1. //
  2. // Retraite de Robbie Keane

On était au dernier match de Robbie Keane

Si son dernier rejeton lui a un peu piqué la vedette lors de son discours d’après-match, Robbie Keane n’a pas raté ses adieux sous le maillot vert, mercredi dans la nuit dublinoise. Les honneurs du président de la République, un 68e et dernier but en sélection, une ovation phénoménale, et une victoire 4 à 0 face à Oman. Récit d’une soirée qui restera comme la dernière, mais sans doute aussi comme l’une des plus belles dans la carrière du numéro 10 irlandais.

2k 4
Il n’aura fallu attendre que quelques instants. Ou plutôt quelques secondes. À peine le temps que Robbie Keane pose un pied sur la pelouse pour l’entrée des équipes, que le public de l’Aviva s’était déjà levé comme un seul homme pour lancer les premiers «  Keano, Keano, Keano  » de la soirée.

Puis Mr Michael D. Higgins, président de la République d’Irlande, est venu en personne saluer le capitaine irlandais afin de lui remettre un award. Ce grand amateur de foot, ancien président du Galway United, avait déjà reçu le numéro 10 au palais présidentiel en début de semaine afin de lui dire « combien Robbie Keane avait rendu fiers les Irlandais d’avoir un joueur de ce talent » .

Vingt-sept minutes, trois occasions, un but


Pas besoin pourtant d’être un grand expert de football pour comprendre que ce match, qui devait servir de préparation au déplacement en Serbie en début de semaine prochaine, s’était en fait transformé rapidement en un jubilé géant. Robbie Brady ouvra le score à la 8e minute d’un splendide coup franc, mais c’était presque un peu gênant. Car le public n’attendait qu’une seule chose : la 10e minute. Moment où tout le stade se leva, afin de faire une minute d’applaudissement appuyée pour le meilleur buteur de l’histoire de la sélection.

Oman faisait figure de sparring partner parfait. Inoffensif et trop loin du niveau technique de son adversaire, l’équipe du Moyen-Orient laissait les Irlandais développer leurs actions. L’addition aurait pu être salée rapidement si les coéquipiers de Robbie n’étaient pas obnubilés par une seule chose : le faire marquer.


Après avoir manqué un contrôle facile face au but au quart d’heure de jeu, il rata de peu une tentative de lob quelques minutes plus tard. C’est finalement à la trentième minute qu’il trouva le chemin des filets d’une superbe reprise de volée. Son compteur passait à 68. Et les « Keano, Keano, Keano » pouvaient descendre des travées à la vitesse où les fumigènes apparaissaient au Parc des Princes après chaque but il y a quelques saisons.

Meilleur buteur, mais pas plus grand joueur


Dans les travées du stade, le débat sur la place de Robbie Keane dans l’histoire du football irlandais était lancé. Paul Kelly, supporter depuis sa plus tendre enfance, n’avait pas de mots assez forts pour décrire ce qu’il pensait de l’attaquant de Tallaght : « C’est une légende, notre meilleur buteur. Et je trouve incroyable qu’il se retire en 2016, l’année où l’on célèbre le centenaire de notre indépendance. Il y a des signes qui ne trompent pas... »

Si tous les supporters irlandais rencontrés voyaient en Robbie Keane l’une de leur plus grosse idole, ils ne voyaient pas en l’ancien joueur de Liverpool le plus grand joueur de leur histoire, titre honorifique détenu pour beaucoup par Paul McGrath. « C’est toujours dur de comparer deux époques différentes, mais je n’ai jamais vu Paul McGrath rater un seul match en équipe nationale. Il était toujours au top niveau. Robbie a eu une période délicate, après la Coupe du monde 2002 notamment, il ne jouait pas à sa place et marquait moins » , explique Raymond, la soixantaine, qui vient au stade pour « remercier une dernière fois Robbie » .

Un exploit a en tout cas marqué à jamais la « Green Army » . Diffusé plusieurs fois sur les écrans du stade à la mi-temps du match sous les ovations du public, son but égalisateur face à l’Allemagne en phase de poules de la Coupe du monde 2002 fait partie pour tous de l’un des plus grands moments du foot Irlandais. « Tout le monde s’attendait à ce qu’on se fasse humilier. Il a marqué ce but magnifique et on s’est qualifiés pour les 8es de finale derrière. C’était géant » , explique Raymond, qui ne rate pas un match à l’Aviva depuis trois ans.

Si ce but fut longtemps encore ovationné à la fin de la mi-temps, ce n’était rien à côté de la 55e minute, moment où Martin O’Neill décida de sortir à jamais son emblématique capitaine. Applaudi pendant cinq longues minutes, Robbie Keane prenait place sur le banc des remplaçants, avant de revenir sur la pelouse après la victoire de son équipe 4 à 0, pour un discours d’adieux.

Coupé à plusieurs reprises par son plus jeune fils, qui tenta de lui arracher le micro sous les rires de l’Aviva, le meilleur buteur et joueur le plus capé de l’histoire de la sélection est revenu sur ses dix-huit années en sélection. « J’ai toujours été un fan de la sélection. Maintenant, je suis impatient de vous regarder en tant que fan et je vous souhaite le meilleur. » Il n’a pas non plus oublié de remercier ses coéquipiers dont il avait bien senti qu’ils avaient tout fait pour le faire marquer ce soir. « J’ai pu sentir que la foule et vous, vous vouliez absolument que je marque pour ma dernière, je suis vraiment content de l’avoir fait. »

Après un dernier tour de stade et une haie d’honneur de ses coéquipiers, Robbie Keane rentra de manière définitive aux vestiaires. Les fans irlandais se dirigèrent, eux, aux pubs, avec le sentiment définitif que cette rencontre ressemblait plus à un jubilé qu’à un match amical.



Par Charles Thiallier, à l’Aviva Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

"Everybody's changing and I don't feel the same."
Didierdrogba Niveau : District
Sacré carrière le Robbie Keane quand même. J'avais complétement zappé qu'il avait fait une saison à Liverpool
Keane n'aura passé qu'une demie saison a Liverpool.
Charles, ils sont sympa tes articles, mais évites de surjouer l'atmosphere. Il n'y avait pas un pelo au stade hier, 25,000 pour un stade de 50k. On parle quand meme d'un des trois plus grands joueurs de la selection irlandaise (a ne pas confondre avec joueur irlandais ou a mon avis il n'est que dans le top 10), et le stade n'est meme pas a moitié plein pour lui dire au revoir, alors qu'il ne pleuvait pourtant pas...
Il y a vraiment une difference entre l'attitude des Irlandais lors des competes internationals ou c'est clairement la folie (les fans voyagent comme si ils allaient a un festival de musique), et les matches de qualification et amicaux ou il y a tres peu d'interet mis a part contre la tete de série.
Par ailleurs Raymond a raison, Oh Ah Paul McGrath a certainement plus marqué les supporters que le finalement tres lisse Robbie Keane. Un personage atypique (métisse, placé a la ddass, alcoolique) qui était des grandes épopées 1988-90-94 et qui sort un match de daron contre l'Italie a NY.
https://www.youtube.com/watch?v=Cm84YD0NH30
voici peut etre le tacle le plus celebre du foot irlandais (a 4:00)
GovouLegend Niveau : CFA2
Modric + Berbatov + Keane = Champagne !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 4