1. // Europa League – Rennes/Rustavi (2-0)

On était Route de Lorient

Vainqueur 5-2 en Géorgie il y a une semaine, le Stade Rennais a tranquillement assuré la qualification en dominant 2-0 le Metalurgi Rustavi devant son public. Deux buts inscrits à la fin d'un match assez poussif. Il va encore falloir attendre avant de juger le vrai niveau de cette équipe.

Modififié
0 2
Rennes - Metallurg Rustavi : 2-0


Buts : Montaño (75eme) et Féret (85eme) pour Rennes

C'est de l'humour facile, mais il faut bien reconnaître qu'il y a quelque chose d'assez comique à écouter un speaker de stade baragouiner maladroitement les adversaires d'un soir, surtout quand ces derniers sont Géorgiens. Pour éviter de tomber dans le piège et multiplier les fautes d'orthographe, on va la faire courte et dire du 11 de départ venu affronter les Rennais au stade de la Route de Lorient qu'il est constitué de parfaits inconnus, portant pour la plupart des noms à rallonge aussi difficiles à prononcer qu'à écrire. Maintenant, l'équipe alignée par Antonetti. Une surprise, l'absence en pointe de Victor Hugo Montano, remplacé par Razak Boukari. Déjà que les Bretons sont faiblement dotés en attaquants, il n'est pas franchement nécessaire de débuter la partie avec un handicap. Le trio en soutien a néanmoins de l'allure, avec les recrues Jonathan Pitroïpa à droite, Julien Feret au centre, ainsi que le joyau Yacine Brahimi à gauche. Las, ce dernier, qui avait pourtant très bien débuté, est contraint de quitter le terrain dès les premières minutes, blessé. Il sera remplacé par le sprinteur fou Abdoul Camara, habile quand il s'agit de prendre à la course son adversaire direct, nettement moins dès lors qu'il faut lâcher sa balle.

La domination est néanmoins largement à l'avantage des locaux, qui évoluent devant une honorable mais bien peu bruyante chambrée. La prochaine venue du PSG le 13 août apportera très certainement nettement plus d'animation, du moins l'espère-t-on. A la décharge des supporters rennais, il est bien difficile de s'exciter face au spectacle assez triste proposé au cours de la première période. Quelques occasions à signaler tout de même : une accélération de Camara à la 26e, qui centre pour Boukari, lequel manque son contrôle ; une reprise de volée non cadrée du même Camara quatre minutes plus tard, suite à un coup de pied arrêté ; un duel avec le gardien raté par Boukari à la 34e, et c'est à peu près tout. La défense bretonne constituée de Danzé, Mangane, Kana-Biyik et Théophile-Catherine est même proche de se faire surprendre par deux fois (25e, 42e). Globalement, ces 45 premières minutes sont décevantes, avec pas mal d'approximation, un manque flagrant d'automatismes, le tout dans une ambiance bien morne.

Coaching gagnant

C'est heureusement un peu mieux à la reprise, grâce notamment au coaching gagnant d'Antonetti, qui fait successivement rentrer Montano puis Dalmat. Le premier ouvre le score grâce à un beau numéro de soliste dans la surface conclue d'une frappe ras de terre (74e, 1-0), le second délivre un amour de passe décisive depuis le côté droit à Féret, qui prend le gardien à contre-pied (85e, 2-0). En plus des deux entrants de cette seconde période, l'ancien meneur nancéen, revenu cet été dans son club formateur, est l'autre bonne satisfaction de la soirée. Le Costarmoricain d'origine joue juste, il ne semble lui manquer qu'un buteur de métier (en concurrence d'un Montano courageux) pour réussir une bonne saison. Que les supporters se rassurent, la famille Pinault, propriétaire du club, a déclaré ces jours-ci être prête à sortir le chéquier pour recruter l'élément manquant de l'effectif, qui avait cruellement fait défaut tout au long de la saison dernière.

Pour ce qui est des autres joueurs, il faut retenir le côté agaçant de Jonathan Pitroïpa, qui, numéro 7 dans le dos, n'est pas surnommé le Cristiano Ronaldo du Burkina Faso pour rien... A la récupération, Alexander Tettey n'a que peu apporté et soutient mal la comparaison avec son compère Yann M'Vila, en bonne forme. Enfin le nouveau gardien Benoît Costil a su faire preuve de sérénité, mais devant une opposition aussi faible, ce n'était pas très difficile, il faut bien le dire. Le Stade Rennais connaîtra aujourd'hui son prochain adversaire européen, pour le compte du tour des play-offs. En ce qui concerne la reprise en Ligue 1, elle se fait dimanche à Dijon.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Quelques occasions à signaler tout de même : une accélération de Camara à la 26e, qui centre pour Boukari, lequel manque son contrôle ; une reprise de volée non cadrée du même Camara quatre minutes plus tard, suite à un coup de pied arrêté ; un duel avec le gardien raté par Boukari à la 34e, et c'est à peu près tout."

Et la plus belle occase en première période tout de même, la frappe de Brahimi sur la barre. Ce match était assez triste comme ça, pas besoin de l'empirer...
bonnes recrues avec feret et pitroipa. m'vila est énorme à chaque fois. vont terminer cinquième comme d'hab
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2