Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Mode
  2. // Maillot Diaspora italienne

On était au lancement du maillot Diaspora

Imaginer un maillot de football qui représente les Italiens du monde entier, c’était le défi un peu fou que s’était fixé Paolo Del Vecchio, jeune artiste messin. Un défi relevé depuis le jeudi 9 février dernier et le lancement officiel du maillot « Diaspora » . Retour sur un projet de longue haleine.

Modififié
Prosecco à foison, antipasti succulents et ambiance plus que conviviale. Une atmosphère ordinaire au sein de la Casa Ricci, un restaurant italien situé en centre-ville de Metz. La soirée, elle, n’a pourtant rien d’habituel et il n’est pas bien difficile de s’en apercevoir. La configuration des lieux a été chamboulée, et une foule abondante admire deux bustes de couture servant de support à deux maillots bleu roi frappés de l’écusson vert-blanc-rouge. Une onde circulaire orne également l'étoffe, dont le tracé laisse deviner l’ensemble du globe terrestre avec l’Italie pour épicentre. Le premier maillot est floqué au nom de Nicola Sansone, joueur italo-allemand né hors de la Botte, à Munich. Le second, lui, arbore le patronyme Del Vecchio. En référence à Marco, ancien attaquant de la Roma ou de l’Inter et – comme un symbole – auteur du but de la Squadra Azzurra face à la France en finale de l’Euro 2000 ? Non, pas vraiment.


C’est en fait à Paolo, artiste messin aussi bien à l’origine de leur création que de leur exposition, que le nom de famille renvoie. Présent à quelques mètres de là, le jeune homme s’apprête à prononcer un discours empli d’émotions. Et pour cause, après près de deux ans d’effort, il peut enfin savourer l’aboutissement de son travail et lancer officiellement le projet « Diaspora » . Le but ? « Parler d’identité, de rassemblement, de fierté, de sentiment d’appartenance via un maillot mêlant art, football et héritage » , éclaire Paolo avec assurance. Et il peut, puisque même s’il ne s’agit « que » de la soirée d’inauguration, le projet est déjà une franche réussite.

Exposition, prototype et crowdfunding


Comme pour toute création artistique, Paolo a eu besoin d’un déclic. En juin 2015, il est mis en contact avec Pascal Delmoitiez, organisateur de Foot-Fair-Play, une exposition sur le football qui se tient tous les quatre ans à Braine-le-Comte en Belgique. L’occasion est belle, et l'idée du maillot éclot très vite dans l’esprit de l’étudiant en art qui prépare actuellement son DNSEP Art (l’équivalent d’un Master). « J'avais envie de parler de tous ces Italiens à travers le monde qui, comme moi, sont attachés à leurs origines et se voient réunis à un instant T grâce à l'équipe nationale d'Italie » , abonde-t-il. Encore faut-il trouver un moyen de matérialiser son idée. Tout sauf une mince affaire. Paolo s’interroge d’abord sur la coupe de son maillot et choisit de s’inspirer des tricots d'après la Seconde Guerre mondiale, importante période d’émigration italienne. Reste à imaginer une représentation physique de la population italienne émigrée partout dans le monde. Paolo pense ainsi une sorte d'onde de sonar correspondant aux chiffres officiels sur la présence italienne dans le monde. « Je crois que c'était la réponse la plus efficace puisque l'onde parle à la fois d'un rayonnement, mais aussi de quelque chose qui s'estompe avec le temps, explique l’artiste. Cela renvoie aussi à cette nostalgie des racines qui se transforme peu à peu en histoire, en souvenirs familiaux au fur et à mesure de l'intégration dans les pays d'accueil. » Paolo fait d’ailleurs un lien avec son histoire personnelle : « Ce projet était aussi un moyen de rendre hommage à mes grands-parents et notamment mon grand-père qui m’a transmis la passion du Calcio. Je me souviens qu’il achetait la Gazzetta dello Sport tous les jours. C’était aussi d’une certaine façon un objet du quotidien qui nous reliait à l’Italie depuis le fin fond de la Lorraine. »


Quelques semaines plus tard, un prototype est né et est exposé à l’expo Foot-Fair-Play. Paolo en profite alors pour contacter la Fédération italienne et en rencontre même le responsable de la communication en marge d’un match amical à Bruxelles entre la Belgique et... l’Italie, évidemment. Entre approbation et exposition médiatique grandissante, le projet prend de l’ampleur. « C’est à ce moment que je me suis dit qu’il fallait que l’œuvre soit diffusée dans le monde au même titre que la diaspora italienne, précise Paolo. J'ai eu envie de faire une petite série pour faire vraiment aboutir le projet. À partir de là, ça a été un enfer (rires). » . Paolo table sur un budget de 7500 euros et lance une campagne de crowdfunding sur le site kisskissbankbank. Cependant, malgré des débuts encourageants, la campagne stagne et le jeune Franco-Italien songe même à un échec. Mais il n’a pas dit son dernier mot. Il parvient à organiser une interview de Nicola Sansone et à le faire poser avec un prototype du maillot frappé de son nom. La machine est relancée. « Les photos de Sansone m'ont certainement aidé à acquérir une crédibilité aux yeux de ceux qui hésitaient à faire un don. J'ai reçu environ un quart des dons sur les deux ou trois derniers jours ! » Ce n’est pourtant pas la dernière embûche.

Une réussite et des projets


Même si le budget a été levé, un travail conséquent attend encore Paolo. Entre recherche du tissu approprié, mise au point des patrons, sérigraphie, temps de livraison interminable, et épuisement de ses économies personnelles, le jeune homme éprouve de grosses difficultés. « J'ai galéré sur chaque étape. Si tu n'es pas tout le temps derrière les gens, le travail est mal fait. Et j'avais vraiment envie de proposer un produit de qualité, puisque le maillot est proposé en tant que multiple artistique, numéroté et signé. » Neuf mois s’écoulent entre la campagne de crowdfunding et la fin de la production. « Ce projet, c’est un peu mon bébé » , plaisante-t-il avec le recul. Et si l’attente fut longue, le résultat est à la hauteur. En témoigne la foule massée pour la soirée d’inauguration. « Je suis très fier d’avoir réussi à réunir autant de monde ce soir-là » , peut savourer Paolo, qui le mérite pleinement. Finalement, ce sont plus de 550 maillots qui ont été réalisés, soit près du double du chiffre envisagé au départ (300). En perfectionniste, Paolo a même soigné le packaging avec un rappel de la nature du projet en quelques lignes et une invitation à partager une photo avec le maillot enfilé sur les réseaux sociaux.


Aussi, le Messin apprécie le retour d’autres communautés vis-à vis de son projet. « Je sais que certains membres de la communauté juive ont particulièrement aimé mon idée, qui a un écho avec leur histoire personnelle. Ça me fait plaisir de voir que le projet rayonne au-delà de la diaspora italienne. » Ce qui ne veut pas dire qu’il se repose sur ses lauriers. Il a ainsi pensé une série de cinquante exemplaires du maillot nommée « Squadra Diaspora » et destinée aux joueurs professionnels qui en sont issus. « Je dévoilerai bientôt des noms » , révèle Paolo, précisant quand même être entré en contact avec plusieurs internationaux italiens. Une ébauche de site internet pour donner une visibilité mondiale au projet est également dans les cartons. « Maintenant que j'ai prouvé à tout le monde que le projet existait bel et bien, je vais pouvoir recontacter certains équipementiers qui connaissent le projet et également la Fédération italienne. Je pense que ce travail a encore un bon potentiel d'évolution » , juge Paolo. Jusqu’à imaginer une Nazionale qui porterait un jour le maillot Diaspora ? « Honnêtement j'en rêve, mais ça risque d'être compliqué. Les équipementiers payent très cher pour avoir l'exclusivité. Alors à moins de sortir quelque chose avec le sponsor de l'équipe d'Italie, ça s'annonce difficile. » Mais après tout, l’art n’est-il pas là pour rêver ?



Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain