En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Match Amical
  3. // Lokeren/LOSC

On était au match amical entre Lokeren et le LOSC

Mercredi soir, le LOSC affrontait le KSC Lokeren pour son deuxième match de préparation estivale, et une jolie défaite 4 buts à 1 à la clé. Une rencontre à l'intérêt plus que limité, mais qui sentait la frite et le houblon. Raison suffisante pour y faire un tour.

Modififié
Le ciel est bas, gris, et un crachin de saison locale tombe avec intermittence sur le Nord de la Belgique. Nous sommes à Lokeren, région flamande, province de Flandre-Orientale. Soit le Nord-Ouest de Bruxelles pour les fêtards, ou la route de Terneuzen pour les fumeurs. Une bourgade tranquille de 40 000 âmes, avec son église Sint-Laurentius du XVIIIe, sa spécialité de saucisses de cheval et, depuis 1907, son KSCL – pour Koninklijke Sporting Club Lokeren (Oost-Vlaanderen). Le Sporting Lokeren reçoit au Daknamstadion, planté sans surprise dans la localité adjacente de Daknam : au bout d'une rue aux habitations mitoyennes, murs de briques et panneaux « à vendre » , l'enceinte se dresse modestement. Après elle, les champs. Mais avant, ouverture dans l'enfilade de maisons ouvrières, le troquet.

D'Anvers à Breda


Alors que le coup d'envoi n'est prévu qu'une heure plus tard, le De Mierennest est bien rempli à 18 heures, l'heure de la débauche. Sur la façade, les deux drapeaux aux couleurs du Sporting (blanc, noir et jaune) disputent la place aux enseignes Jupiler, Stella Artois et Duvel. Sur le trottoir en revanche, la Jupi gagne le combat haut la main : chacun descend méthodiquement son quart de litre avant de retourner au comptoir se délester d'1,50 € en échange d'une nouvelle bouteille. Les cadavres s'amoncellent à l'extérieur et le barman sortant clope au bec, bras tatoués et caisse de 24 en main, n'a pas fini la rangée que sa caisse est déjà chargée. Pas grave, il pose la caisse pleine de bières vides, montre l'autocollant ATCS orné d'une tête de mort pointant deux flingues, souhaite la bienvenue dans le repaire des Authentics, les ultras locaux. À l'intérieur, les écharpes au-dessus du bar rappellent les gloires récentes du club : finales de Coupe de Belgique gagnée face à Kortrijk (2012) et Zulte-Waregem (2014) ; campagne de Ligue Europa de la saison passée contre Hull City en barrages, puis le Legia Varsovie, le Metalist Kharkiv et Trabzonspor en poule. Autant de nationalités qui, peut-être, ont eu le bonheur de découvrir la saveur de la saucisse de cheval.

Une dernière écharpe attire l'attention, elle vient du NAC Breda. Herman éclaire : « C'est une amitié qui remonte à plus de 50 ans, on ne sait même plus d'où elle vient, elle est naturelle pour nous. Ils nous invitent à leurs matchs importants et réciproquement. Après la mort de Greg Mertens (défenseur du KSCL décédé le 30 avril dernier des suites d'un malaise cardiaque sur le terrain, nda), ils ont rempli un bus pour venir signer le livre d'or. On se voit même hors du foot, c'est nos potes, c'est tout. » Alors d'accord. Et pourquoi ce 282 floqué sur tous les sweats à capuche du groupe ? « C'est notre numéro d'inscription à la Ligue de Belgique. Par exemple, Antwerpen (Anvers) a le 1, nous avons le 282. » De l'amitié à l'administratif, l'histoire perd de son charme. Qu'importe, les canettes se vident et l'heure tourne, il est temps de se mettre en route pour les 500 derniers mètres.

« Lokeren never walk alone »


Sans être bondée, la rue est bien martelée par les potes et les familles qui se rendent au stade, maillot Jartazi sur les épaules. Pourtant, moins de 2 000 spectateurs sont attendus pour ce match, quand la moyenne tourne à 8 000. D'ailleurs, le stade à l'anglaise est à moitié fermé. Avant d'entrer dans la tribune 4, on passe devant la friterie qui distribue ses cornets de frietje à tour de bras, et devant le luxueux car lillois généreusement photographié. Des Lillois qui seront plus nombreux sur le terrain que dans les tribunes : avec des places à 15 € pour un match de préparation estivale en pleine semaine, ils sont à peine une dizaine à avoir fait la centaine de kilomètres séparant la capitale des Flandres françaises de la région flamande. Sûrement insuffisant pour se régaler des arabesques de Sofiane Boufal, qui ambiance à base de double crochets, talonnades et petits ponts, avant de conclure le show d'une panenka à la 60e. Insuffisant, aussi, pour suivre la débauche d'énergie d'Alexis Araujo, le milieu offensif de poche (18 ans, 1m60) qu'on pourrait revoir en Ligue 1 cette saison. Mais déjà trop pour les contrôles approximatifs de Nolan Roux ou les erreurs de pied et de main de Steeve-E qui mènent à un 4-1 sévère.


Chez les Belges en revanche, ça profite du moment, eux qui relancent un cycle après cinq bonnes saisons conclues par 2 Coupes et 3 play-offs 1 (regroupant les 6 premiers du championnat régulier). La tribune est active, bavarde, joyeuse, bruyante parfois. Surtout à partir du penalty du 2-0 à la 55e, alors que le speaker du stade se rêve à Naples et enfile le costume de Decibel Bellini. Ou ce sont les litres de Jupiler éclusés pendant la mi-temps. Telle une présidentielle à la 89e, la tribune se vide deux minutes avant la mi-temps, direction le bar et ses bières. En Belgique, à part pour certains matchs à risques (par exemple, ici, pour le derby contre Beveren), la Jupiler est autorisée – d'ailleurs elle sponsorise le championnat. Est-ce parce que son équipe mène ? Le voisin de cohue offre ses tournées. Puis chambre pendant 45 minutes, tout se paie. C'est osé mais vrai, ce que dit un sponsor sur sa réclame : « Lokeren never walk alone » . Il faut tout de même finir par se séparer. Le soleil est revenu. Sur la route du retour, la douce sonorité du flamand berce les souvenirs. On va bien dormir.

Par Éric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 11 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3