On était au 1er tour de C1

F91 Dudelange - FC Santa Coloma, match retour. Bienvenue chez les vilains petits canards de la C1, adeptes du football-mousseux et rêveurs d'un monde plus juste.

Modififié
0 4
On est mardi, la vie est belle et le speaker s'appelle Bob : « J'ai interdiction de passer la musique de la Ligue des Champions. C'est réservé aux équipes qui entrent dans la phase de groupes » . Première incohérence qui donne envie d'envoyer un courrier électronique au boss de l'UEFA, Michel Platini, et de lui rappeler que, merde, jusqu'à preuve du contraire, l'Inter Milan, Marseille et le Real Madrid ne sont champions de rien du tout en 2011 et auront pourtant le droit de se trémousser sur le fameux hymne dès l'automne prochain. A l'inverse, le F91 Dudelange et le FC Santa Coloma, jolis vainqueurs des championnats luxembourgeois et andorran, arrivent sur la pelouse du stade Jos-Nosbaum sans avoir le droit à ce rituel. Une semaine plus tôt à Andorre-la-Vieille, les 400 spectateurs n'avaient déjà pas eu le privilège bon marché de se remplir les oreilles de violoncelle et de castrat.

Vainqueurs à l'aller 2-0, les Luxembourgeois font tourner, ce qui permet aux cadres de se reposer. A l'échauffement, un pompier a des fourmis sous l'uniforme, alors il sollicite le une-deux avec Sofian Benzouien. C'est un match du dimanche qui se joue un mardi et les 1015 spectateurs qui ont fait saigner leur porte-monnaie (places à 15 et 20 euros) le vérifient dix minutes après le coup d'envoi : le latéral gauche de Santa Coloma, Javier Sanchez, tire les six mètres de son gardien qui n'a pas eu assez de patate pour atteindre la ligne médiane lors de sa première tentative, ni de courage pour retenter sa chance. Il n'y a rien d'autre à savoir à propos de Javier Sanchez. Mi-temps 0-0.

Abdullei fait la queue aux pissotières

L'attaquant nigérian Amodou Abdullei, remplaçant, stoppe son échauffement au cœur de la pause. Puisqu'être footballeur à Dudelange ne vous offre pas tant de passe-droits que ça, Abdullei attend sagement son tour dans une fil avant de faire pipi, comme un quelconque spectateur. L'épopée européenne de Dudelange a sûrement pris sa source à ce moment-là, quand son attaquant s'est retrouvé à faire la queue aux pissotières, à se rendre compte que s'il voulait devenir quelqu'un, il allait devoir cogner les mémoires. Entré en jeu à la 55e minute, la montagne de muscles de 23 ans inscrit les deux seuls buts de la partie (60e, 89e) et valide le billet de Dudelange pour le 2e tour de la C1, qui débutera mardi prochain chez les Slovènes de Maribor.





Sur le terrain, les Andorrans font de la peine. A 25 minutes de la fin, deux joueurs s'écroulent, victimes de crampes. Les six Argentins censés égayer le jeu des visiteurs ont des bides gros comme ça ; les frères Norberto et Mariano Urbani sont au jeu en mouvement ce que Pierre Arditi et Francis Huster sont à l'acting. Heureusement qu'il y avait Abdullei et sa belle histoire pour sortir le match de sa tristesse. Car le 1er juillet 2010, soit un an et quatre jours plus tôt, le Nigérian se déchirait les ligaments croisés pour son premier match avec Dudelange, en Europa League chez les Danois de Randers (défaite 6-1). Son doublé coïncide avec son retour à la compétition. La prochaine fois qu'Abdullei aura envie de pisser, on lui déroulera le tapis rouge jusqu'à l'urinoir.

Matthieu Pécot

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Énorme l'article! Et la photo vaut son pesant d'or.

Merci pour cette incursion dans le monde oublié de la Ligue des Champions.
Merci Monsieur Mathieu, v'là du So Foot comme on l'aime!
Excellent cet article. Et chute très drôle. Bravo à l'auteur !
Toujours au top Monsieur Pécot! Excellent! C'est, court, bon, jolie photo, une sucrerie sofootienne.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Dijon, duc de Bourgogne
0 4