On était avec Domenech à TF1

C'était la soirée annoncée de la démesure. Une liste en direct, dans le journal télé le plus maté d'Europe. Comme d'hab, Raymond a joué la surenchère : 30 noms au lieu des 23 attendus. Retour sur les confessions pas si intimes du show Domenech, à l'intérieur de la tour de verre TF1.

Modififié
0 0
La fédé avait été claire : les journalistes ne pourront pénétrer dans les locaux qu'à partir de 19h15. Trois gouttes de pluie et une température hivernale ont convaincu les gorilles de la sécurité de laisser passer le troupeau bien avant la deadline. Raymond est lui déjà dans les salons privés depuis 18h, après avoir confié sa fameuse liste au service infographie de TF1. Une liste jalousement transportée par l'attaché de presse de l'équipe de France, accompagné pour l'occasion de gardes du corps. On n'est jamais trop prudent, des fois que TF1 se fasse voler son scoop des 23 retenus...

TF1 a mis les petits plats dans les grands pour recevoir le gratin de la presse nationale. Dédicace aux sushis bien frais et aux succulentes chiffonnades de jambons. « Putain, ils ont fait ça bien TF1 » nous lâche un journaliste web, morceau de fromage coincé entre les dents. D'autres expriment clairement leur mécontentement en buvant rapidement leur verre de fruits rouges. Bah ouais, pas d'alcool. Pourtant, il en aurait fallu une sacrée dose pour supporter les blagues de Vincent Lagaf' dans Le juste prix, qui tourne en boucle sur les deux écrans géants installés dans la salle de réception. Dans un état encore léthargique, tout le monde se déplace à 20h dans l'auditorium, véritable salle de ciné, mais sans pop-corn. On pourra au moins se vanter d'avoir vu un JT complet de TF1, avec en bonus David Astorga comme voisin.

Burqa ou cravate ?

Après avoir appris que « les femmes boivent plus de thé que les hommes » , que Bonifacio était menacé d'urbanisation sauvage, et que, décidément, la loi sur la burqa obsédait les politiques, on a enfin le bonheur de contempler le bolide Domenech en face de Laurence Ferrari à 20h25. Un mec pas loin de nous se fout ouvertement de sa cravate bleue rayée. Il préférerait quoi, un survêtement à la Deschamps ? Le duo de stars du petit écran balance sa bombe en préambule. Ce sera une liste élargie. Rictus, étonnement et énervement. Encore une fois, Domenech se paye la tête du monde. Les journalistes de la radio gueulent de plus en plus fort dans leurs casques et incendient le pauvre technicien du son, qui échoue dans ses tentatives de réglage.

20h50. L'estrade est installée et l'objet de toutes les passions et/ou les haines fait son entrée. Après une minute de mitraillage ininterrompu, les photographes reposent enfin leur postérieur et laissent le spectacle commencer. Les premières questions tournent bien sûr sur ce choix surprenant d'une sélection de 30 joueurs. Ray se mélange un peu les pinceaux et rejette la faute sur les règlements FIFA. Mais pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt ? Là encore, le sélectionneur manie avec talent l'art de noyer le poisson. On ne sera d'ailleurs jamais quelle a été l'influence de TF1, qui aurait perdu bon nombre de téléspectateurs si la nouvelle d'une liste élargie avait été rendue publique quelques jours plus tôt... En fait, pourquoi avoir choisi le cadre de cette chaîne pour se dévoiler ? « Et pourquoi pas ? » répond un Domenech étonnant de répartie. Avant de concéder que c'était « par superstition, car en 2006 cela nous avait bien réussi » . Sauf que pour le Mondial allemand, le coach avait refusé le jeu de la conférence de presse, pour balancer ses explications en exclusivité à SFR...

Putix et Zahia dans le débat

L'entraîneur des Bleus se fait ensuite harceler de questions sur les absents. Vieira ? « On a essayé tous les deux, c'est vraiment dur à prendre comme décision. C'est même très compliqué pour le sélectionneur » . Benzema ? « Il est jeune, il a encore le temps. Et puis je vous signale que je peux rappeler n'importe qui, même quelqu'un qui n'est pas dans les 30 » . Makelele ? « C'était devenu un jeu entre Kéké et moi, et les médias l'ont pris au sérieux » . Raymond avoue ensuite qu'il espère disposer de son groupe définitif avant le match amical contre la Tunisie, le 30 mai prochain.

Bien sûr, en 40 minutes de conf', Domenech n'a pu échapper à une question sur la nouvelle égérie des Bleus, Zahia D. Il « n'en a rien à faire » , tout comme la mascotte créée par les humoristes d'Action Discrète, sobrement prénommée Putix. Mais Ray n'oublie pas de faire lui aussi un peu d'humour quand il affirme, par deux fois, sourire en coin : « Si vous savez que c'est ma dernière Coupe du Monde, vous êtes forts. Même moi, je ne le sais pas » . Dernière interpellation sur l'état de son dos, souffrant ces derniers jours: « J'ai mon chirurgien dans la salle. Ah bah non, il est parti, il a vu que ça allait mieux » . Ultime réplique du sélectionneur qui quitte ensuite l'assemblée, et qui en a visiblement plein le dos des journalistes. A moins que ce ne soit l'inverse.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Vive la France unie !
0 0