Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tournoi Foot à 5

On était au tournoi Foot 5 de Playstation

Raï, Valdo, Micoud, Algérino... Le salon Galaxy Foot accueillait du beau monde ce samedi à l'occasion du tournoi de foot à cinq organisé par Playsation. Récit d'une journée faite de musique de fête foraine, de roulettes, de cheerleaders et de selfies.

Modififié
Elles sont une petite dizaine de groupies à donner de la voix en se dandinant dans leur legging taille 32 au son du djembé. Venues pour supporter leurs potes de Bobigny, Barbara et sa troupe affirment « faire plus de bruit que cent personnes » . L'information est difficile à vérifier. Il est 10h00 du matin, Porte de Versailles, et le public ne se bouscule pas à l'entrée du Hall 5 du Palais des expositions. Il a tort, car c'est bien là que se déroule ce qui est présenté comme « la plus grande compét' de foot à cinq de France » . Pas rien.

Les fesses de Libbra, le pantacourt de Charbonnier

En plus du Five All Star soutenu par Barbara et ses girls, une douzaine d'équipes représentant les centres de foot à cinq les plus prestigieux de France ont fait le déplacement pour en découdre sur les deux terrains installés par Sony en marge du salon Galaxy Foot, qui se tient un étage au-dessus. Cette douzaine d'équipes ne facilite pas la tâche des organisateurs en portant toutes sensiblement le même nom. Les adversaires du Five All Star se nomment en effet le Soccer 5 All Star, Soccer 5, le 5, Z5, etc. Mais peu importe, toutes sont là dans le même état d'esprit : « Jouer contre des mecs qui savent manier le ballon, qui font des jolies gestes, qui se font plaisir  » , comme l'explique Greg, de la team de Bobigny. Dans cette ambiance, l'entrée en lice sur les coups de midi d'une équipe VIP composée de Patrice Loko, Lionel Charbonnier, Valdo, Marc Libbra, Jérôme Rothen et Amara Simba, est presque anecdotique. « On ne vient pas pour les stars » , confie Maxime, du Soccer 5 de Grenoble, qui vient tout de même de coller 5-2 aux ex pros en contenant les coudes et le fessier d'un Libbra « qui sait jouer avec son corps » . Logés à l'Ibis Budget d'Issy-les-Moulineaux par l'organisation, ce qui intéresse Max et ses potes champions de France de Soccer 5 en titre, c'est avant tout de se mesurer aux autres équipes françaises. Même son de cloche du côté des mecs du Street, le centre installé à Beauchamp, dans le 95. « Jouer contre les stars, c'était pas l'objectif, lâche Sofiane, dont l'équipe s'est organisée à la dernière minute. « On n'a pas de gardien, pas de protège-tibias, les maillots ne sont pas floqués avec les bons noms... Même si individuellement, on est très forts, on n'a pas l'habitude de jouer ensemble, ça nous a pénalisés. » Éliminés après deux matchs nuls et une défaite en poule, le bilan des gars du Val-d'Oise est déjà meilleur que celui de Rothen et sa bande, qui quittent la compétition après trois défaites. « On n'avait pas de défenseurs » , se justifie Loko pour expliquer le calvaire vécu par un Charbonnier laissé à l'abandon dans son pantacourt. Amara Simba, lui, justifie l'absence de retournés acrobatiques par la surface. « C'est l'assurance de me blesser ! »


Raï, Algérino et Cheerleaders

Les piètres prestations de l'équipe de gala ne sont pas pour arranger l'organisation, qui peine à attirer le public malgré la mise à disposition du public de dizaines de PS4 et la présence de la Ligue des Champions autour de laquelle pas grand-monde ne se presse pour claquer son selfie. Aux platines, DJ D-Fresh y met également du sien en faisant hurler les tubes du moment, de Daft Punk à Macklemore en passant par Jay-Z et un remix house délirant de Dirty Dancing. Sur les terrains, les décibels empêchent même les joueurs de communiquer entre eux. Il faut attendre 17h00, et la mise en place d'un match exhibition entre l'équipe Gol de Letra - l'association emmenée par Raï - et une équipe de vieilles gloires du championnat de France, pour voir enfin se remplir les gradins du terrain A. Côté Gol de Letra, en plus du cadet de Socrates, Valdo, L. Fernandez, Fournier, Guérin et Algerino, assurent le spectacle face à Micoud, Pedros, Lambourde, Sibierski et Carrière. Le tout ambiancé par Maryliane, Nathalia, Gwendo, Johanna et Noémie, aka les Dolls Cheerleaders, qui maitrisent parfaitement leurs pompons. En tribunes, on retrouve également du beau monde. Didier Roustan prend place à côté de Jean-Michel Moutier, tandis qu'Amara Simba chambre Vincent Guérin sur son poids et que Luis ouvre le score, bien servi par Raï. A chaque changement de joueur, c'est une véritable bataille que se livre le public pour obtenir un selfie, peu importe en compagnie de qui. Le coup de sifflet final du match de gala donné, la finale du tournoi peut enfin clore cette belle journée devant des gradins redevenus déserts. Même Barbara n'est plus là.



Par Mathias Edwards & Morgan Henry, à la Porte de Versailles
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 2 il y a 4 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE