On était au rassemblement des supporters lensois

Ce samedi, le couperet est tombé pour les Lensois. Relégués sans avoir joué, ils se sont rassemblés avant le match face à Lille. Histoire de sêcher leur yeux remplis de tristesse, et de se consoler comme ils peuvent en se disant que la cagoule de leur bourreau n'était pas aux couleurs du LOSC.

Modififié
1k 3
Une année pour la préparer. Une nuit pour la digérer. La relégation du RC Lens en Ligue 2 a été entérinée hier soir. Les supporters lensois redoutaient par-dessus tout que ce soit l'ennemi juré, le voisin lillois, qui fasse tomber le couperet sur la pelouse de son Grand Stade Pierre-Mauroy, qu'ils vont découvrir pour la première fois ce dimanche après-midi. Même si la pilule reste dure à avaler pour les fans artésiens, l'un des fondateurs des Red Tigers s'avouait quelque peu « soulagé » avant la rencontre, « c'est mieux que ça ne soit pas eux qui nous plantent » .

Comme ce dernier, 2 000 supporters lensois se sont donné rendez-vous ce dimanche à 11h sur le parking d'un hypermarché de Faches-Thumesnil. À quelques kilomètres de la frontière entre le Nord et le Pas-de-Calais. Dans le calme. Le calme avant la tempête ? « On verra bien, ajoute un autre ultra lensois, il paraît qu'une centaine de Lillois nous attend sur le trajet jusqu'au stade. Vu la sécurité qu'il y a, on risque pas grand-chose à part des vitres de bus pétées. Mais s'il faut descendre, on descendra. »


Peu avant midi, une quarantaine de bus a pris l'autoroute A1 pour un parcours d'une dizaine de kilomètres en direction du stade Pierre-Mauroy. Sur le parking d'Auchan à Faches-Thumesnil, on distingue bien deux catégories de supporters. Ceux bariolés de sang et or, les premiers à partir. Puis, 200 à 300 ultras, hools ou indépendants, c'est selon, vêtus de sombre pour la plupart. Ceux que les autorités craignent le plus : Red Tigers, Lens 1906, Youth Lens, Kop Sang et Or, et d'autres groupes encore. Un CRS, posté sur le pont qui enjambe l'A1 devant le Grand Stade, donne des consignes à ses collègues au talkie-walkie : « Attention, les Red Tigers vont bientôt arriver. »

« Maintenant qu'on est officiellement en Ligue 2, j'espère qu'on ne va pas se faire humilier sur le terrain... »


Autour du stade, il est 12h30, et des supporters lillois sont regroupés sur la terrasse d'un bar. Fumigènes blancs et rouges, gros pétards, chants anti-lensois. Deux fans des Dogues brûlent chacun une écharpe sang et or. Le ton du derby est donné. Sébastien et son fils de douze ans assistent, de loin, au spectacle, sous les yeux des CRS et de la police montée. Ils n'ont pas eu peur de venir du Valenciennois en arborant leur écharpe sang et or. « Il y a eu des jets de quelques bières et pétards vers nous, mais sinon ça va. On a beau être des rivaux, il faut quand même que ça reste bon enfant. Ce serait grave si, en France, en 2015, on ne pouvait être fier de porter ses couleurs dans un stade adverse. » Son fils et lui assisteront au match dans les tribunes réservées aux entreprises. « Maintenant qu'on est officiellement en Ligue 2, j'espère qu'on ne va pas se faire humilier sur le terrain. J'ai peur qu'on prenne une raclée. On s'attend à se faire chambrer comme jamais. »


Logique, selon lui. « Je me rappelle que dans les années 80, on avait fait descendre un cercueil dans le kop à Lens pour l'enterrement des Lillois qui descendaient en D2. C'est de bonne guerre donc. » Un peu plus loin, un groupe de fans des Dogues attend, sous la pluie, pour entrer dans sa tribune. Ils confirment : « Bien sûr que ça va chambrer, clame Olivier, Lillois depuis 20 ans. On va chanter la marche funèbre, c'est obligé. Mais bon, on ne va pas pleurer pour eux, hein. On aurait aimé les faire descendre en les battant. Mais bon, j'espère qu'on va leur en mettre huit pour passer devant Montpellier. » Son pote jubile déjà : « Ça serait top, ça va nous transcender si on les explose. » Pas de pitié donc pour les voisins artésiens. « Le seul regret qu'on pourrait avoir, c'est qu'il n'y aura plus de derby et c'est toujours des matchs particuliers pour les supporters. Mais, on peut se passer de Lens sans problème » , conclut-il. Le groupe explose de rire. Ces supporters des Dogues ont beau être pacifistes et ne se focaliser que sur la rivalité sportive, ils ne portent pas pour autant les supporters sang et or dans leur cœur : « On n'a rien à voir avec eux. On est deux publics très différents. Allez, comment dirais-je, pour ne pas être trop méchant, les supporters lensois vivent à fond leur passion, mais ils devraient enlever l'alcool. »

« Le Gland Stade »


L'antagonisme est criant, mais n'est pas partagé par tous. À peine quelques minutes plus tard, on croise un groupe de quatre personnes : deux fans de Lens, deux fans du LOSC, bras dessus bras dessous. Enfin la fameuse fraternité ch'ti. C'est Dany Boon qui va être content. Mais bon, Christophe, un supporter lillois, remue le couteau dans la plaie : « Pendant des années, Lens nous chambrait, car on n'avait pas de stade. On avait une équipe, mais pas de stade, et eux c'était l'inverse. Aujourd'hui, nous on a les deux et eux plus rien. En fait, on aurait dû fusionner depuis toutes ces années... Non, c'est une blague, c'est juste impossible. »


Les bus de supporters lensois arrivent au compte-gouttes au stade Pierre-Mauroy, « le Gland Stade » , comme le surnomme Christophe. « Il faudra gagner le match des tribunes, avait prévenu dès le matin un autre ultra sang et or. Leur montrer ce qu'est un vrai et grand public. Leur stade ne sera même pas plein pour un derby, c'est inimaginable à Lens. Ils auraient pu doubler la capacité du parcage visiteurs, on l'aurait rempli, nous. » Loïc, qui a fait 800km depuis la Haute-Savoie pour venir encourager les Sang et Or, est bien d'accord : « On est de la section des Ch'tis Alpins, on supporte le Racing partout en France, et là, à cause de la préfecture du Nord, on ne pourra même pas être dans la tribune des Lensois, peste-t-il. On est à quatorze et on a dû prendre des places en tribune Sud, avec les Lillois. Vous trouvez ça normal ? Elles veulent quoi, les autorités, qu'il y ait des problèmes ? On a su deux jours avant qu'il nous fallait avoir une immatriculation d'un bus pour pouvoir avoir des places dans le parcage visiteurs. On a prévenu le LOSC et le RC Lens, personne n'a rien fait. C'est scandaleux. »

Décidément, la saison de la poisse pour les fans du RC Lens. Lesquels ont déployé une banderole vendredi à l'entraînement public des joueurs : « Le derby pour l'honneur » . Tout ce qu'ils attendent en ce dimanche pluvieux.

Par Yannick Lefrère
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Go_Scousers Niveau : CFA
Note : 1
Les "supporters" lensois avaient bousillé ma boîte aux lettre l'année dernière après un match de ligue 2.
Je suis pas lillois mais je confirmes ce qui est dit dans l'article: les supporters de Lens vivent leur passion à fond, mais ils devraient arrêter l'alcool. Ou en boire moins. Même si au regard de la gestion de leur club on peut comprendre qu'ils en aient besoin.
Revenant du stade, il faut être clair, le match des tribunes a clairement été gagné par les sang et or. Quel public peut se venter de chanter des "aux armes" à l'extérieur, en faisant répondre les tribunes latérales ? Les supporters lensois étaient effectivement partout dans le stade (merci la préfecture) et n'avaient pas peur de chanter. Les lillois (hors DVE) sont un public plus spectateur.

Le tifo des DVE était complètement pété, illisible, indigne d'un derby. Les chants lillois étaient quant à eux complètement irréguliers (parfois plusieurs minutes sans entendre un seul lillois!). C'est triste d'avoir un stade aussi grand qui sonne aussi creux.

Sinon beau match d'un côté comme de l'autre, les lensois ont beaucoup donné mais trop de déchets. On leur donne 2 buts sur 3, ce n'est pas normal !
Mec, les gamins qui passent devant chez moi ont cassé ma boite au lettre, arrêtez vos clichés

Murissez les mecs,

Nord = consaguins bienvenue chez les chtis frite fricadelle maroilles mines alcoolique etc


C'est marrant une fois, après c'est maladif, on a tendance a mettre les gens dans des cases


Noir blanc jaune


Toute discrimination fondée sur l'appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 3