1. // Reportage
  2. // Parc des Princes

On était dans les coulisses de PSG/Bayer...

Un match plié à l'aller, une équipe remaniée, un adversaire trop petit... C'est peu dire que le huitième de finale retour qui s'est déroulé hier sur la pelouse du Parc des Princes n'avait que peu d'intérêt. À moins de se promener un peu dans les coulisses.

0 30
Il n’est pas encore 19h et les allées feutrées de Boulogne-Billancourt s’emplissent déjà d’une atmosphère étrange. Les CRS nombreux verrouillent le quartier. Des filets de sécurité et des barrières immenses sont dressés pour barrer les rues. Pourtant, ce soir, Paris n’attend pas un match chaud. En gagnant 4-0 à l’aller, les Parisiens se sont mis à l’abri du traquenard européen. Le triangle d’or du milieu a laissé place à une jolie triplette : Cabaye, Pastore et Rabiot. La foule commence à déambuler aux abords d’un Parc qui sommeille encore. On fait semblant, on ricane, une bière à la main habilement cachée dans un sac plastique et une écharpe siglée Paris autour du cou. Mais clairement, il manque quelque chose. Une saveur, une raison d’être ici. Du suspens, peut-être. PSG/Leverkusen, un match pour rien ? Visiblement pas pour le correspond de BFM TV, qui crache nerveusement des centaines de chiffres dans son micro, face caméra. Priorité au direct. Et simule comme un exalté l’enjeu du soir : Zlatan, dix buts en Ligue des champions, va-t-il dépasser Ronaldo, onze dans la même compétition ? Deux copains taquins s’encanaillent devant cette scène cocasse : «  Si tu veux faire chier ton monde, c’est tout simple, tu coupes tous les câbles qui sont là ! » Incorrigibles supporters, qui continuent à soutenir leur équipe, juste pour le plaisir, puisque le PSG n’a qu’à les régaler ce soir.

Robin Leproux en guest-star

Devant la boutique officielle, une bande d’abonnés s’empaffe gentiment au milieu des cohortes de touristes japonais, les bras remplis de goodies. Ils refusent de charger le PSG, qui vient d’annoncer une augmentation du prix de ses abonnements : « C’est la rançon de la gloire  » , explique l’un deux, sérieux. Il continue, emmitouflé dans sa doudoune, casquette vissée sur le front : «  L’an dernier, j’ai failli prendre un deuxième abonnement en tribune N et revendre les places sur Viagogo juste avant les matchs. Enfin, pour ce soir, je pense que c’est mort, je n’aurais pas trouvé d’acheteurs… » Lui et sa bande, des quarantenaires « hooligans retraités » et abonnés depuis 20 ans, ont vécu «  les belles heures du Kop Boulogne » . On ne les arrête plus. Entre deux mitrailles sur les stewards, leur flot de paroles envahit le trottoir et ferait presque oublier ce manque d’ambiance : « Je me souviens qu’un jour, juste là, il y a Safet Sušić qui est passé. Je l’ai arrêté, je me suis mis à genoux. Il m’a touché le crâne et m’a dit de me relever. Un rêve de gosse. C’était mon idole quand j’avais 16 ans. Et bah, deux minutes après, y a des mecs qui sont venus me demander qui c’était…  » Il enrage. Mais plus le temps de s’apitoyer. Jean-Marie Le Guen vient de faire son entrée sur la piste VIP, désertée par les vrais peoples. Robin Leproux vient constater les effets de sa politique et Bertrand Delanoë parade fièrement, une écharpe rouge et bleu serrée autour de la nuque. Le match va débuter.

« Ça n’était pas un match magnifique »

Pendant l’échauffement, un technicien regarde la fin du JT de David Pujadas. C’est décidément un match pour du beurre. Le speaker fait une présentation paresseuse de la compo parisienne. Cabaye, concentré avant son match, écrase son chewing-gum dans la pelouse flambant neuve du Parc, tandis que le Kop du Bayer est complètement vide. Les supporters allemands doivent attendre les cinq premières minutes du match pour s’y engouffrer. Près de la pelouse, les chants soufflent dans les oreilles. Zlatan se penche à celle du petit bonhomme à qui il tient la main, et lui susurre sans doute quelques conseils avisés. Soudain, l’air se charge d’électricité : l’hymne de la Champions League retentit, majestueux. Il nous rappelle que si, malgré tout, il y a un enjeu, même symbolique. Ce PSG est un sérieux concurrent au titre, ou du moins le laisse croire. Il bande ses muscles. Un photographe sifflote des encouragements ouvertement pro-PSG, porté par les capos d’Auteuil. Maxwell, remplaçant serein, blague avec Ménez et charrie le kiné du club, l’Italien Fort Dario, qui l’ignore, concentré. Il aura suffi d’un but d’entrée de jeu pour sécher les Parisiens. Pour l’occasion, l’UEFA a même affrété des policiers allemands : c’est plus pratique pour surveiller les bad boys du Bayer, d’autant qu’on ne comprend absolument rien à ce qu’ils sont en train de crier. Blanc et Hyypiä se regardent en chiens de faïence. Le premier s’époumone dans des « plus simples » à grands renforts de moulinets avec les bras. Le but de Marquinhos, bien servi sur corner, et le retour en forme de Lavezzi réchauffent les cœurs, sinon l’ambiance. À la fin du match, Salvatore Sirigu, rempart sur le pénalty provoqué par Jallet, avouera tout de même que « ça n’était pas un match magnifique » . Merci de le reconnaître.

Il est presque minuit et le Parc est plat, sombre, vidé de sa substance. Personne n’attend plus rien, sauf quelques voitures de joueurs, rien de bien original. Même le gamin qui gueulait «  Papus, ton maillot ! » , en direction de Zoumana Camara, dont l’échauffement a bien duré une demi-heure, entrecoupé de consignes de son préparateur physique, a disparu. Des ondes molles envahissent la ville. Les derniers supporters repartent à pied, aussi lentement que Zlatan lors de son remplacement. Pour aller au bout, il faudra sortir de cette torpeur. Et retrouver la rage de Cavani, le croyant, qui lève les mains au ciel pour prier que la prochaine fois, le PSG jouera pour de vrai, un match à enjeu. C’est ceux-là qu’il préfère : il y marque à tous les coups.



- Par Jérémy Collado, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Merci, une vraie immersion bien contée
So-BeinSport...
L'article est un peu nase..
mackallaway Niveau : CFA2
Article complètement faux et incohérent pour deux raisons : Maxwell blague avec Menez et le même Menez hilare sur le banc.
Note : -1
"La foule commence à déambuler aux abords d’un Parc qui sommeille encore. On fait semblant, on ricane, une bière à la main habilement cachée dans un sac plastique"

ça veut dire que la bière est interdite au bord du Parc ?
Je m'y ferais jamais... J'suis allé au Parc pour le dernier PSG Lille, j'ai jamais autant peu apprécié un match au stade.

Alors que j'en ai vu des matchs pétés, mais au moins y avait quelque chose. Et pourtant j'ai jamais été abonné ou ultra. La tristesse que c'est quand même..
C'est UNE évocation d'UN match, le tout orienté "coulisses".
Perso, j'ai trouvé ça pas mal, tout l'intérêt du stade et de la "culture stade" c'est justement de se faire son propre point de vue.
Ici, c'est pas la télé et un commentateur qui vient te foutre dans la tete quoi penser.
Quand t'as le temps, tu déboules avant, vois des potes, vis des trucs que d'autres ne voient pas, mates ton match, déconnes en tribune, refais le match en sortant et repars vers ta vie.
Bref, c'est le stade quoi et le gars qui écrit l'article fait un peu ressentir ça (au moins pour l'avant match) donc j'ai plutôt aimé avec mention spéciale aux "hooligans retraités"...pffiou quelle bonne barre de rire.
Franchement c'est quoi ce style ? c'est mou, c'est chiant, on a du mal a suivre le rythme, la lecture devient éprouvante et on s y perd assez facilement.
Message posté par dikinass
"La foule commence à déambuler aux abords d’un Parc qui sommeille encore. On fait semblant, on ricane, une bière à la main habilement cachée dans un sac plastique"

ça veut dire que la bière est interdite au bord du Parc ?


Bah non hier j'y étais et avec ma canette juste avant de rentrer.

Par contre j'ai pas compris le commentaire de Mackallaway... Can you explain?
mackallaway Niveau : CFA2
C'est bien connu que Menez qui sourit ou rigole, ça reste du collector...match assez chiant au final mais on s'y attendait. Le seul interet, la ferveur de la partie basse des ultras du Bayer
Message posté par Verratti
Franchement c'est quoi ce style ? c'est mou, c'est chiant, on a du mal a suivre le rythme, la lecture devient éprouvante et on s y perd assez facilement.



Tu viens d'avoir un gosse et tout c'que tu trouves à foutre c'est de faire une critique littéraire d'un article So Foot. Il est temps que tu rechausses les crampons, je préfère quand ce sont tes pieds qui parlent.
Guy Formici Niveau : Loisir
Message posté par Verratti
Franchement c'est quoi ce style ? c'est mou, c'est chiant, on a du mal a suivre le rythme, la lecture devient éprouvante et on s y perd assez facilement.



Si t'arrive pas à suivre le rythme, retourne jouer en CFA, petit.
(Sorry pour le trollage)....
PollosHermanos Niveau : District
Aussi joyeux que les paroles de Bashung cet article
RadamelFalcao Niveau : Loisir
Bah c'est normal que l'article soit chiant, il décrit une soirée au Parc des Princes
Pas un commentaire sur les flics en jogging? Le truc le plus stupide de l'univers?

Et encore, là on est à un match de foot, imaginez à un spectacle de danse, les flics en tutu... ça laisse rêveur!
Ahaa sacré radamel ^^ toujours pas de vie.
Message posté par RadamelFalcao
Bah c'est normal que l'article soit chiant, il décrit une soirée au Parc des Princes


j'ai zappé entre PSG-leverkusen et barca-city... bah figure toi qu'il y avait 100 fois plus d'ambiance à Paris...

m'enfin, si ça te fait du bien de répéter toujours les mêmes poncifs c'est toujours ça de pris... je suis pour le bien être des gens moi
RadamelFalcao Niveau : Loisir
C'est vrai, heureusement que les fans allemands étaient là pour mettre de l'ambiance en encourageant leur équipe. On a vu la différence avec les parisiens qui préfèrent passer leur match à chanter le seul chant qu'ils ont en stock " Bayer ! Bayer ! On t'enc ! " plutot que d'encourager leur équipe et siffler pour tenter de couvrir les chants adverses.
« Ça n’était pas un match magnifique ». L'article ne l'est pas non plus. Si c'est ça être dans les coulisses d'un événement. Peut-être qu'un titre du genre : "j'avais promis un article à mon rédac-chef" ou "il faut bien alimenter un site internet" ou "petit enjeu, petit article" aurait été plus honnête.


"...le Kop du Bayer est complètement vide. Les supporters allemands doivent attendre les cinq premières minutes du match pour s’y engouffrer."

Les supporters du Bayer sont rentrés en retard volontairement en retard pour protester contre la manière dont on les traite. C'était leur choix.
Message posté par RadamelFalcao
C'est vrai, heureusement que les fans allemands étaient là pour mettre de l'ambiance en encourageant leur équipe. On a vu la différence avec les parisiens qui préfèrent passer leur match à chanter le seul chant qu'ils ont en stock " Bayer ! Bayer ! On t'enc ! " plutot que d'encourager leur équipe et siffler pour tenter de couvrir les chants adverses.


ce que tu dis est faux. J'y étais hier au parc, y'avait une bonne petite ambiance et ça a insulté deux fois...

ça fait 1 mois ou plus que je lis sans intervenir et j'sais pas quel est ton délire avec le psg mais c'est triste d'en arriver à ce point.

d'ailleurs tu as amené avec toi toute une cohorte de gars qui ne passent leur temps qu'à insulter, troller ou autre...

tu es en grande partie responsable de la tournure pathétique que prend le forum sofoot et j'en serais pas fier à ta place

tu as le droit d'avoir des opinions, de ne pas aimer le psg etc sans problème mais arrête avec tes postures bidons regarde toi dans la glace, analyse ta life, tu verras qu'il n'y a qu'aigreur et peut être tu te reprendras en main

c'est du foot, tu joues pas ta vie, c'est pas la guerre et si tu la cherche tu sauras sans doute trouver quelques bonnes adresses ( ou un club de boxe thai )
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 30