Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // On était à
  2. // Congrès des penyes du Barça

On était au Congrès des penyes francophones du Barça

Ce dimanche, c'était jour de titre pour le Barça. C'était aussi la conclusion d'un week-end de folie douce dans le Nord de la France, où les penyes francophones du club catalan tenaient leur septième congrès annuel. Voyage au cœur de la passion avec une bande aussi improbable qu'attachante.

Modififié
Ils ont le cou tendu à s'en faire exploser la carotide, les yeux teintés d’un effrayant mélange de peur et d’inquiétude, et surtout deux assiettes de saumon sur lit de salade sur chaque bras. Ce 29 avril aurait pu être un dimanche comme les autres, pour les serveurs du restaurant du Novotel de Noyelles-Godault, si une cinquantaine de gus habillés de bleu et rouge n’avait pas décidé de venir troubler la tranquillité de cette ville nordiste de 5500 habitants, dont le Auchan revendiqué « plus grand hypermarché au monde » jusqu’en 2014 constitue la principale attraction. Au fond de la grande salle de gala de l’établissement, la diffusion de Deportivo La Corogne-Barcelone vient d’être troublée par l’ouverture du score à la sixième minute de Coutinho. Repas peu commun pour ces employés modèles, surpris par l’explosion de joie consécutive au premier des quatre pas catalan vers le titre de champion d’Espagne (4-2, score final), au point de se carapater hors des cuisines pour vérifier l’origine du boucan.


Logique, pourtant : les hôtes du soir sont tous supporters du Barça, réunis à l’occasion de la septième édition du congrès annuel des penyes (groupes de supporters officiellement reconnus par le club et disséminés à travers le monde) francophones de Barcelone. Quinze penyes sont présentes ce soir-là : Bordeaux, Lorraine, Casablanca, Paris, Suisse, Belgique, Marrakech... et concluent un week-end de festivités d’inspiration Ch’ti sorti tout droit du cerveau passionné d’Anthony Romon, président de la penya Blaugranor – contraction de Blaugrana et Nord. Certains portent le costard, d’autres les tongs. Étrange expérience que cette plongée en apnée dans le monde des fadas du Barça, une galaxie pleine d’humanité dans laquelle se sont croisés, l'espace d'un week-end, une mine de charbon, un lipdub ou encore un humoriste ventriloque.

Trompette et mines de charbon


Les penyes entre elles ne parlent que de lui. D'un musicien qui fait jouer ses mains sur un morceau de cuivre. Une trompette, très exactement. « Lui » , c'est Esteban, neuf ans, le fils d'Anthony. Il est 11h ce samedi matin quand les premières notes de l'hymne du Barça sortent de son instrument de musique et viennent résonner contre les murs de la salle des fêtes de Carvin, décorée pour l'occasion. C'est là, à une dizaine de kilomètres au nord-est de Lens, que les penyes francophones tiennent leur 7e congrès annuel. Pourquoi Carvin ? Tout simplement parce que c'est la penya Blaugranor qui distribue les cartons d'invitation cette année et qu'Anthony habite en ville. Et pour lancer le congrès, rien de tel qu'un concert du fiston. Perché sur la scène, les yeux scotchés sur sa partition, le petit Esteban joue face à une soixantaine de personnes qui entonne religieusement El cant del Barça. « Le morceau le plus dur que j'ai jamais joué » , confie le petit blond après sa performance, en avouant répéter « depuis six mois » .

Même monsieur le maire est présent et passe derrière le micro pour prononcer quelques mots conclus par un « Vive le Barça ! » un brin démagogique. Anthony, lui, livre une prestation plus sincère ponctuée par ce cri du cœur : « Grâce au Barça, j'ai rencontré des gens formidables qui sont devenus de vrais amis. » Des amis à qui il rêve de faire découvrir sa région. Alors, après un gros gueuleton, direction un ancien site minier pour la première visite du séjour. Petit-fils de mineurs, Anthony est comme chez lui au milieu de l'impressionnante salle des machines qui lui « donne envie de chanter des chants lensois » . Mais en quittant le puits dans lequel les anciennes gueules noires descendaient quotidiennement, un membre d'une penya marocaine pose la question qui fâche : « Ils regardaient où les matchs du Barça ? »

« On ne compte pas »


Logo du club tatoué sur le mollet droit, « FC Barcelona » encré sur l’avant-bras gauche, « Som I Seren » noirci sur le torse, Cyril Roux est co-fondateur de la penya bordelaise. Signe distinctif : des yeux bleus, une barbe et des cheveux en brosse qui lui confèrent une vague ressemblance avec Olivier Giroud. Le grand tatoué a vite fait l’unanimité au sein du rassemblement, au point de se voir confier l’organisation du Congrès 2020, alors que sa penya n’est pas encore reconnue par le club. « Humainement, c’est incroyable » , lâche-t-il quelques secondes après avoir décrit ce 20 mai 1992, jour de son septième anniversaire, où il avait été autorisé à voir le Barça s’imposer contre la Sampdoria en finale de Coupe d'Europe. « Un déclic. »


Autre marqueur identitaire, Cyril a appelé son fils Xavi. À la porte de la brasserie locale visitée essentiellement pour la dégustation gratuite, Youssef Bennani, de la penya de Casablanca, détaille mousse à la main « l’interface pour réaliser des rêves » que cette dernière représente. « Si tu es juste là pour boire de l’alcool et regarder des matchs, tu n’as rien à faire ici » , tance-t-il, détaillant les collectes de fonds réalisée par son groupe. La première a permis de financer une opération dentaire à hauteur de 36 000 euros, la deuxième de sauver la jambe d’un gamin, la troisième de transplanter un cœur. Il enchaîne : « On va rigoler un peu, regarde le coût du truc : là j’ai 420€ de billets, 80€ d’hôtel, et la participation c’est 140€. Tu fais le compte, ça fait 640€ pour deux jours. Quand je vais voir un match à Barcelone, c’est 1500€ le voyage. Bien sûr que c’est dur, mais on ne compte pas. »

Paëllas et sangrias


Un peu plus loin, Yves Pointet, la soixantaine, supporter du Barça depuis Cruyff. Comme tous les présidents de penyas, il est socio. Sa femme, Marie-Blanche, fait traîner ses fins de phrases, mais n’y voyez pas là une quelconque lassitude : le couple vient de Martigny, en Suisse. « En tant que femme, on suit un peu par obligation, concède-t-elle. Pendant les réunions on sert, on fait des paellas et des sangrias. Ça m’embête juste le samedi, parce que je suis toute seule à la maison. Puis quand le Barça perd, je me tire. Je monte en haut et je lui laisse la TV. » Peu de femmes sont présentes au congrès, et la majorité d’entre elles se sont de toute façon intéressées aux Blaugrana dans le sillage de leur mariage. « Pour le meilleur et pour le pire » , qu’ils disaient. Seule Marie Fauré, gros caractère, tempes rasées, mais élégant minois, fait figure d’exception en tant que présidente de la « cyber-penya » Clan Barcelona FC. « On est deux dans le monde, soupire-t-elle. Une fille en Égypte et puis moi. »


Entre l'accueil à la trompette, les discours, le festin de midi, et les visites de la mine puis de la brasserie, la troupe n'a pas chômé en ce samedi et file terminer la journée à Lille, où un dîner l'attend avant le retour à l'hôtel. Le dimanche, pas de place pour la grasse matinée. Retour à la salle des fêtes de Carvin où les penyes sont priées de se rendre à 10h pour une réunion de travail. Certains font grise mine. La veille, en rentrant à l'hôtel un peu éméchés, Cyril, Youssef et quelques autres se sont incrustés à un mariage. Le ton est monté avec le père de la mariée, fan du Real, et Youssef a été prié de quitter les lieux par le personnel de l'hôtel. « Je suis parti en leur faisant un bras d'honneur, j'ai été bête » , reconnaît-il en faisant son mea culpa.

Voldemort


Ce matin, Youssef et les autres auront besoin de toute leur tête pour suivre la réunion de travail de trois heures. Au menu : les différentes problématiques rencontrées par les penyes. Des petits tracas liés aux tickets pour les matchs, ou aux rapports entretenus avec le club qui ne leur rend que très peu de l'amour qu'il reçoit. « On aimerait avoir un peu plus d'amour en retour, c'est sûr » , se plaint Anthony en notant qu'aucun représentant du Barça n'est venu. « Ils voulaient fêter le titre chez eux. Quand on leur a demandé s’ils préféraient boire une coupe avec Messi ou être ici à manger des frites dans le Nord, je pense qu’il n’y en a pas beaucoup qui ont levé la main. » Pas grave, personne n'empêchera la bande de terminer le week-end en s'amusant. Thématique Ch'ti encore et toujours, une friterie mobile s'occupe du repas.

Ensuite, place au spectacle de Tino Valentino, ventriloque qui a sa petite notoriété dans le coin et qui débarque sur scène pour une heure de spectacle. Les vannes sont souvent graveleuses, sa marionnette en forme de canard veut « déglinguer » la femme d'Yves, mais les enfants au premier rang sont ravis et applaudissent. La fin de la journée est rythmée par deux heures de jeux de kermesse et le tournage express d'un lipdub, avant le retour final au Novotel. Comme pour la cérémonie d'ouverture, celle de clôture se fait au son de la trompette d'Esteban, maillot de Messi sur le dos. Anthony a réussi l'éducation de son fils, puisque ce dernier prend un air affolé dès qu'on lui parle de Cristiano Ronaldo, comme si on prononçait le nom de Voldemort. La projection du match boucle la boucle en apothéose, et rendez-vous est pris l'année prochaine à Marrakech pour la huitième édition. Un congrès qui sera organisé par Yacine, qui a la banane jusqu'aux oreilles quand il glisse à Anthony pour le remercier : « La vérité, vous avez été aux petits soins. »



Par Alexandre Doskov et Théo Denmat, à Carvin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


lundi 21 mai Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 20:07 Le Header Bin Challenge du fils de Marcelo au Real Madrid (via Facebook SO FOOT) Hier à 19:05 La saison la plus frustrante d'Europe ? (via Facebook SO FOOT)
Hier à 18:05 Les ultras du CS Constantine craquent des milliers de fumis (via Facebook SO FOOT) Hier à 17:56 C'est dans longtemps, la Coupe du monde ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 14:33 Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 21
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 13:05 La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:03 La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:02 La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 12:38 L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 10 Hier à 11:00 Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 14
lundi 21 mai Nainggolan prend sa retraite internationale 97
À lire ensuite
James, retour de revolver