonnant qu'il y ait des phytosanitaires utilisés uniquement dans un pays non ?
Il y a aussi une anomalie statistique dans le rugby sudaf, et peut-être dans d'autres pays mais qui n'ont pas encore été détectées.

Si c'est le dopage, il faut d'ailleurs remarquer qu'on ne se dopait pas non plus qu'en Italie...
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 1
Concernant les Springboks Pienaar lui même avouera qu'en club comme en sélection on leur faisait ingurgiter quantité de produits divers et vitamines.

Autorisés à ce moment là puis interdites par la suite....

Comme pour le foot us le fait que le rugby soit un sport de contact explique aussi et surtout les problèmes qui apparaissent très rapidement une fois la carrière arrêtée.
Des chiffres et des chèvres Niveau : DHR
Perso j'ai des potes qui ont fait des centres de formation en France en Rugby (Albi, Castres, Racing notamment)
Je veux bien que la muscu fasse prendre de la masse et de la force,
Mais faire prendre 20 kilos de masse sèche en une année..
Et même après quelques litres d'alcool, ils confessent
Ceveso ? La catastrophe industrielle?
Possible lien? Ya encore plein de malformations chez les en descendants de populations exposées
5 réponses à ce commentaire.
CharlesEchalotte Niveau : National
...il n'y aucun lien de causalité entre la SLA et l'abus de médicaments....
Ce commentaire a été modifié.
Gherpelli, c'est le Ghengini italien.
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
ou Borat
Hé hé bien vu. Et il roule en Volkswagen borat
2 réponses à ce commentaire.
Les sportifs servent bien souvent d'éprouvettes géantes dans beaucoup de sports et de pays.
FinoAllaFine Niveau : DHR
Cet article m'embête un peu. Je pense aux gens qui ne lisent que le titre et pas le contenu: la serie A va encore etre pointée du doigt alors que c'est la seule a prendre le taureau par les cornes et à tenter de faire quelque chose contre les illégalités du sport (voir les arrestations pour les matchs arrangés). Surtout, mettre uniquement la Juve dans le titre, alors qu'il est bien noté dans l'article que d'autres clubs etaient suspectés. Et au final, que des suppositions. Allez, un petit article sur le docteur Fuentes maintenant, tant qu'on y est !
T'inquiète on le lit, l'article
D'accord avec toi, dans la recherche de la perfection dans le sport haut niveau entraine à franchir la ligne verte. Bref, la juve est une institution dans le foot italien, pareil en Espagne avec le real et barça, en Allemagne c'est le bayern, la conclusion que je retiens c'est que en Italie il y a avait une justice indépendante, du moins plus qu'ailleurs. Comme c'est signalé dans l'article, il y a des pratiques qui sont autorisées dans certains pays et d'autre pas.
La lutte contre le dopage ou la corruption est un noble combat, mais il faut le faire en mettant la main dans le font du tiroir mais bon après y a d'autres paramètres qui rentrent en ligne, bref en tt cas excellent papier de la part So;
comment c'est loin Niveau : CFA
Je ne te raconte pas la galère que j'ai à défendre l'Italie sur le dopage que ce soit dans n'importe quel sport lorsque le sujet est évoqué en soirée..

Les médias Français n'aident en rien sur ce point.

Par contre, les amateurs de sports avec qui j'ai eu l'occasion d'avoir des débats ne stigmatisent pas la Juve, juste l'Italie en général, hum.

L'Italie est clairement précurseur en matière de lutte antidopage.
3 réponses à ce commentaire.
Ronniesheva Niveau : Ligue 1
Note : 1
rien de bien étonnant malheureusement...il y a des cas avérés de dopage dans tous les sports, et dans le football, le sport le plus médiatisé où l'argent coule le plus à flot, on roulerait à l'eau claire?
ils sont tous chargés; la question n'est plus de savoir s'ils le sont ou pas, mais qui l'est le plus. pour cela il suffit de voir "les générations dorées" éclore. l'espagne qui règne sur le monde du sport ajd, l'italie dans les années 90, l'allemagne dans les années 80 etc. c'est à ceux qui ont les meilleurs médecins. et on ne va même pas parler des magouilles arbitrales ou des joueurs qui marchent dans les combines des paris...
notre sport préféré est malade depuis longtemps, mais vu l'évolution des choses il risque d'être en phase terminale d'ici peu si on ne procède pas à un vrai nettoyage...
Toon Eastman Niveau : Ligue 1
Note : 1
Malheureusement, le gros problème avec la lutte anti dopage, c'est que plus on fait le taff pour aller chercher les tricheurs et les punir, plus la réputation du sport devient mauvaise.

Il suffit de regarder ce qui se passe en cyclisme. C'est le sport ou il y a le plus grand nombre de contrôle chez les pros. Il y a même des contrôles chez les jeunes dès 15-16 ans qui ont pour but de faire entrer dans les esprits que si on triche, on se fera attraper quoi qu'il arrive. Ils font un taff monstrueux niveau anti dopage comparer aux autres sport.

Ça devrait presque être la norme et pourtant dès qu'on parle de cyclisme, on pense au dopage, parce que forcément, quand on cherche on trouve.
En football, si les fédérations mettaient ne serait ce que 50% des moyens utilisés en cyclisme pour la lutte anti dopage, je serais près a parier qu'ils sortiraient des affaires bien plus grandes que ce qu'on a connu jusqu'ici dans d'autres sports. Donc ils préfèrent ne pas le faire. Financièrement ça serait un risque bien trop grand que de nettoyer le football du dopage
Ronniesheva Niveau : Ligue 1
Note : 2
et la réputation du foot est meilleure en taisant les scandales, en voyant non plus des hommes mais des cyborgs, capables de courir de la même manière de la première à la 120ème minutes, comme si de rien n'était, bref en nous prenant pour des cons?
et on peut parler des scandales d'arbitrage aussi, le foot est meilleur après le real-bayern (c'est qu'un exemple hein, j'aurais pu dire barça-psg, que les groupies ne me tombent pas dessus svp) de la semaine dernière? moi je trouve que la crédibilité du foot mondial a été entâchée par ce match. Maintenant il n'y a plus un match de ligue des champions ou de choc important dans un championnat qui se passe sans qu'on ne voit la main sombre de l'arbitrage l'orienter.
certes le cyclisme est entâché, mais il finira par s'en sortir et on éradique de plus en plus les tricheurs dans ce sport. et malgré les scandales, je vois toujours autant de monde au tour de france, au giro etc. parce que l'amour pour le sport reste.
Pour en revenir au dopage, quel est le plus beau match de boxe de tout les temps? Ali-Frazier. car on a vu deux magnifiques sportifs donner toutes leurs forces, se battre jusqu'à l'épuisement. parce que c'était, au-delà d'un match entre deux énormes boxeurs plein de talents, un match HUMAIN. aujourd'hui en robotisant les joueurs on est en train d'éradiquer l'émotion dans ce sport. alors certes real-barcelone de ce weekend nous réconcilie un temps soit peu, mais voir des équipes faire un pressing étouffant durant 90 minutes, voire 120, un joueur qui fait le même sprint à la première seconde qu'à la dernière...ben on tue la crédibilité du foot et donc sa réputation. alors que choisir? laisser le football mourir à petit feu en essayant de profiter des dernières années où il marche ou taper un grand coup dans la fourmilière, certes en prendre plein la gueule et tomber de notre nuage par rapport à pas mal de joueurs et de nos équipes de coeur et essayer de repartir sur des bases plus saines?
à nous de voir.
Toon Eastman Niveau : Ligue 1
Note : 1
Ah mais on nous prends pour des cons en football, clairement. Entre les arbitrages maisons, les match truqués, les tirages aux sort, les joueurs capables après 90 minutes de te sortir des pointes de vitesses comparables à des sprinteurs de 100m.

Sincèrement je rêve qu'un jour quelqu'un ai suffisamment de couilles pour venir nous dire que Messi ou Ronaldo sont dopé jusqu'au dessus de la tête preuves à l'appui. Mais il y a tellement d'intérêt financier, tellement d'intermédiaire, qu'il y aura toujours quelqu'un qui viendra calmer voir stopper l'histoire. Je n'imagine par exemple pas une seconde que des puissances économiques comme Nike ou Adidas ne se laissent entacher indirectement par des scandales de dopages.

Le plus gros frein à la lutte antidopage outre les moyens technologique, c'est l'argent. Hors en football de l'argent il en pleut. Si demain le PSG se retrouve entacher d'un vaste scandale de dopage, je ne donne pas 1 mois avant que les Qataris ne s'en aille.

Tout ca pour dire que oui, j'aimerais bien que quelqu'un ne vienne donner un coup de pied dans la fourmilière, mais je n'y crois pas une seconde. Trop d'argent, trop d'intérêt différents
CestLesGrosBailsDeNanard Niveau : District
En Espagne tout est couvert par une justice indigne d'une si belle nation et d'un si beau pays.

Il suffit de voir que les juges de l'operation Puerto ont interdit a la Guardia Civil de transmettre les noms des clients du reseau du Dr Fuentes aux institutions sportives qui luttent contre le dopage.
4 réponses à ce commentaire.
PirloVerratti Niveau : DHR
L'Italie a cette réputation de pays dopé car effectivement elle est intraitable dans ses enquêtes et ses procès.

Je ne pense sincèrement pas qu'elle se dope plus qu'un autre pays.

Malheureusement cette lutte anti-dopage semble perdu d'avance.
Le souci c'est l'absence d'autorité supranationale compétente et forte dans le domaine.

Quid des répercussions au niveau étatique. Les responsables aux plus haut niveaux d'un état n'ont aucun intérêt dans ces scandales, le sport occupe tellement la société civile.

En Italie ça sort parce qu'il y a eu des juges prêts à aller au bout, qui n'ont pas cédé aux pressions alors qu'ailleurs certaines affaires ont été classées ou bâclées.
C'est exactement ca, on a beau stigmatiser l'Italie comme le pays coulant dans toute sa splendeur.

Pourtant c'est un pays qui cherche la justice plus que tout, au point d'aller déballer sur la place publique des affaires sales et dégradante pour une nation.
L'Italie assume, la ou français, belges et allemands font le dos rond...L'affaire Karabatic en Italie c'est X années de suspension pour ce niveau d'implication.
Note : 1
francais du moins dans le foot je pense qu on est en retard dans le domaine, regarde, nos joueurs deviennent meilleurs une fois qu ils se dopent à l'étranger. Nos produits maisons sont moyens.
CestLesGrosBailsDeNanard Niveau : District
En Italie, sur les questions de dopage, la justice semble intraitable. Mais le mouvement sportif (CONI+ Federations sont a la ramasse)

En France, le probleme vient vraiment de certaines federations nationales qui laissent tout passer.
elbelgicano Niveau : Loisir
Comme Guardiola, à peine arrivé en Italie, il est suspendu car chargé comme un cheval. Et on a vu des données récentes; en Angleterre plus de 400 contrôles anti-dopage rien qu'en premier league; sur la même période, en Espagne, mais cette fois pour tout le foot profesionnel, 47 contrôles........
5 réponses à ce commentaire.
Il suffit de voir la masse musculaire prise par Zidane lorsqu'il est passé de Bordeaux à la Juve pour saisir l'ampleur du phénomène...
C'est clair, comme tous les joueurs de l'époque à la Juve.

Y a qu'à voir aussi la transformation d'Ibra...
pointu_du_gauche Niveau : CFA2
Quand tu vois la longévité d'Ibra ou celle de Zidane (qui doit être encore bien plus fort que beaucoup de ses joueurs), c'est à se demander pourquoi un sportif n'a pas le droit d'optimiser ses performances médicalement. De même, alors qu'Armstrong avait un cancer des couilles, la médecine lui a permis de remporter 7 tours de France et a sûrement prolongé sa vie de plusieurs décennies.
Et les cyclistes qui sont décédés alors qu'ils étaient chargés comme des mules, on les oublie ?
pointu_du_gauche Niveau : CFA2
Ca fait un bout de temps que ce n'est pas arrivé.
Comme celle de Tom Simpson par exemple
@pointu du gauche

Pourquoi empêcher des sportifs de se doper si ça améliore leurs performances?

Pour les beaux yeux de consommateurs avides de spectacle immédiat on devrait tout pouvoir se permettre ;-)

J'irai même plus loin: pourquoi pas des matchs de Boxe a la vie a la mort, la famille des boxeurs serait à l'abri pour plusieurs générations au moins, et là, on aurait du spectacle et de la tension a son paroxysme !

P'tin mais dans quelle vie on monde...
Ce commentaire a été modifié.
Note : 1
Ronaldo avant-après son arrivée en Europe. Et s il a fini complètement cabossé avec un corps HS, ben c est qu ils ont forcé sur la chose. En Hollande, Italie, et Espagne. Ses jambes ont doublé à Eindhoven, ce n était pas qu à cause du vélo sur les polders
elbelgicano Niveau : Loisir
Ouais, plus ou moins d'accord sur la transformation de certains joueurs mais il faut bien faire la différence avec la croissance "normale". Ronaldo, comme dans tno exemple n'avait que 18 ans quand il arrive au PSV. C'est justement le moment oà on prend de la carrure(quand ils deviennent des hommes haha). De même quand Zeman accusait la soit disant transformation de DelPiero.
8 réponses à ce commentaire.
L'Espagne du sport au XXIème siècle pose question, c'est évident.
Une telle explosion de talents en l'espace de quelques années est véritablement intriguant.

Après c'est fort possible que leurs résultats aient été acquis dans l'honnêteté et la sportivité la plus totale.
Fernando Alonso rentre dans cette catégorie à coup sur, pour le reste les collectifs espagnols de basket, foot, handball qui deviennent des références mondial, Rafa Nadal et son physique de golgoths à 20 piges, les grimpeurs inépuisables, etc.

Et la je pense également aux anglais et leurs rafales de médailles sur les deux dernières olympiades alors que pendant des décennies entières le sport anglais était moribond aux J.O.

De même pour les français ou les collectifs ont pris de l'ampleur en foot, basket, hand et même Volley...bon après gare à la chasse aux sorcières qui pose la suspicion fallatieuse comme source de débat.
De ce que tu cites, je ne peux commenter que sur les anglais. En 2012, quand Wiggins gagne le Tour mais déclare très diplomatiquement forfait pour les JO de Londres dans la foulée, pas mal de gens en Angleterre ont compris qu'il était loin d'être clair et que son forfait était surtout un moyen d'éviter tout scandale pendant les JO.
Les affaires de dopage su Wiggins sont en train de le ratrapper ;)
Euh...
Non seulement Wiggins n'a pas déclaré forfait pour les JO de Londres, mais en plus il y a été médaillé d'or...
Punaise Pelusa, t'as raison à 100 %. D'où je sors ça bordel ? Je confonds avec son forfait aux championnats du monde du contre la montre ou le Tour 2013 ? Gros MEA CULPA et merci à toi pour la rectification.
Peut-être que tu as confondu avec Liu Xiang quatre ans plus tôt à Pékin ?
Ça nous arrive à tous, hein. C'est seulement récemment que j'ai intégré que le mythique petit pont talonnade de Redondo était sur Brown et non sur Stam, alors que je l'avais vu en direct a l'époque...
C'est ni Brown, ni Stam, c'est Henning Berg^^ !
Tu vois ? Quand je te dis que ça arrive à tout le monde !
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 1
 //  13:48  //  Hooligan du Panama
Quid des sprinters jamaicains egalement?
ceux qui fument un oinj avant de courir ?

Un vrai scandale si tu veux mon avis
9 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Y'a du dopage dans le foot, c'est certain. Et y'en a à peu près partout, c'est certain aussi. Ce qui ne veut pas dire que tout le monde se dope.
Mais tant que les instances sportives ne voudront pas réellement enrayer le dopage... D'ailleurs, les seules affaires qu'on a eu, c'est grâce à la police et à la justice, pas grâce aux contrôles anti-dopages. Ces contrôles ne sont là que pour rassurer le grand public, c'est de l'enfumage.
En fait, tout le monde se dope.

Ce n'est pas le dopage qui est interdit, c'est l'utilisation de certaines substances, pratiques ou encore les quantités.

Le café est dopant tout comme le thé.

On ne peut par exemple dire que Sakho ne s'est pas dopé. Le produit a permis l'amélioration de sa condition physique mais c'était licite.
1 réponse à ce commentaire.
Le football est certainement le sport le plus gangrené par le dopage. C'est le sport le plus médiatisé et celui qui génère le plus d'argent, il ne faut donc pas s'étonner. La Fifa semble bien géré toutes les fuites afin de ne pas arrêter ce gavage économique permanent.
Les enjeux économiques du foot sont tels que les instances dirigeantes et les clubs ont tout intêret à ne pas tuer la poule aux oeufs d'or en camouflant les affaires de dopage
Pseudo de 12 km Niveau : Loisir
"Il existe deux types de Juventini : ceux qui veulent gagner à tout prix et ceux qui veulent gagner dans le respect des règles."

Çà marche aussi avec les supporters de l'OM

"Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à Madrid pour un séminaire organisé par le journal AS. Ils me présentaient comme le pionnier de la lutte anti-dopage dans le sport, et franchement, cela m’a gêné, car je ne le suis pas. "

C'est dire le niveau de conscience et d'information qu'il y a en Espagne sur le dopage.
L'Espagne et le dopage ,c'est une longue histoire.

En 2001, quand Guardiola se fait contrôler deux fois de suite positif à son arrivée en Italie, on apprend que la raison est très simple: à l'époque il n'y avait quasiment pas de contrôles anti-dopages en Espagne !

Pour les anglophones, explications des cas Stam et Guardiola à partir de 5m10s, tiré du légendaire "Gazzetta Football Italia" de James Richardson:

https://www.youtube.com/watch?v=26ags12OZp8
Pour savoir qui se dope, suffit de regarder les palmarès, les équipes dominantes, et pas forcément qu'en foot.
Pays-Bas 70's
URSS 70's 80's
Allemagne 80's
Italie 90's
France fin 98/2000 (beaucoup de joueurs passés par l'Italie dans les 90's)
Espagne fin 2000's/2010's
Je soupçonne aussi les Hongrois, Uruguayens, et Brésiliens de l'après guerre grâce aux médecins fuyant l'Allemagne.

Après on a tendance a penser que le mal est partout sauf chez nous mais l'OM de Tapie, Festina, pour ce qui a été prouvé, (sans parler des nageurs français des années 2000/2010 sur lesquels j'ai de gros doute), sont bien des méthodes françaises mais le manque de domination sportive de longue durée ou avec une marge énorme nous font dirent que c'est moins le cas dans notre pays.
Ce qui n'est pas faux, mais moins ne veut pas dire aucun, même si la lutte antidopage en France me paraît assez efficace.

Bref vive le dopage, la corruption, on s'en fout, on va avoir l'arbitrage vidéo pour avoir de la justice sportive !!
"Bref vive le dopage, la corruption, on s'en fout, on va avoir l'arbitrage vidéo pour avoir de la justice sportive !! "

Pour ma part, tant que je peux payer 15 euros par mois pour voir un joueur taper un sprint de 90 m depuis ses cages à la 93eme, ça ne me dérange pas
1 réponse à ce commentaire.
J'ai fait un projet sur le dopage et non l'Italie n'est pas le pays qui se dope le plus... Y'a pas vraiment de pays consommateur par excellence. Y'a des pays specialises dans la production (Thailande,Inde,Russie, Chine) et dans le stockage (Suisse et Belgique) mais après c'est tout. Des fois, on pense aussi que les pays de l'Est sont des gros consommateurs quand on pense à tous les scandales, mais en fait c'est juste qu'ils ont beaucoup de medecins au chômage et une industrie qui n'a pas de controle. ET aussi, on dit tout le temps que c'est les cyclistes les plus dopés alors que c'est les haltérophiles qui prennent le plus...
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM Hier à 20:54 L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 1 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 19:06 Kembo Ekoko à Bursaspor Hier à 18:17 La bastos de Marcos Alonso 3 Hier à 16:53 Il foire sa panenka à la 96e minute 21 Hier à 13:45 La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 Hier à 12:40 Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 54
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:46 Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 6 Hier à 11:19 Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 Hier à 10:18 La demi-volée de Gignac 10 Hier à 09:01 Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32
samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 14 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2
À lire ensuite
Le cœur vert